L’arme à gauche

Idée de sortie
le 31 Jan 2020
0

La disparition de René Vautier en 2015 a laissé orphelin tout amoureux d’un cinéma vivant, vibrant, libre et engagé. Au-delà de ses opus les plus connus, la richesse de son cinéma l’imposa comme une figure tutélaire d’un geste aujourd’hui presque disparu. L’équipe du Videodrome 2 consacre, pour notre plus grand bonheur, un cycle unique à cet immense cinéaste breton.

Si l’adjectif, trop galvaudé, d’engagé devait faire apparaître un seul visage du cinéma français, c’est sans conteste celui de René Vautier qui s’imprimerait sur la pellicule. Le parcours du Breton à la caméra rouge, l’un des nombreux surnoms qui lui survécurent, dépasse largement les questions esthétiques du cinéma, qu’il ne goûtait guère, pour une recherche, selon son expression, d’une vérité en images. Mais une vérité armée d’une caméra, viseur idéal contre un colonialisme et un fascisme à abattre.

Les convictions profondes qui animèrent le cinéma de René Vautier, décédé en 2015, déclenchèrent de fait un torrent de condamnations et de censures, qui vinrent prouver que cet immense artiste voyait et filmait juste. « J’ai fait des trucs qui sont en fait très bordéliques parce que j’ai pensé pendant très longtemps que le cinéma c’était un objet d’utilisation immédiate, c’était une arme à utiliser tout de suite et puis après, quand on avait fait des images et qu’on les avait utilisées, c’était pas la peine de les garder », s’amusait-il à préciser, sous forme de pied de nez, lors de ses entretiens avec Sabrina Malek et Arnaud Soulier.

Il est difficile de référencer l’œuvre intégrale de René Vautier, prenant en compte la disparition ou la destruction de certaines copies : on lui a prêté près de cent cinquante films. Si son œuvre n’est pas aussi colossale, elle n’en reste pas moins plurielle, protéiforme et formidablement riche d’enseignements sur l’histoire de la seconde moitié du vingtième siècle.

C’est donc avec un bonheur total que nous découvrons la proposition de la sémillante équipe du Vidéodrome 2, salle incontournable du Cours Julien : du 28 janvier au 2 février, une dizaine de films du cinéaste constituera l’un des plus beaux cycles de cette rentrée 2020. À commencer par l’opus de 1972, quasi prophétique, Mourir pour des images, hommage à Alain Kaminker et histoire du tournage de La Mer et les jours.

Bien évidemment, les trois films qui restent emblématiques du cinéma de René Vautier auprès d’un large public se retrouvent parmi cette programmation, d’Afrique 50, brûlot anticolonialiste saisissant qui connaîtra les foudres de la censure gouvernementale, au magnifique et indémodable Avoir 20 ans dans les Aurès, regard sans concession sur les horreurs de la guerre d’Algérie, en passant par Classe de lutte, film collectif (aux côtés, entre autres, de Pierre Lhomme, Joris Ivens et Jean-Luc Godard), premier opus du Groupe Medvedkine de Besançon sur la création d’un syndicat, dans une usine, par une ouvrière, dont les photogrammes ont résolument marqué l’histoire du cinéma.

Quelques perles incontournables viennent se nicher dans cette magnifique programmation, à découvrir sans réserve, d’À propos de… l’autre détail — qui revient sur les tortures ordonnées en Algérie par Jean-Marie Le Pen — à Et le mot frère et le mot camarade de 1995, en passant par une poignée de films courts, Marée noire, colère rouge, Algérie en flammes ou Techniquement si simple, sans oublier la lecture, qui achèvera le cycle, de La vérité est toujours belle / La censure est politique.

Soulignons que du 7 au 9 février, le Videodrome 2 proposera également la découverte des vidéos de l’auteur Guillaume Dustan à travers la projection de dix films inédits — programmation concoctée par Julien Laugier, Pascaline Morincôme et Olga Rozenblum, en partenariat avec le CipM —, et nous avons là l’une des programmations les plus exigeantes et les plus intelligentes qu’un cinéma puisse proposer aujourd’hui dans l’Hexagone.

Emmanuel Vigne

Cycle René Vautier : du 28/01 au 2/02 au Vidéodrome 2 (49 cours Julien, 6e). Rens. : 04 91 42 75 41 / www.videodrome2.fr

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire