SNCF/Région Paca : retour sur les rails ?

À la une
le 24 Juin 2010
0

1 TER sur 4, 1 TGV sur 3 : cette journée de mobilisation sur les retraites ne tombe pas forcément bien pour la SNCF, qui tente de se rabibocher avec la région (élus comme usagers, sans parler des syndicats…). Lanterne rouge du service avec 10% de trains supprimés et 25% en retard, elle prépare un plan « de sortie de crise » pour revenir à la normale en 2011. La fin du calvaire ? Réponse avec Jean-Yves Petit, le nouveau vice-président Verts aux transports du Conseil Régional.

La SNCF et la Région ensemble dans un plan de sortie de crise : c’est quoi le deal ?

Nous dénoncions depuis plusieurs mois que la SNCF ne respectait pas la convention qu’elle a signé avec la Région. Nous avions donc demandé que la direction nationale réalise un audit interne pour recenser les dysfonctionnements et mettre en évidence des pistes d’action pour les résoudre. Hier, Michel Vauzelle a rencontré le président de la SNCF Guillaume Pépy pour définir la façon dont la suite va se passer : courant septembre, la SNCF présentera ce qu’elle compte faire sur les trains supprimés, la régularité, l’absence d’information, la tranquillité à bord. Ensuite, Guillaume Pépy viendra officiellement au Conseil Régional cet automne. Nous présenterons aussi le plan aux comités de ligne, qui pour beaucoup n’avaient plus confiance dans la Région et la SNCF.  L’idée est aussi d’avoir un véritable suivi avec une évaluation trimestrielle et des informations sur la qualité de service par ligne sur Internet.

Guillaume Pépy qui se déplace en personne pour s’expliquer devant le Conseil Régional, on en était loin il y a quelques mois…

C’est vrai. Ce qui s’est passé, c’est que d’une part la SNCF a commencé a payer des pénalités de plusieurs millions d’euros, et on arrivait à une situation qui n’était plus tenable, avec des usagers qui désertaient les trains, un climat social exécrable avec des mouvements à répétition et des élus très critiques. Au niveau national Guillaume Pépy a compris qu’il fallait régler cela, et avec le changement du directeur régional de la SNCF on peut repartir sur une relation plus apaisée.

Quelles sont les pistes d’action ?

Il y a trois sortes de leviers. Le premier est d’arriver à ce que les trains circulent réellement. Pour cela, il faut résoudre les problèmes de sous-effectif au niveau des contrôleurs et des conducteurs, avec des personnels extérieurs et de la formation. Pour le matériel vieillissant, nous avons des commandes en cours par exemple pour des rames à deux niveaux. Il y a ensuite le management : il faut que tout fasse l’objet d’accords internes pour éviter les conflits sociaux purement régionaux. Enfin, pour l’infrastructure nous allons demander à Réseau ferré de France de débloquer 10 millions d’euros pour des travaux immédiats. Après il restera d’autres gros chantiers.

Et sinon ?

On travaille sur d’autres perspectives et j’espère qu’on ne va pas passer le mandat sur la question de la qualité. Nous espérons pouvoir présenter à la rentrée un nouveau dispositif de tarification qui favorise l’intermodalité, ce qui suppose de se mettre d’accord avec les différents réseaux de transports. L’idée est d’avoir dans un deuxième temps une carte compatible pour une offre plus globale du départ de la maison au lieu d’étude ou de travail.

Un lien Grosse mobilisation pour les retraites à la SNCF, selon l’AFP

Un lien 10 millions d’euros de pénalité pour la SNCF, dans 20 minutes

Un lien Envie de gueuler ou de participer ? La liste des comités de ligne, sur le site de la Région

Un lien Déçu par la SNCF ? Prenez un train italien, sur Marsactu

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire