Pour faire passer le protocole sanitaire, les cantines marseillaises sautent l’entrée

Actualité
le 25 Jan 2021
15

Ce mardi, les écoles marseillaises devraient à nouveau connaître un mobilisation sociale entraînant des fermetures de cantines, voire d'écoles. En plus des problèmes structurels de manque de personnel, la mise en place du nouveau protocole sanitaire exacerbe les tensions.

L'enjeu

La Ville travaille à plusieurs pistes pour limiter l'allongement des temps de cantine, dont la suppression d'une partie du repas.

Le contexte

Cinq syndicats d'enseignants appellent à la grève ce mardi, secondés localement par la CGT des agents municipaux qui a déposé un préavis reconductible.

Entrée ou dessert ? Avec la mise en place d’un nouveau protocole sanitaire dans les écoles, le repas de cantine s’accompagne désormais de points de suspension. Débuté dès 11 heures, le service s’étire dans certaines écoles jusqu’au milieu de l’après-midi, provoquant fatigue, colère et amertume pour toute la communauté scolaire.

Pire, il s’avère inapplicable dans les écoles où les locaux sont inadaptés ou les personnels municipaux pas assez nombreux. Le maire de Marseille, Benoît Payan s’est donc fendu d’une suite de messages sur Twitter, jeudi dernier, pour fustiger “l’amateurisme, l’improvisation et le manque de concertation” de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale qui a instauré le protocole en question.

Mais pour le directeur académique, Vincent Stanek, “les difficultés de mise en œuvre du protocole ne concernent qu’une minorité d’écoles, une trentaine tout au plus”. Ses services sont en contact permanent avec ceux de la Ville, assure-t-il, pour trouver des solutions adaptées, “au cas par cas, école par école”.

Pause méridienne de 11 heures à 15 heures

Mis en place le 18 janvier, le nouveau protocole sanitaire impose des temps de cantine plus longs avec le maintien des groupes de classes même durant le temps de cantine, pour éviter au maximum le brassage des enfants, et donc la circulation du virus. “Cela signifie qu’en primaire, les tables sont numérotées et attribuées à chaque classe qui se succèdent à l’intérieur du réfectoire, explique Sylvia Viola, agent des écoles et élue au comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail pour l’UNSA. Le temps de faire passer tout le monde, les services vont s’étaler de 11 h à 15 h parfois si l’école comprend un grand nombre d’enfants ou un réfectoire trop petit”. Cela a été le cas dans plusieurs écoles de la Ville, en début de semaine dernière, alors que le protocole était respecté à la lettre.

En primaire, l’usage du self avec plateau est désormais suspendu. Les repas sont servis à table comme c’est déjà le cas en maternelle. Mais, avec la désinfection des tables entre chaque service, le protocole s’avère impossible à tenir sans allonger la pause méridienne, parfois jusqu’au milieu de l’après-midi. Laissant aux enseignants, une petite heure pour poursuivre leur travail pédagogique.

Pas de pique-nique par roulement… pour l’instant

Dans un premier temps, la Ville avait réfléchi à la possibilité de modifier le contenu des repas en proposant des repas froids “par roulement” aux enfants d’élémentaire. “Mais nous avons vite renoncé au vu de ce que la Sodexo [le prestataire de la Ville, ndlr] proposait, explique un cadre de la Ville sous couvert d’anonymat. Je ne donnerais pas ça à mes enfants. Et ce n’est adapté ni à la saison, ni à la physiologie des enfants”.

La solution passe donc par une réduction du nombre de plats proposés par la Sodexo pour réduire la manutention autour des tables et ainsi accélérer le roulement entre classes. Vendredi, dans certaines écoles, les maternelles n’ont pas eu d’entrée et les primaires n’ont pas eu de fromage.

“Un aveu de faiblesse”

Une proposition qui a fait bondir l’opposition LR qui a répliqué dans un communiqué bien senti. “La Ville de Marseille, s’est toujours enorgueillie de servir plus de 50 000 repas par jour dont 2000 totalement gratuits pour les enfants des familles nécessiteuses dont c’est souvent le seul repas, s’insurge Catherine Pila, présidente du groupe Une volonté pour Marseille au conseil municipal. Aujourd’hui, on rogne sur le repas ? C’est un aveu de faiblesse.”

Une communication qui agace l’adjoint chargé des cantines, Pierre Huguet qui, une nouvelle fois, pointe le bilan de la droite en matière scolaire. “Je déplore que la droite fasse de la politique là-dessus alors qu’ils ont géré cette ville pendant 25 ans. Nous essayons de trouver des solutions en accord avec les associations de parents d’élèves et les organisations syndicales. Ce n’est pas simple car tout tombe d’en haut, sans aucune concertation.”

Toujours prudent, l’élu refuse de détailler ces “solutions” dont certaines seront annoncées aux parents via la newsletter. La réduction du nombre de plats tout comme la possibilité de recourir à des paniers-repas en font partie. “Mais cela dépend des écoles, de leur taille et du nombre de personnels”, justifie l’élu. Un recrutement supplémentaire de vacataires est aussi évoqué. L’association de parents d’élèves MPE 13 avance un chiffre de 70 agents, qui s’ajoute aux 300 précédemment annoncés.

Moins d’entrées, plus de légumes

“La Ville a réfléchi dès l’annonce du gouvernement à des solutions d’allègement du nombre de plats, raconte Yannis Darieux, secrétaire général FSU. Cela passait notamment par une suppression de l’entrée qui n’est consommée qu’à 30 % et des fromages pour réduire les va-et-vient. Cela se comprend pour l’entrée car avec un plat de résistance plus consistant et une part de légumes augmentée, on peut arriver à un repas équilibré. Mais le fromage est souvent le seul produit laitier de la journée”.

Selon lui, la mise en place de panier-repas serait toujours en bonne place dans les tuyaux des services de la Ville. “Pour nous, c’est la seule solution pour réduire véritablement le temps de service, explique Fatima Hammoumi, déléguée CGT qui siège au CHSCT. Cela permettrait réellement de réduire le temps de réchauffe des plats à chaque service. C’est ce qui prend le plus de temps.”

Reste à savoir à quel endroit ces fameux paniers-repas pourraient être consommés. “Cela pourrait être dans les salles de classes mais avec quelle surveillance ?, s’interroge la déléguée CGT. Les professeurs ne seraient pas d’accord et cela pose de vrais problèmes d’hygiène”. À l’hôtel de Ville, on se montre réservé sur cette piste : “Cela produirait trop de déchets. Et ce n’est pas non plus envisageable à la fois d’un point de vue alimentaire et pour la surveillance de temps de cantine”.

“Ce que l’on constate et ce que nous font remonter les adhérents, c’est que ce protocole n’est pas adapté à la situation marseillaise, analyse Séverine Gil, présidente du MPE13. Cela a des conséquences sur les temps de sortie avec des parents qui doivent faire en fonction des sorties différenciées par niveau à 11 h mais aussi à 13 h 30″. Sur sa page Facebook, l’association présente comme actées la suppression de l’entrée et la mise en place de pique-nique en classes dans les “écoles en tension”. Sollicitée, la Ville n’a pas souhaité confirmer pour le moment.

Ces évolutions sont débattues alors qu’une série de journées d’action a démarré jeudi 21 janvier, entraînant la fermeture d’une centaine d’écoles et de près de 200 cantines. La prochaine tombe ce mardi. Organisée au niveau national par les syndicats d’enseignants, elle sera relayée par un préavis renouvelable déposé par la CGT des agents municipaux. Les représentants des différents syndicats ont été reçus par le maire en fin de semaine dernière. Avec sur la table, la situation des écoles et l’encadrement du droit de grève pour leurs personnels. Pour l’heure, la FSU comme la CGT n’ont pas l’intention de bouger d’un iota sur ce sujet-là

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pierre12 Pierre12

    Ah je me marre !
    Les yaqu’a faut qu’on du pm qui avaient une solution à tous les problèmes l’an dernier commencent (peut-être) à comprendre que c’est pas si facile que ce qu’ils croyaient.
    Et allez on embauche 70 personnes pour faire plaisir aux syndicats, rien que ça.
    A ce rythme, dans 2 ans, il y aura 2/3.000 agents de plus à la Ville.
    Et de toute façon, les syndicats ne seront encore jamais satisfaits.
    Sinon, il reste l’excuse que l’on commence à connaître, « 25 ans de Gaudin » ;-).
    Et Payan qui leur dit qu’ils ont raison, pffff, au boulot les fainéants !!!

    J’adore le pm, on va bien rigoler cette année !

    Signaler
    • leb leb

      Merci pour l’analyse, sinon concrètement vous proposez quoi ?

      Signaler
    • patrick patrick

      Vous devriez militer pour que vos “copains d’avant” reviennent aux commandes. C’est à ce genre d’intervention “trollesque” que l’on voit que Marsactu commence à prendre de l’importance.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Bonjour le troll gaudiniste. Personne n’a dit ni n’a cru que c’était facile : on savait qu’après deux décennies de non-gestion, il faudrait redresser une ville exsangue et que ça ne se ferait pas en 15 jours.

      Mais “Laurent”, dans son prochain commentaire de haut niveau, va nous expliquer que la pandémie de covid-19 et ses contraintes, c’est parce que le PM ne sait pas s’y prendre.

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      AAAH D’ACCOOOORD donc si on embauche, ce n’est pas pour suppléer un manque chronique de personnel non recruté depuis des décennies, c’est pour faire plaisir aux syndicats.
      Un peu comme pour Derichebourg en somme : la mutation de la direction et l’embauche de supplémentaires, ce n’est pas pour régler un litige vieux de 3 ans d’un management brutal et d’un sous-effectif, c’st pour faire plaisir aux syndicats.

      Finalement, vu ainsi, c’est très simple.

      Signaler
  2. julijo julijo

    pas trop la peine de polémiquer, les nuls incompétents de gaudin (ça mérite le doublon) sont partis et les marques et cicatrices sont profondes, pas un seul secteur de la ville qui n’ait été démoli, au mieux largement abîmé.

    dans les écoles, mais aussi les collèges et lycées, le fumeux “protocole sanitaire” est largement inapplicable. tous les personnels qui s’y frottent tous les jours le disent.
    Il faut que les parents travaillent, le reste, blanquer et le gouvernement s’en fichent. que la situation dans les écoles marseillaises soit tendue, certes, mais le principal c’est qu’en plus de tous les tracas existants, compliqués, structurels -grâce à l’ancienne nullicipalité- il leur tombe ça sur le coin du bec !
    le printemps marseillais avec toute la bonne volonté qu’on lui prête pourra-t-il trouver une solution à la quadrature du cercle.

    Signaler
  3. petitvelo petitvelo

    S’agissant d’un public peu transmetteur, durcir le protocole représente plus d’inconvénients que de gains quand la cantine est trop petite (un héritage de Defferre ?). On pourrait, pour garder une approche nationale unique, inclure le rapport “jauge&effectif personnel / effectif enfant” dans le niveau de protocole exigé.
    Pour ce qui est du produit laitier journalier obligatoire, hérité de nos alliés américains en 1945, on devrait en être un peu revenu en 2020.

    Signaler
    • Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

      Savez vous depuis quand est mort Defferre ?
      Et quel était le taux de fréquentation des cantines à cette époque ?

      Signaler
  4. Pierre12 Pierre12

    Petite précision utile, je ne soutiens et je n’ai jamais soutenu la majorité précédente.
    Outre l’urbanisation à outrance qui est fortement critiquable, je considère que la précédente majorité a fait évoluer plutôt positivement la Ville au cours des 10 dernières années, eu égard aux faibles moyens dont elle disposait.

    Je précise aussi que les gens du pm et ceux qui les ont soutenus, ont toujours considéré que la précédente majorité n’était composée que de bons à rien, tout en ne se rendant pas compte i) de l’importance de ´la tâche, ii) de la difficulté de gérer une ville pauvre, et iii) de la difficulté enfin de gérer 10/12.000 agents qui pour la plupart (pas tous) n’ont qu’une envie en arrivant au travail, c’est d’en partir.

    Pour le pm, cela ne fait pas 15 jours comme certains l’écrivent mais bientôt 6 mois, même s’il est vrai qu’avec le feuilleton de l’automne qui nous a ridiculisé aux yeux de la France, et nous n’en n’avions pas besoin, Benoît comme certains l’appellent ici, n’est là que depuis un petit mois (tous les adjoints sont nommés depuis 6 mois).

    Je rajouterai que le problème ne porte pas que sur les cantines mais aussi sur le chauffage dans les écoles, sur l’habitat indigne, sur les ressources humaines…rien ne s’est encore passé en 6 mois, et le retard ou plutôt le néant sur ces dossiers, n’a aucun lien avec la covid (après l’excuse des 25 ans de Gaudin, maintenant l’excuse de la covid 😉 ).

    Et à la différence de la plupart des lecteurs, je ne critique pas la majorité actuelle pour ce qu’elle fait, ou ne fait pas plutôt, puisqu’elle n’a encore rien fait, mais sur les critiques de l’ancienne majorité et promesses intenables qu’elle a prises.

    Les gens qui n’ont jamais eu des responsabilités comme c’est le cas de la majorité actuelle, ne savent pas comment c’est difficile de prendre des décisions dans une entreprise de 20, 50, 100 salariés ou quelconque organisation de nombre, alors vous pensez bien dans une ville de 850 k habitants composée de 10.000 agents.

    Pour répondre à l’un de vous qui m’a demandé ma solution pour les cantines, j’ai fait le calcul, avec un dernier repas à 15h, le temps de tout nettoyer et ranger, il faut 2 heures.
    Que je sache, les agents de la Ville ne cuisinent pas, ils ne font que servir les plats préparés par un prestataire.
    En commençant la journée à 8h, 9h, et en finissant à 17 h, avec une heure de pause au milieu, cela correspond à un nombre d’heures « normal » que tout salarié effectue.
    En quoi servir un dernier repas à 15 h est insupportable ?
    La solution passe peut-être par demander aux agents d’effectuer les heures pour lesquelles ils sont payés, pas à discuter, papoter, ou partir à 15 h comme ils l’ont probablement fait pendant 25 ans auparavant, travailler tout simplement comme des millions de personnes le font dans le privé.

    Certains vont probablement me traiter de lecteur du figaro ou de valeurs actuelles, mais la solution passe peut-être par ça.
    Alors c’est vrai que d’expliquer cela à cgt est impossible et ne servira à rien, sauf à provoquer une grève supplémentaire mais on peut aussi proposer aux agents d’embaucher, à condition aussi que chacun fasse des efforts, plutôt que faire comme « benoit » en disant oui à tout.

    Au fond, je pense que c’est peine perdue car l’administration est ingérable et encore plus dans cette ville.

    Enfin, pour les grands amoureux du pm, on se donne rendez-vous dans 6 mois, je vous parie que rien n’aura encore bougé…aucune école nouvelle en projet, aucun immeuble de noailles de rénover, des réunions, du vent…
    Ah si, le pm nous annoncera le nouveau nom donné à la pietonnisation de la canebiere le dimanche, les horaires étendus des musées, de la plage des catalans…des décisions qui vont vraiment changer la vie des Marseillais, ironie pour ceux qui ne l’ont pas compris.

    De toute façon ça ne peut que tourner autour de cela puisque tous les sujets importants (transport, nettoyage, grands travaux…) sont gérés par la métropole.
    Restera à Benoit et Michèle que la faute vient de Martine…une nouvelle excuse.
    Allez je vous embrasse !

    Signaler
    • raph2110 raph2110

      Je suis furieuse de lire que les agents municipaux ne font pas leur job. Contrairement aux croyances, les agents ont à cœur de faire bien. Ils sont tous surtout épuisés par des ordres et des contre-ordres, par un management qui date de la préhistoire, par l’absence de sens, de reconnaissance ce qui les conduit immanquablement à ne plus trouver leur place et donc par réaction à adopter des positions. Vous conviendrez je l’espère que la motivation se gagne autrement…
      Et comme votre vision me paraît très orientée, je conclurai en affirmant que nombre de fonctionnaires de la ville, font des heures bien au-delà de leur temps de travail, ce qui devrait compenser très largement ceux qui ne font rien 😉

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Vas y Laurent éclaire nous de ta science :
      “la précédente majorité a fait évoluer plutôt positivement la Ville au cours des 10 dernières années”
      Tu peux nous dire en quoi ? Le MUCEM est une mauvaise réponse, il a été imposé par l’Etat à la Ville qui n’en voulait pas.
      “Je précise aussi que les gens du pm et ceux qui les ont soutenus, ont toujours considéré que la précédente majorité n’était composée que de bons à rien, tout en ne se rendant pas compte i) de l’importance de ´la tâche”
      Entre Payan, élu à la ville depuis 2014, au département depuis 2015, ancien conseiller de Carlotti (ministre) et Vauzelle (Pdt de région) ne se serait jamais rendu compte de quoi que ce soit ? Vraiment ? Sans parler des autres élus, comme Coppola (élu municipal depuis lgtp et ancien vice pdt de région) entre autre, et des ralliés du 4 juillet comme Ghali ou Narducci.
      “ii) de la difficulté de gérer une ville pauvre”
      Pauvre d’un budget primitif de un peu plus de 2 milliards d’euros. Vraiment pauvre ?
      “Je rajouterai que le problème ne porte pas que sur les cantines mais aussi sur le chauffage dans les écoles, sur l’habitat indigne, sur les ressources humaines…rien ne s’est encore passé en 6 mois”
      Zut, plusieurs articles de presse et pas seulement Marsactu soulignent l’inverse. Et encore, 6 mois avec un budget contraint validé par la mandature précédente et une DBM de 50 millions votée dès l’été dernier.
      “Les gens qui n’ont jamais eu des responsabilités comme c’est le cas de la majorité actuelle, ne savent pas comment c’est difficile de prendre des décisions dans une entreprise de 20, 50, 100 salariés ou quelconque organisation de nombre, alors vous pensez bien dans une ville de 850 k habitants composée de 10.000 agents.”
      Peux-tu m’expliquer la similarité entre une entreprise privée et un service public ?
      “En quoi servir un dernier repas à 15 h est insupportable ?”
      Peut-etre que pour les enfants c’est insupportable… Mais visiblement dans votre calcul ils ne comptent pas.

      J’espère tellement avoir tes réponses lumineuses qui éclaireront ma journée.

      Signaler
  5. Pierre12 Pierre12

    La bonne blague Raph2110.

    Accompagnez moi un jour à mon travail, je côtoie une centaine d’agents de tous services, tous les jours.

    La bonne moitié ne sert à rien, ne produit rien, ne fait rien, passe sa journée à papoter, se plaindre et aller sur internet.
    J’en ai même surpris dans leurs bureaux, ordinateur éteint, sans rien sur leurs bureaux, en pleine journée.

    Je vous passe qu’il leur faut un bureau individuel chacun, sinon c’est le drame, que les chefs de service ont tous deux, voir trois secrétaires.
    Chaque service a son photocopieur même s’ils partage t le même bureau, ils veulent tous une cuisine le midi pour déjeuner, une gabegie.

    Mais c’est vrai j’oubliais, c’est comme les excuses de « Benoît » et « Michèle » sur les 25 ans de gaudin, « c’est la faute du management ».

    Tu parles, une bonne bande de fainéant, qui ont trouvé la planque et qui osent encore se plaindre.

    Même avec le meilleur manager du monde, ils n’ent foutront pas une.
    Sauf si vous les payez les 5.000 euros par mois, et encore, ce qui n’est d’ailleurs pas possible car ils sont deux fois le nombre de ce qui se pratique dans les autres grandes villes.

    Et je n’ose même pas imaginer ce qui doit se passer dans les cantines.

    Des vrais commentaires de bobo gaucho ici…ou de gens qui ne paient pas d’impôts et qui osent les défendre.

    Sans compter que si tout était propre, bien géré, les rues décorées, la Ville bien organisée, dont acte, mais là c’est tout le contraire.
    On paie des taxes foncières, d’habitation…ahurissantes et la Ville est gérée en dépit du bon sens.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Là aussi éclaire-nous de ta science infuse
      “car ils sont deux fois le nombre de ce qui se pratique dans les autres grandes villes”
      Lyon : 8 000 agents. Soit 1/3 de mois qu’à Marseille. Mais la population est de 513000h, soit un tiers de moins que Marseille.
      “Des vrais commentaires de bobo gaucho ici…ou de gens qui ne paient pas d’impôts et qui osent les défendre”
      Tu veux voir ma déclaration ? Et mes fiches de salaires ? Allez, pas de soucis, file ton mail (par pudeur je masquerai mon nom et mon n° fiscal) et dis moi encore si les “bobo gaucho” (oh l’insulte supreme) ne paient pas d’impots.
      “Sans compter que si tout était propre” Allo la Metropoel ? Eh oui la ville a été dépossédée de cette gestion depuis bien longtemps… et cela ne s’est pas amélioré.
      “On paie des taxes foncières, d’habitation…ahurissantes”
      Surement à cause des bobo gauchos qui refusent de payer des impots.

      J’ai hate d’être éclairé de ta science, mais j’ai hate…

      Signaler
  6. Pierre12 Pierre12

    Pourquoi me tutoyez vous ?
    Pourquoi cette agressivité cher Marcel Paul ?

    En effet, Lyon a autant de fonctionnaires, une propreté incomparable, des services incomparables, une fiscalité…je peux vous faire une liste aussi longue que mon bras.

    Je ne comprends pas trop vitre agressivité, si ça vous plait de payer le niveau d’impôts que vous payez pour des gens qui n’ont que pour seul problème au travail, de revendiquer que la pointeuse soit en pied d’immeuble et pas dans les étages, car selon eux la montée à l’étage doit être considéré comme du travail, tant mieux pour vous, ce n’est pas mon cas.

    Sinon, ne vous détrompez pas, j’englobe aussi les agents de la métropole qui pour la plupart, viennent de la Ville.
    Je crois que vous vous méprenez, je ne soutiens ni Martine, ni ses amis.

    Et je n’ai jamais dit que « les bobos gauchos » ne souhaitaient pas payer d’impôts, je crois que vous délirez un peu, il faut vite vous ressaisir Marcel.

    J’ai simplement dit que pour défendre des agents indéfendables, il fallait être soit bien naïf ou soit ne pas payer d’impôts.

    J’ai bien peur que je n’arrive pas à vous convaincre, vous avez l’air très remonté, je vous conseille vraiment de relire vos propos et de garder vitre calme, c’est pas bien pour votre santé de s’énerver contre un inconnu sur le net.

    Sinon, outre l’histoire de la pointeuse, si vous le souhaitez, je peux vous raconter pas mal d’autres histoires incroyables…

    Au plaisir Marcel !

    Signaler
  7. Pierre12 Pierre12

    Mon cher Marcel,
    Mes réponses à vos obsevations.

    Vas y Laurent éclaire nous de ta science :
    “la précédente majorité a fait évoluer plutôt positivement la Ville au cours des 10 dernières années”
    Tu peux nous dire en quoi ? Le MUCEM est une mauvaise réponse, il a été imposé par l’Etat à la Ville qui n’en voulait pas.
    Vous allez me dire que c’est la Métropole ou l’état et pas la Ville, mais n’avez-vous pas vu au cours des 15 dernières années le vieux port évoluer, la canebière se pietonniser, la L2, le quartier de la Joliette se transformer, des hôteliers s’implanter même si je sais que les lecteurs ici n’aiment pas le tourisme (de luxe), les principaux axes se transformer, le jarret, cours Lieutaud, le tramway s’implanter, un stade renover…? Alors ce n’est pas parfait vous allez me dire, mais c’est comme ça qu’une ville avance.
    Ok les écoles, les piscines, l’urbanisme… ça n’a pas été bien géré, mais vous ne pouvez pas dire que la Ville n’a pas changé en 15 ans.

    “Je précise aussi que les gens du pm et ceux qui les ont soutenus, ont toujours considéré que la précédente majorité n’était composée que de bons à rien, tout en ne se rendant pas compte i) de l’importance de ´la tâche”
    Entre Payan, élu à la ville depuis 2014, au département depuis 2015, ancien conseiller de Carlotti (ministre) et Vauzelle (Pdt de région) ne se serait jamais rendu compte de quoi que ce soit ? Vraiment ? Sans parler des autres élus, comme Coppola (élu municipal depuis lgtp et ancien vice pdt de région) entre autre, et des ralliés du 4 juillet comme Ghali ou Narducci.

    Oui ils sont 4…sur 30 adjoints. Et je parle de vraies responsabilités, pas de conseiller ou être dans l’opposition. Samia Ghalli c’est une blague, ou vous le pensez vraiment qu’elle a les épaules ? Coppola, dans la mediocrité coco on ne fait pas mieux.

    “ii) de la difficulté de gérer une ville pauvre”
    Pauvre d’un budget primitif de un peu plus de 2 milliards d’euros. Vraiment pauvre ?

    2 milliards, pour payer entre autres les 12.000 fonctionnaires, les charges de fonctionnement, mais aucune capacité pour investir.
    D’ailleurs Benoît ne se prive pas pour le rappeler, il n’a aucune manœuvre budgétaire.

    “Je rajouterai que le problème ne porte pas que sur les cantines mais aussi sur le chauffage dans les écoles, sur l’habitat indigne, sur les ressources humaines…rien ne s’est encore passé en 6 mois”
    Zut, plusieurs articles de presse et pas seulement Marsactu soulignent l’inverse. Et encore, 6 mois avec un budget contraint validé par la mandature précédente et une DBM de 50 millions votée dès l’été dernier.
    C’est du vent, des reunions oui, mais il s’est rien passé et il ne se passera rien car il n’y a pas un sous.
    Plutôt que des articles, prière de me citer des vrais exemples.

    “Les gens qui n’ont jamais eu des responsabilités comme c’est le cas de la majorité actuelle, ne savent pas comment c’est difficile de prendre des décisions dans une entreprise de 20, 50, 100 salariés ou quelconque organisation de nombre, alors vous pensez bien dans une ville de 850 k habitants composée de 10.000 agents.”
    Peux-tu m’expliquer la similarité entre une entreprise privée et un service public ?
    C’est justement le problème, le service public n’est pas géré et est ingérable.
    Le privé fonctionne, le public s’endette.

    “En quoi servir un dernier repas à 15 h est insupportable ?”
    Peut-etre que pour les enfants c’est insupportable… Mais visiblement dans votre calcul ils ne comptent pas.
    Je suis d’accord avec vous, mais l’article précisait que c’était insupportable pour les agents (la charge de travail), pas pour les enfants.

    J’espère tellement avoir tes réponses lumineuses qui éclaireront ma journée.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire