Hubert Colas : « Actoral milite pour le désir de la curiosité »

Idée de sortie
le 20 Sep 2019
0

Malgré une baisse des financements institutionnels, Actoral maintient ses ambitions pour une dix-neuvième édition sous le signe, une fois de plus, de la transversalité artistique. « Osons encore cette pensée que les artistes d’aujourd’hui guident nos regards, nos intuitions, nos compréhensions et nos plaisirs pour un mieux vivre ensemble », nous suggère Hubert Colas, le directeur du festival et de Montévidéo, qui nous a accordé un entretien pour l’occasion.

© Marc Antoine Serra

© Marc Antoine Serra

Le festival a dix-neuf ans, c’est presque une génération et la transversalité est devenue la norme dans le théâtre contemporain…

Oui, cette durée dessine un chemin et pour la nouvelle génération d’artistes, il est clair que la problématique de la transversalité n’est plus une thématique mais un fait que tous les nouveaux médias mettent en place. Les artistes s’y sont adaptés. L’univers artistique est très polymorphe. Même dans la littérature : cette année, Théo Casciani présente ici une forme plastique de la littérature. Actoral est parti des nouvelles écritures, de la poésie sonore. Il y a dix-neuf ans, ce mouvement se régénérait, allait vers le théâtre, la danse pour interroger ces formes ; à présent il les a contaminées. Quand on a créé ce festival, on était en plein dans la non-danse et aujourd’hui, j’oserais dire qu’Actoral est une représentation du « no-théâtre » dans le sens où tout peut être du théâtre à partir du moment où il y a du vivant dedans. Finalement, ce que nous présentons, ce sont des formes très hybrides qui cherchent des cadres et des expositions. 

Il y avait aussi beaucoup d’autofiction…

Oui, il y avait un renouveau autour, par exemple, de Christine Angot, qui était aux premières éditions du festival, mais la question de l’autofiction ne se pose plus de la même façon. Il est plus difficile en littérature aujourd’hui de se poser comme un corps unique, avec ses petites histoires, son quotidien ; le monde force le regard de l’écrivain à être multiple, à donner au cadre son importance. 

Au théâtre, l’émergence des collectifs (comme TG Stan par exemple) a laissé entendre que tout était possible pour tout le monde. On pouvait être metteur en scène, acteur ou scénographe. Aujourd’hui, l’écriture de plateau revient avec plus de légèreté en tenant compte de l’économie, de l’écologie et de la notion de partage. On dit qu’il y a moins d’argent, ce qui est faux. En réalité, il y a plus d’argent qu’avant, mais moins d’argent partagé.

Il y plus d’argent pour le divertissement et moins pour l’art ?

On pourrait presque dire que ce qui était qualifié de divertissement il y a dix ans s’est rapproché de l’art ; et le divertissement d’aujourd’hui, c’est le populisme, quelque chose qui n’est plus de l’ordre de l’art ou de la culture mais purement de l’ordre de la distraction des populations. Laisser croire que la culture est à cet endroit-là est, de mon point de vue, un danger. 

Sans un art fort, sans une culture politique forte et un renoncement à une pensée politicienne de la culture, il n’y a pas d’art. L’art est en danger et ce danger se bâtit dans la peur qui est à plein d’endroits. Peur de la répression mais aussi peur de l’inculture, peur de ne pas comprendre, de ne pas être en capacité d’analyser immédiatement ce que l’on est en train de voir. On devient bête en cherchant à éviter d’être bête ; c’est important d’être bête pour comprendre. 

L’art contemporain est toujours autant critiqué…

Rencontrer l’art nouveau, pour ne pas dire contemporain, est une appréhension du sensible, c’est écouter ce qui se passe en nous au moment de la rencontre de l’autre ou de l’objet artistique. Cette sensation qui existe chez chacun d’entre nous est colmatée par le phénomène de la consommation, de l’immédiateté de la réalisation du désir, des images qui nous identifient ; c’est ça qui se joue aujourd’hui. Avec Actoral, depuis le début, je milite pour le désir de la curiosité, de la découverte, d’oser prendre un risque, d’où la multiplicité des propositions, à des tarifs peu élevés, permettant de préférer ceci à cela. Il nous faut constamment réapprendre ce que nous pouvons désirer car la société, le politique et l’économique cherchent à nous téléguider. Voir une forme nouvelle est de l’ordre de l’expérience de la vie, on ne peut pas le comparer tout de suite avec ce que la culture nous a permis d’analyser dans un art du passé. L’art contemporain ne correspond pas aux cadres qu’on a appris, laissons le venir dans notre esprit avec son temps, voyons ce qu’il en restera, c’est le mouvement d’une population qui crée son futur au moment où il le vit. L’art n’est fait que pour nous animer positivement ou négativement.

Qu’est-ce qui a changé depuis les années 80 ?

Avant les années 80, l’idée d’un plus grand nombre d’artistes n’existait pas : on donnait peu de place à l’expression féminine qui, en prenant de l’importance, a développé une altérité du regard et nous a permis d’appréhender l’art autrement. Jack Lang a favorisé l’idée que l’on pouvait tous plus ou moins être artiste ou du moins en mesure de pouvoir regarder l’art. L’art ne vit, n’existe que parce qu’il y a un regard. Cela est repris maintenant sur un versant négatif, celui du libéralisme, de la consommation, du dressage de la pensée et un versant positif, celui d’une écoute, d’une vision des œuvres avec un regard plus planétaire, une passation de l’intelligence. L’idée que nos nations représentent un fantasme de liberté, alors qu’elles sont un fantasme de régression autoritaire, nous laisse encore une marge de manœuvre. Le challenge de la modernité est de sauver l’esprit humaniste. C’est peut-être une utopie, mais je me refuse à dire que c’était mieux avant, parce que je l’entendais déjà quand j’étais jeune. De toute façon, nous n’avons pas d’autres choix, on peut décélérer le monde sur le plan économique, c’est fondamental, mais pas sur le plan de la modernité, elle est ce que nous devrons partager. Il peut y avoir de la répression, une élite cherchant à assujettir la masse, mais il y a malgré tout des résistances profondes et une vigilance populaire qui se fait entendre. C’est bien pourquoi le pouvoir a peur. 

Que penses-tu des problèmes de subventions que tu as rencontrés cette année et dont tu fais mention dans ton édito ?

J’ai été inquiet toute l’année, j’ai passé vraiment du mauvais temps et du mauvais sang depuis quelques mois. Au bout de dix-neuf ans, vivre cela est une douleur que je ne souhaite à personne. Que l’institution ne bouge pas plus par rapport à ce que l’on met en place est également difficile pour les gens qui travaillent avec moi, même si on pourrait dire que c’est un apprentissage pour ce qui est de défendre l’art contemporain. Tenir une ligne avec deux fois moins de moyens, c’est compliqué. La France a un problème de riches, pas de pauvres : un problème de redistribution des richesses et non un problème de pauvres qui veulent piquer du fric aux riches. L’argent tourne dans des endroits de renommée, de capitalisation ou de patrimoine, mais il y a une frilosité globale. Nous dire « On ne comprend pas ce que vous faites, expliquez-nous », c’est comme dire à un peintre devant sa toile « Expliquez-moi ce que vous allez faire ». C’est ridicule, c’est une question d’ignorant.

D’autant plus que le résultat est là pour Actoral en termes de public, de notoriété…

Oui, mais le regard du politique est différent aujourd’hui. On en parlait tout à l’heure, la notion de divertissement est descendue de quelques étages, pour devenir de la soupe. On peut fêter des tas de choses, la ville, la pêche, la nourriture, mais pas le qualifier d’art ou de culture. Les politiques utilisent cette confusion dans une optique électoraliste devenue indécemment claire, puis nous qualifient d’élitistes. Le monde du capital ne peut être, au bout du compte, que populiste, même si il ne l’est pas dans son discours. Pour faire de l’argent, il faut toucher le plus grand nombre de gens possible, or l’on pense que l’art contemporain s’adresse au plus petit nombre, ce qui est faux bien entendu. L’art a le temps pour lui, il restera toujours, pas les politiques et ils le savent, c’est pour cela qu’ils en ont si peur. 

Propos recueillis par Olivier Puech

Actoral #19 : du 20/09 au 12/10 à Marseille. Rens. : www.actoral.org/ 

Le programme complet du festival Actoral ici

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire