Vers un nouveau retard pour le métro Capitaine Gèze

Info Marsactu
Julien Vinzent_
5 Déc 2017 13

La métropole espère encore livrer comme promis avant l'été ce prolongement symbolique du métro vers les quartiers nord. Mais le chantier, qui accuse déjà trois ans de retard, patine toujours autour de la sécurité du système de signalisation.

Le métro a 40 ans et des problèmes de croissance. Pendant que la RTM propose toute la semaine des animations pour célébrer cet anniversaire, le chantier du prolongement de la ligne 2 entre Bougainville et Capitaine Gèze continue de patiner. Dans les rames, le temps imprime sa marque sur les autocollants masquant depuis 2016 le nom de cette station et, selon nos informations, la date du décollage pourrait être repoussée à fin 2018, soit trois ans et demi de retard.

Le précédent report, annoncé par Marsactu en décembre 2016, prévoyait une mise en service avant l’été prochain. La métropole, maître d’ouvrage de l’opération, nous indique qu’elle table “toujours sur un calendrier prévoyant une livraison pour ce printemps 2018”. Une forme de démenti qui s’accompagne d’un gros point d’interrogation : “Nous attendons la confirmation par la maîtrise d’œuvre et les entreprises de leurs capacités à respecter ce planning.” Une réunion est prévue cette semaine en ce sens.

Bug dans la signalisation

En apparence, cette extension de 900 mètres, en surface et recoupant des voies déjà existantes qui menaient à l’atelier de maintenance Zoccola, ne semblait pas d’une complexité particulière. À l’origine du glissement de calendrier, on retrouverait notamment une erreur du maître d’œuvre, un groupement emmené par Artelia désigné en 2011. Sorte de relais technique avec les entreprises qui réalisent le chantier, il avait notamment mal évalué le niveau de sécurité nécessaire pour la signalisation ferroviaire. Il a donc fallu revoir le programme, bien après l’établissement du planning et le lancement des différents marchés publics.

En parallèle, des péripéties, plus classiques mais nombreuses, ont plombé le chantier, obligeant la métropole à voter 12 millions d’euros de rallonges budgétaires : la découverte de terres polluées, le coût plus important que prévu de déviation des conduites de gaz et de lignes électriques, des fouilles archéologiques, des acquisitions foncières. Le 14 décembre, le conseil métropolitain devra valider une nouvelle facture, cette fois-ci liée à la construction de la station elle-même, de 3,9 millions d’euros. “C’est l’archétype du dossier qui a été mal construit et mal monté”, accusait en juillet 2016 l’élu LR Lionel Royer-Perreaut, cité par La Provence.

Mais en cette fin d’année 2017, c’est toujours la signalisation qui donne du fil à retordre. Concentrée dans le poste Zoccola, elle était adaptée pour le passage des rames se rendant en maintenance, mais pas du tout pour voir passer des millions de voyageurs par an. En août 2016 puis en juin 2017, la métropole a appelé à la rescousse l’expertise d’Egis rail pour l’aider à remettre au carré le dossier et contrôler le travail de son maître d’œuvre Artelia. Cette mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, qui atteint en cumulé plus de 750 000 euros, est toujours en cours et devait déboucher à la mise en service au printemps. Ce qui est désormais remis en cause.

Image de synthèse de la future station Gèze.

Derrière le gonflement du coût du prolongement, cette situation pénalise depuis 2015 l’offre de transports de la zone et même au-delà. L’opération a tout d’abord un caractère symbolique : après de nombreux investissements dans le centre, l’est et le sud de la ville, le métro s’étendait enfin au nord ! Il s’agissait aussi de desservir le cœur d’Euroméditerranée 2, dont le projet “Les fabriques” autour du marché aux puces a été présenté récemment.

La station Gèze comprend également un parking-relais de 623 places qui devrait contribuer à limiter le trafic vers le centre-ville. Elle s’articule autour d’une gare routière déjà construite, où deux lignes de cars à destination d’autres villes de la métropole et plusieurs lignes de bus de la RTM trouveront des conditions plus favorables qu’à Bougainville. C’est notamment le cas de la ligne B2, le bus à haut niveau de service vers Saint-Antoine, l’une des plus fréquentées de la ville. Une autre, la B4, devait s’y greffer en 2020, pour filer à toute vitesse sur la rocade L2 vers la Fourragère. Pour cette nouvelle ligne, la date de début des travaux d’aménagement des voies n’est pas encore fixée. Difficile à ce stade, de parler de retard.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

L’inéluctable fermeture de la centrale à charbon de Gardanne
Ouvrir la voie du dialogue, après les déclarations de principe. Les élus du pays de Gardanne, maire, parlementaires et représentants des collectivités étaient vendredi...
L’opacité du méga contrat de l’eau de Marseille à nouveau critiquée
Pour sa première séance en tant que présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal (LR) a trouvé en tête de l'ordre du jour...
Accusé de construire sans autorisation, Ricciotti plaide le génie sans limite urbanistique
"Ce qui fait la renommée de tous mes projets, c’est leur dimension expérimentale". Rudy Ricciotti, Grand prix national de l’architecture en 2006, auteur du Pavillon...
À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire