« ZUP », un sigle « stigmatisant » mais tenace à Encagnane

Série
le 3 Jan 2020
0

Depuis sa création dans les années 60, le quartier d’Encagnane à Aix-en-Provence est perçu comme une "ZUP", une "Zone à urbaniser en priorité". Une réputation de "quartier prioritaire" avec laquelle ses habitants entretiennent des sentiments mêlés.

Les terrains de sport de la Maréschale (Photo Emilio Guzman)

Les terrains de sport de la Maréschale (Photo Emilio Guzman)

« Encagnane est proche de tout mais séparé par des stéréotypes. » C’est ainsi qu’Odile Bienaimé, présidente du comité d’intérêt de quartier (CIQ), décrit, avec amertume, le quartier où elle vit depuis 1995. Qualifié de ZUP – zone à urbaniser en priorité – Encagnane a vu le jour en 1960 avec la construction de 4200 habitations sur un terrain de 65 hectares. Il répondait alors à un besoin urgent de nouveaux logements causé par une hausse soudaine de la population et une forte urbanisation.

Aujourd’hui, même si le terme ZUP n’existe plus – cette procédure d’urbanisme a été revisitée avec les zones d’aménagement concertées (ZAC) à la fin des années 60 – le sigle est resté. Tenace, comme une tache indélébile. Il est fréquent aujourd’hui d’entendre parler de « la ZUP » ou de « la ZUP d’Encagnane », notamment dans les médias. C’est ce que déplore Moussa Benkaci, adjoint de quartier à Encagnane : « On a du mal à ce que les gens disent juste ‘Encagnane’. Le terme de ZUP est adopté aujourd’hui. » À l’origine administratif, le terme est d’ailleurs approprié positivement par certains habitants, comme cette locataire de la résidence Calendal qui pose comme condition à son relogement « la ZUP ou rien ».

Mais pour Saïd Belguidoum, sociologue à Aix-Marseille université, cette dénomination de « ZUP » est stigmatisante car elle renvoie à des appellations négatives : « quartier difficile », « quartier à problèmes ». Il explique : « Les ZUP, ce sont des quartiers toujours caractérisés par des termes qui les mettent à la marge. Aujourd’hui, ce qui était un sigle pour Encagnane est devenu un acronyme puis un nom. Même en enlevant le mot ZUP, Encagnane gardera cette réputation. »

Encagnane doit s’appeler Encagnane naturellement

Thierry Brayer, animateur du blog L’Aixois

Léo, 23 ans, veste à carreaux et bonnet sur la tête, étudiant à Aix et locataire à Encagnane y a d’ailleurs très vite été confronté. Alors qu’il trouve aujourd’hui le quartier « très calme et agréable », il dit avoir entendu beaucoup de préjugés dessus à son arrivée. « Beaucoup d’Aixois me disaient ‘oh mon dieu, ne vas pas habiter là-bas, ça craint’, sans vraiment connaître le quartier. Il a une mauvaise réputation mais c’est beaucoup de préjugés au final », raconte-t-il. Une réputation d’autant plus pesante pour les habitants qu’elle établit une frontière claire avec le centre-ville, souligne Thierry Brayer, résidant à Encagnane et animateur du blog l’Aixois. « Il faut revenir à une équité. Encagnane doit s’appeler Encagnane naturellement » affirme-t-il.

Des atouts et des critiques

Pourtant, sur le papier, Encagnane a des atouts : proximité avec le centre-ville et les grands axes routiers, commerces de proximité, bonne desserte par les transports en communs, fort tissu associatif. Mais lors d’une réunion politique en octobre dernier, la quinzaine de résidents présente s’en est en effet donné à cœur joie : pollution, stationnement, insécurité, manque d’entretien, mauvaise gestion des déchets… Les doléances étaient nombreuses et chacun semblait en avoir gros sur le cœur.

Certaines de ces critiques sont d’ailleurs perceptibles lors d’une simple visite de ce quartier populaire, coincé entre le Aix historique et l’autoroute A51. Loin des façades colorées et de l’agitation du centre-ville, Encagnane et ses rues plutôt calmes paraît comme suspendu dans une autre époque. Depuis sa création dans les années 60, les bâtiments ont mal vieilli et sont peu entretenus, la peinture s’écaille à de nombreux endroits. Idem pour les quelques petits commerces qui semblent vivoter. Dans la rue, le problème de stationnement pointé par les habitants est évident : que ce soit dans les grands axes ou petites rues, des voitures stationnent sur les trottoirs, en double file… Enfin, hormis les jours de marché, la place principale Romée de Villeneuve, censée être le cœur du quartier, ressemble plus à un parking ouvert qu’un lieu de vie. D’ailleurs, « la cohésion dans le quartier ne se fait pas » note Thierry Brayer.

En outre, Encagnane constitué à 64 % de logements sociaux, reste très pauvre. Saïd Belguidoum, déplore un manque de mixité sociale et décrit sa population comme « de plus en plus homogène au niveau de ces caractéristiques sociales et concentrée sur un même territoire, ce qui accentue sa marginalisation. » En effet, selon l’Insee, la part des emplois précaires y est de 24,6 % (contre 14,3 % dans la commune d’Aix) et la part des ménages imposés de 27,3 % (contre 64­ % au niveau de la ville).

Une insécurité réelle ou ressentie ?

Cette mise à l’écart est confortée par quelques actes de délinquance et une insécurité perçue par les habitants. Michelle*, retraitée, propriétaire à Encagnane depuis 1968, trouve en effet que le quartier « a beaucoup changé et pas forcément en bien ». Accompagnée de ses deux amies, elle commence à s’exprimer et chacune y va finalement de son récit : vol à la tire, cambriolage, vol de batterie de voiture… Chacune « connaît quelqu’un qui… ». « Je ne me hasarderais pas à rentrer tard. J’arrête d’ailleurs de sortir à la tombée de la nuit. Quand je sors avec mon amie ou ma famille, ils me raccompagnent jusqu’à ma porte », conclut Michelle avec vigueur.

Philippe, la cinquantaine, vêtu d’une doudoune sans manches, promène son bouledogue anglais. Il habite Encagnane depuis un an. S’il vante les mérites du quartier et le « tout à proximité », il comprend aussi sa réputation « la population qui traîne dans les rues, ça peut causer des appréhensions vu de l’extérieur. Moi j’ai l’habitude, j’ai toujours aimé habiter dans les quartiers populaires. » Pourtant, un peu plus tard dans la conversation, Philippe hésite un instant puis bombe le torse et avoue : « J’ai toujours une bombe lacrymogène et un couteau à cran sur moi. D’ailleurs j’en ai aussi donné une à ma femme qu’elle a toujours sur elle quand elle sort. »

Cependant, faute de données précises – la police municipale ne souhaitant pas fournir de chiffres – la délinquance à Encagnane reste difficile à estimer. Ainsi, Odile Bienaimé balaie l’insécurité avec assurance et affirme pouvoir « rentrer à minuit sans problèmes ». « Certes, il y a des poches de délinquance, avec des bandes de jeunes et de la drogue… Mais au niveau du quartier dans son ensemble, je dirais qu’il n’y en a pas plus qu’ailleurs » affirme-t-elle. C’est ce décalage entre ressenti et réalité que dénonce Thierry Brayer : « Je ne pense pas qu’on soit en insécurité dans le quartier d’Encagnane mais le sentiment est là. On a l’impression qu’il va se passer quelque chose alors qu’il ne se passe rien. »

Si le terme de « ZUP » reste si fort à Encagnane, est-il possible aujourd’hui de surmonter cette réputation ? Pour Saïd Belguidoum, il faut plus d’aménagements pour « recréer de la mixité fonctionnelle, pas seulement de l’habitat dans le quartier mais aussi intégrer d’autres types de service comme des bureaux, des centres de loisirs. L’enjeu est de recréer de l’ambiance urbaine et un cadre de vie où l’on se sent bien. » Il y a ici un vrai pari pour les municipales : réussir à rendre le quartier plus accueillant, à y recréer de la cohésion sociale. Moussa Benkaci affirme pourtant que la ville fait un grand travail pour contrer cette marginalisation avec « énormément de changements et de projets prévus dans le futur », dit-il. Un vaste programme de renouvellement urbain a justement été annoncé en 2014. Mais il tarde à devenir palpable pour ses habitants.

*Le prénom a été modifié.

Albane Thirouard 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire