17 ans plus tard, le tramway vers la place du Quatre-Septembre fait son grand retour

Actualité
Benoît Gilles
12 Déc 2018 10

Avant la métropole, jeudi, le conseil de territoire a voté ce mardi une délibération qui lance la concertation préalable au tramway vers la place du Quatre-Septembre. Initié en 2001, le projet a été abandonné avant de ressurgir pour une inauguration possible en 2025.

Un tramway en 2013.

Un tramway en 2013.

À Marseille pour que les choses bougent, il faut parfois prendre un peu d’avance. Il en est ainsi du tronçon de tramway qui doit relier la rue de Rome à la place du Quatre-Septembre à Endoume. Le projet initial date de 2002. C’était même la troisième ligne du tramway Blancarde-Endoume avant son abandon pour des raisons de coût et de difficulté de réalisation. Loin d’être prioritaire dans les desseins du plan de mobilité métropolitain qui misait plutôt sur le développement d’un axe Nord-Sud, vers La Rouvière d’abord puis les Crottes ensuite, il a continué à avancer en sous-marin.

Ainsi en 2017, la métropole lançait une étude préalable pour sa réalisation avec la ferme intention de voir les rubans découpés en 2025 (lire notre article). Le projet connaît depuis un sérieux coup d’accélérateur. Ce mardi, le conseil de territoire Marseille Provence examinait le dispositif de concertation préalable, avant son adoption en conseil de métropole, jeudi.

Évalué à 60 millions en 2017, il monte désormais à 75 millions hors taxes en passant par la préfecture, le cours Puget, l’avenue de la Corse et la Corderie. La délibération met en avant le plan ambition centre-ville que Martine Vassal doit présenter ces prochains jours en permettant notamment « la suppression d’un grand nombre de dessertes de bus », de « pacifier le grand centre-ville » et contribuer à la « valorisation de l’espace public d’un des axes les plus emblématiques de la ville ». Il permettra la « desserte de certains des quartiers les plus densément peuplés du 6e et 7e arrondissement et facilitera l’accès à la colline ».

« Pas un mètre sur l’axe Nord-Sud »

Or, pour l’opposition de gauche, le compte n’y est pas. « Le plan de déplacements urbains de la métropole privilégie l’axe Nord Sud pour le tramway avec, en plus, un prolongement du métro vers Saint-Loup, lance ainsi Marc Poggiale pour le parti communiste. On n’a pas avancé d’un mètre sur le trajet nord-sud et on va se lancer sur un projet à 75 millions à minima ? » Précisons toutefois que la ligne nord-sud a elle déjà franchi le stade de la concertation et vise une inauguration en 2023.

Il pointe également ce qu’il estime être une série d’incohérences : la volonté de désenclaver un quartier en collines, « alors qu’on sait que le tramway ne va pas y grimper », ou la difficulté liée au « trafic intense » sur le boulevard de la Corderie et l’avenue de la Corse, « seule voie d’accès vers le Vieux-Port ». Il annonce donc l’abstention des élus communistes et demande à ce qu’un projet de tramway entre la Belle-de-Mai et Endoume s’inscrive dans un projet « à plus long terme ».

Au nom du groupe socialiste, Patrick Mennucci, maire de secteur de 2008 à 2014, demande le retrait de ce rapport car il serait, dit-il, « extravagant de poursuivre ce projet » parce que « des élus considèrent que c’est de la bonne agitation de ressortir ce projet avant les élections ». Lui aussi souligne la complexité de faire coexister un trafic intense « sur deux voies » avec un tramway dont il peine à voir l’intérêt pour les transports. « Je crois qu’un projet de tramway doit être rattaché à un pôle d’échange avec des parkings à proximité. Où sont les parkings dans ce projet ? », interroge-t-il en pointant le premier adjoint Dominique Tian avec qui il a ferraillé lors des élections municipales dans ce secteur.

Le rapport fait effectivement référence au « rayonnement des pôles d’échanges de la place du Quatre-Septembre et de Saint-Victor » auxquels le tramway est censé contribuer sans que l’on sache de quelle teneur est ce rayonnement. Plusieurs fois cité, l’ancien député Dominique Tian répond par une pirouette : « Puisque cela fait dix fois que nous avons une discussion là dessus, inutile d’en débattre encore. Tu pourras t’exprimer dans le cadre de cette concertation et ensuite auprès du commissaire enquêteur. Nous verrons quels seront alors les résultats de cette concertation. »

Quant à l’ancien maire de secteur, Jean Roatta, il s’étonne qu’on puisse relancer une concertation alors qu’il a mené « 70 réunions sur ce projet au cours desquelles les opposants ont pu s’exprimer ». Pourquoi donc revenir là-dessus 17 ans plus tard ?

Le résultat du vote est pourtant intéressant. L’opposition de gauche s’oppose, la majorité LR approuve. Les élus RN ne bronchent pas. Jusque-là, rien que de très ordinaire. Quand une voix ténue s’élève dans les rangs des Républicains. L’ancien adjoint à l’urbanisme, Claude Valette, lève le bras. Il vote contre. « C’est impossible de faire passer un tramway par là », affirme-t-il. Jean Roatta se rapproche pour discuter entre vieux grognards de l’ère Gaudin. Ce mardi soir, ni l’un, ni l’autre n’était joignable pour expliquer la teneur de leur conversation.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La station de métro Gèze n’ouvrira pas en septembre
Martine Vassal avait raison de se refuser à avancer la moindre date. Mais son vice-président délégué aux transports Roland Blum n'a pas eu cette...
Bus secret de la RTM : on l’appelait « la clandestine »
"Je te conseille plus de prudence quant aux dates de mise en service que tu annonces." La réponse émane d'Eugène Caselli, ancien président socialiste...
Un chantier ferroviaire lyonnais éloigne le port de Marseille de ses clients
Aller vite et être fiable. Voici pour résumer le credo des ports européens pour devenir le point d'entrée des marchandises venues d'autres continents. Un...
Renvoyé en correctionnelle, le militant Kevin Vacher dénonce une décision « politique »
Épuisé mais soulagé. Le militant du collectif du 5 novembre, Kévin Vacher est sorti du palais de justice après plus de 28 heures de...
Marseille, bonne élève de la lutte contre les trafics de stupéfiants ? Pas si sûr
Mardi, trois ministres et un secrétaire d'État "descendaient" à Marseille, annoncés à la dernière minute, pour présenter le nouveau plan national de lutte contre...
La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire