À droite, la candidature à la mairie de Bruno Gilles suspendue à l’hypothèse Martine Vassal

Actualité
Jean-Marie Leforestier
10 Jan 2019 12

Bruno Gilles, qui présentait ses vœux à la presse ce mercredi, poursuit son long chemin vers les municipales 2020. Mais la présidente du département et de la métropole semble aussi intéressée pour être la candidate LR.

Bruno Gilles lors de ses vœux à la presse le 9 janvier 2019.

Bruno Gilles lors de ses vœux à la presse le 9 janvier 2019.

Promis, Bruno Gilles ne se sent pas seul sur le ring. Il est pourtant l’unique candidat à réellement avancer ses pions pour les municipales de 2020 à Marseille. Ce mercredi pour la présentation de ses vœux, le sénateur Les Républicains a lancé son nouveau site Internet “participatif” pour créer “le programme des Marseillais”. “J’ai voulu être candidat très tôt, un an et demi avant les élections pour pouvoir nourrir ce vrai projet participatif par le biais du site, par les témoignages, par les groupes d’experts sur trente thématiques”, assume-t-il.

Hormis le Rassemblement national du sénateur Stéphane Ravier, aucune formation n’est encore en ordre de marche pour ce scrutin. Et ce n’est pas parce que Bruno Gilles est le président des Républicains des Bouches-du-Rhône que la chose est entendue au sein du parti. C’est à la commission d’investiture nationale que reviendra le choix. Il en est membre – “ça me fera au moins une voix” – au même titre que Martine Vassal. Le problème, pour lui, c’est que cette dernière laisse entendre avec un certain volume qu’elle pourrait elle-même briguer la mairie.

La petite musique Vassal

L’intéressée clame désormais dans tous ses discours son attachement à Marseille avec force. Surtout, les élus qui la soutiennent font exister l’hypothèse. Issus des hommes et des femmes qu’elle a promus au département, ceux-là se signalaient encore il y a peu par leur soutien au député Guy Teissier ou au premier adjoint Dominique Tian. Ce dernier, qui ne se représentera en 2020 après sa condamnation pour blanchiment de fraude fiscale, a appelé clairement à la candidature de Martine Vassal durant les fêtes de fin d’année. En marge de ses vœux mardi soir, la maire de secteur Sabine Bernasconi a elle aussi présenté Martine Vassal comme “la meilleure candidate”.

Son homologue des 9e et 10e arrondissements Lionel Royer-Perreaut laissait entendre la même chose en décembre à Marsactu : “J’aurais été plus inquiet si pour la fin du cycle de Jean-Claude Gaudin, si personne n’avait émergé naturellement. Mais Martine Vassal émerge naturellement. Ce qu’il nous faut, c’est un chef. La droite a cette culture. Elle a l’autorité. Elle est patronne de deux institutions primordiales et incontournables. Après, tous les scénarios peuvent être imaginés.”

“Un bon duo vaut mieux qu’un mauvais duel”

Le scénario dans lequel Martine Vassal peut imaginer se présenter à la mairie tient à la lenteur de l’avancée de la réforme territoriale voulue par le président Macron. “Si la fusion métropole-département n’a pas lieu avant les municipales comme nous le pensons et qu’il faut pour prendre la métropole être candidate à la mairie, elle le sera”, assure un soutien. Bruno Gilles, qui table sur la même hypothèse, assure qu’il n’y a pas de concurrence avec Martine Vassal et pense que la présidente de la métropole et du département est déjà bien servie :

Il faudrait mener la fusion et en même temps mener une campagne aussi difficile que les municipales pour se retrouver en 2021 à quitter la mairie pour reprendre la métropole et le département fusionnés ? Ça fait beaucoup de “si” et c’est exactement ce dont ne veulent plus les Marseillaises et les Marseillais. Je dirais qu’un bon duo vaut mieux qu’un mauvais duel  Demain ça serait énorme qu’avec Renaud Muselier, on soit tous les trois dans nos propres collectivités chacun dans son rôle.

Sur le fond pourtant, quelques divergences se font jour. Au sujet du drame de la rue d’Aubagne par exemple, quand Martine Vassal refuse tout bilan (lire notre article), Bruno Gilles s’excuse et lâche : “On ne peut pas dire qu’on a tout bien fait quand il y a trois immeubles qui s’effondrent et huit morts.” Un symbole d’une candidature souhaitée “populaire”. La principale distinction entre Bruno Gilles et Martine Vassal repose sur ce point. Tandis que l’un tente la reconnaissance des erreurs passées l’autre fait mine de regarder vers l’avenir. Mais quel qu’il soit, le candidat de droite devra jongler avec la marque de plus de vingt ans de gaudinisme. Qu’il le veuille ou non.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La halte ferroviaire d’Arenc, cinq ans et puis s’en va
Au pied de la tour La Marseillaise, un panneau estampillé SNCF et une machine pour éditer des billets signalent la présence d'une voie unique...
À la Castellane, la rénovation prend forme mais bute toujours sur l’avenir du centre social
C'était au printemps 2016, la démolition d'une barre de logements à la Castellane était retardée pour cause de bras de fer politique autour de...
Enseignants et parents du collège Versailles refusent trois ans de cours dans un chantier
Ils n'étaient qu'une petite centaine mais ont fait beaucoup de bruit. Ce jeudi matin, parents d'élèves, professeurs et élèves du collège Versailles, dans le...
La marche contre les boues rouges lance l’année cruciale d’Alteo
La pression ne faiblit pas. Ce dimanche, trois associations organisent à Mange-Garri une "marche contre la pollution des boues rouges", à laquelle se joindra...
Joissains en appel : “Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République”
C'est un cri du cœur expulsé après près de cinq heures d'audience. "Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République...
La feuille de route du préfet Dartout pour une grande métropole d’Arles à Saint-Zacharie
Le document tant attendu par les élus est enfin arrivé. Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de remettre ce mercredi au gouvernement son rapport sur la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire