À Château-Gombert, des déchets verts squattent des terrains publics

Enquête
le 13 Mai 2021
7

Dans le Nord de Marseille, des terrains publics se remplissent de biodéchets provenant de chantiers publics. À chaque fois, le même entrepreneur est à l'origine de ces décharges improvisées. Si l'activité semble passer inaperçue, elle est pourtant censée être encadrée.

Sur le terrain appartenant à l'établissement public foncier PACA, l'entreprise Chailan a entreposé sans autorisation une quantité importante de déchets verts. Photo : VA

Sur le terrain appartenant à l'établissement public foncier PACA, l'entreprise Chailan a entreposé sans autorisation une quantité importante de déchets verts. Photo : VA

De loin, l’endroit n’est qu’un pré bucolique au fond duquel trône une jolie oliveraie. Il faut s’approcher pour remarquer qu’une grande partie de ce terrain, situé au nord du technopôle de Château-Gombert, est recouverte d’une couche de déchets verts. Il y a quelques mois, une route en gravillons a été aménagée et une barrière installée […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    dans le BdR les décharges illégales, un sport national… L’essentiel c’est de participer…!

    Signaler
  2. Jacques89 Jacques89

    1) Les déchèteries ne doivent pas être accessibles aux entreprises (même si certaines collectivités acceptent leurs déchets) car comme leur nom l’indique ce sont les « ménages » qui financent (la jurisprudence est constante).
    2) L’Etat n’a jamais imposé aux chambres consulaires de mettre en place des filières spécifiques. Leurs adhérents doivent donc se débrouiller. Ce sont les ADEME financées par de l’argent public qui sont chargées d’organiser le recyclage. Manifestement cela ne fonctionne pas.
    3) Dans d’autres régions ce sont les tas de fumier qui sont stockés en bout de champ pendant les périodes de culture alors que la règlementation l’interdit. La concentration de nitrates en un seul point est un risque de pollution des nappes phréatiques.
    4) La plupart des entreprises font aujourd’hui payer à leurs clients le recyclage de leurs déchets (ceux des clients) ce qui est bien « normal ». Le plus souvent ces frais sont réduits à minima pour permettre la remise d’un prix concurrentiel et c’est là que les problèmes commencent.

    Conclusion : lorsque des services aussi importants que l’eau, l’énergie, les déchets et certains transports sont décentralisés, chacun fait ce qu’il peut dans son coin en fonction de l’impact électoral qu’auront ses actions. L’intérêt général reste secondaire. Et pour traiter de l’intérêt général, l’échelle de la nation reste la plus pertinente.

    Signaler
  3. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    La décentralisation comme toujours c’est : passe la balle à ton voisin ! La répartition des compétences entre les différentes structures est devenue la répartition des incompétences ! C’était déjà compliqué avec trois niveaux : communes, départements Etat… mais désormais il faut être au moins agrégé de droit public pour comprendre cette usine à gaz, qu’est devenue la décentralisation !. Et nos décideurs se préparent déja à sortir un nouveau texte, comme si c’était une priorité !

    Signaler
    • Avicenne Avicenne

      Surtout si on y ajoute les différents « offices et organismes « à encore plusieurs échelons avec des relations verticales, horizontales, transversales, circulaires… Dans ce magma avec sa pléthore d’employés : personne ne sait rien, c’est pas moi c’est l’autre … les vaches regardent passer le train !

      Signaler
  4. jo147 jo147

    Peut-on en savoir un peu plus sur le lien entre l’entreprise Chailan, qui semble ne pas être à l’aise avec l’application de la loi, et Monique Robineau, élue régionale, candidate LR à Allauch, etc ? Si je ne me trompe pas, son nom complet est Monique Robineau-Chailan. J’ai l’impression qu’on est au-delà du simple statut d’associée.

    Signaler
  5. petitvelo petitvelo

    Dommage que ce recyclage ne semble pas dans les clous réglementaires, car il semblait bien fonctionner

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire