Projet de liaison routière Fos-Salon : plus de 300 millions pour un couloir à camions ?

Reportage
le 7 Sep 2020
9

Ce lundi s'ouvre un débat public sur le projet de liaison routière entre Fos et Salon. Connue pour être bouchée à hauteur d'Istres, la nationale qui relie ces communes est empruntée quotidiennement par travailleurs et conducteurs de poids lourds qui se rendent au port. Selon les options, les travaux pourront dépasser les 530 millions d'euros, et inquiètent les militants écologistes.

L'enjeu

Ce lundi s'ouvre le débat public sur la liaison routière entre Fos et Salon. Plusieurs options coûtant plusieurs centaines de millions d'euros sont à l'étude pour un gain de temps peu évident.

Le contexte

Avec les bassins ouest du port de Marseille, sont nées des zones logistiques à Fos, Saint-Martin-de-Crau ou Miramas, engendrant un trafic de poids-lourds sur une réseau saturé, éloigné des autoroutes.

Onze heures. C’est l’heure de la pause café à la cantine Clésud. Située sur la commune de Grans, entre Salon-de-Provence et Miramas, le parking géant de ce restaurant relais est bondé de semi-remorques. Sur la terrasse, Loïc Cuciano fume une cigarette. « Ça serait trop bien de faire une voie rapide pour aller à Fos ! », […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. N SV N SV

    Votre titre est grossièrement tendencieux. Quelle que soit la solution retenue, elle facilitera et améliorera la vie des habitants du secteur.

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Sauf de ceux qui ont à faire avec les très fréquents excès de vitesse de ces porte-conteneurs soumis à des délais de route intenables — ou conduits par des conducteurs qui ont de ce fait pris un sentiment d’impunité permanente : pas de radar, je fonce !

      Signaler
  2. BRASILIA8 BRASILIA8

    le monde d’après ?

    Signaler
  3. Piou Piou

    On part du principe que l’augmentation du trafic routier est inévitable… quelle tristesse.

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Ne soyez pas inquiet ,VASSAl va nous trouver une solution. Soit elle recycle le téléphérique de Notre Dame de la Garde ou bien celui qui devait relier la gare de VItrolles à l’Aéroport de Marseille/Provence. Ou encore , plus malin le ballon dirigeable ce qui devrait satisfaire les écologistes.
    Blague dans le coin , ce secteur est véritablement infernal en matière de trafic routier .Après ,nous sommes partis sans doute pour des décennies de discussions , d’avis d’expertises, de contre expertises, de Conseil d’Etat et je ne sais quoi. En un mot l’efficacité.

    Signaler
  5. Richard Mouren Richard Mouren

    Le port de Fos date des années 60 avant tout pour le vrac de la sidérurgie sur l’eau et le trafic des hydrocarbures. Il a été conçu par des décideurs qui ne croyaient pas dans le conteneur à Fos au moment où les ports du nord de l’Europe s’équipaient. C »était encore le temps où les bateaux chinois restaient plusieurs jours au poste 156 à Marseille pour y décharger à la palanquée leurs milliers de colis disparates. Le port de Fos c’était le Far West: des grues mobiles et quelques baraques Algéco où on essayait de se réfugier par temps de mistral ou d’averse. Idéalement placé au débouché de l’axe rhodanien le port n’a pas reçu les infrastructures logistiques nécessaires. Une seule ligne de chemin de fer pour alimenter les quais obligeait à chaque manoeuvre à sortir TOUS les wagons pour les trier plus loin et entraînait des querelles incessantes entre les deux opérateurs historiques de la manutention pour des wagons se trouvant dans le « territoire » de l’autre et donc non déchargés. De plus, la SNCF ne s’est équipée que très tard de wagons spécialisés porte-conteneurs et ne fournissait que des wagons plats à ridelles. Logiquement, le trafic des conteneurs s’est reporté sur la route, beaucoup plus rapide. Ensuite les décisions successives de créer d’immenses zones de stockage et de zones franches autour du port de Fos n’ont pas été accompagnées par la création d’infrastructures routières supplémentaires capables de canaliser l’augmentation du trafic routier TOTALEMENT PREVISIBLE . Pour répondre à PIOU, l’augmentation du trafic routier a été rendu inévitable par les décisions qui ont structuré la zone depuis des décennies.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Ce qui me fait dire que les élus ou décideurs au lieu d’aller en voyage d’études à Boston, Dubaï ou Moscou auraient mieux fait d’aller à Rotterdam.
      Mais cela est sûr, le homard américain est meilleur que la limande.

      Signaler
    • natachaboisse natachaboisse

      je pense que les décideurs, du port en tout cas, connaissent très bien le port de Rotterdam et ses infrastructures…

      Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    Vous avez raison sans doute , mais visiblement cela n’a pas été profitable , Marseille est devenue un port de seconde division , notamment par le retard en terme d’équipements lourds.
    La CGT y est pour pas mal , mais pas que .
    De plus avec un baril à 40 $ , cela ne va pas arranger les choses pour Fos pétrolier, et en matière de conteneurs face à Gênes , Barcelone, Algesiras , Cagliari, Malte et Gioia Tauro sommes complètements lâchés.
    Résultat , sommes sur des routes maritimes secondaires.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire