Pour le second tour, la Ville de Marseille tente d’éviter un nouveau oaï électoral

Enquête
par Violette Artaud & Loeiza Alle
le 25 Juin 2021
42

Désertion d'élus, démobilisation des agents réquisitionnés, confusion au sein du service élections... Après les couacs en série dans l'organisation du scrutin de dimanche dernier, la mairie de Marseille a du pain sur la planche si elle veut rectifier le tir.

L'organisation du premier tour a été marquée par le manque d'effectifs pour encadrer le scrutin. (Photo Emilio Guzman)

L'organisation du premier tour a été marquée par le manque d'effectifs pour encadrer le scrutin. (Photo Emilio Guzman)

Une prime de 350 euros, pour une journée de double scrutin en tant qu’assesseur ou président. Voilà une carotte qui, avec d’autres mesures, a pour but d’éviter que se renouvellent les couacs du premier tour : une trentaine de bureaux sans président, des assesseurs trop peu nombreux, un manque de matériel criant, des retards d’ouverture de bureaux à la pelle… “Je peux comprendre qu’il y ait un problème ponctuel quand on parle de 481 bureaux, mais là je suis choqué par l’ampleur de la désorganisation qui je l’espère est une grossière erreur”, s’indigne à droite Yves Moraine, candidat aux départementales, qui a déposé plainte pour plusieurs irrégularités.

La municipalité peut difficilement nier la situation. “C’est vrai, il y a eu plus de problèmes que d’habitude”, concède Joël Canicave, le président du groupe du Printemps marseillais. Mais pour le second tour, tout devrait se passer comme prévu, espère la mairie à qui il revient la charge d’organiser les élections. L’enjeu est grand. Au delà du contexte sanitaire, le manque d’effectifs pour encadrer est aussi symbolique du désintérêt pour ces élections, de la population jusqu’aux élus. Dans le code électoral, ceux-ci sont en effet censés être les premiers mobilisables, et ne peuvent refuser d’y prendre part qu’en cas de motif impérieux. Retour sur un fiasco démocratique en cascade, censé servir de leçon pour ce second tour.

Des réquisitions de dernières minutes

À l’ouverture des bureaux de vote marseillais, le dimanche 20 juin, la mairie constate que 34 bureaux sur 481 n’ont pas de président. Dans d’autres, il manque aussi des assesseurs, qui doivent être deux au minimum, des sacoches contenant le b.a-ba pour tenir le bureau, des bacs ou des enveloppes. Des fonctionnaires de la Ville sont alors réquisitionnés le jour-même par la préfecture pour être présidents de bureau et désigner des assesseurs. La police municipale va même chercher des agents réquisitionnés directement chez eux, et apporte elle-même des sacoches dans certains bureaux, comme aux Caillols, au bureau 1285.

En attendant l’arrivée des agents réquisitionnés et du matériel manquant, la pénurie entraîne des retards d’ouverture dans une quarantaine de bureaux. À 9 h, au moins 14 bureaux sont encore fermés. Une dizaine d’entre eux le resteront jusqu’à 11 h, selon la mairie. À la Busserine au bureau 1453, les électeurs devront même attendre midi pour pouvoir voter. On y relèvera au final une participation famélique de 17 %, mais inférieure de peu à celle des quartiers alentours. Ce n’est qu’à 13 h 13, plus de cinq heures après l’heure prévue, que la mairie annonce dans un tweet l’ouverture de l’ensemble des bureaux de vote.

Des agents manquant à l’appel

Reste à recruter des scrutateurs en vue du dépouillement du soir même. Là aussi, les volontaires manquent. Dans l’après-midi la mairie va jusqu’à réquisitionner des agents en poste dans les musées, entraînant des fermetures de salles selon plusieurs sources. Pour le second tour, la municipalité envisage d’avoir recours à la réquisition dès vendredi. Contactée par Marsactu, la préfecture indique qu’il n’est possible d’avoir recours à la réquisition que le jour J.

Dès le 10 juin, les syndicats avaient dénoncé la réquisition d’agents municipaux.

Le 20 juin, une partie des agents “désignés volontaires” par la mairie ne s’est pas présentée. Une semaine avant le premier tour, les listes fournies par les partis ne suffisant pas, la mairie avait lancé un tirage au sort parmi les agents. Dès le 10 juin, un communiqué des syndicats CFTC et CFE-CGC critiquait l’appel au volontariat adressé par la mairie : “Il ne nous paraît pas admissible que la défection de beaucoup d’élus pour ce qui relève pourtant de leurs missions républicaines, ait pour conséquence d’imposer aux agents de la Ville de prendre le relais !”. Le 16 juin, FO dénonçait aussi sur Facebook les désignations d’agents, en parlant de “réquisitions mal perçues”. “Une nouvelle fois le personnel municipal est mis fortement à contribution (..) Il serait temps de majorer l’indemnité versée”, pointait ainsi Patrick Rué, secrétaire général du syndicat pour les territoriaux. Sur Facebook toujours, une personne se présentant comme agente commente : “La mairie paie les dimanches au rabais, plus personne ne veut le faire et ils ont bien raison”. D’autres renchérissent : “C’est de l’abus”, “est-on en droit de refuser ?” 

2000 agents mobilisables au second tour

Officiellement, la mairie relie cette désertion à “l’héritage de 25 années de gestion qui ont mis les agents à bout”. En off, certains élus de la majorité municipale vont jusqu’à parler d’un “sabotage” par FO, organisé pour empêcher la bonne tenue des scrutins. Sollicité, Patrick Rué n’a pas donné suite à nos appels à ce sujet.

En vue du deuxième tour, le recrutement de volontaires a été étendu aux agents de la métropole, grâce à une convention signée en 2017, mais que la mairie n’avait pas utilisée dimanche. Au total, la mairie disposerait d’un contingent de 2000 agents “mobilisables”. Surtout, les fonctionnaires de la Ville et de la métropole assurant les fonctions d’assesseur ou de président de bureau recevront une prime de 350 euros pour leur journée de travail – soit plus du double des 160 euros prévus initialement pour les assesseurs, les présidents touchant 250 euros auparavant. Une majoration que la Ville justifie par la tenue d’un double scrutin. “Il n’y a que la prime qui joue. Beaucoup d’agents de la métropole sont déjà intéressés”, rapporte Serge Tavano, secrétaire général FSU territoriaux.

Des élus aussi avaient piscine

La veille de premier tour, 40 présidents ne se sont pas présentés pour prendre leur sacoche contenant le matériel électoral. Parmi eux, des agents mais aussi des élus. Pour ces derniers, être présent est une obligation, et “la méconnaissance [de cette obligation]peut entraîner une démission d’office prononcée par le tribunal administratif” indique le code électoral. À Marseille, ils sont précisément 303 élus municipaux, opposition comprise. Ce n’est qu’ensuite que les militants de partis sont censés venir en renfort, avant de mobiliser les électeurs de la commune, voire, les agents municipaux. Questionnée par Marsactu sur le nombre d’élus qui ont tenu un bureau de vote, la mairie de Marseille n’a pas été en mesure de nous apporter de chiffre précis.

60 % de nos élus étaient mobilisés, les autres étaient candidats ou avaient des empêchements.

Joël Canicave, président du groupe Printemps marseillais

“Il y a des élus qui devaient venir et qui ne l’ont pas fait”, a confirmé le maire à Marsactu sans donner plus de détails. Sans surprise, droite et gauche se renvoient la balle. “60 % de nos élus étaient mobilisés, les autres étaient candidats ou avaient des empêchements. Dans l’opposition ils n’étaient que 30 %”, assure Joël Canicave. “Je n’ai vu personne de Debout la France ou du Printemps marseillais. Quand on se présente il faut savoir mobiliser, s’indigne quant à elle Marine Pustorino, candidate LR aux départementales. Nous avons même présenté des présidents qui ont été refusés. Je peux l’entendre, mais derrière il faut assurer.”

Ce mardi, tous les élus ont en tout cas reçu un mail signé Benoît Payan. Dans ce courrier, que Marsactu a pu consulter, l’édile rappelle les obligations légales et les risques auxquels s’expose les récalcitrants. Dans les couloirs de la mairie, l’hypothèse de sanctions circule. Si celles-ci peuvent aller jusqu’à la démission d’office, des signalements au préfet doivent au préalable être effectuées. Ce qui n’a vraisemblablement pas été fait pour le moment.

Après les élus, le code électoral prévoit que des “électeurs de la commune” puissent être assesseurs, voire président. Dans la pratique, il s’agit bien souvent des militants de partis. Mais là encore, la mobilisation a fait défaut. “Les membres des partis et les sympathisants n’étaient pas au rendez-vous. Combien d’élus ? Combien de sympathisants ? combien d’électeurs se sont portés volontaires ? C’est la grande inconnue !”, s’étonne Pascale Longhi, représentante du syndicat CFE-CGC à la Ville. “La vérité c’est que nous n’avons plus les moyens démocratiques d’organiser un double scrutin”, se désole Mohamed Bensaada, candidat pour la France insoumise au premier tour des départementales dans le canton qui comprenait le bureau de la Busserine.

Panique au service des élections

Comme dans toutes les mairies d’une certaine taille, celle de Marseille dispose d’un service des élections, en charge de l’organisation des scrutins. Plusieurs élus de la majorité ont rapporté à Marsactu un important dysfonctionnement de ce service. Comme cet agent, nommé président de bureau et qui, sous couvert d’anonymat, explique avoir été averti de sa désignation au dernier moment. “Il semblerait que les services n’aient pas tenu compte des événements. Nous avons été prévenus avec un préavis qui n’a pas été envoyé suffisamment à l’avance pour que l’on puisse s’organiser”, décrit-il.

Selon plusieurs sources, devant la désorganisation, Benoît Payan s’est rendu lui-même au service des élections pour récupérer des documents.

Un autre président de bureau raconte même n’avoir jamais été appelé par le service élection. “J’ai été prévenu indirectement, par ma direction – apparemment le service élections n’arrivait pas à me joindre. Si je n’avais pas appelé directement, je serais resté chez moi !”, déplore le fonctionnaire. Ce n’est qu’à minuit samedi que ce dernier a pu connaître son bureau d’affectation. “Je n’avais jamais vu de mobilisation se faisant autant au dernier moment.” Preuve de ce manque d’anticipation, plusieurs sources ont rapporté à Marsactu que le maire en personne se serait rendu dans le service des élections pour récupérer en main propre les documents Cerfa nécessaires à la désignation des présidents de bureau. Interrogés, le service presse et l’entourage du maire n’ont pas souhaité commenter cette information. Lors du premier tour des municipales 2020, plusieurs éléments avaient déjà suscité l’ire des candidats, en particulier la présence d’une feuille blanche détachable sur les procès-verbaux de résultats, une pratique “pour le moins saugrenue”, s’était étonné un magistrat par la suite.

Les fonctionnaires du service en question sont soumis au devoir de réserve qui limite leur libre expression. Cependant, certains s’expriment sur les réseaux sociaux et assurent de leur travail acharné. “Le service élections se démène et nous n’aurons aucune compensation. (…) Nous avons passé la journée de samedi à appeler et beaucoup de personnes étaient injoignables, portable éteint, pas de réponse ou carrément faux numéro, écrit un agent. Excusez nous du retard mais nous n’avons pas pu appeler le personnel avant, nous attendions les listes et il y a beaucoup de personnels absent donc un peu d’indulgence.” Pour le second tour, une “cellule a été montée pour rappeler les fonctionnaires”, indique le service presse de la Ville. Une équipe différente de celle du service électoral, donc. Pour se défaire des accusations d’“amateurisme”, la majorité municipale a tout intérêt à ce que le second tour ne ressemble pas au premier.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Violette Artaud
Loeiza Alle

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Andre Andre

    L’article le dit bien, avant les réquisitions de fonctionnaires, il appartient aux élus de se mobiliser.
    Où étaient ils, à la plage? On touche vraiment le fond.
    Le fait n’est pas nouveau. Au début des années 90, lors de la mandature Vigouroux, le recours aux agents municipaux etait courant. Cependant, c’était pour une autre raison: le niveau lamentable des élus de la majorité qui étaient pour la plupart tirés du fond du panier du PS.
    Mais c’est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui il s’agit de la désaffection du fait politique par… les politiques eux-mêmes!

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Ne vous inquiétez pas, du temps de la Gaudinie les élus ne tenaient pas plus les bureaux de vote. Dans le lieu ou j’ai été Pdt de BdV au 2e tour des municipales, la majorité sortante est venue parader, mais en Pdts, outre le simple militant que je suis, il y avait une candidate de la liste PM.
      Pour ce scrutin, j’étais dans une lieux avec 5 bureaux de vote : 2 militants, 3 élus de la majorité (2 du secteur et un adjoint au maire). Dame Pustorino a du mal essuyer ses lunettes

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Je vous ai relu 2 fois, pas compris

      Signaler
  2. Pierre12 Pierre12

    Le sketch !
    Sacrés élus, sacrés fonctionnaires, sacrés administrés, Marseille quoi !

    Concernant le service des élections, il est sûr que s’ils ont commencé à organiser les élections samedi en appelant leur collègues fonctionnaires, ceux-ci ne se soient pas rendus disponibles pour le lendemain…dimanche ensoleillé, fête des pères.
    L’anticipation ils connaissent ?

    Vous pouvez changer tous les élus que vous voulez, cette ville est ingérable !
    Ca devait payer dans le service.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Faut comprendre le service des élections : ils ne savaient pas qu’ils étaient indispensables un jour d’élection

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      « Nous avons passé la journée de samedi à appeler et beaucoup de personnes étaient injoignables, portable éteint, pas de réponse ou carrément faux numéro, écrit un agent. » tout est dit !

      Même le listing avec les numéros des agents était tronqué ! 😂😂

      Là je crois qu’il n’y a plus d’espoir !

      Signaler
  3. xxl22du13 xxl22du13

    J’ai ouï dire que la collectivité a rappelé une fonctionnaire de 70 piges pour une mission coup de poings de 10 jours. Personne ayant d’ailleurs fait l’objet d’une attention toute particulière de la Cour des comptes.
    Le temps d’éteindre le feu. 12000 agents à la ville et personne pour pallier le manque de professionnalisme de certains. Une honte. Mais on a l’habitude depuis 35 ans de gabegie municipale sur cette commune. De magouille, de copinage, de syndicats véreux. Ce qui est malheureux c’est que la mandature a changé mais les pratiques perdurent.

    Signaler
    • Andre Andre

      S’il vous plaît, arrêtez tous votre délire anti-fonctionnaires.
      Un, c’est aux élus d’y aller, majorité et opposition comprises.
      Deux, on ne fait appel aux fonctionnaires que pour boucher les trous. Si les élus “taillent”, le problème devient plus compliqué. Et je me mets volontiers à la place des employés municipaux qui n’avaient pas envie de remplacer des élus partis à la plage. Je comprends aussi les difficultés du service des élections qui a dû faire face à toutes ces défections et notamment celles des élus. Honte sur ces dernier !

      Signaler
    • TERMINATOR13 TERMINATOR13

      oui même pas 10 jours d’ailleurs elle avait fait l’objet d’un article très salé de Marsactu en 2017 (devenu introuvable dans les archives….), qui plus est d’une belle page sur son statut dans le dernier rapport de la Chambre Régionale des Comptes en 2020 : Alors Marsactu vous en parlez en peu ou pas de ce re-re-retour aux élections bien que se faisant passer cette fois ci pour une intervenante CNFPT c’est il bien vrai tout cela ?

      Signaler
    • xxl22du13 xxl22du13

      Pour André : mon propos ne se voulait pas anti fonctionnaire. Comment est-il possible qu’avec un effectif aussi important, il n’y est personne pour prendre la mesure d’un service organisant des élections. Pour la seconde ville de France, c’est malheureux.
      Pour Terminator13

      Signaler
    • xxl22du13 xxl22du13

      Pour Terminator13 : de plus, précédemment embauchée avec rémunération exorbitante pour former le personnel et les encadrants. Pour quel résultat? revenir régulièrement faire un tour au service des élections avec son staff et se faire rétribuer grassement comme aujourd’hui. Dans 20 ans, elle sera encore là à ce régime. Oui, on va nous dire que le second tour s’est bien déroulé….. des heures sups payées aux fonctionnaires, c’est sa méthode. Quelle efficience!

      Signaler
  4. Gg Gg

    Une désorganisation bien organisée. Pour qui, pourquoi ???

    Signaler
    • TERMINATOR13 TERMINATOR13

      exact les fonctionnaires ont toujours bon dos notamment avec le devoir de réserve qu’on leur impose……leurs commandants ont peut-être, et je dis bien peut-être, beaucoup trop tardé à donner leur GO pour indiquer aux présidents potentiels leur affectation sur un bureau de vote….à qui profite ces couacs…..là est toute la question…..

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Quel dommage que nous n’ayons pas d’humoristes marseillais capables de nous amuser sur le fait politique local. Nos amis les Chevaliers du fiel s’occupent des municipaux du sud ouest,nous avons ici les mêmes en pires avec Rué qui à une vision particuliere du syndicalisme basée sur l’encartement.Le théâtre des deux ânes à Paris s’amuse des travers politiques de nos gouvernants ,et il y a matière. A Marseille , un véritable festival pourrait être créé.Quel bonheur, Vassal,Ghali, Moraine, Jybrael,Pusturino,nos écolos locaux.Que du bonheur,la liste est quasiment infinie.
    Mais même là aucune intelligence, nous en restons au niveau de la galéjade, décidément……….

    Signaler
    • Lazarre Lazarre

      Excellente idée. C’est vrai que ça ferait du bien. Vivement que quelqu’un s’y mette. Je serai le premier à applaudir.

      Signaler
  6. Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

    “La veille de premier tour, 40 présidents ne se sont pas présentés pour prendre leur sacoche contenant le matériel électoral. Parmi eux, des agents mais aussi des élus. Pour ces derniers, être présent est une obligation, et “la méconnaissance [de cette obligation]peut entraîner une démission d’office prononcée par le tribunal administratif” indique le code électoral”
    Quels articles du Code électoral ?

    Signaler
    • Umble Escoulan Umble Escoulan

      article L. 2121-5 du code général des collectivités territoriales. + article R. 44 du code électoral

      Signaler
    • chouze chouze

      Que les sanctions prévues soient appliquées.

      Signaler
    • Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

      Merci

      Signaler
  7. PierreLP PierreLP

    Concernant les élections, M Moraine devrait faire preuve d’un peu de pudeur, rapport aux dernières municipales…

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Mot totalement inconnu du vocabulaire de ce Moooooosieur, qui se limite quasiment à une suite d’onomatopees et à dire que Jean Clooooooode est beau .

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      M. Moraine, de la pudeur ? Ahahahahahahahahahah !

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Il se grandirait en effet à ne pas avoir la même attitude qu’un certain bp lorsqu’il était dans l’opposition, à chouiner pour un rien.

      Signaler
  8. Umble Escoulan Umble Escoulan

    Pour les élus défaillants, il semblerait utile d’avoir les noms plutôt qu’un discrédit généralisé. Je lis que les candidats étaient excusés, est-ce légal ? Ou une pratique habituelle ?

    Pour les fonctionnaires, il serait intéressant de comprendre la rémunération totale pour cette (longue) journée. La prime dont on parle ici vient-elle en complément d’une prime et /ou d’un repos compensatoire pour travail dominical + heures supplémentaires ? Et comparer avec ce qui se pratique à Paris ou à Lyon…

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      En effet, car même 350 euros que j’imagine bruts en plus, pour un dimanche de 7h à 22h, même pas je me déplace…

      Je ne vous parle même pas des 180 euros de l’époque.

      Signaler
    • Umble Escoulan Umble Escoulan

      Cher Pierre,
      Comme dit plus bas, il s’agit d’une prime en plus d’une rémunération contractuelle… mais, même en suivant votre raisonnement, on aurait 350 euros bruts pour une double journée = environ 3850 euros bruts sur une base mensuelle. Ça ne me paraît indigne….

      Signaler
    • Andre Andre

      Pour vous répondre, quand on a la nécessité de quérir des fonctionnaires pour tenir des bureaux de vote, comme assesseurs, président, on s’adresse aux cadres qui n’ont pas droit aux heures supplémentaires. Il s’agit donc d’une prime sans autres contreparties.

      Signaler
  9. chouze chouze

    Si des sanctions sont prévues qu elles soient effectives.

    Signaler
  10. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    “Je n’ai vu personne de Debout la France ou du Printemps marseillais” a dit Marine Pustorino. Oh Choupinette va, elle n’a pas vu de Pdt du Printemps Marseillais…. Dans le lieu ou j’ai été Pdt, 5 bureaux de votes, 5 présidents PM. En revanche les assesseurs LR de la liste Muselier on les a attendus toute la journée. Pourtant ils étaient annoncés….

    Signaler
  11. RML RML

    Je reviens surtout deux choses: le service des élections qui ne fonctionne pas( c’est quand même pas au Maire d aller chercher les documents??@,) ou ne veut pas fonctionner, et des élus, mais aussi des militants et des citoyens au
    même niveau d abstentionni sme!

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Rien ne fonctionne correctement dans cette ville.

      C’est là que l’on voit que le politique n’y est pour rien, BP n’y pourra rien, personne d’ailleurs.

      L’arbre est tordu, il sera impossible de le remettre droit….

      Signaler
  12. Manipulite Manipulite

    Force Obscure s’est rendu indispensable sur les ruines et la désorganisation des services municipaux. Désorganisation qu’elle a longuement et patiemment favorisée depuis de longues années. Bien joué avec le hold up clientéliste sur la prime qui va la rendre populaire auprès des agents municipaux. La prime en hausse exponentielle dont toute la France parle. Le budget municipal doit être riche.
    L’amateurisme de cette nouvelle équipe municipale devient sidérant.

    Signaler
  13. Brallaisse Brallaisse

    Pierre 12 vous avez en sus des sous si ma mémoire est juste au moins un jour de congé de récupération.
    C’est pas mal quand même.

    Signaler
    • Umble Escoulan Umble Escoulan

      Chères journalistes: pourriez-vous obtenir cette information ?
      Quelle rémunération / compensation pour les fonctionnaires présidents / assesseurs ?

      Signaler
  14. TERMINATOR13 TERMINATOR13

    Mesdames les journalistes quand vous faites allusion aux papiers collés sur les PV du 1er tour des municipales, je vous invite à demander aux archives des PV depuis le début des années 2000, vous constaterez que cette pratique était déjà en place et n’avait pas opposer la moindre remarque de l’ensemble des partis politiques sur les 20 dernières années. Merci donc de vérifier vos informations avant de les mettre en ligne et de ne pas toujours tenir compte des cancans politiques !!!!

    Signaler
  15. claquette claquette

    C’est incroyable… comment penser une seconde que ces candidats seront mobilisés pour la cause publique quand ils n’arrivent même pas à le faire pour leur propre élection??? Et dire que j’irai qd même voter, comme je l’ai toujours fait et que je sais que je continuerai. Je ne sais pas si je suis une indécrottable optimiste, naïve, ou stupide… (ou les trois!)
    En fait je crois que j’essaie d’agir en citoyenne responsable et de tenir bon dans la démobilisation générale parce que finalement il ne nous reste plus que ça (et je ne pense pas qu’aux élections)…. tenir bon pour mes valeurs et essayer d’avoir un comportement en adéquation. Et ben, c’est pas facile!

    Signaler
  16. BALLERINE BALLERINE

    Pour répondre à Umble Escoulan: Chères journalistes: pourriez-vous obtenir cette information ?
    Quelle rémunération / compensation pour les fonctionnaires présidents / assesseurs ?
    La seule rémunération du personnel pour la journée passée dans un bureau de vote, c’est l’indemnité de 160€ passée à 350€ cette semaine. Pas de repos compensateur en sus. Pas d’heures supplémentaires payées.

    Signaler
    • Umble Escoulan Umble Escoulan

      Merci. Pour aller récupérer la sacoche le Samedi + une grosse journée le Dimanche, ça ne me semble pas scandaleux, ni dans un sens ni dans l’autre.

      Signaler
  17. MarsKaa MarsKaa

    L’article, dans sa construction, contribue à laisser entendre que c’est de la faute des agents des collectivités territoriales qui n’auraient pas été réquisitionnés ou pas à temps ou bien n’auraient pas répondu à la réquisition.
    Ce problème, réel, étant mis en premier, au debut, de ce long article (tout le monde ne lit pas jusqu’au bout un article).

    Or le problème essentiel, premier, ce sont les élus et les militants des différents partis qui ont fait défection !
    Et là la lecture est tout autre :
    quel a été le degré d’investissement des elus des chacun des partis ? Qui a le plus abandonné le navire ?
    Pareil pour les militants.

    Quelle est la part de la fatigue des militants (toujours les mêmes sur le pont), du jemenfoutisme, voire de la volonté de nuire au PM de certains LR ou autre ?

    Signaler
  18. PAGNOL PAGNOL

    Que vient faire le commentaire de Patrick Rue ex secrétaire général de FO ,sur l’organisation des élections ?

    N’est il pas à la retraite depuis mars dernier ?

    Et d’ailleurs qui l’a remplacé à la tête FO à la Ville et à la Métropole ?

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Devine???????

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire