V Marseille, un nouveau magazine à Marseille

À la une
Pierre Boucaud
4 janvier 2013 8

A la différence d'autres grandes métropoles françaises, comme Lyon, Toulouse ou Rennes, Marseille n'a pas de magazine mensuel généraliste indépendant. Mars Mag a été arrêté il y a quelques années, et depuis rien n'est sorti, crise de la presse et arrivée du numérique obligent. Le courageux Ravi est un mensuel indépendant mais fait plus dans la satire et la politique que dans le news mag généraliste. On peut trouver quelques gratuits mais spécialisés dans la culture, comme 8ème Art, dans le people et la mode comme Côte et Toutma. Méridien Mag et Objectif Méditerranée sont eux payants et spécialisés dans l'économie régionale, et on passera vite sur Gens du sud édités par La Provence.

Du coup 5 jeunes journalistes, deux filles et trois garçons, issus de l'IUT en communication et journalisme de Lannion ont pensé qu'il y avait peut-être une place à prendre, sur la trace de leurs aînés bretons du Mensuel de Rennes. Et ont préféré le print au web : "on n'a toujours pas vu de modèle économique". L'idée est donc de proposer chaque mois (11 numéros par an), un magazine généraliste (politique, société, culture, quartier…) de 80 pages, pour 3,50 euros, sur l'actualité marseillaise et de sa région, distribué en kiosque et dans quelques libraires indépendantes.

DJ Djel de la Fonky Family et qui vit aujourd'hui aux Cinq avenues, fait la une de ce premier numéro et une belle interview où il balance pas mal sur le rap, sur Marseille 2013 : "le in et le off c'est une espèce de 69 culturel que je ne supporte pas", et sur Marseille "je vais me casser. A Paris, peut-être même hors de France (…) Mais j'ai une famille et je suis attaché à cette ville. Le Marseillais a un problème, même quand il se barre, il revient. Je suis né à Belsunce et ça me manque". La culture est assez présente, avec notamment un agenda très complet. Mennucci, Endoume, les puces sont aussi au programme de ce premier V Marseille.

C'est propre, c'est carré, un peu classique mais ça fait le job. Et ça donne envie d'acheter le prochain. Malgré tout le pari reste risqué. Les 5 fondateurs se sont regroupés au sein d'une société coopérative, une Scop afin de garantir leur indépendance. "V Marseille appartient à 100% à ses associés, tous journalistes" nous a expliqué Eric Besatti, qui vise entre 3 et 5000 exemplaires avec une dizaine de pages de publicité (2500 euros la page) pour pouvoir être à peu près rentables. "Si on arrivait à tous se payer un Smic ça serait le nirvana". C'est tout le mal qu'on leur souhaite. 

8
commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Anonyme Anonyme

    25000 euros de pub par numéro ? l’utopie règne… Sauf à faire des sucettes profondes aux 3 puissantes collectivités… mais après il n’y a plus de magazine…

    Signaler
  2. Bod66 Bod66

    2500 euros, pas 25000 la page de pub.
    Bonne chance à ces 5 jeunes qui n’en veulent.
    Je testerai les premiers numéros avec grand plaisir.

    Signaler
  3. Pizzaiolo Pizzaiolo

    « Il n’y a jamais trop de journalistes sur un territoire », bien parlé ! Sur le vieux débat papier-électronique, l’invention de l’ascenseur n’a pas tué l’escalier. Et il y a plusieurs moyens de diffuser la presse papier en plus des kiosques (en théorie au moins). Vé Marseille, beau titre, moi aussi je l’achèterai avec plaisir.

    Signaler
  4. El navigator El navigator

    Je veux un autographe !!! (chose promise, chose due hein ML ?)

    Signaler
  5. agathe agathe

    Bravo ! J’ai trouvé mon VMarseille facilement et c’est excellent ! Je continuerai à l’acheter. Bravo pour vos articles – Continuez, librement !!!!!!!

    Signaler
  6. pellicani chistian pellicani chistian

    Pari difficile pour nos jeunes journalistes.
    Encourageons la créativité et l’audace !

    Signaler
  7. Anonyme Anonyme

    Monsieur
    Pouvez-vous prendre le temps de regarder le PDF « Visages de lumière ».
    Il faut taper sur les signes en bas du catalogue pour ouvrir les pages.
    Merci, si vous le jugez utile, de parler et de faire suivre le catalogue à vos amis.

    Une exposition du frère Jean est présentée du 16 mai au 15 juin à la Librairie-Galerie Liber – 26 Bd Notre-Dame – 13006 Marseille
    pour Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013.
    Vous êtes invité au vernissage le jeudi 16 mai à partir de 18h – Tél : 04 91 54 37 07 et 06 08 61 65 66.

    Et l’exposition « Jardin en Lozère » dans les allées du domaine du Skite Sainte Foy (Cévennes) du 21 mai au 23 septembre
    Ouvert pour le « Temps des jardins » le 31 mai et 1-2 juin de 14h à 17h – et – Pour les « Journées du Patrimoine de Pays » le 15-16 juin 2013 de 14h à 17h.
    Pour les « Journées Européenne du Patrimoine » le 21-22 septembre de 14h à 17h.

    Skite Sainte Foy – 48160 Sain-Julien-des-Points – Tél: 04 66 45 42 93

    Si vous le souhaitez vous pouvez regarder: – le site: http://www.photo-frerejean.com
    – le film de 15′ de Patrick Bittar sur internet: Ora et labora in horto

    Cordialement

    Père Gérasime

    Signaler
  8. frère jean frère jean

    Pouvez-vous prendre le temps de regarder le PDF « Visages de lumière ».
    Merci, si vous le jugez utile, de parler et de faire suivre le catalogue à vos amis.
    Une exposition du frère Jean est présentée du 16 mai au 15 juin à la Librairie-Galerie Liber – 26 Bd Notre-Dame – 13006 Marseille
    pour Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013.
    Vous êtes invité au vernissage le jeudi 16 mai à partir de 18h – Tél : 04 91 54 37 07 et 06 08 61 65 66.
    Skite Sainte Foy – 48160 Sain-Julien-des-Points – Tél: 04 66 45 42 93
    Si vous le souhaitez vous pouvez regarder: – le site: http://www.photo-frerejean.com
    – le film de 15′ de Patrick Bittar sur internet: Ora et labora in horto
    Cordialement
    Père Gérasime

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire