"Réorganiser l'immunologie, de l'enseignement jusqu'au médicament"

Julien Vinzent
20 novembre 2013 0

Innate Pharma : ce nom n'est pas aussi connu que Sodexo, la Comex ou CMA CGM. Cette société de biotechnologie fondée à Marseille en 1999, IPH pour les intimes, n'avait d'ailleurs pas attiré les grands élus locaux à l'occasion de la visite du ministre de l'Industrie Eric Besson, au mois d'août 2011. "Marseille capitale européenne de l'immunologie", clamait pourtant son PDG Hervé Brailly sur notre plateau il y a quelques mois. La ville pourrait effectivement revendiquer ce statut tant chéri dans ce domaine de la santé. "Quand on essaye de compter on arrive à plus d'un millier de collègues à parité entre des cliniciens et des chercheurs plus fondamentalistes mais aussi pas loin d'un millier de lits d'hospitalisation", glisse Eric Vivier, directeur du centre d'immunologie de Marseille-Luminy (CIML), par ailleurs un des fondateurs d'Innate Pharma.

La naissance de Marseille immunopole pourrait contribuer à le faire savoir. "La plupart des acteurs qui forment l'immunopole travaillent déjà dans ce domaine au plus haut niveau international et depuis des décennies", explique-t-il. Son centre de recherche date, le CIML a même dépassé la quarantaine… Le but : "Décrire puis comprendre et éventuellement manipuler l'immunité", à savoir "l'ensemble des mécanismes qui permettent aux organismes – dont l'homme – de lutter contre des agressions externes à l'instar des infections microbiennes".

Test grandeur nature

Marseille immunopole vise à développer les relations entre les acteurs, "de l'enseignement jusqu'au médicament", par exemple avec les hôpitaux de Marseille qui font figure de lieu de test grandeur nature. Mais comme le formule Eric Vivier, ce réseau "existe déjà à la Monsieur Jourdain, sans prendre conscience de lui-même". Le domaine est déjà même inclus dans le pôle de compétitivité Eurobiomed, qui regroupe peu ou prou les mêmes acteurs.

Ce que cette nouvelle structure apporte, c'est "un affichage plus clair pour les partenaires, collectivités territoriales et l'État (…) Se présenter sous la bannière de Marseille immunopole nous permet de rentrer en discussion". La machine est déjà en route. En février 2012, une enveloppe de 19 millions d'euros a été décrochée pour le "démonstrateur pré-industriel" Cimtech au titre des investissements d'avenir de l'État. En juin, l'inauguration du bâtiment Biotech III avait été l'occasion d'une table ronde autour de Marseille immunopole. Cette fois-ci, le président de la communauté urbaine Eugène Caselli était de la partie. Il faut dire que c'est sa collectivité qui a financé, avec le conseil régional, cet investissement de 2,5 millions d'euros.

0
commentaires

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire