Roger Guichard, l’homme qui veut ramener vers la droite les dissidents du Front national

Décryptage
le 7 Mar 2017
13

Militant de droite, ancien candidat aux municipales de Vitrolles contre Bruno Mégret, Roger Guichard refait surface comme collaborateur des dissidents FN à Marseille. Le symbole d'un rapprochement entre la majorité Gaudin et les opposants à Stéphane Ravier ?

Illustration BG

Illustration BG

Dans les coulisses du conseil municipal, il est à tu et à toi avec tous les élus qui comptent à droite. Une tape dans la main pour Dominique Tian, une bise pour Guy Teissier, il y a de la complicité militante avec les deux députés Les Républicains. Il y a bien longtemps déjà, Roger Guichard a animé les jeunes du Parti républicain avec le premier. Il a fait estrade commune avec le second lorsqu’il était lui-même candidat à la mairie de Vitrolles dans les années 90 face à la famille Mégret. Depuis, il n’a jamais vraiment lâché la politique, ce virus qui rattrape toujours un peu, inoculé, dit-il, par « la rencontre avec Jean-Claude Gaudin, un homme honnête qui a donné toute sa vie à la politique ».

Régulièrement, Roger Guichard, entrepreneur dans les transports puis dans la communication, assiste aux conseils municipaux, histoire de se tenir au courant mais aussi de croiser quelques amis. Mais ce lundi 6 février, il a un intérêt particulier à suivre les débats et notamment le rapport 21. Il s’agit de son nouveau boulot, à temps partiel. Le conseil municipal vote sans broncher la création d’un poste de collaborateur pour Marseille d’abord, le groupe formé par cinq élus dissidents du Front national. Le poste lui est promis par son président Antoine Maggio. Le temps que son CV passe le filtre technique de la DRH de la Ville, Guichard sera le sherpa des cinq conseillers municipaux qui ont claqué la porte du parti de Stéphane Ravier.

Au service de son groupe ou de Gaudin ?

Avec la droite, Roger Guichard a fait les 400 coups, même ceux un peu tordus. C’est un vieux routier de la politique locale au profil de bon soldat. Ancien du parti républicain, de l’UDF puis proche de Charles Pasqua par opposition à l’Union européenne, son principal fait d’armes est d’avoir ferraillé contre le Front national des Mégret à Vitrolles. Lors de l’élection municipale de 1997, son retrait forcé entre les deux tours – réclamé par le président de la République Jacques Chirac en personne – n’a pas suffi à empêcher Catherine Mégret de prendre la mairie tenue depuis 1983.

Avec un tel profil, son embauche au sein d’un groupe aujourd’hui classé dans l’opposition interpelle même s’il conseille depuis des mois dans l’ombre les pourfendeurs du « dictateur nord-phocéen » Stéphane Ravier. Avant qu’elle parte du FN, il a même aidé Elisabeth Philippe, « une amie », à mener campagne lors des régionales 2015. Son nom revient immanquablement quand il s’agit de se concerter, de planifier, de coordonner les départs du Front dans le département. Antoine Maggio, le président de Marseille d’abord et ex deuxième adjoint de Stéphane Ravier, est heureux d’avoir « choisi un ancien de la politique, une tête d’affiche qui pourra nous donner quelques ficelles et faire qu’on soit pris au sérieux. Il a son franc parler et sa verve. Avoir quelqu’un qui a bataillé contre le FN, ça a du sens pour nous alors que nos relations sont conflictuelles avec le Front ». L’élu, qui se présente aux prochaines législatives dans la 3e circonscription, celle qui recoupe la quasi totalité du secteur des 13e et 14e arrondissements, entend mordre les mollets du FN dans cette élection. Faire perdre quelques points au Front pourrait être utile pour la droite même si Maggio nie tout lien de connivence que Guichard viendrait symboliser.

Ce dernier traduit avec ses mots sa feuille de route : « Ce sont des bébés en politique, ils ont tout pour se faire manger. Je veux leur donner cette mécanique politique. » Roger Guichard a aussi pour son groupe politique un projet de développement très clair. Il se voit comme un pont, un intermédiaire, entre la droite de Gaudin et les anciens du parti d’extrême-droite. A ses yeux, il s’agit d’un « groupe de droite droite », persuadé quand nous le rencontrons à la mi-février que ses élus « vont tous voter Fillon » et pas Le Pen. « Ce groupe, c’est moi qui l’ai créé, se vante-t-il avant de se rendre compte qu’il pourrait froisser ses nouveaux patrons. Enfin, c’est moi qui leur ai suggéré l’idée d’en monter un », nuance-t-il.

Une réserve de voix en cas d’élection anticipée d’un maire ?

Il réserve sa carte maîtresse pour plus tard. Il attend un retrait anticipé de Jean-Claude Gaudin qui provoquerait l’élection d’un nouveau maire parmi les 101 membres du conseil municipal. Les élus qu’il conseille, ce sont « les cinq qui choisiront le futur maire », assure-t-il avec aplomb. Traduction : alors que la droite a plusieurs candidats potentiels à la succession, le club des 5 pourrait se manifester et apporter son soutien à un candidat en particulier. Après tout, la dernière fois que ce cas de figure s’est produit, à la mort de Gaston Defferre en 1986, Michel Pezet avait bien tenté – en vain – d’obtenir l’inclusion des voix des radicaux de gauche dans le vote interne au groupe socialiste qui désigna Robert Vigouroux comme futur maire de Marseille.

Roger Guichard est-il alors un intermédiaire pour élargir les rangs de la majorité municipale ? Ce ne serait pas la première fois que la droite drague les dissidents du Front. Personne à droite ne souhaite s’exprimer. Des sept élus ou collaborateurs sollicités, seul un a accepté de répondre, sans être nommé. Pour lui, un tel coup porte la marque d’un homme : « CB », soit Claude Bertrand, l’inamovible et stratège directeur de cabinet de Jean-Claude Gaudin. « Guichard, c’est un gars de chez nous, il a toujours été là. C’est tout Claude Bertrand de tenter des coups comme ça même si ça ne veut pas dire que ça servira », complète cet adjoint au maire.  Après tout, en 1986 – selon la formule de Guichard – « la droite a recyclé quelques élus d’extrême-droite pour être à la tête de la région ». C’est d’ailleurs en partie l’histoire qu’il entend raconter à son ambitieux président Antoine Maggio : « S’il fait son travail pendant les trois ans qui restent, ça peut lui permettre de continuer sa vie politique avec peut-être une proposition d’intégrer les listes de droite ». Dans les couloirs de la mairie, cette mécanique a un nom : la machine à laver.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. reuze reuze

    Un grand merci à Marsactu pour cet article inattendu, et sans doute important pour les années à venir.

    Signaler
  2. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Un personnage emblématique des recalés du suffrage universel en quête perpétuelle de reconnaissance et de petits fromages. A défaut de Conseil économique et social (réservé aux grands blessés ou à ceux qui ont une réelle capacité de nuisance) celui-ci va tenter d’exister dans une fonction de conseil de dissidents FN. Et dire que la collectivité dépense de l’argent pour ça. Le type est à la fois hâbleur (Jean-Marie Leforestier laisse cruellement filtrer la petite phrase qui tue) et courtisan à souhait (« Jean-Claude Gaudin, cet homme honnête qui a donné sa vie à la politique »). Pour une petite part de fromage ou un peu de reconnaissance de Gaudin, il sera prêt à beaucoup, y compris à lâcher ses futurs anciens amis. Tout ce qu’on aime !

    Signaler
    • roger guichard roger guichard

      Cher monsieur simplement vous répondre (je me demande si cela en vaut la peine) que je suis et resterais toujours un homme de droite droite, en plus je n’ai pas besoin de « fonction » pour vivre peut être contrairement à vous je suis gérant de société depuis plus de 30 ans et j’ai surement employés plus de personnes que vous, donc je n’ai pas de leçon à recevoir de votre part. De plus comme je vois que vous êtes inculte en la matière la loi PLM autorise la création de groupe à partir de 5 élus et chaque groupe reçoit la somme de 7500 euros (brut) par an et par élus pour rémunéré des collaborateur, je vous laisse faire le compte de ce que coûte chaque groupe par rapport à leur nombre d’élus. En ce qui concerne Jean Claude GAUDIN et( contrairement à ce que vous affirmer sans savoir) je ne renie en rien mon engagement à ses côtés de 1980 à 1998, mais en 1998 lors de la mise en place de l’Europe monétaire j’ai rejoins Charles Pasqua car une Europe monétaire sans aligner le fiscal et le social allait nous mener où nous sommes aujourd’hui et puis je préfére « terroriser les terroristes » et rétablir « les charters de retour » pour tous ceux qui ne respectent pas nos lois de la république et ce quel que soit leur religion ou leur couleur de peaux (je ne suis pas racisme en disant tous les mêmes il y a des mauvais de partout). Et pour finir je confirme mes déclarations sur Jean Claude GAUDIN (qui ne m’a jamais rien donné et rien promis non plus) en ce qui concerne son honnêteté contrairement à ceux que vous semblez soutenir GUERINI, ANDRIEU, ANDREONI, BERNARDINI etc…….la liste est trop longue. Dernier point je n’aime pas le fromage

      Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      Monsieur René Guichard nous apprécions votre utilisation du droit de réponse sur ce site, — même si vos assauts épistolaires sont surprenants—.En tant que gérant de société et employeur important dans la sphère présentielle, comptez-vous vous faire rémunérer pour votre mission de conseiller politique au sein de ce groupuscule municipal ?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      C’est rigolo, cette réponse de « roger », tout en finesse et en arguments, et sans aucune insinuation stupide…

      J’espère que les commentaires sur Marsactu resteront ce qu’ils ont été jusqu’ici : civilisés, sans mauvaise foi, et éventuellement assortis d’une touche d’humour. Ce qui n’interdit pas l’expression de désaccords.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Vous vous demandiez si une réponse valait la peine ? D’une certaine manière, oui, en ce qu’elle m’éclaire sur la qualité de l’argumentation que vous êtes capable de déployer et me rassure quand je sais qu’elle sera au service d’élus FN (ou ex FN). Je ne polémiquerai pas davantage avec vous, j’ai exprimé mon point de vue (qui n’a pas changé) et vous, le vôtre. Dernier point : je vous fais grâce d’une correction orthographique, mais pitié, mettez au moins une majuscule à République !

      Signaler
  3. VitroPhil VitroPhil

    Cela faisait presque 20 ans que je n’avais entendu parler de ce personnage.

    «son principal fait d’armes est d’avoir ferraillé contre le Front national des Mégret à Vitrolles» A fleuret moucheté alors! J’ai le souvenir d’une campagne terne de sa part et d’ entre deux tours pleins d’ambiguïtés en 1995 comme en 1997.

    Par ailleurs la phrase suivante
    «n’a pas suffi à empêcher Catherine Mégret de prendre la mairie tenue depuis 1983.» gagnerait en précision par une chute du type « par le PS. »

    Pour retrouver le contexte de l’époque et le charisme de l’homme voir l’article suivant
    http://www.liberation.fr/france-archive/1997/01/30/vitrolles-aux-mains-du-fn-le-feuilleton-d-une-election-4-challenge-a-droite-faire-gagner-la-gauche-s_192521

    extrait : «Ce n’est pas un aigle mais un garçon appliqué qui fait son possible»

    Voila pour le passé, pour le présent je m’étonne qu’un tel type de poste puisse exister.

    Signaler
    • neomars neomars

      « Il est vrai que Jean-Claude Gaudin, ministre de la Ville, maire de Marseille et président UDF de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, » … 3 fois rien de boulot à cumuler

      Signaler
    • roger guichard roger guichard

      Merci de me donner l’occasion de clarifier la situation de VITROLLES en 1997, ce cher Renaud DELY qui à l’époque était simple reporter pour son journal tout comme Michael DARMON ne me quittait pas de la journée en faisant l’apologie de Mme MEGRET, c’est facile de démolir médiatiquement les candidats (nous en avons encore aujourd’hui la preuve dans l’élection présidentielle) pour ces chers journalistes qui vivent de subventions de l’état et ont obtenu un régime d’imposition ‘très spécial » grâce à Mr HOLLANDE, c’est sur que c’est plus facile de critiquer que d’aller combattre sur le terrain. C’est bien les médias qui ont contribué à l’élection de Mme MEGRET sous prétexte que l’image était plus présentable que celle de son mari et on a vu par la suite le résultat (comme vous êtes fan d’articles de journaux je vous laisse le soin de lire ce qui a été écrit pendant 4 ans). Pour revenir à mon positionnement en 1997 au soir du 1er tour ayant obtenu 2000 voix de plus qu’en 1995 je n’ai pas voulu me retirer et j’ai demandé que le candidat socialiste (mis en examen) se retire, j’ai eu le soir même au téléphone tous les responsables du département et j’ai fait la même réponse puis j’ai eu le premier ministre Alain JUPPE et j’ai fait attendre jusqu’au mardi 17 Heures date limite de retrait des listes pour annoncer mon désistement compte tenu que le Président de la République (en voyage à MOSCOU) avait ordonné le retrait de la liste et demandait à tous mes colistiers de ne pas figurer sur la liste si nous nous maintenions. J’ai su plus tard que ce retrait était un échange entre gauche et droite compte tenu du retrait de la liste socialiste quelques semaines avant dans l’élection partielle de DREUX ce que vous pouvez vérifier en lisant le livre « Exil à l’Elysée ». Pour ce concerne le présent la loi donne à chaque groupe municipal une somme de 7500 euros brut par an et par élu pour prendre un ou plusieurs collaborateurs. Certains comme à l’EUROPE compte du nombre importants l’élus ont des enveloppes budgétaire de plusieurs centaines de milliers d’euros comme le FN ce qui leur permet de créer des emplois (souvent à hauteur de plusieurs milliers d’euros comme le compagnon de Mme LE PEN qui touche 5000 euros par mois pour un emploi à mi-temps) mais vous devriez comme vous l’avez fait pour l’élection de VITROLLES le vérifier sur internet. E

      Signaler
  4. corsaire vert corsaire vert

    que ça pue !!!!

    Signaler
    • roger guichard roger guichard

      Moins qu’a gauche et au Front National

      Signaler
  5. roger guichard roger guichard

    Je tiens à signaler que c’est le journaliste de lui même qui a écrit et orienté son article sur le fait que j’étais « Une passerelle entre Gaudin et le groupe MARSEILLE D’ABORD » car je n’ai jamais déclaré cela et plus de dire que mon ami à droite est Guy TEISSIER qui était candidat en 2014 à l’élection municipale contre J.C GAUDIN je ne pense pas qu’il soit la meilleure passerelle pour J.C GAUDIN. J’ai lu également dans cet article que Claude BERTRAND serait à l’origine de la création de ce groupe ???? Je n’ai pas parlé une seule fois au journaliste de C.BERTRAND donc je ne sais pas d’où il sort cette information mais je pense que si il avait voulu créer ce groupe il l’aurait fait lui même, il a je pense une plus grande expérience que moi dans ce domaine. Mon rôle dans ce groupe est simplement de les aider à faire leur travail politique en préparant tous les conseils municipaux et d’arrondissement en étudiant tous les dossiers afin de voter pour ce qui est bon pour MARSEILLE et contre ce qui ne l’est pas compte tenu que maintenant ce sont des élus libres qui peuvent s’exprimer contrairement au temps où ils étaient dans le groupe FN et qu’ils devaient voter ce qu’on leur disait de voter, comme par exemple de voter pour la construction de deux mosquées dans le 13ème arrondissement du maire FN ou de voter pour le contrat de confiance au Président de la Métropole. Ce sont des élus avec chacun leur personnalité et leur idées mais réunis dans un groupe d’opposition à la majorité en place. Sinon quel intérêt de faire un groupe, ils aurait pu comme le font la plupart obtenir des avantages et rejoindre directement la majorité municipale ce qui prouve bien que ce groupe n’est pas là pour aider qui que ce soit.

    Signaler
  6. sylvestre garcia sylvestre garcia

    antoine magg et sa maman sont la que pour indemnité élue il on rien a foutre des autres

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire