Plan transports : "le comité de suivi s’est réuni zéro fois"

À la une
le 13 Déc 2012
12

En 2015, on aura le tram jusqu’à Saint-Antoine au Nord, une autre ligne ira jusqu’à la Pointe-Rouge en passant par l’obélisque de Mazargues au Sud, le métro sera prolongé de La Rose à Château-Gombert et de Dromel à Saint-Loup, le boulevard urbain sud (de Pointe-rouge à Florian) et la L2 seront inaugurés, il y aura même une gare à Plan-de-Campagne couplée avec un parking-relais géant ! Tout ceci est très sérieux puisque prévu par le plan de déplacements urbain (PDU) de Marseille Provence métropole. Regardez le schéma.

Loading

Seul hic : il ne s’agit pas de celui qui sera arrêté ce vendredi pour être soumis à enquête publique, mais du PDU précédent, en cours depuis 2006. Vous l’aurez compris, les belles perspectives promises ci-dessus resteront lettre morte. “Pour les transports collectifs, la première phase 2006-2011, dont nous avons réalisé l’évaluation (imposée par la loi au bout de cinq ans, ndlr), a été mise en oeuvre à l’exception du tram vers les Catalans”, répond Pascal Faucher, directeur du cabinet Eureca, mandataire du groupement chargé par la communauté urbaine de plancher sur le document.

Dérapage partagé

Tout ça ne serait donc affaire que de “dérapage des délais” et d’ailleurs “des choses comme le prolongement du métro vers Saint-Loup sont dans le PDU qui va être voté demain”. Même si dans le PDU version 2012 des métros et des trams se sont transformés en bus à haut niveau de service… Surtout lorsqu’on élargit aux autres actions du PDU. Exemple avec la L2 et le boulevard urbain sud. “Le plus gros dérapage a été sur les infrastructures de voirie, où il y a eu une espèce de pause”, reconnaît Pascal Faucher. Mais l’urgence c’était surtout de développer les transports en commun”. Les tunnels (Saint-Charles, Louis-Rège, Joliette, Prado Sud) ne se sont quand même pas mal portés…

Autre exemple : les parkings relais qui doivent pousser les Marseillais à troquer leur voiture pour le métro. La capacité des six parcs existant à l’époque devait passer de 2200 à 3200, six autres venant renforcer l’offre de “2250 places nouvelles”. Bilan en 2012, selon le site de la RTM : Marseille dispose de 2700 places dans 8 parcs. Il va falloir faire vite d’ici 2015… Et on passera sur les aspects transport de marchandise, confrontés “à un manque d’organisation fiable”, disait le plan de l’époque, qui prévoyait un “centre de distribution urbaine” et des “points d’accueil logistique des marchandises”.

L’actuelle majorité pourra en attribuer la responsabilité à l’ancienne, partie en 2008 avec un plan hors des clous. L’ancienne pourra rétorquer qu’elle avait fait la plupart du job et que c’est la nouvelle qui a déraillé. D’autres mettront de concert la faute sur la “gouvernance partagée” entre les deux. Classique. On peut aussi remarquer que très symboliquement, l’action qui clôturait le document a été oubliée : “l’observatoire du PDU”. Il s’agissait, “sans attendre” l’évaluation obligatoire réalisée par Eureca, de “suivre régulièrement la politique menée”.

Suivi défaillant

Côté chiffres, un observatoire du stationnement existe bien, nuance Pascal Faucher, et “on dispose des données sur les transports en commun, les comptages routiers”, même si elles sont éparpillées entre la RTM, l’Agam… En revanche, “ce qui a vraiment manqué, c’est le suivi, le comité prévu s’est réuni exactement zéro fois”. A Bordeaux, la communauté urbaine a fait ce bilan tous les ans, l’agence d’urbanisme locale contrôlant tous les deux ans les effets de la mise en oeuvre, qui forcément ne suivent pas toujours ce qui est espéré…

Idem en amont de la Garonne, à Toulouse, où “un observatoire du PDU a bien été mis en oeuvre. Ça n’a pas fait les choux gras de la presse tous les jours, mais il a joué son rôle d’aide à la décision”, témoigne Stéphane Coppey, ancien directeur des transports de la Ville. “Cela rentre dans le cadre plus large de l’évaluation des politiques publiques, qui est plutôt défaillant en France et particulièrement ici, poursuit ce fonctionnaire aujourd’hui chargé de mission transports au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est important d’avoir un compteur, sinon cela permet à certains élus de dire tout et son contraire”.

Bref, de prêter le flanc à l’accusation de faire bouger les lignes en fonction des considérations politiciennes du moment, comme en donnait furieusement l’impression il y a un an un débat au conseil communautaire. Ou d’oublier fort opportunément ce à quoi ils s’étaient engagés, alors que certains sont capables de ressortir à la décimale près le score des différents candidats à des élections datant de plus de dix ans. Conclusion : quel que soit le contenu du PDU présenté au vote vendredi, il faudrait déjà savoir si les élus comptent vraiment l’appliquer, et pour cela commencer par créer l’instance justement chargée de contrôler cela. Coup de chance, elle figure toujours parmi les actions à mener.

suivi_PDU_2012

                                                           Extrait du PDU présenté demain par la communauté urbaine

Actualisation : Lors du conseil communautaire de vendredi, les élus ont décidé de transformer le comité de pilotage du plan de déplacements urbains en comité de suivi. En espérant que celui-ci se réunisse vraiment.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. cgt cgt

    Alors là je me marre… Annoncer le métro de saint Loup comme un exemple de réalisation qui va être réellment mise en oeuvre…puisqu’elle est inscrite au PDU. Alors qu’Eugène Caselli dans votre interview sur le BHNS explique qu’il n’a pas le 1er centime et que ça sera pas fait avant “long terme”, comme dit en langue de bois.
    Ce PDU sera-t-il autre chose que celui de 2006, un joli affichage de bonnes intentions, ni programmées, ni financées, ni controlées? A suivre.

    Signaler
  2. Ouvrez les yeux Ouvrez les yeux

    Et ça , c est pas honteux: un comité de suivi qui s est réuni 0 fois sur un sujet aussi important. Et apres, on vient nous dire que si le développement des transports est au point mort à Marseille, c est la faute des autres et des vilaines intercommunalités des alentours . Quand on veut taper sur les autres, il faut commencer par etre irréprochable soi meme. Ce n est pas la gouvernance partagée, c est le fiasco partagé

    Signaler
  3. Sylvain Sylvain

    Jusqu’à Saint-Antoine, un bus à haut niveau de service mais pas en site propre sur 75 % du tracé… on va rire.

    Signaler
  4. ericmazargues ericmazargues

    C’est bien pour ça qu’il faut créer une autre structure mieux gérée, (qui ne sera pas l’extension de MPM aux limites de l’aire urbaine, mais qui REMPLACERA tous les EPCI existants), peut être moins sous la coupe des élus et de leurs intérêts de baronnets. Un haut fonctionnaire, ça sait tenir un calendrier prévisionnel et un échéancier, ne vous en déplaise.

    Signaler
  5. harvey HAIGHT harvey HAIGHT

    a moins d’etre retraité ou d’avoir du temps,il est impossible d’organiser sa journée avec le bus et le tramway.l’indispensable serait d’avoir une ligne de metro entre les facs de luminy et l’hopital nord connectée avec les lignes de metro existant.mais ça ! c’est de l’utopie.

    Signaler
  6. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Dans les grandes agglomérations françaises de Province, l’intérêt des élus pour les transports publics et la volonté politique de les développer remontent à la fin des années 1970 ou au début des années 1980. A Marseille, nos édiles se sont réveillés au début des années 2000… Le PDU en cours, c’est : “On va faire en 10 ans ce qui, ailleurs, a été fait en 30 ans.” Très crédible. Comment peut-on s’étonner des légers décalages qui apparaissent ensuite entre les intentions et la réalité ? La commission de suivi aurait probablement servi uniquement à prendre acte du caractère irréaliste du plan dans le calendrier prévu. On peut comprendre que personne n’ait eu envie de s’encombrer d’un tel constat…

    Signaler
  7. Etsoc Etsoc

    Le début de votre article est faux : le conseil communautaire ne vote pas le PDU demain, il adopte le projet qui sera soumis à enquête publique au cours du 2 ème trimestre 2013.

    J’espère que cela sera l’occasion d’un débat public sur les déplacements dans notre métropole. J’aurais bien aimé que MPM l’ organise (c’est son rôle) mais je rêve…

    Alors le débat, il va falloir l’organiser : continue-t-on à Marseille de construire le réseau de tramway du PDU de 2000 ? Dire que l’on n’a pas le premier sou relève de la supercherie : remplacer des bus par un tramway permet de faire des économies d’exploitation (pour un meilleur service) et comme on emprunte, ç’est un investissement qui ne coute pas si cher : cela risque même de couter plus cher que de ne rien faire…bref, il faudrait peut-être parler un peu sérieusement de tout ça… ce dont les élus ont horreur.

    Signaler
  8. jexprime jexprime

    le seul qui aura fait quelque chose pour les transports dans cette ville, c’est MUSELIER.
    Bien ou pas bien, le fait est que le tramway fonctionne et connait un succès croissant, ainsi que le prolongement du métro.
    Dommage que MENNUCCI ai fait tout son cirque pour empécher le tramway d’aller aux 4 septembre.!!!

    Signaler
  9. Moi de Mars Moi de Mars

    C’est toute cette culture des petits arrangements qui doit diminuer avec l’avènement de nouvelles têtes, d’une nouvelle génération de politiques ! Quand je constate de tels dysfonctionnements, je me pose toujours cette question “à qui profite le crime ? Il y a toujours une explication, qui ne peut pas se limiter à un “je m’en foutisme local”. Quand vous voyez ce qu’il c’est passé avec la L2 vous vous posez de sacrés questions sur les réelles motivations de certains édiles de notre ville. Dans ce cas précis, je constate que de lourdes infrastructures privées prospèrent et poursuivent leur investissement sans gros risque sur la rentabilité !

    Signaler
  10. Placeauxjeunes Placeauxjeunes

    Tiens Electeur du 8eme, il faut le dire à vos mais qui ne sont pas d accord avec vos arguments quand il s agitvdu tram rue de Rome. Pourtant, c est la meme absurdité que celle que vous dénoncez

    Signaler
  11. Placeauxjeunes Placeauxjeunes

    Tout est question d appréciation et de nuance…surtout quand ca vous arrange

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire