Un film, un couple marseillais : mémoires croisées de la guerre d’Algérie

Interview
le 17 Avr 2021
17

Carole et Ferhat Mouhali ont réalisé un documentaire sur la guerre d'Algérie. À la fois intime et historique, leur film pose la question de la transmission et de l'impact de cette guerre sur la société, mais aussi sur leur couple.

(Photo tirée du documentaire "Ne nous racontez plus d'histoires")

(Photo tirée du documentaire "Ne nous racontez plus d'histoires")

Il aura fallu sept ans au couple de réalisateurs marseillais Carole Filiu-Mouhali et Ferhat Mouhali pour boucler leur documentaire Ne nous racontez plus d’histoires. Le temps est parfois nécessaire pour rendre les choses possibles, voire, les rendre meilleures. Lui, Algérien, descendant de membres du FLN, et elle, fille de pied-noir, ont pris le temps qu’il fallait pour parler de la guerre d’Algérie. Un sujet à la fois historiquement lourd et intimement sensible avec lequel ils réussissent à toucher en plein cœur tout en poussant à la réflexion collective.

Tous deux se mettent en scène pudiquement et racontent comment cette part de l’Histoire leur a été transmise. Avec leurs propres questionnements, ils interrogent leur famille, mais aussi les programmes scolaires algériens et français. Tandis qu’en Algérie on exalte et distord la réalité, en France, on la tait. Parfois seuls, parfois main dans la main, ils retournent sur les terres de leurs aïeux, sur les traces de cette guerre.

De quoi chambouler, remuer… pour mieux regarder la vérité en face. Le couple se tourne alors vers l’espace public. Comment cette période de l’histoire commune à la France et l’Algérie transparaît aujourd’hui dans la société, peut-être à Marseille, là où ils vivent désormais avec leurs deux enfants, plus qu’ailleurs ? Qu’a-t-on oublié ? Pas de réponses définitives, mais une volonté : apaiser le débat, arriver à parler ensemble pour enfin, essayer d’avancer. C’est en tout cas ce qu’ont réussi à faire Carole et Ferhat Mouhali, dont le documentaire est visible ce samedi 17 et ce dimanche 18 avril sur le site de  TV 5 Canada dans le cadre du festival Vues d’Afrique.

Quelle est l’étincelle qui a suscité la réalisation de ce film ?

Carole Filiu-Mouhali : Nous nous sommes rencontrés en Algérie. Nous travaillions ensemble pour un web-documentaire sur les femmes algériennes. Puis Ferhat est venu en France pour l’université d’été de la Fémis, école de cinéma à Paris. C’était en 2012, l’année du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie. Il voulait faire un film sur les porteurs de valises, ces Français qui ont aidé le Front de libération nationale (FLN) durant la guerre d’Algérie.

Je l’ai aidé à faire ce court-métrage et, en travaillant ensemble, on s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup de choses que je ne connaissais pas sur cette période. Pourtant, j’entendais parler de l’Algérie à tous les repas de famille : mon père et toute ma famille paternelle sont pieds-noirs. Lui non plus ne connaissait pas certaines choses de cette guerre. On s’est dits “pourquoi ne pas en faire un film, une sorte de regards croisés sur la guerre d’Algérie, pour découvrir tout ce que l’on ne connait pas ?”.

Le premier personnage que l’on rencontre dans votre film, c’est votre grand-mère, Ferhat. Cela a-t-il été difficile pour elle de témoigner devant vous ?

Ferhat Mouhali : Depuis que je suis petit, elle me raconte la guerre d’Algérie, elle me la chante même. Son frère était engagé dans le FLN et pour encourager les autres Algériens à rejoindre le maquis, il arrivait dans le village avec des chants patriotiques. Elle avait envie de raconter, de sortir tout ça.

Carole Filiu-Mouhali : Et elle en était très fière.

Ferhat Mouhali : Oui, même si c’est des horreurs, elle est fière de ça, de ses frères, de toute sa famille qu’elle a perdue pendant cette période. Elle était contente de me le transmettre. Et la transmission, c’était notre but. Alors que le film est terminé, elle m’appelle pour me dire qu’elle a d’autres chants à me chanter (rires).

Chacun de leur côté, les auteurs ont questionné les membres de leur famille.

Le deuxième personnage que l’on rencontre dans votre documentaire est votre père, Carole. Pour vous, comment s’est déroulée cette transmission ?

Carole Filiu-Mouhali : C’était aussi, pour la plupart, des choses que j’avais déjà entendues petite. Mais ce qui a été difficile, et on le voit à l’écran, c’était notre confrontation. Nous n’avons pas forcément le même avis. Il raconte ce qu’il a vécu mais moi, j’ai mon regard sur ce qui s’est passé. Finalement, nous avons réussi à nous entendre. Il y a eu un apaisement qui n’existait pas auparavant. Ce film a permis d’arriver chacun de notre côté à un point de vue plus apaisé sur la question, même s’il y a toujours des différences de points de vue.

On vous voit effectivement mentionner l’oppression du peuple algérien ou le reprendre lorsqu’il emploie le terme “indigène”. Le tout avec beaucoup de respect. Pour réaliser ce film à la fois intime et historique, quelle était la bonne attitude ?

Ferhat Mouhali : Depuis le début, nous avons essayé de garder une certaine distance, que ce soit par rapport à la famille ou au sujet. Nous ne sommes pas là pour raconter une vraie histoire mais pour parler de la transmission de cette guerre. Face à notre famille nous avons essayé de ne pas donner notre avis. Mais nous nous mettons en scène dans le dispositif du film. Du début jusqu’à la fin, nous racontons comment nous avons vécu cette histoire avec des voix off qui sont les nôtres. Mais nous avons voulu laisser parler les personnages de ce qu’ils ont vécu eux, de comment ils voient les choses.

Carole Filiu-Mouhali : Il y a dans le film des prises de positions qui sont très fortes. Mais cela reste difficile de parler de cette guerre. À chaque fois qu’il y a un documentaire qui sort, cela fait des remous. Prendre de la distance c’était arriver à dire “voilà nous avons reçu ça, mais maintenant nous voulons nous en détacher pour rencontrer des gens”. Chacun a sa propre vérité et en mettant en scène d’autres paroles nous voulons montrer qu’il est temps d’arrêter d’avoir des positions affirmées et très politisées. C’est notre rôle de prendre de la distance et de proposer un espace où l’on peut se parler pour dépasser ça et passer à autre chose.

Pour Carole Filiu, raconter la guerre d’Algérie a demandé de se confronter aux souvenirs d’enfance de sa famille.

Pour réaliser ce documentaire vous êtes donc retournés sur les terres où ont vécu vos aïeux, en Algérie. Que cherchiez vous là bas, et qu’avez-vous trouvé ?

Carole Filiu-Mouhali : Je suis pour ma part retournée à Mehdia, ou Burdeau à l’époque, du nom d’un ministre de la colonisation au XIXe siècle. C’est un petit village dans les hauts-plateaux. J’y cherchais ce dont me parlaient mes grands-parents. Quand on est enfant de pieds-noirs, on entend toujours des discours sur l’Algérie qui relatent une vie magnifique, un paradis perdu. Sur place, je me suis rendue compte que ce n’était pas ça, qu’ils avaient magnifié leur passé avec nostalgie.

Ferhat Mouhali : Moi, je cherchais des choses différentes de ce que j’avais déjà entendu et de ce avec quoi j’ai grandi. En Algérie, quand on parle de la guerre, il y a beaucoup de glorification, de mystification de cette période. C’est un monde en noir et blanc, dans lequel tous les Algériens se sont d’un seul coup levés contre tous les Français. C’est l’histoire des méchants contre les gentils. En Algérie, mais aussi en France, cette période est utilisée. En Algérie, elle légitimise le pouvoir en place, on s’en sert pour manipuler et créer un ennemi commun qui est la France.

Ce que je cherchais dans ce voyage, que ce soit en France ou en Algérie, c’était entendre autre chose, écouter ceux qui ont vraiment vécu cette histoire, que ce soit des Algériens, des appelés, des harkis, des pieds-noirs… J’ai par exemple rencontré une fille de harki qui m’a dit en face la souffrance de sa famille en arrivant en France. J’ai découvert le village de Melouza où il y a eu un massacre entre Algériens. En fait, c’est comme si j’avais détruit un mythe que l’on a construit en moi depuis que je suis tout petit. L’histoire de la guerre d’Algérie est bien plus complexe que ce que l’on veut nous faire croire.

Le sujet de la guerre d’Algérie a-t-il été un point de discorde dans votre couple ?

Ferhat Mouhali : J’arrivais avec tout ce que l’on m’a enseigné de positif sur le sujet à l’école. Et Carole n’en savait pas beaucoup mais trouvait certaines choses trop exagérées [ils se regardent, et se sourient]. On était donc souvent confrontés à cela et je n’arrivais pas à accepter certaines choses. Nous avons eu énormément de disputes même si dans le film nous ne faisons allusion qu’à une seule, qui portait sur le nombre de morts dans cette guerre. Je n’arrivais pas a accepter que ça pouvait être moins que ce que l’on m’a appris. Des horreurs ont été commises et on ne peut pas les nier et dire que ce n’est rien. Carole au contraire le découvrait mais trouvait que c’était énorme. Nous avons donc eu des disputes…

Carole Filiu-Mouhali : À coup de chiffres d’historiens….

Ferhat Mouhali : Cela me touchait très personnellement. [Il fait une pause] En fait, on s’en fout du chiffre. C’est quelque chose qui est horrible, qui est énorme. Peu importe que le chiffre soit plus ou moins élevé. Et je comprends Carole, on découvrait des choses sur la torture, sur les viols… Bref, on en recevait plein la figure. Mais la France, ce n’est pas Carole !

Ce film est-il une sorte de catharsis ?

Carole Filiu Mouhali : C’est un passé lourd à porter, ce n’est pas joyeux. Souvent, une œuvre documentaire, c’est pour parler de soi, pour essayer de comprendre, de mettre des mots et des images sur des choses. Donc oui, ça fait du bien d’en parler. Mais le plus intéressant c’est d’entendre les autres en parler. Ce n’est pas une histoire isolée mais une histoire commune. Et ça, on s’en rend peut-être encore plus compte quand on habite à Marseille. Il y a des Algériens et des pieds-noirs à chaque coin de rue ! C’est important de partager et de se rendre compte qu’on est pas seuls dans ce passé douloureux.

Le duo de réalisateurs interroge les lieux publics et les traces de ce passé qu’on y retrouve encore.

Cette histoire commune se ressent fortement dans les images plus contemplatives de votre film, de lieux publics justement. Vous entremêlez de plus en plus les vues de Marseille et celles d’Alger au cours du film. Vers la fin, un spectateur qui ne connait ni l’une ni l’autre ne pourrait sûrement plus les différencier.

En chœur : Exactement !

Carole Filiu-Mouhali : Nous avons aussi beaucoup filmé la mer. Notre film est un cheminement. Un voyage, lent, avec un bateau, qui permet ce cheminement.

Ferhat Mouhali : Il y a les deux histoires officielles, et nous au milieu, à la mer, qui essayons de relier ces deux pays.

Finalement, cette histoire n’a-t-elle pas aussi permis de faire se rencontrer deux peuples, deux cultures, voire dans votre cas, deux individus ? Et votre film de les réconcilier…

Ferhat Mouhali : Bien sûr, c’est ce que l’on a voulu montrer. Nous voulons que les gens discutent de ça, que des Algériens et des Français puissent monter des projets et avancer ensemble. Des associations le font déjà. Pour nous, personnellement, pour nos enfants, il faut essayer de régler cette question de la guerre d’Algérie. On ne l’a bien sûr pas réglée à 100 %, il n’y a pas de réconciliation totale [il sourit]. Mais on a essayé de comprendre notre histoire pour sortir de cette haine qui n’est qu’un prétexte. Il faut passer à autre chose, tout en connaissant son passé.

Carole Filiu Mouhali : Il m’a fallu des années pour me confronter à ce passé auquel je n’avais envie de me confronter, pour arriver à aller en Algérie. Je suis retournée dans la maison qu’habitait mon père, c’était quelque chose de très fort. C’est dommage d’en être arrivé là, que certaines familles refusent de retourner en Algérie, qu’il y ait cette peur de l’autre, que ce fossé se soit créé et agrandi au fur et à mesure des années.

Alors on a eu envie de réparer un peu ça. En tout cas, c’était l’objectif. On avait envie de dire “oui on peut se parler, on peut parler de la guerre, essayer de dépassionner le débat, dire les choses en face et se dire que c’est passé.” À ce moment-là, les liens seront plus faciles. Les pieds-noirs qui sont retournés en Algérie on fait ce travail-là : on met à côté la passion, les sentiments et on a envie d’y retourner. Pour ceux pour qui c’est plus difficile, on espère que lire des livres ou voir des films pourra les aider.

Il y a énormément de gens qui ont souffert de cette guerre, chacun veut faire entendre sa souffrance, son histoire comme unique et n’accepte pas forcément un discours différent du sien. Cela complique le fait d’en parler. Notre film n’est pas un panel exhaustif des gens qui ont souffert dans cette guerre, mais plutôt des rencontres avec des personnes qui agissent pour un regard plus apaisé.


Le documentaire Ne nous racontez pas d’histoires est aussi en vente en DVD par ici

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jacques89 Jacques89

    Comme dans toutes les histoires cachées, que ce soit par le truchement du refoulement ou par le confidentiel-défense (ou le conseil de défense), il y a autant d’interprétations que d’historiens. La guerre d’Algérie n’y échappe pas. Il y aura toujours autant de récits que de victimes en état d’en parler. Etablir des statistiques sur la base de données aussi sérieuses que fouillées ne sert pas à grand-chose et se battre sur le nombre de morts ne permettra à personne de tirer une quelconque conclusion sur les responsabilités des uns et des autres si ce n’est en tirer un dédommagement qui ne profitera jamais aux populations concernées.
    Les colonisations ont commencé par l’évangélisation ; les différences s’appuyant sur les croyances pour instaurer une domination économique… et ça continue. Pour abolir les croyances mères de tous les conflits, il n’y a pas d’autre solution que de passer par une éducation laïque au service de tous les peuples qui aspirent à disposer d’eux-mêmes pour enfin se rendre compte que nous sommes tous sur le même bateau.

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Sympa d’avoir une clé qui ouvre toutes les serrures, mais vous oubliez par exemple que Clemenceau et Jules `Ferry, aussi partisans de la laïcité l’un que l’autre, ont brillamment formulé dans un débat parlementaire trop peu connu des conceptions diamétralement opposées face à la colonisation. Et beaucoup plus tard, tandis que le très laïque Guy Mollet donnait les pleins pouvoirs aux forces de la répression, il y avait parmi les soutiens du FLN des pieds-noirs chrétiens, de même que si le cardinal Feltin estimait que “la terreur doit changer de camp” et le général Bigeard voulait insuffler aux tortionnaires la ferveur des Croisés, le général de la Bollardière s’élevait publiquement contre la torture au nom de ses valeurs chrétiennes.

      Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Je vais être un peu sec mais tant pis . Le compte rendu de ce film me fait plus penser à une psychothérapie des auteurs ,des témoins et des acteurs de ces moments de leurs vies. Ils en avaient sûrement besoin.En revanche ce fameux devoir de mémoire est purement politique du moins dans leurs formes actuelles, à tel point que cela se transforme en devoir de rancoeur.Rien d’historique à tout ceci A ce rythme là nous ne sommes pas sortis de l’auberge des ” tout est la faute des uns ou des autres” cinquante et quelques années après.
    Après , quitte à rappeler les histoires ,il faut toutes les rappeler et nous avons notamment avec le phénomène de l’esclavagisme beaucoup à faire,par exemple.
    Ne rien oublier sûrement, les gens d’aujourd’hui ne sont fautifs de rien en matière de passé à condition d’être capables de trier ce que les politiques disent.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Egal à lui-même le Braillasse ! Toujours chercher des faiblesses là où il n’y a que de l’empathie. Un fait est certain : si la France s’est battue pour y rester, c’est que « l’auberge » était bonne.

      Signaler
  3. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Excellente interview sur un film qui est sans doute passionnant n’en déplaise aux nostalgiques du colonialisme. Ce couple montre la voie d’une réconciliation malheureusement improbable dans l’immédiat. Vives les nations unies !

    C’est Louis XIV qui fit une première tentative de conquête de l’Algérie pour lutter contre les pirates barbaresques de l’empire Ottoman qui s’étaient établis à Alger. :
    « en 1664, le jeune roi Louis XIV, désireux de marquer les débuts de son règne personnel par une action d’éclat, envoya ses meilleures troupes et la totalité de sa marine vers les côtes d’Algérie, avec le ferme projet d’y établir un point d’appui permanent. » . Bernard BACHELOT: Louis XIV en Algérie : Gigeri – 1664. Paris, Editions L’Harmattan, 2011. disponible à la Médiathèque de l’Alcazar : 944 .033 BACH

    Et voici une autre référence sur les pirates en Méditerranée :
    « En l’année 1536, au mois d’août, Ibiza aux Baléares, est dévastée et pillée avec une rare efficacité, sa population capturée … s’agissait-il de Turcs ? ou de Français ? On finira par conclure que les agresseurs devaient probablement être français ; n’ont-ils pas emporté des quartiers de lard entre autres choses ?
    … Voici des corsaires de Cassis qui s’en prennent à des barques toulonnaises. Seraient-ils fâchés avec Toulon ? Point du tout, l’année suivante, ils s’allient avec ces mêmes Toulonnais pour sauter à la gorge du navire marseillais. Lesquels ; eux entre autres cibles, font mains basse sur des cargaisons agathoises ou montpelliéraines … Tout le monde étant, par ailleurs soumis aux tentatives de pillards génois ou catalans. Sans compte bien sûr les Barbaresques … »
    Loup DURAND : Pirates et Barbaresques en Méditerranée. Aubanel, Collection “Histoire Du sud” ; 1975, pages 88-89 (également disponible à la Médiathèque de l’Alcazar 944.92 DUCRA PACA )

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Merci pour ce rappel historique qui démontre en fait que certains n’évoluent pas beaucoup avec le temps. C’est d’ailleurs ce qui se disait, fut un temps, dans le 15ème, à propos des gens du 16ème. Comme quoi, il n’est pas nécessaire de traverser la méditerranée… 😉

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    A lire aussi dans les cahiers de la Méditerranée l’excellente contribution de D.Pansac Esclaves et leurs rançons chez les barbaresques (fin xviiie – début xixe), où nous voyons que l’enlèvement et l’esclavagisme étaient un très bon business et concerne plusieurs centaines de milliers de personnes.

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Non Jacques 89, cette histoire familiale est sûrement intéressante comme beaucoup d’autres, sous d’autres cieux et d’autres temps.Mais nous en sommes au. 20000 e témoignage de ce genre.Il faut passer à un moment à autre chose. Nous en sommes maintenant avec des associations des arrières petits-enfants d’un camp ou de l’autre.Le mémoriel n’est pas un business.
    Désolé de casser l’ambiance.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Plutôt qu’un « business » il pourrait bien être un « vaccin » à renouveler le plus souvent possible tant que les relents de fascisme font plus de mal que le sarscov2.

      Signaler
  6. julijo julijo

    J’approuve complètement et comprends cette démarche, chercher à « savoir ».
    Bravo à ces jeunes gens de parler de leurs expériences. Si c’est une « psychothérapie » tant mieux aussi, mais ce film est d’une grande utilité. On connait tous, plutôt moins que plus, ce qui a été dit sur ce sujet. Avoir des éclairages de l’intérieur est vraiment une aubaine. Quand on ne se contente pas des infos officielles, on n’a que peu de moyens pour comprendre.
    Aujourd’hui, on a les preuves que les gouvernements, français, et algérien ne feront que le minimum syndical (et encore) pour tenter d’éclaircir cette période sombre, noire, ils ne feront rien pour faire face à une réalité historique.
    Démarche vraiment respectable et utile. Un élément important pour comprendre le « roman » des pieds noirs, et les « blessures » algériennes.
    Un moyen supplémentaire qui permettra de voir l’avenir.

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Connaître son passé et regarder perpétuellement dans le rétroviseur sont deux démarches diamétralement opposées.La première est constructive mais polluée par le politique ( militaires ou islamistes en Algérie ,de toutes les façons c’est la faute des Français des maux présents dans ce pays.Du côté français , pression de la droite et de l’extrême droite),la deuxième ressace perpétuellement l’ancien temps soit disant béni via les associations et ceci des deux côtés de la mer Méditerranée.
    L’avenir , éduquer les jeunes dans la compréhension de l’histoire et non pas dans la reproduction d’attitudes.Pour les plus anciens la cause est perdue.
    Surtout évitons la culpabilisation et l’implication des générations actuelles dans cette saloperie de guerre.
    Tout est connu sur cette guerre, cette polémique sur les archives est purement politicienne.Il faut les ouvrir bien évidemment mais n’en attendons pas des révélations fracassantes.Aprės, ce film qui fait suite à cette démarche personnelle est intéressant sûrement, sympathique aussi, a fait du bien à leurs auteurs et apporte quelques témoignages de plus, mais le passé pour avenir,non merci.

    Signaler
    • fvielfau fvielfau

      mais, Braillasse, vous dissertez beaucoup sur des choses et sur votre regard sur l’Histoire, alors que voir le film, comme je l’ai fait, pourrait vous apporter un autre regard ou, du moins, compléter le votre.

      F.

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Sans doute,mais j’ai vu et revu ce type d’introspection.Au bout d’un moment………..
    Quitte à faire un film sur ce sujet ,réaliser une fiction à la Claude Lellouche aurait été peut-être plus pertinent avec des vies parallèles et qui se croisent.

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Ce serait encore mieux en respectant l’orthographe du nom des gens que l’on cite comme modèle.

      Signaler
  9. MarsKaa MarsKaa

    Le documentaire est très intéressant, ils croisent les témoignages et les images. Il aide à connaître et à réfléchir, à la complexité de cette guerre, et à l’imbrication des drames vécus par chacu. Non, on n’a jamais vu cela. Et il est grand temps que l’on en parle, que l’on s’écoute.
    Le film est visible jusqu’à ce soir gratuitement.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Si cela vous dit un travail similaire à été fait par le journal ” La Croix”, il y n’y a pas trop longtemps.

      Signaler
  10. kukulkan kukulkan

    bravo pour ce film que je n’ai pas encore pu voir malheureusement ! total soutiens !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire