Remous autour d’un possible chargement d’armes pour le Yémen dans le port de Marseille-Fos

Actualité
Violette Artaud
29 Mai 2019 1

L'annonce de l'arrivée dans le port de Marseille-Fos d'un cargo venu récupérer des armes françaises vendues à l'Arabie Saoudite a suscité la confusion mardi. Si armateurs et dockers démentent l'information, l'affaire a soulevé interrogations et indignation.

Un petit triangle jaune sur une carte maritime. Mardi après-midi, le Bahri Tabuk, cargo qui bat pavillon saoudien, est représenté sur le site de traçage de navire Vesselfinder à l’entrée du port de Marseille-Fos. Il s’agirait, selon nos confrères et partenaires du média d’investigation Disclose, d’un bateau venu recevoir une cargaison d’armes de fabrication française. « Le gouvernement français n’entend pas renoncer à ses livraisons d’armes en direction de l’Arabie Saoudite. Alors qu’un cargo de la société saoudienne Bahri a été empêché de charger huit canons Caesar au port du Havre début mai, un nouveau chargement d’armes doit avoir lieu en toute discrétion ce mardi 28 mai », écrivent les journalistes de ce média indépendant. Cette fois-ci, la livraison est censée avoir lieu dans le port de Marseille-Fos. Publiée mardi matin, l’information a créé une vague d’indignation et de confusion autour des bassins du port.

En avril, Disclose révélait des documents classés secret défense impliquant la France dans la vente d’armes utilisées contre des civils par l’Arabie Saoudite dans la guerre au Yémen. Une guerre qui constitue l’un des plus grands désastres humanitaires actuel et a fait depuis 2015 des dizaines de milliers de morts, selon l’ONU.

Mention explosif pas systématique

Selon Disclose, les armes en question devant être chargées à Fos seraient des munitions pour des canons Caesar, utilisés par l’armée saoudienne au Yémen. Contacté par Marsactu, le Grand port maritime de Marseille refuse de confirmer ou d’infirmer l’information, renvoyant vers l’armateur Bahri. Son agent en France nie en bloc ce chargement d’armes. « Tous le monde affabule dans cette histoire, c’est une fausse information. Il ne s’agit en aucun cas de matériel militaire mais de transformateurs sur remorque pour un client qui fait de l’énergie », a répondu à nos questions ce dernier qui a indiqué à l’AFP qu’il s’agit de Siemens. L’entreprise allemande a confirmé auprès de 20minutes cette information.

« Sur ce bateau, la configuration du chargement n’a rien à voir avec des armes, a aussi assuré à Marsactu un docker responsable des opérations en lien avec les colis lourds. J’ai vu le colisage et il s’agit de colis industriel, je peux vous le garantir. » Mais le chargement d’armes se fait parfois de manière discrète. « Il s’agit de charges modulaires qui peuvent ne pas être classées explosives. Ces munitions sont dans des containers. Il se peut que ce ne soit pas indiqué dessus », explique Geoffrey Livolsi, journaliste à Disclose, qui s’en réfère à des sources internes au fabricant. Aussi, toujours selon Disclose, le port de Marseille et du Havre seraient régulièrement utilisés pour la livraison d’armes à l’Arabie Saoudite.

Une information que n’a pas réfuté Florence Parly. Lors des questions au gouvernement mardi après-midi, la ministre des armées a répondu à une question de la France insoumise au sujet de la nature du chargement au port de Marseille-Fos. « Nous sommes en train de le vérifier, a-t-elle déclaré. Est-ce que ce serait étonnant ? Non, car nous avons un partenariat avec l’Arabie Saoudite. »

« On sera présents pour vérifier »

Dans une interview à l’AFP, Laurent Pastor, le secrétaire général CGT des dockers de Fos-sur-Mer a pourtant assuré que le port de Marseille-Fos « ne servira pas à charger des armes ou des munitions ». Selon lui, le chargement a été présenté aux dockers comme du « matériel civil pour un projet lié à l’énergie ». Laurent Pastor se montre toutefois prudent : « On sera présents pour vérifier ce chargement, car la confiance a ses limites. » Les opérations pourraient par ailleurs être retardées « en raison du mauvais temps », a-t-il ajouté.

Armes de guerre ou pas, la nouvelle a rapidement provoqué indignation et réactions dans la classe politique. « Stop au chargement d’armes en cours à Marseille ! », a réagi le député de Marseille Jean-Luc Mélenchon (FI). « Par ces livraisons d’armes, la France se rend complice des exactions commises dans le conflit au Yémen », a-t-il déclaré par communiqué.

La sénatrice socialiste Samia Ghali a de son côté demandé un moratoire « sur la livraison d’armes en direction des pays de l’Arabie Saoudite », tout comme le député PCF Pierre Dharréville. Dans un communiqué, la fédération départementale de son parti a déclaré rester « vigilante en attendant les confirmations et/ou infirmations, en vu d’une éventuelle mobilisation ». En début de soirée, Disclose, se basant sur des sources internes au fabricant, affirm pour finir que la cargaison d’armes a finalement été détournée, vers une destination pour le moment inconnue…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire