À Marseille, l’intenable organisation du ramassage des ordures

Décryptage
le 18 Oct 2022
16

Après plusieurs mois d'application, la réforme du temps de travail des éboueurs montre ses limites. Plusieurs syndicats demandent des journées moins longues contre plus de jours travaillés. À Marseille, la conférence sociale prévue à la fin du conflit social n'a jamais été mise en œuvre.

Une benne à ordure de la métropole. (Photo SL)

Une benne à ordure de la métropole. (Photo SL)

Dans une vidéo publiée dimanche 9 octobre, une dizaine de sacs-poubelles pleins sont entassés à même le sol rue de la République, l’une des artères centrales de Marseille. Sur les réseaux sociaux, le compte “Anonymous métropole” publie religieusement, chaque jour, des containers débordants d’immondices. Parfois, on ne les distingue même plus. Et il n’est pas […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    Pour certains, passer d’un boulot de 4 heures tôt le matin + gaches dans la journée à un boulot normal de 7 heures + gaches, c’est épuisant. Et le contrôle des horaires effectifs n’est pas encore en place !

    Signaler
  2. julijo julijo

    oui, c’est un boulot épuisant. oui, les éboueurs ont une mauvaise réputation.
    réputation imméritée qui n’a rien de comparable avec l’irrespect, le manque de citoyenneté, et même le mépris envers ce boulot, des particuliers, restaurateurs, et autres usagers.
    oui, peu de différences dans le service en un an ; j’ai juste l’impression que les camions passent plus régulièrement les 6 jours sur 7.
    je propose de faire un rapport de la crc….. ou de créer un comité théodule à la métropole… et apprendre aux usagers le sens du “vivre ensemble” avec leurs déchets !
    il suffirait peut être de les entendre, ce sont eux qui bossent pour évacuer nos mer…s !
    au milieu de 2020, quand les camions passaient dans ma ruelle du 12e, moi et mes voisins on sortaient pour les féliciter d’être venus dégager nos sacs de déchets.

    Signaler
  3. vékiya vékiya

    l’incivisme et le manque d’implication 1-1 balle au centre.

    Signaler
  4. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    Forcément, avec Yves Moraine en charge des négociations, rien ne s’est passé. Qui cela peut-il encore étonner ?

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Une constante de la vie marseillaise , ce que l’on appelle en terme journalistique un “marronier”.
    Il y a10 années, le même article et dans 10 années vraisemblablement le même.
    Nihil novi sub sole/ Rien de nouveau sous le soleil.

    E

    Signaler
  6. Haçaira Haçaira

    Entre l’incivisme du plus grand nombre et l’incompétence de la métropole on est pas prêt d’avoir des rues propres

    Signaler
  7. Lissia Lissia

    Jamais on ne dira assez que le travailleur des éboueurs est indispensable pour une vie meilleure pour tous, un travail pénible, ingrat, fatigant.
    Mais plus ou moins que celui des ouvriers sur les chantiers ? des femmes de ménage qui se lèvent à 4 h, voire 3 heures du matin, en plein sommeil, pour aller faire des centaines de bureaux au pas de charge ? des employés d’Amazon qui galopent dans les entrepôts à longueur de journée ? etc. etc.
    Et contrairement à Brallaisse, je ne crois pas que ça va durer encore 10 ans car les nouveaux recrutés vont surement connaitre un régime de travail plus en conformité avec les lois en vigueur dans la Fonction Publique Territoriale, (sans parler du fait que l'”externalisation” quand on ne veut pas dire “privatisation” peut arriver du jour au lendemain…). Et alors ça sera la fin de ce “marronier” !

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Ce ne sont pas les Lois qui vont faire la différence, les réglements de la fonction publique existent aujourd’hui et ce n’est pas ce qui empêche à la ville de Marseille, au Département ou à la Métropole de voir ce que l’on voit et les dysfonctionnements exixtants avec.
      Ce qui pose problème , c’est la mentalité,A souligner que l ‘encadrement et les zélus y sont aussi pour beaucoup,
      Changez la mentalité , les façons de faire et vous aurez réglé en grande partie le problème. On ne travaille pas à la mairie ,à la métropoleou au au département, on y est employé.
      La nuance existe et elle est importante.
      Après certains travaillent , mais vu les résultats , vous devinez ma pensée.

      Signaler
  8. Pascal L Pascal L

    ““On va jouer aux cons et respecter toutes les bonnes pratiques”
    Respecter les bonnes pratiques c’est tout sauf jouer au con, c’est essentiel, ça doit être la règle et même contrôlé par les autorités.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Cette phrase m’a aussi interpellée. Ces gens qui “menacent” de respecter les bonnes pratiques, il n’y a pas si longtemps, défendaient énergiquement le “fini-parti”. Or cette pratique est tout sauf bonne, parce qu’elle est risquée pour la santé des ripeurs. Son abandon est d’ailleurs recommandée depuis longtemps par l’Assurance Maladie. On ne peut pas tout avoir.

      Signaler
  9. Avicenne Avicenne

    Qu’est-ce que les cadres ont dans la tête, ils ne sont toujours pas capable de prévoir les plannings des vacances estivales ?
    20 % d’absentéisme, savent- ils que les contrôles existent même à domicile ?
    Oui l’incivisme de nos concitoyens est réel ( lorsque je descend ma poubelle et le container déborde, je la remonte ! ). Ils travaillent 6h58 / jours ( 200 jours / an ) , pause comprise et comme dans La Fonction publique d’Etat: la pause est de 20 mn hors je doute que ces messieurs s’en tiennent à ce temps, je crois que 3/4 d’heure à 1 H serait plus près de la réalité : personne ne les contrôle.
    Le compte que je fais:
    365 jours dans l’année – ~ 11 jrs fériés – 28 jrs compensateurs – 35 jours de ÇA – ~ 50 dimanches = 241 jours à travailler / an
    Où sont passés les 41 jours de différence ?
    Nous avons tous reçu les nouveaux guides de tri, un nouveau container est ajouté pour les vêtements, chaussures et maroquinerie et les 3 autres sont revus : cela promet !

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et vous n’avez pas compté le mois de maladie réglementaire.

      Signaler
    • Patafanari Patafanari

      A leur décharge, ils permettent à l’un des derniers bars du coin de subsister. Les voir attablés le matin, souriants et blaguants, réjouit le cœur du passant affairé. Ce sont un peu nos animateurs de quartier.

      Signaler
    • LN LN

      Merci à vous trois. Vous avez fait ma soirée. Mieux ! Mon weekend :⁠-⁠)

      Signaler
  10. Avicenne Avicenne

    @ braillaisse
    Alors le compte est à peu près bon, voilà où se nichent les 41 jours qui manquaient pour atteindre ces fameux 200 jrs travaillés.
    Merci !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire