Vive l’Agora

Blog de l'équipe
Rédaction de Marsactu
26 Nov 2018 0

En refondant Marsactu voici de trois ans, nous avons porté le projet d’un journal double où, à côté de nos productions journalistiques, pourrait vivre un lieu d’expression ouvert à tous les lecteurs et susceptible de faire vivre le débat public. Cet espace s’est vite nommé l’agora car c’était le lieu d’une liberté de ton, d’écriture et de thématiques moins corsetées par les exigences éditoriales. Ce lieu de paroles vit au gré des envies de nos lecteurs écrivants, plus ou moins réguliers comme l’est notamment Bernard Lamizet.

Avec le drame de la rue d’Aubagne, les écrits se sont multipliés comme si la violence de l’événement, la durée de sa déflagration rendait plus urgente l’expression des points de vue. Dès le lendemain du drame, Kévin Vacher, riverain de la rue, militant et chercheur écrit “La mort des pauvres est silencieuse”. En écho, Arnaud Maisetti signe le même jour un texte empreint de poésie sur ces “jours sales sur lesquels la pluie tombe aussi lourdement qu’un immeuble”. Le 7 novembre, Marion Breteau narre ses jours passés rue de l’Arc à Noailles. Le 15 et le 16, il est question de la colère et de sa répression sous la plume de Sylvia Eustache Rools et de Mathieu Sarrasin.

Le 16, c’est au tour de Blaah de poser sur l’Agora une analyse de l’après-rue d’Aubagne qui se prolonge en portrait de Marseille : “Lieu de mélange et de dialogue pour les idéalistes, huis-clos aux protagonistes condamnés à s’insupporter éternellement pour les cyniques, toujours est-il que de cette tension, de ces crispations, naît cette vitalité foutraque qui irrigue Marseille. Cette énergie collective, c’est à peu près la seule digue qui protège la ville quand le monde entier nous incite au repli“. Et que vive l’Agora.

Benoît Gilles


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire