Voisine d’un immeuble en péril imminent, l’école Sainte-Cécile ne voit pas le bout du tunnel

Actualité
Rémi Baldy
27 Fév 2019 4

Menacée par un immeuble voisin frappé d’un péril imminent, l’école Sainte-Cécile (5e) est amputée d’une partie de sa cour de récréation et de sa salle polyvalente. La mairie a exigé des travaux de la part des propriétaires du bâtiment, mais la procédure est partie pour durer.

Rentrée des classes pleine de surprises pour les 215 élèves de l’école Sainte-Cécile (5e). Et pleine de questions pour leurs parents. Tous s’interrogent sur le long mur bâti avec des panneaux de bois qui coupe désormais la cour de récréation en deux. Et ce tunnel par lequel les enfants doivent passer pour se rendre sous le préau. Installé par la mairie durant les vacances, il doit maintenir les enfants et le personnel enseignant loin de l’immeuble voisin, 8 rue du capitaine Galinat, frappé d’un arrêté de péril imminent depuis le 21 février. Voilà pour le début d’une drôle d’aventure, avec cour rabougrie et tunnel d’entrée. Pour la fin en revanche, la perspective est longue.

Des parents inquiets

Lundi matin, des membres de la mairie dont Danièle Casanova, adjointe aux écoles, et des inspecteurs de l’Éducation nationale se sont rendus sur place. Ils ont confié aux parents s’attendre à ce que la situation s’étende sur plusieurs mois. De son côté, le directeur de l’école, Stéphan Challet, estime quant à lui que “cela durera jusqu’à la fin de l’année”.

Pour les parents, prévenus par courrier et email en fin de semaine dernière, c’est le flou.”Ils ont fait une réunion pour nous dire qu’ils ne savaient rien”, lâche, dépitée, Gaëlle en amenant sa fille. “Si un immeuble s’effondre, je doute qu’une palissade puisse protéger quoi que ce soit”, ajoute-t-elle.

“Ils nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas intervenir parce que c’était un espace privé. Un point doit être fait après les vacances de Pâques mais sur l’avancement du dossier pas sur la réalisation des travaux, s’inquiète Clémence une autre mère d’élève. Ils font de la communication, mais pas de l’action”. Gérôme, qui fait partie des représentants des parents d’élèves, ne se fait pas d’illusion. “Ils sont dépendants des procédures judiciaires”, souffle-t-il.

La salle polyvalente bloquée

Selon des parents présents lors de cette réunion et le directeur, certains parents auraient signalé leur intention de ne plus emmener leurs enfants à l’école. Le nombre d’enfants concernés n’a pas été précisé.

De son côté, la mairie assure avoir fait son maximum : “La Ville a fait ce qu’elle devait faire pour sécuriser le périmètre à l’intérieur de l’école pour les élèves et maintenant on attend que les propriétaires agissent”. Selon la collectivité, des réunions devraient se tenir tous les mois pour suivre l’évolution du dossier.

Des travaux de sécurisation étaient toujours en cours ce mardi matin. “La palissade et le tunnel sont terminés, il reste à consolider le toit du préau”, nous fait savoir la mairie. Après la sonnerie, les écoliers se rangent deux par deux le long des palissades. “Certains petits ont fait un pas de recul en voyant cela, ils se demandaient s’ils pouvaient y aller ou non”, raconte le directeur de l’établissement. Ces constructions bloquent bel et bien certaines parties de l’école, à savoir des toilettes, un espace de stockage mais aussi la salle polyvalente dédiée aux activités sportives des écoliers. Et l’école se retrouve amoindrie jusqu’à nouvel ordre.

Tout débute avec l’inquiétude de l’un des quatre propriétaires du 8 rue capitaine Galinat quant à l’état de ce “trois-fenêtres” marseillais. Face à l’absence de syndic dans la copropriété, il décide de saisir le tribunal de grande instance qui désigne le syndic Fergan comme administrateur judiciaire fin janvier. “J’ai une mission, faire face à la carence de syndic et aux difficultés financières”, explique Laurent Fergan du cabinet éponyme. Face à l’état de l’immeuble de deux étages, il décide d’alerter la mairie.

La question du financement des travaux

C’est ensuite l’expert du tribunal administratif qui rend son rapport entraînant l’arrêté de péril. Le document qui évoque “une importante lézarde dans le mur pignon constituant un risque de basculement de la façade latérale sur l’école voisine”, ordonne aux propriétaires de “réaliser les travaux nécessaires (…) sous 28 jours”. Soit d’ici le 20 mars.

Capture d’écran de l’arrêté de péril.

Mais un dénouement d’ici à un mois est loin d’être assuré. “La difficulté, c’est de trouver des fonds, les ressources financières des propriétaires sont très légères”, prévient Laurent Fergan. L’administrateur monte un dossier auprès de la nouvelle cellule d’accompagnement habitat, installée par la métropole rue de la République, mais les études aussi, nécessitent des fonds. Il a par ailleurs diligenté un bureau d’études, comme cela est exigé, et veut “faire la mise en sécurité préalable”. C’est-à-dire réaliser les travaux signifiés dans l’arrêté. Viendront ensuite les travaux de pérennisation.

Si Laurent Fergan ne parvient pas à trouver les fonds pour des premiers travaux, il compte “demander à la municipalité de faire des travaux d’office”. Cette solution ne peut se déclencher qu’après le délai de 28 jours. Mais la procédure n’étant que très peu utilisée par la municipalité, impossible de définir la durée qu’elle pourrait prendre.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire