48 heures à l'Holiday Inn, épisode 2 : le storytelling

À la une
le 5 Mai 2011
10

La suite de l’épisode 1 de 48 heures à l’Holiday Inn « le casting » :

Notre petite troupe a donc déboulé mardi matin du TGV en provenance de Marseille en gare Saint- Charles à 10 h 34, pour rejoindre leur QG de campagne, l’hotel Holiday Inn de l’autre côté de la rue. On vous avait prévenu, ils ne sont pas venus pour rigoler et boire des coups sur la Corniche nos commissaires. Première surprise, une meute de journalistes les attendait dès leur descente du train et devant leur hotel. Richard ne s’attendait pas vraiment à ça. Magnéto Esther :

Alors que Alain Richard et ses troupes se mettaient au travail, se répartissant en 3 groupes, afin de pouvoir interroger pendant ces 2 jours d’enquête les 74 militants qu’ils avaient prévu d’entendre, les spin-doctors de Guérini allaient dérouler un beau plan com. Du bel ouvrage. Si la veille Gibert Gaudin spin-doctor en chef de JNG avait été ridiculisé par le Petit Journal de Canal+, cela n’allait pas l’empêcher de donner le meilleur de lui même afin de gérer au mieux la communication autour de la commission d’enquête. Avec d’abord une conférence de presse surréaliste organisée à la dernière minute par Jean-David Ciot, porte-serviette de JNG et actuel premier secrétaire de la Fédé 13, dans le lobby de l’hotel, juste devant la porte de la salle où se réunissait la commission d’enquête !

Ce qui a permis à Ciot, tout en surveillant du coin de l’oeil les entrèes et les sorties des militants qui venaient rencontrer la commission, de distribuer les éléments de langage aux (très) nombreux journalistes présents. Un discours qu’il répétait à l’envie face caméra, aux micros, en in, en off… Premièrement, on est content que la commission d’enquête soit là, on n’a rien a cacher, on est transparent, deuxièmement, le rapport Montebourg nous a caricaturé et il a été téléguidé par un élu local pour des raisons d’ambitions personnelles. Un élu dont le nom commence par M et finit par I et dont le prénom est Patrick. Et un élu bien seul, car nous, si on n’est pas toujours d’accord (Andrieux et Carlotti VS Ghali) on est quand même une grande famille (la scène du canapé…) :

Pendant que Ciot faisait donc le physionomiste devant l’entrée de l’hotel, les premières auditions, très peoples, se tenaient. Les drôles de dames du PS local ouvraient le bal. Deux brunes – Samia Ghali, Marie-Arlette Carlotti – pour une blonde Sylvie Andrieux. Deux qui ont envie que ça change, Andrieux et Carlotti, et une pro-JNG, Samia Ghali qui elle, préfère largement que tout change pour que rien ne change, et qui au passage envoyait une petite gentillesse à ses camarades « filles et fils de ». Magnéto Charlie :

Après cette matinée très people, les journalistes, et Ciot partis, la suite pouvait se dérouler tranquillement. 74 personnes allaient être entendues, là aussi avec un casting qu’on a toujours pas compris. Des volontaires ? Des convoqués ? Par le national ? Par la fédé locale ? Par les deux. En tout cas Ciot avait l’air tout à fait au courant de qui allait venir et qui allait dire quoi. Il nous expliquait  qu’en gros ils seraient deux tiers à soutenir JNG contre un tiers « à charge ». C’est déjà moins un plébiscite qu’une élection à la fédé, mais est-ce que ce sera suffisant pour ressortir tout blanc ? La suite au prochain épisode.

Un lien épisode 3 de 48 heures à l’Holiday Inn : le speed-dating

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire