Le préfet valide les nouveaux temps de travail des éboueurs

Info Marsactu
le 23 Sep 2022
11

Les services préfectoraux ont rendu leur avis sur la délibération cadrant le temps de travail des agents de la métropole après l'accord trouvé en décembre 2021. Des points mineurs sont retoqués et seront examinés par le tribunal administratif, mais l'essentiel est validé.

Des camions-bennes de la métropole dans le garage Rabatau, 10e arrondissement. (Photo : SL)

Des camions-bennes de la métropole dans le garage Rabatau, 10e arrondissement. (Photo : SL)

La décision était attendue et a fait l’objet de plusieurs allers-retours avec la métropole. Selon nos informations, le préfet vient de rendre son avis sur les nouveaux temps de travail des éboueurs et son raisonnement valide en grande partie l’accord conclu entre la métropole et les syndicats (FSU, UNSA, CGT, CGC mais pas FO, 1er […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Karo Karo

    La remarque du secrétaire général de l’UNSA me questionne “On est quand même les mieux-disant en France. Cela fera jurisprudence”.
    Est ce que ça serait possible de savoir combien d’heures travaillent les éboueurs de la ville de Paris ou de la métropole Lyonnaise pour qui les conditions de pénibilitées doivent être identiques.
    Comment les services de l’Etat peivent ils valider administrativement cette différence ( si il y en a une ) le temps de travail a tâche également doit être le même partout .
    Merci Marsactu d apporter un point d’éclairage qui nous manque tant.

    Signaler
  2. Forza Forza

    On comprend donc dans le dernier paragraphe que ce n’est toujours pas satisfaisant puisque ça ne leur permet pas de conserver leur deuxième boulot, et que comme prévu ils trouveront toujours une bonne raison pour faire grève. Vous les “sentez” comment, Noël 2022 ? Les JO 2024 ? etc.

    Signaler
  3. vékiya vékiya

    Travail me parait en trop dans votre titre.

    Signaler
  4. Pascal L Pascal L

    J’ai une question : cet accord concerne tout Marseille et/ou toute la Métropole ou seulement les arrondissements et communes qui ne sont pas délégués au privé ?
    Par exemple, les 2e 15e et 16e délégués à Derichebourg sont-ils concernés ?

    Signaler
  5. Bernard Honorat Bernard Honorat

    Il y a la théorie et la réalité. La réalité c’est un travail réel de 4h par jour. Pointage fait par un ami voisin d’un éboueur.

    Signaler
  6. Bibliothécaire Bibliothécaire

    Je verrai bien le préfet intimer à ces forces de police à ce que des dépistages alcool et autres stupéfiants soient réalisés aléatoirement sur les bennes. On pourrait alors voir l’indécence de certains clamant du harcèlement et demandant des tolérances !!

    Signaler
  7. didier L didier L

    Le temps de travail et la pénibilité … bon ok ! Mais à aucun moment dans cet article il n’est question du résultat, de l’objectif et de l’efficacité de ce temps de travail. Puisque le problème est quand même que les rues de Marseille sont mal entrenues et les déchets mal gérés. ( j’ai des photos de ma rue)
    Au fond peu importe le temps de travail, mais qu’il soit accompli ! Cela s’appelle dans toute entreprise “l’organisation des horaires” en fonction du travail à accomplir et du personnel disponible. C’est ce qui se passe dans les autres villes. Ceux qui sont chargés d’organiser ce travail à Marseille ont-ils cela en tête ou ont-ils bien d’autres soucis et préoccupations ?

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      “Au fond peu importe le temps de travail, mais qu’il soit accompli ! ” C’est exactement la définition du principe “fini-parti”, qui de fait règle l’organisation de pas mal de professions. Depuis des années ça hurle à Marseille contre le “fini-parti”, ce qui est hors sujet : la question était une clique clientéliste organisée depuis Sabiani, Defferre, Gaudin, pour embaucher des protégés qui ne faisaient à peu près rien. Le problème est : critères d’embauche+formation+encadrement+contrôle qualité et quantité+sanctions.
      Le problème reste pour les travaux (commandés par la ville ? la Métropole ?”) sur la voie publique : c’est pas contrôlé, bâclé, pas du fini-parti, mais du ni fait ni à faire, des trous qui se rouvrent à la première pluie, des trous rebouchés en montagnes russes, des marquages au sol qu’on n’isole pas et sur lesquels les véhicules roulent avant séchage. Chez vous ou chez moi, à la réception des travaux, quand on constate la malfaçon, on ne paie pas. À Marseille, je constate les malfaçons, mais mes impôts paient.

      Signaler
  8. Mistral Mistral

    Il serait intéressant d’avoir une étude sur le rapport entre le coût du nettoiement et du ramassage des ordures à Marseille et dans les autres Métropole et l’état des rues.

    Dans le centre ville de Marseille les nouveaux pavés posés l’année dernière n’ont pas été lavés une seule fois, c’est une véritable infection, ça colle aux pieds et ça pue, c’est honteux.

    Je propose de modifier l’orthographe du nom de Martine Vas-sale

    Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Enfin l’essentiel est préservé pour FO , que les “fainiasses” puissent faire du noir l’après -midi. En contrepartie les impôts locaux prennent + 12 % pour ceux qui en payent et pour les éboueurs, leurs activités non déclarées sont brut pour net.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire