Une enquête et plusieurs plaintes pour violences policières après le carnaval de la Plaine

Enquête
le 23 Mar 2023
43

Les violences qui ont clôturé le carnaval de la Plaine dimanche soir ont amené le parquet à saisir l'IGPN mercredi. Marsactu a par ailleurs recueilli sept autres témoignages de carnavaliers qui se déclarent victimes de policiers. Plusieurs plaintes pour violences sont en préparation.

Des policiers en civil et sans brassard en haut de la rue Horace Bertin vers 21 h 15, en marge du carnaval de la Plaine. (Capture d
Des policiers en civil et sans brassard en haut de la rue Horace Bertin vers 21 h 15, en marge du carnaval de la Plaine. (Capture d'une vidéo de Jonathan Hogrelius/Veculemedia)

Des policiers en civil et sans brassard en haut de la rue Horace Bertin vers 21 h 15, en marge du carnaval de la Plaine. (Capture d'une vidéo de Jonathan Hogrelius/Veculemedia)

Comme d’habitude, le carnaval autogéré de la Plaine a enfariné et rhabillé le centre-ville de Marseille dimanche 19 mars. Puis, il s’est terminé dans les flammes et le gaz lacrymogène. Peut-être un peu plus que d’habitude. Selon une information publiée par Libération ce mercredi, le parquet de Marseille a saisi l’inspection générale de la police nationale (IGPN) sur un cas de violence policière. Cette enquête devra faire la lumière sur des faits de “violences volontaires commises en réunion et par personne dépositaire de l’autorité publique”.

Le parquet a réagi par rapport à un cas en particulier, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux, où l’on voit une personne rouée de coups à terre par des agents en civil. En plus de cette affaire médiatisée, Marsactu a recensé au moins sept autres soupçons de violences policières sur la seule nuit de dimanche à lundi. Plusieurs plaintes vont être déposées dans les jours qui viennent.

À la fois festif et militant, le carnaval de la Plaine a rassemblé dans le calme jusqu’à 9000 personnes sur la journée de dimanche, selon les autorités. Ces dernières années, la publicité de l’évènement a gagné les milieux alternatifs bien au-delà du centre-ville de Marseille. Malgré cette popularité croissante, aucun débordement n’a été signalé dans l’après-midi. Mais peu avant 21 h dimanche soir, la foule est dispersée et le quartier bascule dans la violence.

La nuit est tombée lorsque les derniers caramentrans disparaissent dans un feu de plusieurs mètres, au milieu de la Plaine, comme le veut la tradition. À 21 h 09, la préfecture de police annonce avoir démarré l’évacuation. “Les personnes restant sur la place commencent à jeter des containers poubelle, trottinettes électriques et autres objets dans le feu, et à adopter un comportement hostile”, précise-t-on. Les policiers procèdent à une sommation. Plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux filment alors la Plaine vidée sous un nuage de lacrymogène. Un échange très tendu, à base de jets de bouteilles et de feux d’artifice, s’engage entre des fêtards et des policiers en rangs serrés, contraints de reculer au niveau du boulevard Chave.

https://twitter.com/RicardParreir/status/1637548047675584520?s=20

 

Frappée à la tête par des policiers sans brassard

Si une petite centaine de personnes semblent rester sur la Plaine, la majorité des carnavaliers prennent la fuite dans les rues adjacentes. De nombreux axes sont déjà investis par les forces de l’ordre, mobilisées en nombre. La préfecture de police n’a pas pour habitude de donner de chiffre précis, mais elle explique avoir déployé “des CRS, des CDI [compagnies départementale d’intervention] et des gendarmes mobiles”. Soit, “des unités spécialisées en maintien de l’ordre”. Mais en plus de ces unités en uniformes, d’autres brigades sont déployées au fil de la journée puis de la nuit. Selon un procès-verbal consulté par Marsactu, des équipages de la BAC sont venus en renfort en “tenue bourgeoise”, c’est-à-dire en civil.

Plusieurs vidéos ont capté une même scène de violences rue Horace-Bertin au moment de la dispersion.

Aux alentours de 21 h 15, des policiers en civil et sans brassards sont aperçus en haut de la rue Horace-Bertin en train de jeter des projectiles en direction de la Plaine, comme on peut le voir sur une vidéo filmée en direct par la page Facebook Survécu à la 13e minute. Un quart d’heure plus tard, ces mêmes fonctionnaires sont à nouveau filmés en direct, au même endroit cette fois sur BFM TV. Au cours de son duplex quelque peu surréaliste, la journaliste explique fuir une charge policière et avoir le souffle coupé par le gaz lacrymogène.

La caméra de BFM TV passe alors rapidement au niveau du 9, rue Horace Bertin. Sur la route, une personne est maintenue à terre par trois policiers en civil, eux-mêmes entourés de trois policiers en uniforme. À quelques secondes près, une journaliste de La Provence filme la même séquence depuis un appartement. Dans sa vidéo, on aperçoit un policier avec une casquette donner un coup de pied dans la tête de la femme. Pendant ce temps, un agent en tenue de maintien de l’ordre donne un coup de matraque à un passant. Une troisième vidéo montre la même scène de haut. La portion de rue est vidée par les policiers.

Contacté, le parquet de Marseille explique avoir saisi l’IGPN sur la base “d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux”, et sans avoir été destinataire de plainte dans cette affaire. À ce stade, il est donc impossible de connaître les séquelles physiques causées par cette agression. Ni si la victime a été laissée au sol, si elle a été interpellée ou prise en charge par les marins-pompiers ce soir-là.

Insultes racistes et transphobes

Parmi les 16 personnes interpellées en revanche, au moins 5 d’entre elles attestent avoir été victimes de violences. Dans la majorité des cas, elles sont justement poursuivies pour “violences contre personne dépositaire de l’autorité publique”. Plusieurs dossiers ont déjà été jugés, d’autres renvoyés à plus tard. C’est le cas de Laura, 21 ans, mise en cause pour “violences” et “outrages” sur des policiers. Contactée par Marsactu, elle explique “assumer” une partie des charges, mais assure avoir été également victime de violences. “Quand j’ai été interpellée, on m’a plaquée au sol. Je n’ai pas montré de signe de résistance mais on m’a tirée sur le trottoir par les cheveux, les bras et les jambes. J’ai aussi subi des insultes sexistes et homophobes”, explique la jeune femme, qui annonce qu’elle va déposer plainte.

“Je ne conteste pas mon interpellation, mais je considère que le travail de la police n’est pas d’humilier et de blesser”, précise-t-elle. Son avocat, Nicolas Chambardon, annonce qu’il va aussi déposer plainte pour une deuxième de ses clientes, qui présente des “coups sur les bras, dans le dos” et qui a subi elle aussi “beaucoup de violence verbale”.

En arrivant en garde-à-vue, il avait une plaie ouverte.

Clémence Lachkar, avocate, au sujet d’un interpellé

Laura a été interpellée aux alentours de 21 h 30, comme l’un de ses amis, qui dit également avoir été violenté. Lui est poursuivi pour “violences”, mais aucune ITT (interruption totale de travail) n’a été prescrite au policier déclaré victime. De son côté en revanche, le jeune homme explique avoir été traité de “sale noir, de clébard” lors de son interpellation à la Plaine, puis avoir subi “des insultes transphobes” après avoir donné sa carte d’identité en garde-à-vue. Il a aussi dû subir cinq points de suture au crâne. “En arrivant en garde-à-vue, il avait une plaie ouverte”, confirme son avocate Clémence Lachkar.

Ecchymoses au visage

Plusieurs interpelés présentent des traces de coups à la tête. Ce mardi en comparutions immédiates, un homme, Liam, a été escorté à la barre avec plusieurs hématomes autour des yeux. Il est poursuivi pour “violences sans ITT”, et aucun policier ne s’est déclaré victime. Selon un procès-verbal consulté par Marsactu, les policiers interpellateurs expliquent avoir été obligés de “déséquilibrer” le mis en cause, le faisant “chuter alors violemment au sol”. Ils précisent : “Nous sommes obligés de maintenir la tête de l’individu ainsi que ses bras avec nos genoux”. En raison d’une “plaie saignante” au visage, Liam fera finalement un détour par l’hôpital avant d’être placé en garde à vue.

Marsactu a pu consulter la photo d’un deuxième homme qui présente des plaies au visage. Celui-ci assure avoir été “roué de coups” et “victime d’insultes homophobes” après son interpellation, explique son avocat. Ce dernier annonce qu’il va déposer plainte avant la fin de la semaine. Son client présente une importante ecchymose autour d’un œil et une plaie de l’autre côté du visage. Enclenchées pour “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”, les poursuites ont finalement été abandonnées au terme de la garde à vue. Enfin, une autre avocate, Pauline Rhenter, affirme, elle, avoir d’ores et déjà “transmis une plainte au parquet” concernant son client, qui présenterait “des traces de coups au visage”.

En plus des six cas recueillis par Marsactu, une autre vidéo circule sur les réseaux sociaux. Filmée par le journaliste indépendant Ricardo Parreira, on y voit distinctement un homme en pantalon blanc poussé contre un muret par des policiers puis laissé au sol, immobile. La scène se déroule en face de la rue Horace-Bertin, à quelques mètres seulement de la violente agression qui a entraîné la saisie l’IGPN. Contacté mercredi après-midi, le parquet de Marseille explique ne pas avoir engagé d’autres poursuites pour l’heure. La préfecture de police des Bouches-du-Rhône, quant à elle, n’a pas souhaité commenter cette affaire. Dès dimanche, elle dénombrait 25 policiers blessés.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. vékiya vékiya

    puisqu’ils leur manquent la force venant des urnes, ils utilisent la force disproportionnée et anonyme de la police. l’igpn ne trouvera rien à dire comme d’habitude.

    Signaler
    • Philippe 20270 Philippe 20270

      C’est du second degré? Ne serait-ce pas “Il leur manque la force de la rue”…. La rue qui en 1940, comme les parlementaires, approuvait la collaboration ou en 2022 votait à plus des 2 tiers pour des candidats favorables à Poutine. Quand au carnaval de la Plaine les participants aux premières éditions ne le reconnaissent plus, il s’est boboïsé avec l’arrivée des parisiens en recherche de bonnes affaires dans l’immobilier et qui n’hésitent pas à donner dans le complotisme comme en 2021.

      Signaler
  2. marianne13 marianne13

    Il y a 20 ans, ce carnaval était bon enfant, irrévérencieux souvent mais local, populaire et sympathique. Depuis 5/6 ans, beaucoup d’agressivité de la plupart des participants, venus en découdre, souvent d’ailleurs, y compris à l’encontre des spectateurs … La dernière fois que j’y suis allée avec ma petite-fille de 8 ans alors, ce ne sont pas les forces de police qui nous ont inquiétées mais le comportement de certains carnavaliers.

    Signaler
    • julijo julijo

      oui, j’ai le même souvenir. mes enfants adolescents y allaient régulièrement, et depuis quelques années, 5 ou 6, ils l’ont effectivement déserté. l’ambiance n’étant plus à la fête.
      après, la police….si on pouvait revenir aux “gardiens de la paix” et larguer l’idée des “forces de l’ordre” de darmanin…on y verrait plus clair.

      Signaler
  3. Alceste. Alceste.

    Marsactu,je sais bien que Fos n’est pas Marseille au sens de la couverture géographique mais quand même, deux policiers très, très gravement blessés par les piquets de grève des soit disant syndicats non violents, mais quand on écoute le patron du syndicat en question on peut avoir quelques doutes, et pas un mot ici.
    Alors ,je vais lire ici et là par certains que c’est la faute de Macron , que les policiers ont signé et que se sont les risques du métier. Mais quand même,une mention de ces événements aurait été journalistiquement cohérent de la part du rédacteur en chef. Mais il est vrai que la non violence peut être aussi sélective et orientée.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      @Brallaisse: si vous avez des infos n’hésitez pas à les livrer, ça m’intéresse (vraiment).

      Parce que de mon côté j’ai d’abord entendu parler de 3 CRS sérieusement blessés qui devaient être hospitalisés (plus de nouvelles), puis la préfète de police a fait un tweet au sujet d’un CRS “grièvement blessé” qui “entame une longue convalescence”. Et maintenant voilà que vous parlez de “2 policiers très, très gravement blessés”. Difficile de s’y retrouver… Quelle est votre source?

      Mais sinon +1 pour une enquête de Marsactu sur cette histoire.

      Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      Bonjour,
      Vous m’invitez à un exercice de transparence et de contrition auquel je me plie bien volontiers. Il me faut donner deux éléments de compréhension sur Fos.
      Le premier, c’est, qu’avec les différentes opérations escargot, nous n’étions pas en mesure de nous rendre à Fos mardi pour rendre compte des événements. Nous n’avions pas anticipé que les réquisitions préfectorales interviendraient dès mardi matin.
      Le second, encore plus bête, c’est que la brève consacrée à ces événements et rédigée mardi est tout simplement restée dans nos brouillons, et cela nous avait jusqu’à aujourd’hui échappé.

      Ensuite, et c’est sûrement plus intéressant, il est difficile pour la petite équipe de Marsactu de sauter sur chacun de ces événements en envoyant un reporter à chaque fois. Avec plus de moyens que nous, La Marseillaise le fait très bien sur divers supports. Mais cela est extrêmement chronophage pour un conflit qui, malgré tout son écho en Provence, reste lié à une décision nationale qui échappe en partie à notre ligne éditoriale.
      Depuis le début, nous essayons de donner à voir, par des brèves, par des reportages, les mobilisations et notamment les importantes manifestations sans omettre les éventuels débordements. Néanmoins, nous faisons le choix de ne pas délaisser les sujets “purement” locaux dans la période. Cette ligne n’empêche pas de constants ajustements et questionnements internes. A l’arrivée, nos choix sont forcément critiquables.

      Signaler
    • Assedix Assedix

      @Brallaisse: à cause de vous, je suis allé faire les poubelles des fachos et je vous confirme que même les syndicaliste policiers les plus fanatiques comme Bruno Attal ne parlent plus que d’un seul policier blessé. Il a été touché par un feu d’artifice et cela a été filmé par M6 (cf lien ci-dessous, à 6’50)

      https://www.6play.fr/le-1245-p_1056/le-1245-du-21-03-2023-c_12999934

      Le policier en question a l’air d’avoir mal, c’est clair, mais ce n’était peut-être pas la peine de venir polluer un article consacré à un tout autre sujet.

      Signaler
  4. Alceste. Alceste.

    Source syndicat FO de la Police , qui est aussi contre la réforme des retraites .
    Deux policiers hospitalisés dont un gravement qui va effectivement effectuer une longue convalescence; Ce qui ne ne veut pas dire que le second y est allé pour un bobo au doigt .
    Mais comme je le soulignais plus haut , la non violence sélective , cela pose un légér problème intellectuel.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Bien entendu qu’on ne peut pas avoir la non violence sélective. Mais il faudrait avant tout savoir s’il y a véritablement eu des blessures sérieuses ou si tout cela n’est que du pipeau.
      Et vu les divergences des différentes versions…

      Signaler
  5. letropezien letropezien

    c est bizarre tous ces carnaval qui tournent chaque fois se passe mal car de triste individus viennent tout casser.interdie ce carnaval…

    Signaler
  6. Alceste. Alceste.

    Ouest France, Midi Libre, La Dépêche, AFP, DNA, La Croix ,FranceInfo plus les radios locales sont bien sûr tous diffuseurs de fausses nouvelles et des joueurs de pipeau .
    C’est sûr je ne suis pas abonné à Lutte Ouvrière , mais ne sont’ils pas aussi de sacrés joueurs de flûte à bec , il n’y a pas de raisons.

    Signaler
  7. julijo julijo

    grand merci à jean marie le forestier de cet éclaircissement.
    le don d’ubiquité n’existant pas encore, on comprend.

    Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      Avec plaisir !

      Signaler
  8. Alceste. Alceste.

    Monsieur Le Forestier, votre commentaire est tout à fait intelligible et compréhensible.
    Il est vrai que la période est agitée et l’on ne peut être partout.
    Néanmoins, minimiser des actions sur les forces de l’ordre qui sont nécessaires en ayant pour but de faire mal est innaceptable de la part d’intervenants.
    Un État sans police n’existe pas.

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      On croirait du Peyrefite le regretté ministre du Général

      Signaler
    • polipola polipola

      non mais là vous craquez complètement Brallaisse !

      Signaler
  9. Alceste. Alceste.

    Si jamais l’extrême gauche prenait le pouvoir vous pensez qu’elle supprimerait la Police?.
    Oui certainement

    Signaler
  10. Alceste. Alceste.

    Et remplacée par quoi ? La Guépéou, les Brigadas Politico Social?.
    Choisissez.

    Signaler
  11. Dark Vador Dark Vador

    J’ai connu le carnaval de La Plaine aussi, c’était une autre époque, effectivement, cette sympathique manifestation se déroulait dans de bien meilleures conditions. Cela dit, depuis un certains nombres d’années maintenant, les forces de l’ordre s’en donnent à coeur joie, sans beaucoup de retenue ni de professionnalisme ni d’étique sans parler des manques de sanctions scandaleuses. Je ne plaide pas pour supprimer ces fameuses forces de l’ordre, mais une meilleure formation et une plus grande sévérités pour les bavures ne seraient pas du luxe.

    Signaler
    • Alceste. Alceste.

      Votre commentaire ou plutôt votre observation éclaire bien le débat.
      Vous dites,il y a quelques années le Carnaval était tout autre.
      Il n’ y avait pas de soucis,notamment avec la Police.
      Visiblement, cela a changé plus particulièrement en fin de soirée avec les casseurs ou agitateurs et réaction de la Police en conséquence.
      100% d’accord avec votre dernière phrase si dérapage.

      Signaler
    • liovelut liovelut

      Bralaisse, vous étiez au carnaval 2014 pour dire de pareilles énormités ? Tout se passait au mieux avant que la police ne débarque en gazant tout le monde, gamins compris. Deja en 2013 pour la capitale de l’inculture, la tension venait clairement des autorités, sans toutefois reussir à trouver une excuse pour gazer et matraquer…
      Mettre les dérapages du carnaval sur le dos des carnavaleux, c’est au mieux une blague de mauvais goût pour celles et ceux qui y ont foutu les pieds

      Signaler
  12. Panta Panta

    Oui, l’extrême gauche arrivera au pouvoir, c’est certain, la Police plantera des choux, et Braillasse sera déporté au Château d’If, certainement !

    Signaler
    • Alceste. Alceste.

      Deux façons de vous répondre.
      La première au travers de vos propos nous retrouvons bien l’esprit de la dictature du prolétariat.
      La deuxième me convient plus , après quelques années au Château d’if ,je pourrais m’échapper, revenir,retrouver ma Mercedes et me venger des Danglars locaux.

      Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Excellent Panta ! Vous oubliez : le drapeau jaune flottera aux côtés du drapeau rouge au sommet de la Bonne Mère ! L’armée castro-venezuelienne appuiera le pouvoir insurrectionnel, la ville flambera avec ses poubelles !

      Signaler
  13. Adrie Adrie

    Toujours la même équipe de la BAC qui a tabassé des lycéens, ou ont matraqué au sol des supporters de l’OM fêtant la victoire sur le Psg dernièrement par exemple. Ils ont été filmé plusieurs fois mais bénéficient d’une impunité totale visiblement.

    Signaler
  14. julijo julijo

    oui, généralement une impunité pour les “fdo” qui sont très régulièrement attaquées par des manifestants, des passants., là des carnavaliers….
    tous les prétextes sont bons, et c’est surtout le mauvais endroit au mauvais moment quand les fdo sont dans un secteur.
    je ne crois absolument pas que ces pauvres -et parfois blessées- fdo soient tous des racistes, homophobes, ou colériques. il s’agit ici et ailleurs, en ce moment, comme à l’époque des gilets jaunes, d’une idéologie, d’une volonté politique de cette sorte de maintien de l’ordre. faire peur, terroriser, taper…et l’effet de meute et d’impunité fait le reste. car ce ne sont plus des violences policières isolées, c’est une attitude générale.
    CRS, CDI, BRI ou autre BAC, sont tenus de suivre les ordres de chefs divers qui eux sont bien à l’abri dans des bureaux, ou dans des camions.
    qu’ils suivent une formation, bien sûr, mais ça ne servira à rien tant qu’on les contraindra par des ordres de répression.

    Signaler
  15. BRASILIA8 BRASILIA8

    Bralaisse
    un peu de lecture pour votre séjour au Chateau d’IF
    L Monde du Vendredi 24 mars 2023
    Titre de l’article
    «Le contrôle extérieur de la police est sous-financé»
    Selon le chercheur Sebastian Roché, les récentes actions contre des manifestants sont « un gâchis de moyens

    Signaler
  16. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    je ne veux pas absoudre les responsabilités de certaines forces de l’ordre, mais savez vous que les gilets jaunes de Forcalquier (04) se sont rendus cette année au carnaval de la Plaine ne pensez vous que leur intention était saine, sachant qu’ils ont parlé de la ……ZAD de la Plaine, donc sciemment ils avaient des envies de bagarres et de casses

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Vous les accusez de quoi au juste ? Ils ont fait quoi de mal à Marseille, vous le savez ? Les mots gilets jaunes et zad vous font peut-être peur, mais ce ne sont que des mots.
      La police ne devrait intervenir que sur des actes.

      Signaler
  17. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Macron et sa minorité législative et gouvernementale ferait-il honte à la France devant l’Europe entière ?

    Le Conseil de l’Europe s’alarme d’un usage excessif de la force en France.
    La Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic, s’est alarmée vendredi d’un “usage excessif de la force” envers les manifestants contre la réforme des retraites, appelant la France à respecter le droit de manifester.
    “Des incidents violents ont eu lieu, parmi lesquels certains ont visé les forces de l’ordre”, a déclaré la Commissaire dans un communiqué.
    “Mais les actes de violence sporadiques de certains manifestants ou d’autres actes répréhensibles commis par d’autres personnes au cours d’une manifestation ne sauraient justifier l’usage excessif de la force par les agents de l’État. Ces actes ne suffisent pas non plus à priver les manifestants pacifiques de la jouissance du droit à la liberté de réunion”, a-t-elle poursuivi.

    https://www.bfmtv.com/economie/economie-social/social/en-direct-reforme-des-retraites-mobilisation-record-pour-la-premiere-journee-de-greve-depuis-le-49-3-et-l-interview-de-macron-la-violence-monte-d-un-cran_LN-202303240034.html

    Voir aussi :
    Violences policières : “On est dans une situation alarmante pour la démocratie”, dénonce le président de la Ligue des Droits de l’Homme
    Publié le 22/03/2023 07:27

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/video-violences-policieres-on-est-dans-une-situation-alarmante-pour-la-democratie-denonce-le-president-de-la-ligue-des-droits-de-l-homme_5725505.html

    Signaler
  18. Alceste. Alceste.

    Brasiliab les extrémistes de gauche,je vous rassure ou vous déçois, ne m’ont pas encore attrapé pour me déporter au Château d’if.
    Au passage,je souris ,mais cela est clairement une menace de la part de certains.

    Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      Brallaisse, j’ai appris qu’au sein de l’équipage du ferry boat se fomentait secrètement un réseau de résistants pour empêcher l’acheminement de la guillotine sur l’île du Frioul.Aussi soyez rassuré.e un comité de libération porté par tous les contre révolutionnaires marseillais s’apprête a bloqué le Vieux port pour appeler au soutien et à la libération des condamnés.Le porte-avions Charles De Gaulle sera en appui au large de l’île aux Singes.

      Signaler
  19. Alceste. Alceste.

    Après, je viens de lire l’article sur la sous dotation des organes de contrôle, oui bien sûr, l’analyse est pertinente.

    Signaler
  20. Patafanari Patafanari

    C’est Carnaval, tout le monde se travestit. Les flics se sont déguisés en black-blocs mais les civils n’ont pas compris la blague. Manque d’humour.

    Signaler
  21. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Lu sur le site du JDD, un dangereux organe gauchiset : Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS fait le point
    « Le nombre d’illégalités commises par les policiers est énorme, quasiment toutes les règles du maintien de l’ordre ont été violées : proportionnalité de la force, absolue nécessité de la force, usage des nasses, gazage des personnes, non-port du référentiel des identités et de l’organisation (RIO, le matricule de sept chiffres qui identifie les policiers), tutoiement, insultes, privation de liberté etc. Le problème est que la doctrine du maintien de l’ordre en France est inexistante. »

    Signaler
  22. Panta Panta

    Braillasse, j’espère – nous espérons – que ta Mère-cedes est un gros modèle, parce qu’elle sera réquisitionnée pour être transformée en poulailler autogéré, en mixité choisie. La dictature du prolétariat oui, mais avec des œufs frais chaque matin.

    Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      “C’est en voyant un moustique se poser sur ses testicules qu’on réalise qu’on ne peut pas régler tous les problèmes par la violence…”
      Proverbe chinois

      Signaler
  23. Alceste. Alceste.

    Panta, votre inculture est grave, si jour aviez lu ” Le comte de Monte Cristo” au lieu de vous cantonner à celle de Lutte Ouvrière, vous sauriez que Mercedes n’est pas une voiture mais la fiancée d’Edmond Dantes dans le roman de Dumas.
    Quelqu’un parlait d’humour à 2 balles, bel exemple.

    Signaler
  24. Panta Panta

    Braillasse, ton absence d’humour, même à pas cher, est désolante, c’est peut-être pour ça que tu ne retrouveras pas ta Mercedes, qui se sera barrée avec un commissaire politique abonné à LO – une publication désopilante –, après avoir siphonné ton compte en banque et ouvert ta maison en Corse à des squatteurs non binaires. C’est triste, mais comme disait l’abbé Faria, “Il vaut mieux ça qu’une jambe de bois”.

    Signaler
    • Alceste. Alceste.

      Cela fait Psssssshit ! Panta.

      Signaler
  25. Alceste. Alceste.

    Cher Marsactu .
    Les échanges entre intervenants sont souvent intéressants ,plus ou moins, certains intelligents, certains comiques,ironiques et quelques fois pleins d’humour.Certains apportent aussi des éclairages techniques très pertinents notamment sur la problématique des transports.Merci 8eme sur ce sujet.
    Mais apporter la contradiction devient très compliqué quelques uns ne le supportent pas par ideologie ,ainsi des commentaires dérivent vers un cap qui n’est à mon sens n’est plus raisonnable, c’est celui de la violence.
    Déportation,guillotine,invitation au saccage, menaces physiques sous entendues.
    Des mots sans doute,mais qui reflètent un état d’esprit certain.Bref.
    J’aurais le plaisir de continuer à vous lire,mais j’ai pris la résolution de ne plus prendre partie à ce jeu qui viré au malsain .
    Quelques uns vont peut être le regretter,d’autres vont s’en réjouir, sûrement. Peut importe.
    Mais il y a une chose dont je suis sûr après cette expérience, c’est que la violence est l’apanage des faibles.

    Signaler
  26. Alceste. Alceste.

    Précision : “faible ” au sens second du Larousse
    ” se dit d’une aptitude peu développée : Il a une intelligence un peu faible.”
    Avvedecci.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire