A Malpassé, les bâtiments nés de la rénovation urbaine prennent déjà l’eau

Actualité
le 22 Mai 2018
4

Depuis leur installation il y a un an, les anciens habitants des Cèdres et des Cyprès subissent des problèmes d'étanchéité dans leurs logements flambants neufs. La construction de ces immeubles s'inscrit dans le projet de rénovation urbaine du quartier de Malpassé, porté par le bailleur social Habitat Marseille Provence (HMP). Des travaux devraient intervenir rapidement.

Au début du mois d’avril 2017, d’anciens habitants des Cèdres et des Cyprès dans le quartier de Malpassé (13e) s’installaient dans leurs nouveaux logements. Cet ensemble de six immeubles et 93 appartements, baptisés les Coteaux et Restanques de Malpassé, est situé à quelques dizaines de mètres en amont sur la rue Raymonde Martin. Les constructions s’inscrivent dans le projet de rénovation urbaine de Malpassé, un chantier de 188 millions d’euros, financé à 50 % par le bailleur social Habitat Marseille Provence (HMP). Le reste de la somme est réparti entre l’Agence nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et les collectivités locales. Mais un peu plus d’un an après leur installation, les problèmes s’accumulent et les habitants ont eu le temps de déchanter.

Dans les appartements les fissures se multiplient. Certains locataires constatent des fuites. « De l’eau coulait par le plafond de ma cuisine dès le premier jour », confie une occupante des lieux. Pour d’autres profiter du balcon paraît presque impossible, après une simple pluie, c’est l’inondation. Chez cette autre famille, les infiltrations d’eau font cloquer et jaunir les murs de la salle de bain. Des difficultés qui s’ajoutent à la nostalgie d’avoir quitté leurs anciens logements, aujourd’hui détruits. Et les solutions tardent à venir. « On a l’impression d’avoir été parqués là et de ne pas être écoutés », témoigne une habitante. Après un an et malgré quelques travaux pour réparer les fuites, ils se sentent abandonnés.

Des travaux « dans les jours qui viennent »

Ils sont nombreux à être touchés par ces problèmes, les infiltrations d’eau viennent du toit, du sol, des murs. S’agit-il d’une malfaçon globale ? Une mauvaise expertise du terrain ou des matériaux mal adaptés? Du côté d’HMP on reconnaît une partie des problèmes soulevés par les habitants. « Nous faisons face à un problème d’étanchéité. Nous avons eu une réunion il y a trois semaines et les travaux de réparation commenceront dans les jours qui viennent », promet Christophe Berger, directeur de la maîtrise d’ouvrage du bailleur social. Ces nouveaux travaux entrent dans la garantie d’achèvement du constructeur, l’entreprise Travaux du Midi. Les autres problèmes devront être réglés au cas par cas.

Des habitants nostalgiques

Cartographie du projet ANRU. Cliquez sur l’image pour afficher en plein écran. Source : Marseille rénovation urbaine.

Si les bâtiments des Cèdres et des Cyprès – dont la tour a été « foudroyée » en juillet 2016 – étaient anciens, les occupants y avaient leurs habitudes et en étaient satisfaits. « Les immeubles étaient vieux mais solides », raconte une dame en montrant des fissures au plafond de sa chambre.

Pour ne rien arranger les Coteaux et les Restanques, bien que neufs, subissent des dégradations, le pain quotidien des cités marseillaises : une porte d’entrée défoncée, celle de l’ascenseur du garage forcée ou encore des extincteurs vidés dans les sous-sols.

Découvrir notre carte des chantiers de la rénovation urbaine

Les personnes âgées de la résidence déplorent aussi le manque d’accessibilité. L’arrêt de bus n’a pas changé de place, elles doivent désormais marcher quelques dizaines de mètres de plus à chaque déplacement. Pour les courses, il faut souvent prendre la direction du centre commercial du Merlan. Des commerces sont prévus face au centre social, intégrés dans les prochaines constructions. Le quartier change mais lentement au rythme des avancées de la rénovation urbaine qui redessine le quartier depuis près de dix ans.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire