La vie des livres: épisode 1

Billet de blog
José Rose
16 Fév 2019 0

Après l'Alcazarie, José Rose poursuit sa quête des livres dans la ville avec une nouvelle fiction où les livres ont la parole.

N’en déplaise aux gabians de mauvais augure qui prophétisent régulièrement la disparition des livres, ceux-ci sont encore partout, ils prolifèrent même et s’ils changent parfois de forme, les tablettes électroniques faisant lointain écho aux tablettes de cire de l’Antiquité, ils restent bien vivants. Et qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse livresque.

Les livres, ouvrages ou bouquins c’est selon, se retrouvent naturellement sur les sites dédiés à la lecture, tels les bibliothèques ou les librairies, mais aussi dans des lieux de visite ou de spectacle, musées et théâtres notamment. Ils sont présents dans de multiples organismes – écoles, entreprises, hôpitaux, maisons de retraite, prisons – et dans des endroits plus inattendus comme la rue, les plages ou les jardins publics. Il y a encore des livres sur les murs en trompe l’œil et nombre d’espaces publics ou commerciaux réservent un petit coin de lecture à leurs visiteurs. Il arrive même que l’on livre les livres à domicile et on ne parle pas ici de commerce par correspondance mais de bénévoles qui acheminent leur chariot de livres vers les malades ou de bibliothécaires qui sillonnent les campagnes en biblio-mobile. Les livres nous accompagnent ainsi dans tous les moments et lieux de nos vies et quel que soit notre état. Ils nous livrent des secrets, nous délivrent de nos angoisses, nous donnent un supplément de vie, nous aident aussi parfois.

Dans ces nouvelles chroniques, nous partirons à leur recherche en sillonnant la ville et en explorant les multiples coins et recoins où l’on peut les rencontrer. En chemin, nous croiserons des professionnels et des lecteurs, vivrons des scènes inattendues et cette errance nous en rappellera peut-être d’autres car il n’y a pas que les livres qui se déplacent.

Nous irons même jusqu’à leur donner la parole puisqu’ils sont pleins de mots. Et nous les laisserons un peu broder sur la trame du réel car on les aime aussi pour leur imaginaire.

Bon voyage en leur compagnie !


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire