Roms : obligés de se battre, même pour une table ronde

À la une
Jean-Marie Leforestier
17 janvier 2012 5

Une nouvelle expulsion devrait avoir lieu demain matin sur un terrain de la Capelette. L’éternelle errance des Roms se poursuit à Marseille. Ce matin, les associations de soutien à ces populations, les partis de gauche et trois syndicats ont publié une lettre ouverte au préfet de région Hugues Parant et au maire de Marseille de Jean-Claude Gaudin. Dans cette missive (que nous reproduisons ci-dessous), ces organisations rappellent « l’épisode peu glorieux de la porte d’Aix; ces familles avec enfants en bas âge, sont chassées, humiliées, brutalisées avec un mépris indigne de toute civilisation ». Elles dénoncent l’inaction des pouvoirs publics et demandent, encore et toujours, l’organisation d’une table ronde et invoquent aussi des soutiens extérieurs comme celui de Georges Pontier, l’archevêque de Marseille, pour convaincre le pieux Gaudin.

L’impasse est réelle et confie Bernard Eynaud, le président de la Ligue des droits de l’homme, la lassitude gagne certains militants après la réquisition avortée de samedi. Les militants et des familles Roms avaient choisi d’investir le terrain de l’entreprise désormais désaffectée Net Cacao. Prévenus par la sécurité du site, les forces de l’ordre les en ont délogé avant même que la moindre caravane n’ait pu y être installée. Toutefois, Bernard Eynaud ne désarme pas.

« La persécution » dont sont victimes les populations Roms ne s’arrête pas à ces expulsions répétées. Elles sont aussi victimes, nous explique Jean-Paul Kopp de Rencontres tsiganes, de limitation des courts séjours.

On ne compte plus le nombre d’expulsions. Seule une infime partie de ces Roms n’est plus à Marseille aujourd’hui. Parmi ceux-là, certains sont partis fournir le bidonville du Realtor à Aix-en-Provence, où la municipalité n’est pourtant guère plus accueillante. Les conséquences des expulsions à répétition impactent tant la santé que l’accès à l’éducation des plus jeunes. Aujourd’hui, pour les signataires, il y a « non assistance à personnes en danger ». Pas pour la mairie visiblement.

Un lien La patate chaude des Roms court toujours, sur Marsactu

 
5
commentaires

Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Alain Le Lougarou

    De par l’inaction et le laxisme du duo GAUDIN-MUSELIER , Marseille est devenue une ville de plus en plus pauvre oû par ailleurs se réfugie un nombre impressionnant de clandestins et d’oisifs.
    Pendant des années l’insécurité , la délinquance a prospéré dans l’indifférence générale des élus UMPS , EEV et MODEM.
    Aujourd’hui les politiques ont dos au mur : la population marseillaise toutes origines confondues , accablée par la saleté de la Ville, des impôts élevés, la délinquance quotidienne considère que les roms ne doivent plus squatter les lieux publics et privés.
    C’est un consensus populaire dont il faut tenir compte au risque de graves émeutes à venir.
    Les roms ne sont pas persécutés dans leur pays , ils peuvent s’y instruire et y vivre librement et la Communauté Européenne donne de copieuses subventions pour favoriser leurs formations et éducations.
    De fait, l’Etat n’a pas d’autremoyen que de veiller à l’ordre public et à la protection des biens privés et publics.

    Signaler
  2. titane

    vivre à côté de Roms ou de gitans, je ne le souhaite à personne, excessivement bruyants, surtout la nuit, violents, ils ne sont pas adaptés à une vie dans des cités, ils continuent très souvent à vider leurs eaux sales par la fenêtre même s’ils habitent à des étages élevés, pour celui qui passe tranquillement dans la rue c’est plutôt désagréable, et je pourrais ajouter beaucoup d’autres inconvénients à habiter près de chez eux, par exemple j’ai connu un gitan qui n’acceptait pas qu’une autre voiture que la sienne stationne sur la place qu’il s’était attribuée, sinon il lui crevait les pneus…
    puisque chez eux ils sont acceptés, il vaudrait mieux qu’ils y retournent, d’autant plus que beaucoup d’entre eux refusent de s’intégrer.

    Signaler
  3. solidaireCC

    Vos messages révèlent votre grande méconnaissance du sujet.
    Bien sûr que la situation est exaspérante pour les marseillais, croyez-le, elle l’est aussi pour les roms.
    Que savez-vous de leur situation dans leur pays d’origine? Croyez-vous vraiment qu’il soit 1 seul être humain sur la planète qui soit tellement heureux de vivre traqué, sur des trottoirs etc. qu’il préfèrerait cela à sa situation idyllique dans son pays d’origine? Les roms sont encore + traqués dans leur pays d’origine, ils font parfois l’objet de pogroms ou d’agressions directes comme en Hongrie où des groupes d’hommes font des descentes armées dans des villages roms. Oui parce qu’il y a des villages roms où ils sont ghettoïsés, où leur accès à l’école est limité pour qu’ils aient ensuite + de mal à accéder à l’emploi (et qu’on puisse dire que ce n’est pas leur culture d’aller à l’école!!!) etc….
    Ne vous trompez pas de combat, ne jouez pas la concurrence des misères, Marseille est une ville pauve pour ceux que ça arrangent, mais bizarrement pas partout… ne vous faites pas avoir par le maire et les élus locaux qui font croire qu’ils sont tjs plus nombreux , c’est faux, ce sont les mêmes depuis 2007!! si depuis tout ce temps on avait été constructif on serait pas dans cette m…
    Et oui monsieur, nous accueillons déjà des roms chez nous, nous leur achetons des médicaments, des couvertures et du lait maternel; pour le reste ils paient eux-mêmes grâce au tri de nos poubelles (vu que la CUM ne fait pas son boulot) et à la mendicité.
    Savez-vous que le Gouvernement paie entre 20 000 € et 25 000 € par personne expulsée? Savez-vous qu’il faut 10 fois moins pour payer un accompagnement social qui aboutit à un logement et à un emploi (et donc ensuite qui rapporte une taxe d’habitation et des impôts)?!!!

    Signaler
  4. jean-bernard

    ça sent bon dupond lajoie ici

    Signaler
  5. Liseron duveteux

    Ah! ces gens gentils qui pour se donner une raison d’exister, s’occupent de problèmes insolubles.
    Le problème ce n’est pas les Roms,le problème c’est eux!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot-de-passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire