Sylvabelle 5 Par quoi commence-t-on ?

Billet de blog
le 2 Avr 2020
2

Par quoi commence-t-on ?

D’abord depuis dimanche, le confinement commence à me marquer. Je deviens moins réactive. Je travaille un peu, plutôt mollement et je me trouve bien des excuses pour m’amuser. En plus, je suis sortie deux fois en 3 jours alors que j’étais plus raisonnable avant.
Pour la première fois, je me suis sentie autorisée à sortir pour me dégourdir et prendre l’air. Une heure de balade au soleil m’a permis de voir la ville silencieuse et printanière dans laquelle se promènent quelques personnes sportives. Ça m’a tout de suite donné envie de classer les sportifs très sportifs et les sportifs très tranquilles dont je fais partie. Sur un micro territoire, on peut voir 2 ou 3 fois les premiers qui courent en rond avec entrain.

J’avais décidé pourtant de réfléchir.
En fait, c’est d’abord l’énervement qui m’a prise, voire peut-être même la colère, devant l’avalanche de textes répétitifs, ampoulés, pédants et creux que j’ai subie.
Après les rengaines sur le manque de masques, de respirateurs, de tests, d’équipements médicaux et les responsabilités à dénoncer, il a fallu subir les comparaisons internationales et les remerciements, façon festivals, à toutes les personnes qui assurent notre survie.
C’est triste cet engouffrement médiatique car ça décrédibilise le propos. C’est vrai qu’on s’émerveille de l’abnégation des autres et qu’on leur en sait gré. C’est vrai aussi que la gestion de l’épidémie aurait pu être meilleure. Et c’est aussi intéressant de voir comment les autres ont fait ailleurs. Mais bon, si on n’a rien à dire de particulier sur tout ça, il ne sert à rien de se hausser du col pour en parler.
Maintenant que les équipements sont installés (enfin plus ou moins !), passons à l’étape suivante. Que va-t-il se passer après la crise sanitaire ?
Rebelotte, tout le monde sait, envisage, prophétise…
Si je regarde dans ma boule de cristal, je vois qu’on va bientôt avoir une chanson sur le report des élections municipales.

Fort heureusement, je vois aussi que beaucoup de scientifiques tentent d’analyser les situations, les contextes, les mouvements d’idées. Plusieurs enquêtes sont lancées dans toutes les disciplines qui devraient permettre de consolider des points de vue, à condition toutefois qu’on laisse du temps au temps. En infectiologie, il vaut probablement mieux se hâter mais en biologie, en sciences sociales, en études environnementales, etc…, les réponses ne peuvent pas sortir par magie du chapeau de quelques génies de la rapidité et encore moins de la communication !

Je vois également un grand nombre d’actions de solidarité ou d’ajustements ingénieux qui sont réconfortants. Il faut certes réfléchir mais c’est bien aussi d’agir concrètement. Du coup, ce diptyque me rappelle les éternelles oppositions militantes entre « réfléchir et agir ». Je pense surtout que chacun fait ce qu’il peut, essaie de s’y retrouver et continue selon ses choix de vie de toujours. Le changement dans la continuité, il faudra y repenser…
Et puis, j’aime bien les initiatives de ceux qui veulent rendre la vie vivable, amusante, intelligente : les artistes, les humoristes, ceux qui aiment les fleurs et qui voient encore le printemps… et qui fêtent le 1er avril !

Bref, le monde est surtout comme avant, avec des pédants, des moutons, des savants, des écolos, des créateurs, des politiques, des financiers…. La différence, c’est que maintenant ils ont peur !
J’ai un peu de mal à imaginer un futur meilleur mais ça m’intéresse bien de faire des scénarios prospectifs.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    Vous croyez qu’il y a encore besoin d’enquêtes universitaires pour établir des diagnostics pour le présent et des scénarios pour le futur ?
    On a toutes les données, et le constat (d’échec) sous les yeux. Et de nombreuses solutions promues depuis longtemps par des personnes qui n’ont pas attendu cette crise sanitaire pour regarder en face l’effondrement à venir.

    Les sorties pour s’aérer sont autorisées depuis le début (voir la première version de l’attestation), c’est très important de le faire si on en ressent le besoin, pour ne pas imploser. L’effort sera long.

    Signaler
  2. corsaire vert corsaire vert

    Très juste Tarama , tout cela était annoncé par ceux que, gouvernement en tête, ont été traités avec mépris de « Cassandre « .
    Alors ne mélangez pas les torchons avec les serviettes dans votre conclusion .
    Sinon en général j’apprécie le contenu de vos blogs ..fatigue ? découragement ?
    Courage !!!!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire