Les élections municipales ont lieu demain

MARSEILLE EN MÉDITERRANÉE

Billet de blog
Bernard LAMIZET
23 Juin 2019 0

Bien sûr, cela ne semble pas s’inscrire dans le champ de l’approche des élections municipale. Et pourtant…La semaine dernière, nous avons forcément parlé de la Méditerranée en évoquant la question de la place de la mer dans la ville, et, aujourd’hui, a lieu, dimanche et lundi, à Marseille, le « Sommet des deux rives ». Sans doute est-ce l’occasion de repenser la place de la Méditerranée dans l’élection municipale de Marseille. 

La Méditerranée dans l’économie marseillaise

N’oublions pas que c’est la Méditerranée qui a fondé, en quelque sorte, l’économie de la ville, qui a fait naître Marseille, à la fois comme espace politique et comme espace d’échanges et de marché, mais aussi comme espace de culture. Si Marseille est devenue une grande ville, c’est grâce à sa situation de port sur la Méditerranée – j’allais écrire : grâce à son ancragedans la Méditerranée. Trois dimensions dominent ce que l’on peut appeler l’économie politique méditerranéenne de Marseille et de la métropole. La première, c’est le port. Parce que Marseille est un port, elle est aussi un marché, d’où partent et où arrivent des biens, des marchandises vers tous les pays de l’espace méditerranéen et en provenance de tous ces pays. C’est bien pourquoi les tensions politiques, jusqu’aux guerres, qui déchirent la Méditerranée ont des incidences sur l’activité économique de Marseille. La deuxième dimension méditerranéenne de l’économie politique de Marseille, ce sont les migrations. C’est sans doute pour des raisons comme les migrations qu’il importe de se rappeler que, comme nous le rappelle Marx, il n’y a d’économie véritable que politique. En effet, pour penser l’économie de Marseille et, au-delà, l’économie de l’espace méditerranéen, il importe de penser le rôle qu’y jouent les échanges de populations, les déplacements, les migrations de travailleurs, mais aussi les migrations des personnes forcées de partir de chez elles pour des raisons liées aux crises politiques et aux guerres ou aux violences. Enfin, l’économie politique méditerranéenne de Marseille s’inscrit dans les politiques de la culture. La culture, sous toutes ses formes, a toujours joué un rôle considérable dans l’économie de Marseille, car les échanges de biens culturels et de pratiques culturelles ont toujours animé l’économie de la ville, qu’il s’agisse de l’économie liée à l’édition, aux musées et aux activités de loisirs ou de l’économie liée à la production, à l’échange et à la circulation d’informations et de savoirs sur la Méditerranée.

La Méditerranée et les acteurs politiques de la ville

Mais ce que l’on peut appeler la méditerranéitéde Marseille se manifeste aussi dans le discours et dans les pratiques des acteurs politiques de la ville et de la métropole. Si l’on observe les discours politiques et les manifestations des identités politiques de l’espace marseillais, on peut se rendre compte que cet espace politique a toujours été, en quelque sorte, tendu entre deux appartenances, entre deux mondes. Marseille, finalement, aura toujours été, en quelque sorte, à la fois en France et en Méditerranée, ou, comme l’exprime l’intitulé du Sommet des 23 et 24 juin, à la fois dans les deux rives de la mer, celle qui appartient au monde du Nord et celle qui appartient au monde du Sud. Certains acteurs politiques de la ville se sont, en quelque sorte, réfugiés dans une sorte de déni, dans une sorte de refus de reconnaître la méditerranéité de la ville en revendiquant de façon exclusive sa francité, tandis qu’au contraire, d’autres acteurs politiques ont fait de cette méditerranéité de la ville un atout, une source de richesse, une dimension politique donnant à Marseille un rôle international majeur. Sans doute la Méditerranée joue-t-elle un rôle important dans le débat politique classique entre fermeture et ouverture, entre xénophobie et accueil. C’est la raison pour laquelle il importe de donner à la question méditerranéenne une place importante dans le débat politique qui se déroule dans la ville.

C’est la raison pour laquelle il est sans doute important de penser la méditerranéité dans le débat en cours autour de l’élection municipale de 2020. Cette identité méditerranéenne de la ville peut jouer un rôle majeur dans les projets en débat à l’occasion de l’élection, qu’il s’agisse des projets de développement et de croissance économique, des projets de politique culturelle et de politique d’information et de communication, ou des projets de politique migratoire fondés sur le rôle de la ville dans la circulation des populations au sein de l’espace méditerranéen.

Sans doute, à Marseille, ne peut-on être pleinement un acteur politique sans exprimer des propositions dans le domaine de la politique méditerranéenne.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire