Régionales : à gauche un accord de circonstance avec la droite sur la table

Enquête
le 18 Juin 2021
69

Tiraillées entre trois options pour le second tour, les forces du rassemblement écologique et social peinent à se mettre d'accord. Entre les composantes de l'union, des divergences se font jour mais la perspective d'une liste sous forme de front républicain le 27 se renforce.

Jean-Laurent Félizia, tête de liste du Rassemblement écologique et social et ses troupes n'ont pas encore tranché leur stratégie pour le second tour. (Photo Emilio Guzman)

Jean-Laurent Félizia, tête de liste du Rassemblement écologique et social et ses troupes n'ont pas encore tranché leur stratégie pour le second tour. (Photo Emilio Guzman)

L'enjeu

Alors que Thierry Mariani (RN) semble en mesure de remporter la région, la gauche s'interroge déjà sur la stratégie de second tour.

Le contexte

La majorité des membres des listes de Jean-Laurent Félizia ne veulent pas être absent un mandat supplémentaire de l'exécutif régional.

Il y a trois semaines, l’affaire était entendue. Jean-Laurent Félizia tête de liste du Rassemblement écologique et social devait donner une conférence de presse pour annoncer son maintien au second tour des élections régionales, quoi qu’il advienne. L’éventualité n’aura duré que quelques jours. Le temps qu’au sein de cette union qui agrège une dizaine de composantes dont Europe Écologie Les Verts (EELV), les partis socialiste et communiste, Génération.s ou Place Publique, des voix s’élèvent pour condamner l’idée. “Moi je n’y étais pas favorable et je l’ai dit“, tranche le communiste Anthony Gonçalves, 4e dans la liste des Bouches-du-Rhône.

Le rétropédalage dit les angoisses d’une gauche prise en étau entre la peur de voir le Rassemblent national accéder aux affaire à la tête de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et le souvenir vivace du traumatisme de 2015 : le retrait de la liste emmenée par Christophe Castaner avait alors fait disparaître l’opposition de gauche et des écologistes de l’hémicycle. Quelle stratégie retenir, alors, pour le second tour si la troisième place, promise par les sondages, se confirme dimanche ?

Trois scenarios, des divergences

Trois scenarios sont possibles. Le premier ? Le retrait pur et simple de la liste, qui laisserait, comme en 2015, le second tour prendre la forme le duel entre la droite et l’extrême-droite. Deuxième option : le maintien au risque de favoriser une élection de la tête de liste Rassemblement national, Thierry Mariani. Dernière possibilité qui revient avec insistance, celle d’un accord technique entre les forces de Félizia et celles de Muselier, le sortant Les Républicains.

Depuis des semaines, la tête de liste écologiste préfère évacuer la question. Lors du dernier débat télévisé – mercredi soir sur LCI – il a de nouveau refusé de se prononcer, et de “confisquer le vote aux électeurs” avant même le premier tour. Mais au sein du rassemblement écologique et social la question taraude. “Et on voit les lignes de fracture” apparaître, note un des candidats. Un cadre d’EELV plaide d’ores et déjà pour “une décision transparente avec un document public, publié et signé dimanche soir, quel que soit le choix retenu.”

Des élus, un point c’est tout

Dans cette liste, la hantise d’être rayée de la représentation régionale en cas de troisième place est très prégnante. Le sénateur EELV Guy Benarroche, proche de Jean-Laurent Félizia, se dit “à titre personnel” opposé à l’idée que les écolos soient de nouveau absents des débats durant la prochaine mandature. Même écho chez les candidats socialistes tête de liste dans leur département Xavier Garcia, premier secrétaire de la fédération des Alpes-Maritimes et Marie-José Allemand, son homologue des Hautes-Alpes ; ou encore chez le communiste Anthony Gonçalves. “Il est impensable que la gauche ne siège pas!”, clament-ils à l’unisson. “Il nous faut des élus, un point c’est tout !”

Sur le marché ce matin, on me disait encore : ne faites pas la connerie de vous retirer !

une colistière

Globalement, les différentes parties prenantes du rassemblement écologique et social excluent de prime abord le retrait. “On serait perdants sur les deux tableaux : non seulement on disparaîtrait de la carte mais en plus rien ne garantit la défaite du RN…”, dit un élu écolo des Bouches-du-Rhône. “Le retrait, c’est un fusil à un coup. Nos électeurs ne nous le pardonneraient pas et on ne serait plus jamais crédibles à aucune élection”, complète un socialiste.

“Sur le marché ce matin, on me disait encore : “ne faites pas la connerie de vous retirer !””, abonde une colistière. Olivier Faure en visite vendredi dernier dans le Var est sur cette ligne, assure un membre du PS. D’autant plus que selon le premier secrétaire socialiste, Les Républicains n’envisagent pas une seconde de se retirer en faveur de la gauche en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine.

“Une responsabilité au-delà de moi-même”

En route vers un maintien, donc ? L’affirmation est moins évidente du côté du Parti communiste. “J’ai quand même l’impression d’avoir une responsabilité au-delà de moi-même, avance Anthony Gonçalves. Majoritairement, au PC, nous sommes pour ne pas prendre le risque de laisser le RN gérer la région.”

Un accord avec Muselier, je ne l’imagine même pas.

Anthony Gonçalves (PCF)

Dernière option sur la table: celle d’un accord technique avec Renaud Muselier. Là encore, l’union des écolos et de la gauche ne parle pas d’une seule voix. À grands traits, une tête de liste départementale brosse le paysage : “Les écolos ne voient pas de problème de principe à fusionner techniquement avec Muselier ; le PC est totalement contre et les socialistes sont entre les deux.” Dimanche soir, dans le local marseillais de Jean-Laurent Félizia, il risque d’y avoir du sport…

Ce mariage – de circonstance pour les uns, de la carpe et du lapin pour les autres – peut-il tenir ? “Ce ne serait pas un mariage mais un accord entre deux listes qui s’entendent pour que le RN ne passe pas. Il ne s’agit en rien d’une gestion ou d’une gouvernance commune. Nos élus seraient dans l’opposition : ils ne voteraient pas pour le président ou le budget”, échafaude un écologiste des Bouches-du-Rhône. Un candidat vauclusien analyse: “Il s’agit surtout de se répartir la prime de 25 % qui bénéficie à la liste arrivée en tête au second tour. Donc il ne faut le faire que si on est sûr de gagner : si le poids de Muselier et de Félizia dépasse les 55 %.”

Un accord avec Muselier ? “Je ne l’imagine même pas ! Il doit bien y avoir des gens que ça ne choque pas chez EELV, mais pour nous ça n’est pas une possibilité. Ça aurait pour effet de dire à l’électeur que droite, gauche, LR et LREM c’est pareil… Ça ne ferait qu’accélérer la victoire du RN. Et ce sera la fin de notre liste”, écarte le communiste Anthony Gonçalves. Dimanche soir les instances de son parti ont prévu de se réunir pour arrêter une position et l’idée de se maintenir à tout prix ou de fusionner avec la droite ne devrait pas faire partie des pistes envisagées. D’avance, Anthony Gonçalves prévient : les communistes suivront la ligne du parti et non celle de la tête de liste. À la fin, c’est pourtant à Jean-Laurent Félizia et à lui seul que reviendra administrativement et politiquement le choix final.

Le clan Muselier en approche

De son côté, le clan Muselier est en approche. Si aucun “contact formel” n’a été officialisé entre le candidat de droite et celui de l’arc écologiste et de gauche, des élus du Var, des Hautes-Alpes et des Alpes-maritimes confirment les appels du pied insistants. “Les “museliéristes” locaux tapent à notre porte ! On est tous contactés dans nos départements. On va voir ce qu’ils proposent”, résume une candidate.

Une amorce de discussion que confirme l’entourage de Renaud Muselier: “Ces élus se fréquentent au quotidien dans les intercommunalités, évidemment ils se parlent.” À ce stade, toutefois, l’équipe sortante dit privilégier “un accord politique plutôt que technique.” De son côté, Jean-Marc Governatori, le candidat de Cap écologie – associé un temps à Jean-Laurent Félizia au sein du Pôle écologiste, avant de choisir de partir en solo – s’emploie à rajouter à la pression ambiante en prônant depuis des mois cette fusion entre LR et l’union de gauche-écolo.

À 48 heures du scrutin, une solution consensuelle et sereine peine à se dégager. “Ce n’est pas la peine de paniquer, il faut surtout  anticiper”, tente de calmer un cadre écologiste. Pas sûr que cela suffise. “La meilleure des solutions, c’est quand même que les gens aillent voter en masse au premier tour ! Mais après, quoi qu’on fasse, de toute façon, ça sera compliqué, conclut Marie-José Allemand. On se retire, les gens vont hurler. On se maintient, les gens vont hurler. On fait un accord technique, les gens vont hurler… Alors, on fait quoi ?”

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    J’irai voter aux deux scrutins, merci à Félizia de me déculpabiliser de mon vote blanc aux régionales.

    Signaler
  2. mrmiolito mrmiolito

    Premier tour Régionales 2015 : Maréchal le Pen = 40,6 % des voix. Terrifiant a priori ?
    … x 51,9 % de votants = 21 % des électeurs inscrits, en réalité !
    Pas réjouissant mais au final bien moins terrifiant.
    Les extrêmes ne sont forts que de l’abstention, ne l’oublions pas. Aller voter est la seule façon. et pas blanc, puisque dans le système actuel ça ne compte pas.

    Signaler
  3. julijo julijo

    C’est une stratégie quasiment mortelle !! je me demande vraiment ce qu’ils ont dans la tête. des idiots pareils rassemblés sur la même liste !! on a une chance folle en paca !
    ah ça va sûrement donner envie de voter pour eux au premier tour, sachant qu’au second….etc !
    je le sens mal depuis le départ il y a quelques semaines, avec l’éviction de certaines assoc citoyennes, et de lfi. là je suis au bout du bout, et cela me conforte.
    voter pour eux afin de les mettre très éventuellement en position d’avoir des élus ? quels élus ? ils sont à géométrie trop variable, ou bien voter quand même pour eux, et les suivre pour éliminer l’obscurantiste mariani, et propulser le moins clair encore muselier ?? c’est un choix ça ?
    Je n’ai pas de candidat pour les régionales, j’irai voter. blanc. même si les votes ne sont pas comptés, je ne participerai pas à cette mascarade.

    Signaler
    • Andre Andre

      Julijo, il n’ y a rien à rajouter!

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Entre la mascarade et l’escalade, je choisis la mascarade

      Signaler
  4. BRASILIA8 BRASILIA8

    le degré zéro de la politique
    j’irai voter blanc !

    Signaler
  5. Batamedeur Batamedeur

    J’irai voter pour Félizia sans souci au 1er Tour, mais en cas de retrait au 2nd Tour ou de fusion avec Muselier mon vote sera celui du Blanc.

    Signaler
  6. gastor13 gastor13

    “Ça aurait pour effet de dire à l’électeur que droite, gauche, LR et LREM c’est pareil” Mais c’est excatement ça ! Leur seul programme à tous c’est battre le RN. En filigranne leur programme est aussi d’avoir des postes, pas pour l’action mais pour la gamelle. Ils sont tous aussi écoeurants. Et maintenant il y en a marre à chaque fois d’essayer de voter pour le moins pire.
    Il serait grand temps que le vote blanc soit comptabilisé et qu’un parti ou une personne ne puisse être élue qu’avec un pourcentage minimal du total des votants. Au moins on pourrait exprimer un vrai choix.
    Quand au vote blanc actuel ou à l’abstention ils ne savent même plus quoi dire tellement ils ont peur de perdre leurs places, un coup ils nous disent que c’est faire le jeu de Macron, un autre coup celui du RN..
    Et quand ils envisagent la possibilité d’un accord “technique” avec LR-LREM cela montre bien que leur volonté n’est pas de défendre leurs idées..
    J’ai bien peur que ce coup-ci ce soit sans moi.

    Signaler
  7. BRASILIA8 BRASILIA8

    non seulement ils sont nuls mais en plus ils nous le font savoir en étalant publiquement leurs calculs
    si le programme c’est tous contre le RN ce n’est pas suffisant, cela fait des années que ce slogan est répété à chaque élection et chaque fois le RN progresse il serait temps de s’en apercevoir et de parler politique et programme mais pour cela il faudrait avoir des idées !!

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      J’ai un ami qui vote souvent blanc et aime écrire sur le bulletin : “bulletin nul, mais moins que les candidats proposés “

      Signaler
  8. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Tout me va pour éviter Mariani et sa bande. Mais honnêtement, je ne vois pas comment on peut sortir du piège. Le cierge à la Bonne mère en priant pour que les instituts de sondage se trompent et que les électeurs se bougent pour aller voter est sans doute l’option la plus raisonnable

    Signaler
  9. BRASILIA8 BRASILIA8

    en résumé EELV, le PS, le PC sont prêts à voter pour la privatisation des TER
    un vrai programme pour des partis qui s’autoproclament de “gôche”

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      C’est ce qu’on appelle ne pas lire un article : tout son propos est d’indiquer les contradictions entre ces partis à propos du second tour.
      Par ailleurs un accord technique n’est pas un contrat de majorité. On en pense ce qu’on veut, mais ce n’est pas la même chose.

      Signaler
  10. BRASILIA8 BRASILIA8

    il n’y a pas de contradiction ils cherchent le meilleurs moyens d’obtenir des postes
    un accord technique du style de celui qui permettait à Gaudin de faire voter le budget de la Région avec l’aide du FN ?
    je persiste et signe on a là le degré zéro de la politique et c’est ce qui permet au RN de progresser tout en ne faisant rien

    Signaler
  11. julijo julijo

    effectivement Zumbi, un accord technique n’est pas un contrat de majorité…..en gros, ils peuvent négocier des places mais ne feront pas corps….et ne voteront pas forcément.
    mouais, et alors, ça change quoi ??
    il y a possibilité de fusion entre les deux tours, et mumu va offrir quoi ? et notamment à qui ?? ma confiance en cette bande de nases de “gôche” est largement ébranlée.

    Signaler
  12. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Tant que les partis politiques ne chercheront pas à convaincre les abstentionnistes de revenir aux urnes, nous serons confrontés à la montée du RN dont les électeurs, eux, votent. Mais pour convaincre, encore faut-il être capable de démontrer qu’on va s’occuper des vrais problèmes quotidiens des gens.

    J’irai voter. Y aura-t-il un bulletin dans mon enveloppe ? Je ne sais pas encore. Mais quelque chose me dit quand même que si l’on pouvait échapper aux voyous d’extrême-droite, et notamment aux petites frappes identitaires qui entourent Mariani, ce serait mieux.

    Signaler
  13. RML RML

    Voter blanc = voter pour Mariani. Les compétences de la Région, c est aussi la culture et les lycées. La situation est inextricable, en effet. Personnellement, je n aipas envie d une culture réac, du discours permanent sur la sécurité etc…et même si LR n est pas du tout ma tasse de thé, même si la gauche fait n importe quoi, je n irai pas voter blanc, pas au nom d un front républicain, mais juste parce que je sais toujours ce qu est l’extrême droite.

    Signaler
    • julijo julijo

      non, voter blanc, n’est pas voter mariani.
      c’est un argument ancien, qui aujourd’hui ne tient plus la route. (voir entre autres, l’histoire de l’homme qui criait au loup).
      Pendant des années j’ai voté “contre” : pour chirac…et d’autres…là depuis la dernière présidentielle j’ai décidé de voter “pour”. et je n’ai pas voté macron, j’avais piscine !
      ce sont les “politiques” eux mêmes qui ont mis en place ce système de culpabilisation de l’électorat. et en principe, dans toutes les élections ils nous rabâchent : barrer la route du FN ou du RN…de plus en plus tôt et bien avant le vote. Il fallait réfléchir tout au long du ou des mandats.
      je sais ce qu’est l’extrême droite, je ne suis pas de ceux qui pensent : pourquoi ne pas essayer ; on a déjà essayé et à plusieurs reprises. je serai fort triste si la région devient rn, mais je ne suis en rien responsable de ça.
      je ne vote pas blanc de gaité de cœur, mais électeur contribuable j’en ai marre. Là, je n’ai même pas de candidat qui me convienne au premier tour, et j’irais au second voter mumu ??? et pourquoi ? voyez “le ravi” ce sont des cousins avec mariani….

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Dire que ne pas voter revient à voter Mariani n’est pas un argument, mais un fait arithmétique. Le score électoral étant relatif à une participation, il est d’autant moins élevé que celle-ci est forte. Au premier tour, vous pouvez aussi voter LO si personne ne vous plaît à gauche ! Limportant est d’être compté.

      Signaler
  14. BRASILIA8 BRASILIA8

    cet argument sert depuis l’élection de Chirac et on constate tous les jours que le RN est ravi il continue à progresser sans rien faire il serait temps d’utiliser des arguments politiques et de ne pas s’inspirer de ses thèmes favoris comme le sentiment d’insécurité qui de toute façon ne relève pas des compétences de la Région
    question subsidiaire qu’aurait changer la présence d’élus de la liste Castaner lors de la précédente mandature ?
    pour ce qui concerne la culture réac voir la “provensalité” de Vassal l’aide au projet de Labartens elle est en marche

    Signaler
  15. Andre Andre

    Un accord technique avec les LR? Et puis quoi encore? Ils le font exprés? Ils veulent vraiment nous dégoûter de voter? Que la liste dite de gauche se maintienne! Ça s’appelle la démocratie et laisse le choix aux électeurs. J”en veux beaucoup au PM de s’être retiré au 2me tour dans les13/14, pour laisser passer les vasslistes. Je me suis senti trahi, c’était comme si on m’avait empêché de voter. Et si jamais le RN passait, ça s’appellerait le suffrage universel. Personne n’aura accompagné les électeurs dans l’isoloir avec un calibre sur la tempe.
    Les élections , ça ne se gagne pas entre les deux tours mais pendant toute une mandature et nos chers élus dits “republicains” devraient plus souvent s’interroger sur les raisons du votre RN. Certains, faute de changer de politique voudraient ils changer le peuple?

    Signaler
  16. Opiniatre Opiniatre

    C’est incroyable comme la plupart des commentaires ne prennent pas la mesure de ce qui se passe. Allons-y, drapons-nous dans notre dignité, votons blanc, nul, pur et pétris dans nos certitudes. Tous se valent, je me retire. Et tant pis pour les étrangers ou les français récents, confrontés à une région xénophobe, tant pis pour une vague nécessité écologique, place aux 4×4, aux beaufs assumés, aux racistes de comptoir. Vous imaginez ce que c’est d’être noir ou basané dans uen région FN ???!!!
    La gauche est faible, je le regrette. Je voterai pour elle sans problème. Pour le second tour, toute abstention équivaut à mettre sur le même plan des politiciens de droite traditionnels, pas glorieux, mais républicains. De Gaulle = Pétain ? Biden = Trump ?
    La démocratie, ce n’est pas seulement défendre son poinbt de vue, puis d’aller monter sur sa tour d’ivoire. C’est assumer, quand on n’est pas majoritaire, de s’allier, de passer des compromis, de faire le moins pire pour les citoyens.`
    Si la gauche est tellement, c’est beaucoup à cause de cette tendance moralisatrice. On multiplie les partis, dès qu’un leader émerge, tou tle monde se précipite pour le flinguer. L’écologie et le social sont des sujets essentiels, on n’arrive pas à les imposer, et on laisse l’élection se jouer sur la sécurité et l’immigration, deux sujets où la Région n’a aucune compétence.
    Alors oui, accord technique, probable unique solution pour éviter le FN et avoir quelques élus écolos et socios.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Merci d’avoir pris le temps d’argumenter. Mes forces me lachaient. Je suis entièrement d’accord avec tout ce que vous dites. J’irai voter, comme je suis allé me faire vacciner. Sans enthousiasme mais avec le sentiment du devoir accompli à l’égard du collectif

      Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      la gauche en est là où elle en est parce qu’elle n’est plus de gauche à peine sociale-démocrate le PS veut changer de nom! quand à EELV ni de droite ni de gauche on croirait du Macron ils sont d’ailleurs macron compatible pour certains remplacer un 4X4 diesel par un 4X4 à électricité nucléaire voilà le programme
      c’est justement la politique du moins pire qui nous a amené là où nous en sommes il faudrait peut être commencer à faire des vrais choix politiques et les assumer même si dans un premier temps cela ne permet pas de gagner des élections

      Signaler
    • Opiniatre Opiniatre

      BRASILIA8. C’est super, à gauche tout le monde est nul sauf vous. Avec ca on n’est pas arrivé. Le courage politique, ce n’est pas distribuer les bons et les mauvais points, c’est d’additionner des gens qui ne sont pas forcément d’accord sur tout. D’avoir de l’empathie avec ceux avec qui on diverge pour trouver non pas des compromis, mais des objectifs communs.
      A ce petit jeu, la droite et l’extrême droite sont meilleurs. Ils se haïssent cordialement, mais savent se rassembler autour d’un nom et de deux idées vagues, et lls gagnent les élections.

      Signaler
    • Andre Andre

      Mais posons.nous la question. Pourquoi autant d’électeurs qui votaient jadis à gauche et notamment PC vont ils vers le RN? Sont ils plus mauvais ou plus bêtes que vous?
      On semble oublier qu’à la base d’une élection il y a des électeurs. Ça s’appelle le suffrage universel. Si la dite “gauche” n’avait pas tout trahi, nous n’en serions pas là et je refuse les choix artificiels style front républicain.
      Comme l’écrivait quelqu’un, on touche là le niveau zéro de la démocratie.

      Signaler
    • Chris13 Chris13

      Les personnes qui votent fn dans le sud sont plus souvent des employés ou ouvriers qui votaient à droite avant, des petits commerçants etc …. Oui la gauche a fait des bêtises mais est ce que ça vaut cependant la peine que la région soit dirigée par des ex du bloc identitaire ? Muselier ne fait pas de démagogie sur la sécurité au moins donc autant faire barrage avec lui au second tour.

      Signaler
  17. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Moi au premier tour j’irai voter pour la liste https://www.ouilaprovence.org/ à laquelle j’ai bien volontiers donné un coup de main. Comme l’ont fait pas mal de militant-e-s qui se sont mis en retrait d’EELV https://www.ouilaprovence.org/2021/05/18/pourquoi-nous-militants-d-europe-%C3%A9cologie-les-verts-rejoignons-la-liste-oui-la-provence/ ou d’autres partis de gauche https://www.ouilaprovence.org/2021/06/15/ensemble-06-prend-position-pour-la-liste-oui-la-provence/ ou de la LFI qui ont aussi donné un coup de main à titre personnel.
    Quand au second tour, je voterai contre la liste conduite par le commensal de Poutine et des dictateurs de Syrie et d’Asie centrale…
    —–
    Mais le problème n’est pas de se faire plus ou moins plaisir ou de se boucher plus ou moins le nez ! Le problème c’est qu’alors que les élections territoriales et les politiques territoriales sont très importantes, la capture du débat public par la seule élection qui compte, celle du président de la République, empêche les gens de voter !
    Comment voulez-vous que les partis de gauche n’accumulent pas les conneries quand ce sont les état-majors parisiens qui ont décidé de ce qui devait se passer ici en fonction de ce qui se passera là-bas après ?
    Comment voulez-vous que les fadas qui veulent voir arriver MarineLP au pouvoir ne votent pas pour elle par anticipation en choisissant son représentant ?
    C’est cette constitution de la Ve République avec cette élection centrale d’un monarque qui ruine la démocratie, provoque la désertion et l’indifférence aux urnes ainsi que l’aphasie des partis…

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Je ne suis pas sûr que la constitution soit la cause de tous les maux, mais d’accord pour dire qu’une révision constitutionnelle d’envergure s’impose. Macron osera t’il ouvrir la discussion dans le cadre de la campagne ?

      Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cher Félix, vous avez fait de la politique dans le passé, car votre réflexe du,” c’est la faute des autres’ est tout à fait signicatif des réflexes locaux.Une petite remise en question de temps en temps cela ne fait pas de mal.

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Laurent, il y a bien des choses à craindre d’éventuelles modifications de la constitution à l’initiative du monarque verticalité et néanmoins jupitérien et par ailleurs commis des donneurs d’ordres. Ce qu’il faut c’est une constituante, élue au S.U et n’ayant aucun lien avec les élus en cours de mandat, puis un referendum donnant une constitution qui ne puisse être modifiée que par un autre referendum. Tout ce qui a à craindre relève de limitations aux libertés, comme l’atteste les nombreuses lois initiées par Macron, séparatisme/sécurité globale… et qui n’attendent plus que MLP… Et tout ce qui a à craindre relève d’une accentuation de la “monarchie républicaine”, instaurée, dans de tout autres circonstances, avec/par De Gaulle, avec la guerre d’Algérie et les putschs militaire prévisibles à l’époque… Ce qu’il faut c’est notamment un régime parlementaire, à la proportionnelle avec prime majoritaire et un gouvernement qui gouverne avec une majorité obligatoire.
      Ce qu’il nous faut, c’est la 6ème République, proposition centrale de LFI, et vite, avant que la 5ème nous mette au fond du trou, ce qui ne saurait trop tarder.

      Signaler
    • Andre Andre

      Cher Félix. L’émiettement de la gauche est une des raisons de son recul, conjointement avec son vide programmatique et ses concessions à l’ultra-liberalisme (cf le traité de 2005 que nous avions refusé et que Sarko a fait voter deux ans plus tard avec les voix du PS et des écologistes).
      J’ai lu le programme de votre liste dont, qui plus est, je connais et j’apprécie le candidat tête de liste dans le 13. Par ailleurs, étant occitanophone, je ne peux qu’approuver les positions sur le soutien au provençal, langue historique, s’il en est, de notre pays.
      Mais à quoi bon? La profusion des listes de gauche signe leur échec programmé.
      Je suis par contre entièrement d’accord avec un changement constitutionnel. Le scrutin majoritaire, sans doute nécessaire en 1960, n’a plus aucune justification et ne peut qu’aboutir aux choix caricaturaux du deuxième tour que l’on connaît.

      Signaler
  18. BRASILIA8 BRASILIA8

    Seul LFI propose de changer la Constitution Mitterrand qui l’avait qualifiée de coup d’état permanent s’en est bien accommodé de même que Hollande et si Macron “ouvre la discussion” on peut craindre le pire
    mais ce n’est pas la Constitution qui rend les députés “inutiles” ils préfèrent voter comme leur demande le gouvernement pour avoir une chance de se faire réélire
    ce n’est pas la Constitution qui fait que le Président se prend en plus pour le premier ministre
    c’est cette manie du compromis pour ne pas fâcher le ventre mou de l’électorat
    on préfère le sociétal au social je ne sais plus qui a dit que l’on a remplacé la lutte des classes par la lutte des races et à ce jeu Le Pen gagnera à tous les coups

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Que craignez vous de “pire” si Macron ouvrait une discussion sur une sixième République ? Qu’il se fasse désigner à vie ? Sommes nous devenus à gauche, si conservateurs pour nous cramponner ainsi à une constitution inspirée de l’ancien Régime ?

      Signaler
    • Chris13 Chris13

      @BRASILIA8 ‘on a remplacé la lutte des classes par la lutte des places’ était la bonne expression je pense. Les facteurs du vote Le pen ne se résument pas à cela cependant il y’a le racisme et l’impression de transgression des règles du politiquement correct aussi ´

      Signaler
  19. marseillais marseillais

    Pour la première fois de ma vie de je ne voterai pas au 1er tour, trop en colère sur l’offre à gauche qui ne relève que d’accords de partis et ne fait absolument pas rêver. ça suffit !
    Au second tour, je n’aurai aucun état d’âme à voter Muselier pour faire barrage (une nouvelle fois) au RN.
    Muselier n’a pas fait de faute majeure en terme de liberté publique et de démocratie durant son mandat; il n’a pas colporté l’exclusion.
    Mariani et le Pen sont un danger pour la démocratie.
    Pas la peine de grands discours pour le comprendre.
    Et malheureusement, la gauche reste enfermée dans ses idéologies, terreau de l’abstentionnisme.
    Vivement que ça change !

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Tout à fait d’accord.

      Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      on se demande quelle faute majeur aurait pu faire Muselier en terme de liberté publique ? et de démocratie ? c’est un bilan vite expédié et bien résumé comment voulez vous donner envi aux gens d’aller voter avec de tels arguments voter pour un assemblage LERM, LR,EELV,PS,PC …..quel peut être le programme d’un tel ramassis si ce n’est de continuer la politique d’avant avec l’argument que tout le monde participe et Muselier pourra dire qu’il a réussi le “Front Républicain” désolé mais cela ne me donne pas envi de voter

      Signaler
    • Chris13 Chris13

      Absolument Muselier ne fait pas dans la démagogie sécuritaire. Je me boucherais le nez et j’éviterai d’avoir une fête des nostalgiques de l’Algerie française dimanche 27

      Signaler
  20. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    @Brallaise et Laurent Malfette,
    Le président d’AMU vient de nous appeler à aller voter sur la liste de diffusion interne à l’Université. Il est dans son rôle et il a bien raison : la Région et le Département, pas seulement par des politiques ESR, sont des acteurs très importants et utiles pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche… Mais qui le sait ?
    Qui sait que les jeunes marseillais font moins d’études supérieures que la moyenne nationale et que les collectivités territoriales ont une responsabilité directe et indirecte dans ce domaine ?
    Qui sait que toutes les entreprises cherchent de partout des ingénieurs et des cadres parce qu’on est à l’archi plein emploi à bac+5, toute filière confondue, nous avons, nous, du mal à recruter des étudiant-e-s en région et en particulier à Marseille (moi : j’ai 20 places et j’ai reçu près de 500 dossiers de candidatures sans compter les internationaux = je recrute à la fin 0 marseillais !) ?
    OK Brallaisse, j’ai effectivement été élu 12 ans et pendant ce temps là j’ai fait le job, et mon job je peux le comparer, par exemple, à mon homologue dans la municipalité Gaudin de l’époque. Donc je peux dire que moi au moins (mais je ne suis certes pas le seul) je ne suis pas responsable de la désertion des urnes et de la perte de compréhension de l’usage de la démocratie représentative.
    En revanche pendant ces 12 années on m’a en permanence cassé les pieds pour que j’adhère au PS, puis quand ce fût fait pour avoir la paix, pour que je m’engage dans telle ou telle écurie de candidat à la présidentielle…
    Et Laurent, on ne peut que constater que la totalité du débat public et centrée là-dessus.
    En 1958, à l’aube de la télévision dans une France totalement centralisée, il y avait peut être de bonnes raisons de faire de l’élection présidentielle le pivot de la vie publique ; sûrement pas en 2021 où on est submergé en permanence par un océan informationnel et où les collectivités territoriales doivent jouer un rôle majeur.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Titre du Monde en ligne mis en avant à 17h12 : “Marine Le Pen termine sa tournée en Provence-Alpes-Côte d’Azur, laboratoire pour la présidentielle de 2022”
      Tout est expliqué non ?

      Signaler
  21. patrick patrick

    j’aurais voté pour Félizia au deuxième tour au cas ou il aurait pu se maintenir, là ma décision est prise ce sera ni au premier ni au deuxième.

    Signaler
  22. Brallaisse Brallaisse

    Cher Félix, le niveau éducatif marseillais moyen n’est pas bon et cela se retrouve au niveau de nos élites politiques ce qui explique en partie , surtout à gauche l’interventionnisme parisien.Mais rassurez vous à droite c’est pas mieux.
    Les écoles marseillaises publiques sont au fond du trou, ce qui n’améliore pas les chances des minots issus de familles modestes ou immigrées. Le président d’AMU se félicite à longueur d’année que Marseille est l’une des plus grandes universités francophones ,mais cela est la résultante du nombre d’étudiants en additionnant les étudiants, l’internat de médecine est très mal classé au niveau national, les écoles d’ingénieurs ont été rebaptisees Centrale ou Polytech , du flan comme toujours, le classement de Kedgeuuuuuu bof.
    Alors de temps en temps nous avons une exception qui confirme la règle.J’ai examiné les listes électorales de tous les camps,cela fait peur.

    Signaler
  23. Brallaisse Brallaisse

    Après si nous avions des gens de valeur nous aurions des programmes de valeur.Mais comme c’est la course à la soupe ………

    Signaler
  24. BRASILIA8 BRASILIA8

    Laurent Malfettes_ si Macron nous proposez une sixième République elle serait sans doute encore moins démocratique que la cinquième voilà ma crainte
    mais je suis pour un changement de Constitution

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      C’est quoi la sixième République ?

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Procès d’intention ! Moins démocratique que la cinquième avec son parlement à la botte de l’exécutif, je vois pas…

      Signaler
  25. BRASILIA8 BRASILIA8

    A inventer ! élire une assemblée Constituante qui la rédigera puis vote de tous

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Melanchon sortez de ce corps.
      L’assemblée constituante est le fruit d’une réflexion d’une vingtaine d’années de la part de ce que l’on appelle les Lumières pour le fond et par d’autres plus pratiques.
      Alors les Lumières actuelles franchement je n’en trouve pas. Un fantasme de plus.

      Signaler
  26. Brallaisse Brallaisse

    Allez Félix ,je vais vous asticoter un peu.Quand vous affirmez le rôle important du département ou de la région dans l’enseignement vous avez raison. Mais ce qui est pénible , comme l’ensemble des politiques et vous ne faites pas exception, c’est votre réflexion avec votre” qui le sait ?”. Heureusement que vous êtes là , vous les sachants, vous les politiques.
    Après à force de se croire supérieur, vous constatez le résultat. Et je le répète allez voter pour plus bête que soi me heurte un peu.

    Signaler
  27. Brallaisse Brallaisse

    Laurent Malfettes, d’abord si les parlementaires sont des fantômes c’est avant tout de leurs propres faits.Rien ne les empêchent de ne pas avoir le petit doigt sur la couture.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Apparemment si !

      Signaler
  28. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je ne suis pas sûr que la Constitution soit pour grand chose dans la désertion des urnes, mais en revanche le fait que toutes les élections, à tous les échelons, soient considérées comme des tests nationaux a un effet pervers : on ne parle jamais du quotidien des gens, des problèmes locaux, des stratégies territoriales, mais uniquement de manoeuvres d’appareil et de têtes d’affiche plus ou moins photogéniques.

    J’avais déjà eu l’occasion d’écrire ici qu’une solution très simple est possible pour mettre un terme à cette dérive qui fait de la démocratie un théâtre d’ombres : ne pas tenir toutes les élections régionales, départementales et municipales à la même date partout. Tel est le cas en Allemagne, par exemple, où les élections locales sont de vraies élections locales : le calendrier électoral est différent d’un Land à l’autre, et même la durée des mandats locaux n’est pas identique partout !

    Tant qu’on jouera à faire semblant de croire que l’élection du maire de Trifouilly-les-Oies permet de mesurer la popularité du président de la République, on débattra surtout de sujets qui ont peu à voir avec les compétences des collectivités, avec de grandes phrases qui dégoûtent les électeurs abreuvés de fausses promesses jamais tenues.

    Signaler
  29. BRASILIA8 BRASILIA8

    Brallaisse l’Assemblée Constituante est une procédure sans doute plus démocratique que la révision proposée par le Président et approuvée par les deux chambres si la cinquième avait été rédigée par des Lumières ( Debré l’homme à l’entonnoir) cela se saurait

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Brasilia8, la Constitution de 58 est un outil remarquable, même ses pires opposants,dans tous les sens du terme, Mitterand entres autres ont conservés cette dernière.Vous etes méprisant vis à vis de Debré, j’espère que vous avez le quart du cinquième à la racine carrée de ses capacités intellectuelles. Cette Constituante est pour les gochos le paradis perdu, l’Alpha et l’Omega de la politique,mais à part les discussions de comptoirs rien à se mettre sous la dent.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Cette procédure est prévue dans la constitution pour sa révision ?

      Signaler
  30. Brallaisse Brallaisse

    Oui

    Signaler
  31. leravidemilo leravidemilo

    Résumé de l’épisode précédent : Muselier a la grande amabilité de nous constituer une liste de toute les droites, de Le Drian et Ferrand à Retailleau en passant par Le Maire, de Castaner à G Peltier en passant par Darmanin… et face à cette embellie, on ne peut plus propice à la mobilisation de ses électorats (Macron, Darmanin, Le Maire, Ciotti/Estrosi, Muselier, Le toulonnais là, Vassal… tout ça dans le même panier) que font nos gôches d’ici bas : Une belle union de toustes, avec la motivation supplémentaire du danger R.N. Non! Non ça c’est bon (et déjà fait) dans le noooord, mais pas ici. Nos gôches vont à la gare St Charles attendre Mm Hardy à la descente du tgv, qui vient donner les ordres, les tambouilles, bidouilles et combines des Jadot, Bayou, Faure et autres Roussel, concoctés en coin de table, entre deux manifs devant L’A.N entre Zemmour, Bardella et Darmanin, et dans une totale indifférence aux problématiques et enjeux fort dangereux de notre région, tout ça pour leur cuisine des présidentielles. Et quels sont ces ordres : Cercles concentriques, périmètres et patin et couffin, on ne discute même pas avec LFI, avec les nombreux collectifs citoyens, avec la GRS (un peu rabibochée par la suite), point barre. On avale tout ça sans s’étouffer, on la raccompagne à St Charles, on nomme le brillant et bienheureux Féliz comme exécuteur testamentaire et porte parole et roulez jeunesse… Bref, un sabordage en bonne et due forme, un hara kiri de première, on passe du risque de naufrage au désastre obligatoire, inévitable, c’est plié.
    O le bel article de ce jour. Prévu tant il était prévisible, mais encore fallait il attendre pour l’écrire que les saboteurs commencent à se gratter la tête, puis à esquisser des prises de positions, les noms et les citations quoi.
    Sous-estimation totale des sentiments pas mitigés du tout qu’inspire Macron, sa politique et ses saillies dans les masses populaires… Fuite éperdue des électeurs LR vers le RN, dans des proportions étonnantes comme l’attestent diverses études (de l’ordre de 60% pour les électeurs de Fillon en 2017…) démobilisation massive des ceusses qui s’estiment encore à gauche… abstention, vote blanc et nuls en hausse, votes aussi pour d’autres listes pour compter quand même (un peu quoi).
    Le désastre quoi.( J’ai même fait la connaissance récente, d’électeurs des trois partis concernés par ce sabordage, m’indiquant qu’ils voteraient Muselier dès le premier tour pour éviter le désastre, pour l’anticiper quoi!
    Et la question, la seule, l’unique à laquelle ils allaient forcément se confronter, résultat de leurs bidouilles, qu’est ce qu’on fait? Certains la décline en considérant visiblement que c’est la faute aux électeurs (leurs électeurs putatifs bien sur) qui vont “hurler” quoi qu’on fasse…D’autres assurent que la réponse devra être claire et nette, écrite et signée dimanche soir. (On se demande bien d’ailleurs pourquoi attendre dimanche soir…).D’autre veulent se maintenir espérant “il nous faut des élus, un point c’est tout”. Et d’autres bien sur veulent la “fusion technique”.
    Le problème, c’est que ça revient pour les électeurs de gauche, quand même, non seulement à voter pour la droite régionale et locale, qu’ils connaissent bien, mais aussi pour Macron, pour ses ministres, pour Veran, Trucmuche et Darmanin… De toute façon ça revient à voter pour des sarkhollandistes et parmi eux pour ceux qui depuis tant d’années courent après les thèmes du front national, et font son lit : Le karcher, la racaille, le casse toi pauvre con, le descend si tu est un homme, le… Darmanin, ex porte parole de Sarkosy a porté cette parole là (ce qui lui vaut le poste accordé par Macron) avant de porter sa propre haine démagogue… Et ça, même avec une grosse épingle sur le nez, en buvant plusieurs coups avant de se rendre à l’urne, en noyant la chose sous un parfum…à gerber!
    Et des ceusses qui ont applaudis ici au sabordage, ou n’ont trouvé rien à redire, des suppots de Payan pour la plupart (lui, il se tait, et il a bien raison) viennent nous faire la leçon, qu’il faut voter pour la fusion technique et que non il faut pas confondre :” De Gaulle=Pétain?”, allez, allez… (voir ci dessus), alors qu’il y avaient milles abimes et gouffres entre eux, et pas une feuille de cigarette entre Muselièr/Estrosi/Ciotti/Darmanin/Mariani…!
    Ni au premier, ni au second, ni au troisième tour, un honnête homme ne peux voter pour ça, sauf à ‘engager son pays vers la banqueroute morale, un pas de plus;

    Signaler
  32. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Hou Brallaisse !!
    Si personne ne connait correctement les compétences des collectivités territoriales (pas même ceux/celles qui y sont élu-e-s comme je le touche du doigt avec mes copains du PM depuis 1 an, donc pour les “sachants” c’est un peu raté, …et je ne dis rien des autres couleurs politiques où c’est généralement pire), c’est :
    1°) Parce que ce mille feuilles administratif et politique n’a vraiment ni queue ni tête et doit absolument être simplifié : nous avons besoin d’une réforme des CT aussi importante que celle de 1982.
    2°) Parce que les citoyens ont l’impression que cela ne sert à rien de voter pour tel ou tel. Ce que Jurgen Habermas a synthétisé dans une tribune déjà ancienne (et que je cite de mémoire) en “perte de “pouvoir d’achat” des bulletins de vote”.
    3°) Parce que le débat politique en France n’est devenu qu’un débat à propos de l’élection présidentielle (d’où l’intérêt de liquider la dimension dramatique de celle-ci).
    4°) Parce que dans la logique le la Constitution, on devrait élire un président de la République, pour s’occuper de la paix et de la guerre, des relations internationales et de la stratégie au long cours, mais qu’on l’élit sur le débat sur le point de retraite ou le couvre-feu sanitaire plus ou moins tôt.
    5°) Parce que dans la logique le la Constitution, le premier ministre ne devrait pas être un chef de cabinet mais le leader d’une majorité parlementaire qui fait de la politique.
    6°) Parce qu’enfin nous avons besoin, toutes et tous, de faire de la politique, pouvoir et contre-pouvoir, majorité et opposition, à l’échelle où cela a vraiment un sens pour chacun : dans sa commune ou dans sa métropole ou dans sa région… A quoi bon s’intéresser aux Régionales ou au Départementales quand tout nous dit que cela ne sert à rien d’autre qu’à créer des positions tactiques pour la présidentielle ?
    … Enfin… si nous n’avons pas besoin de faire de la politique. Autant renoncer tout de suite à la démocratie, puisque finalement cela ne sert à rien…

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cher Félix, enfin je suis au village dans le Cap, a casa !
      Votre dernier commentaire est encore plus pire que je ne le sentais, car vous vivez cela de l’intérieur. Nos élus ont crées ce mille feuille administratif sous prétexte de décentralisation mais pas de déconcentration car ils l’organisent eux mêmes,plus personne n’y comprend rien même pas les élus qui ne connaissent pas leurs compétences, remarquez vu le niveau , cela ne m’étonne qu’à moitié.
      Il y a un brave moment que les citoyens constatent que le vote ne sert à rien, résultat une abstention record, mais nos politiques ne se posent pas de question, la faute à la télé sans doute. Faut se réveiller les gars!.Toutes les élections sont ramenées à la présidentielles, oui sans doute, mais Félix avez vous lu les programmes , le vide sidéral, des banalités affligeantes, rien,nada,niente.
      Votre lecture de la Constitution est erronée tout d’abord dans l’esprit , il n’y a pas de dichotomie entre le Président et son premier ministre et ensuite dans la forme. Quand vous avez connu un Pompidou et ensuite des Valls ou des FIllion , désolé il y a une légère différence de classe.et d’envergure.
      Dans votre point 6 vous êtes à coté de la plaque , Les régionales et les départementales pourraient et devraient êtres intéressantes à condition d’avoir des programmes , ce qui n’est pas le cas, et d’avoir des candidats qui tiennent la route. Quand je vois les têtes d’affiches et les colistiers , c’est à faire peur. Cher Félix , vous qui êtes dans le circuit , pouvez vous me communiquer le nombre d’élus qu’il y a entre le département, la métropole, la région , et le machin qui s’appelle Provence et la suite et qui ne sert à rien. Le chiffre doit être affolant. Alors je suis dur sans doute , mais vous me dites que tout ceci est incompréhensible, que plus personne n’y comprend rien , que les gens renoncent car le vote ne sert à rien , et vous me parlez de démocratie , vous plaisantez.
      Nos élus sont incapables, une toute petite caste dirige ce barnum directement ou indirectement : Muselier , Vassal , et leurs obligés comme Caradec ou Royer Perreault avec un nombre de cumuls de présidences et de jetons de conseils d’administration invraisemblables et vous me parlez de Démocratie, vous plaisantez !
      La constitution a été dévoyée , et franchement le porteur d’entonnoir n’a pas été forcément le plus fou ?
      Aprés vous nous parlez de position tactique, non mon cher Félix , nous parlons de soupe que l’on camoufle avec le terme d’accords techniques .

      Signaler
  33. eolienne eolienne

    Que l’union de la gauche fasse le maximum de voix au 1er tour, faisons mentir les sondages. C’est le plus important puisque tout se joue là. Quant au second, si l’union de la gauche est éliminée, pourquoi ses électeurs porteraient-ils leurs voix vers une droite qui, toujours une fois élue, ignore l’existence des voix qui ont dérivé vers elle. Le plus grave étant que pour éroder les forces d’extrême droite, gauche et droite en viennent à employer le même langage sécuritaire. trahissant leur humanisme ; elles ne font qu’instiller et renforcer les idées d’extrême droite. L’extrême-droite sera toujours l’ennemi nécessaire aux autres partis pour justifier leur élection. La démocratie est une petite fleur fragile il faut vite en prendre soin en bonifiant sa terre !

    Signaler
  34. Andre Andre

    Chris 13, vous écrivez que ceux qui votent aujourd’hui RN dans le Sud seraient des ouvriers et des employés qui auraient voté auparavant à droite. Désolé, mais vous connaissez très mal l’histoire politique de la région et notamment de la région marseillaise. Ces catégories socio-professionnelles votaient à gauche et même très
    à gauche, pour le PC notamment. Je peux prendre pour exemple mon quartier dans le 15me arrondissement. Pourquoi ces personnes ont elles changé de vote, si ce n’est fondamentalement de conviction? Les partis de gauche devraient se poser plus souvent la question. Mais ça remettrait sans doute trop en cause leurs stratégies et leurs choix politiques. Ils préfèrent alors, pour garder leurs places, s’en remettre au front républicain ou à “des accords techniques”. Ce n’est pas en se moquant des électeurs qu’on changera la donne.

    Signaler
    • Chris13 Chris13

      Bonjour, je campe toujours sur la thèse du FN du sud composé de petits commerçants, ouvriers employés et Etam qui ont l’impression de payer trop d impôts ou de charges en plus des nostalgiques de l’Algerie. C’est plutôt dans le nord de la France qu’on peut trouver d’anciens bastions pc ou ps qui votent FN. Dans le 15 eme et autres quartiers nord c’est plutôt l’abstention qui domine comme dans le monde ouvrier d’ailleurs.

      Signaler
  35. Andre Andre

    Chris13, je vous suis sur le constat actuel. Il n’en reste pas moins que les catégories qui, aujourd’hui votent RN (à l’exclusion peut être des petits commerçants qui ont un passé poujadiste) votaient jadis très à gauche. Ils trouvaient dans la gauche une expression protestataire qu’ils n’y retrouvent plus (et pour cause…) et qu’ils pensent aujourd’hui être incarnée par le RN. Ils ne sont ni plus fachos ni plus bêtes que vous et moi mais si cette dite “gauche” était restée fidèle à ses valeurs et à ses combats sociaux, nous n’en serions pas là. Or cette gauche a préféré intégrer les thèses libérales comme le PS (on les a vus en 2017 quand la moitié du PS a rejoint Macron) ou adhérer aux modes diversitaires de la gauche américaine qui analyse les conflits à travers le filtre réducteur de la discrimination (c’est l’extrême gauche mais aussi le PS avec Terra Nova). Effectivement, toute une partie des classes modestes qui passent sous le radar de ces approches s’est sentie abandonnée (à juste titre) et s’est tournée vers le RN, qui a su exploiter cette situation (cf le discours ouvriériste de MLP). Rien de bien compliqué à comprendre mais que nos professionnels de la politique ne semblent pas vouloir analyser. En fait, ils se rendent compte que c’est foutu, que c’est maintenant trop tard et ils s’accrochent comme ils peuvent à leurs postes moyennant des strategies artificielles et tordues comme le front républicain ou des “accords techniques.”avec la droite. Dommage….

    Signaler
    • Chris13 Chris13

      N’oubliez pas le facteur désindustrialisation et la faible syndicalisation non plus. Pour l’histoire du « filtre réducteur de la discrimination » cnews et BFM en font des tonnes et ça a l’air de bien marcher. Les classes populaires qui savent que les politiques ne feront rien pour elles ne votent pas tout simplement…

      Signaler
  36. Andre Andre

    Je rajouterai que, quand la gauche est fidèle à elle elle-même, elle recueille des voix. Mélenchon en 3017 aurait pu être au deuxième tour si Hamon (qui n’avait plus aucune chance avec la confusion crée par le passage de la moitié de son parti chez Macron) ne s’était pas mis au milieu.
    Mais le Melenchon de 2021 qui défile avec les fachos islamistes des Frères Musulmans n’est plus celui de 2017..
    Encore dommage….

    Signaler
    • Chris13 Chris13

      Melenchon avec les fachos islamistes, Hidalgo et Jaddot avec les fachos policiers, la gauche est pas bien.

      Signaler
    • Andre Andre

      Chris, je ne vous avais pas lu. Je vous réponds donc avec retard. Je refuse de renvoyer dos à dos, d’une part, une police qui, certes compte dans ses rangs des individus violents et racistes mais qui n’a rien à voir avec la police d’un pays totalitaire et, d’autre part des fachos islamistes qui voudraient déguiser en tentes Quechua la moitié de l’humanité et qui n’hésitent pas à faire égorger ceux qui les gênent. Non, tout ne se vaut pas!

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire