Voyage en Alcazarie : le travail des bibliothécaires

Billet de blog
José Rose
14 Jan 2018 1

Illustration Ben8

José Rose est sociologue et écrivain. C’est aussi un usager de l’Alcazar. Des mois durant, il s’est rendu dans la grande bibliothèque de Belsunce comme on se rend dans un pays lointain soudain si familier. Cette exploration est devenue un livre qui vient de paraître. Sur l’Agora de Marsactu, il publie en feuilleton les premiers épisodes de ce voyage.

Jour ouvrable.

Pour appréhender le métier de bibliothécaire, on peut bien sûr lire les nombreux ouvrages qui lui sont consacrés. Mais on peut aussi observer, écouter, s’immerger. C’est ce que j’ai fait dans un premier temps. Croisant surtout des femmes d’âges variés, j’ai d’abord constaté que le personnel tournait de poste en poste, sans doute pour éviter la lassitude. Puis j’ai repéré les badges autour du cou ou à la ceinture, capté les mots du jargon local fait de cote et de collation, de récolement et de bulletinage, et entendu dire qu’en Alcazarie, on pouvait renseigner les gens en dix-sept langues, sans compter celle des signes. La bibliothèque de Babel en quelque sorte. Et j’ai vu planer l’ombre tutélaire des romanciers bibliothécaires : Georges Bataille, Anatole France, Goethe et Borgès, le conservateur aveugle.

J’aurais bien aimé être un temps bibliothécaire pour vivre le métier de l’intérieur, mais je me suis contenté de discuter et e collecter anecdotes et impressions. Puis, j’ai lu pour trouver quelques clés. Selon les manuels de préparation au concours, les bibliothécaires sont des prescripteurs, des « faiseurs de goût », tous très attachés au « partage de la culture et du savoir ». C’est un défi quand on sait que beaucoup ne lisent jamais de roman, y compris parmi les plus hauts dignitaires. Z’ont jamais rencontré de bibliothécaire ou quoi ? Z’auraient entendu leurs « Tenez ! », leurs « Lisez cela ! », leurs « Ca pourrait vous convenir ». Celui-ci, je ne l’ai pas lu,mais l’auteur a écrit de belles choses, disent-elles aussi. Et celui-là, je ne pouvais pas le lâcher. Et lui, vous en avez déjà entendu parler ? Je vous le conseille. Mais je vous laisse faire votre choix. Vous pouvez les essayer, vous verrez bien celui qui vous va le mieux. Sinon, vous les ramenez. On se croirait parfois dans un salon d’essayage de vêtements que l’on pourrait rendre après usage éphémère.

Au fil de mes lectures, j’ai encore croisé les figures de l’aiguilleur, du facilitateur, de l’intermédiaire culturel, de l’animateur. Puis j’ai consulté le Référentiel métier qui répertorie quelques verbes-clés – trier, commander, sélectionner,ranger, échanger, expliquer, orienter, déplacer – correspondant aux actions quotidiennes des bibliothécaires. Ouvrir tout en surveillant, garder tout en donnant : tel est le défi. Et faire aussi la discipline, car la bibliothèque est parfois une garderie d’enfants « la clé autour du cou », une aire de jeu pour désœuvrés, un espace de rencontre pour adolescents agités, un lieu de maraude pour découpeurs indélicats. Dans tous les métiers, il y a du sale boulot. Et le lecteur réel n’est pas forcément un usager modèle et compétent. Quant à Pierre-Yves Lador, il parle du bibliothécaire comme « somme enrichie des deux pôles », le rat « dévoreur solitaire, lecteur rongeur et entasseur » et la Célestine, « sociable (…), entremetteuse qui met en relation les désirs impossibles ».

« Sans illusion sur sa capacité à lire tous les livres, le bibliothécaire ne renonce pas à vivre parmi eux et à les apprivoiser. (…) Il aime les livres comme le marin aime la
mer. Il n’est pas nécessairement bon nageur, mais il sait naviguer et il sait que ce n’est pas à la nage qu’on va le plus loin » écrit Michel Mélot dans La sagesse du bibliothécaire.

1
commentaires

  1. corsaire vertcorsaire vert

    curieux ! ce livre drôle et passionnant n’est encore pas disponible à l’Alcazar ! seulement au Merlan …
    Il est en commande … en traitement ( déjà ? )
    Ne plairait- il pas à FO ? pourtant il n’est pas critique , plutôt flatteur pour la bibli et son personnel .
    J’ai du l’acheter pour le lire …

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire