Terminaux méthanier de Fos-sur-Mer : la question à 1,2 milliard d'euros

À la une
le 8 Sep 2010
3
Terminaux méthanier de Fos-sur-Mer : la question à 1,2 milliard d'euros
Terminaux méthanier de Fos-sur-Mer : la question à 1,2 milliard d'euros

Terminaux méthanier de Fos-sur-Mer : la question à 1,2 milliard d'euros

Fos Tonkin, Fos Cavaou, et bientôt Fos Faster ? A 50 kilomètres à l’ouest de Marseille, la faune industrielle des rives de l’étang de Berre – dont les exemples les plus connus sont la raffinerie Total et l’incinérateur – pourrait s’enrichir de deux nouveaux spécimens, de forme cylindrique et servant à stocker du gaz naturel. Pour les initiés, des « réservoirs cryogéniques d’une capacité totale de 8 milliards de mètres cubes qui pourra être doublée à terme sur une plate-forme remblayée de 13 hectares (19 dans le projet final). Sa jetée en eaux profondes face au golfe de Fos pourra accueillir des navires méthaniers de très grande capacité en provenance d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient« , détaillent Les Echos. Dans le même temps, GDF Suez compte prolonger de vingt années supplémentaires la vie du quadra Fos Tonkin grâce à un nouveau réservoir.

Histoire de s’assurer que la cohabitation se passe bien, une Commission patriculière du débat public (CPDP) a été formée et organisera onze réunions d’ici décembre. Les habitants de Fos-sur-Mer, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Martigues, Saint-Mitre-les-Remparts et Istres ont reçu dans leurs boîtes aux lettres des invitations. Les autres peuvent consulter le site internet de la CPDP, qui pour l’instant ne contient que la présentation des projets et le mode d’emploi du débat, mais s’enrichira au fur et à mesure de questions et de contributions.

15% de la consommation française

La première réunion aura lieu demain à Fos-sur-Mer et permettra de déblayer le terrain, avant des réunion thématiques, sur la stratégie du port, les nuisances environnementales, les risques industriels l’aspect économiques ou plus prosaïquement le déroulement du chantier… Des enjeux à la taille, maousse, des projets : 800 millions d’euros d’investissement pour Fos Faster et une capacité équivalente à 15% de la consommation française ! L’idée des promoteurs (le leader mondial du genre Volpak associé à Shell) est simple : les centrales à gaz poussent comme des champignons en France et la Russie a une fâcheuse tendance à utiliser ses robinets comme une arme géopolitique. La voie maritime méditerranéenne aurait donc de beaux jours devant elle. Si l’on ajoute le projet de GDF Suez (chiffré à 420 millions d’euros), on arrive à plus d’1,2 milliard en jeu.

Quitte à arriver à une concentration de cette faune particulière (classée Seveso II, c’est à dire le seuil le plus élevé) : Fos Tonkin accueille déjà 35 à 45% des importations de gaz naturel français et Cavaou y a rajouté cette année 8,25 milliards de m3 de gaz naturel par an de capacité (comme pour Faster environ 15% de la consommation française)… Et ce alors que les autres projets dans l’Hexagone, à Dunkerque, au Havre et à Bordeaux, incitent à la prudence. Si l’aspect financier, qui gène Poweo, au Havre, ne devrait pas poser de problème aux deux géants du côté de Fos, la question d’une surcapacité s’y pose également. Surtout que trois projets de gazoducs transeuropéens pourraient faire couler le gaz à flot en Europe. Même si Volpak a certainement calculé son coup, et ses coûts…

L’autre gros sujet de débat sera bien sûr l’aspect environnemental. Avec comme tête de pont l’Association de défense et protection du golfe de Fos, qui pour l’instant évite le choc frontal : « nous ne sommes pas contre a priori ces projets, même si nous allons émettre des réserves sur certains points comme le rejet des eaux chlorées et le choix des sites d’implantation, potentiellement dangereux », confiait au Parisien son président Daniel Moutet. Du côté des promoteurs, ça commence bien : « l’exploitation d’un terminal méthanier ne produit pas de gaz à effet de serre« , ose Volpak dans la synthèse du projet. Et une chaudière à gaz non plus ?

Un lien Flash-back de l’Ina sur 40 d’industrialisation à Fos-sur-Mer, sur Marsactu

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. titoune titoune

    A qui veut on faire croire que la population de fos a la possibilité d’intervenir dans le projet
    d’implantation d’une nouvelle poubelle à pognon? Nous vivons maintenant à,,,,,,,,,
    FOS sur MERDE
    PS,je sais de quoi je parle, je vis à FOS,depuis 55 ans.Ou est notre petit paradis d’antant.
    Dans les années 60, j’ai vu un ( papé) appuié sur son vieux vélo,pleurant en regardant
    les travaux dans les marais.Je comprends mieux maintenant!

    Signaler
  2. titoune titoune

    MIRACLE!! 4,9% de tués en moins sur les routes cet été.
    re-MIRACLE!! 50% de la polution PACA, rien qu’à FOS,qui détient en plus le record de
    cancers dans la région.Merci d’en remettre une couche!

    Signaler
  3. titoune titoune

    Finalement,à voir le nombre de commentaires formulé par les gens concernés par la
    destruction de leur cadre de vie,on a envie de dire:: remettez en une couche,on se régale.
    Ben voyons!!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire