Patrick Padovani : "Le contrat local de santé ne réduira pas à lui seul les inégalités"

À la une
le 19 Fév 2015
0

Il y a quelques jours, l'adjoint à la santé de la municipalité, Patrick Padovani signait avec l'État et l'Agence régionale de santé le contrat local de santé 2014-2016. Cette signature intervient près d'un an après la date théorique de démarrage des actions visées par le document. Invité de Marsactu, Patrick Padovani ne se dérobe pas face aux questions sur la fracture sanitaire qui traverse la ville en séparant notamment les quartiers du Nord et du Sud. Oui, on meurt plus jeune quand on habite un quartier populaire du Nord ou du centre que dans la partie Sud.

"C'est un fait national. Quand on exerce un travail manuel, on a moins de chance de vieillir que lorsqu'on travaille dans un bureau, constate l'adjoint au maire. En revanche, on peut habiter dans un quartier plus aisé mais avoir une profession stressante et présenter un risque d'accident cardio-vasculaire plus important. Tout ceci s'équilibre un peu. Même si je reconnais que c'est en défaveur des quartiers Nord de la ville." L'élu met en avant l'influence de "l'environnement économique, social et urbanistique" des populations qui vivent dans ces quartiers. "Les acteurs sont tous catégoriques : il y a des déterminants sanitaires qui interviennent à 40% dans l'état biologique des patients. Les 60% sont des déterminants environnementaux", constate le docteur Padovani.

Les inégalités d'accès aux soins accroissent également cet effet de fracture. C'est justement à cet endroit que le contrat local de santé doit permettre aux acteurs de mieux agir ensemble pour les réduire. "Il faut être clair : à son terme en 2016, ce nouveau contrat local de santé n'aura pas réussi à réduire ces inégalités. Il aura permis d'avoir un diagnostic plus précis et d'apporter quelques réponses. Mais ces inégalités sanitaires sont un puits sans fin. À peine a-t-on réussi à en résoudre que d'autres surgissent du fait de l'environnement"

Feuille de route commune

Le contrat local de santé se veut une feuille de route commune pour l'ensemble des acteurs oeuvrant dans le champ du sanitaire et du social. "On me demande souvent quel est le budget. Mais le contrat local s'autofinance car l'ensemble des acteurs conjuguent leurs efforts. Mais les efforts sont déjà faits sur le terrain. Il s'agit d'agir ensemble en étant plus efficace". Le nouveau contrat reprend les priorités du précédent (2009-2012) en modifiant les approches. Celles du nouveau contrat fixent des priorités en visant la petite enfance, la jeunesse, les personnes âgées et les personnes handicapées. 

Ces priorités expliquent en partie les raisons du retard pris au démarrage puisque le contrat couvre la période 2014-2016 avec une signature en février 2015. Patrick Padovani en explique les raisons : "Le contrat était prêt en février 2014. Mais l'État se refusait à signer un document de cette importance en pleine campagne électorale. En avril, c'est moi qui ait récupéré la charge de la politique de santé à la Ville. Il m'a semblé opportun d'associer le conseil général à cette démarche partenariale car il est compétent à la fois sur la petite enfance à travers la protection maternelle infantile, la jeunesse, les personnages âgées et les personnes en situation de handicap."

Le document partenarial est donc retourné sur l'ouvrage pour intégrer les politiques du conseil général à la démarche. "Ensuite en septembre, nous avons eu une discussion pour savoir si ce contrat local de santé pouvait être le volet sanitaire du contrat de ville que l'État et la municipalité doivent signer dans les prochains mois", reprend le médecin généraliste. Là encore, il a fallu du temps pour accorder tous les violons institutionnels. En même temps, il s'agit d'une urgence qui dure depuis longtemps.

Ci-dessous, le contrat local de santé :

 

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire