Passe d’armes politique autour de l’installation de douches pour sans-abris

Actualité
le 1 Fév 2021
25

Un centre d'hygiène à destination des plus précaires ouvrira d'ici à quelques semaines dans la rue Crillon, près de l'hôpital de la Timone. L'opposition crie au manque de concertation, la municipalité assume sa décision.

L'ancien entrepôt des services automobiles accueillera des structures modulables permettant d'offrir un service de douches aux sans-abris. (Photo CB)

L'ancien entrepôt des services automobiles accueillera des structures modulables permettant d'offrir un service de douches aux sans-abris. (Photo CB)

“Pour des gens qui ont fait campagne sur la démocratie participative, la concertation et le débat avec la population… Là, c’est zéro pointé !” La mauvaise note est infligée à la nouvelle municipalité par Marine Pustorino, élue d’opposition Les Républicains et ancienne maire des 4e et 5e arrondissements. En cause, l’installation future de douches municipales au 11, rue Crillon (5e). “Personne n’était au courant. Apprendre le projet par ceux qui réalisent les travaux est particulièrement grossier pour les riverains”, glisse la conseillère municipale qui pointe “un manque de concertation avec les habitants”. Mercredi dernier, dans un communiqué alarmiste, Bruno Gilles qui avait occupé son siège avant elle, était le premier à allumer la mèche. Il s’étonnait de voir cet ancien hangar du TAM (service automobile municipal) “dans un état de vétusté notable” transformé en centre d’hygiène, “dans un quartier paisible, où nos seniors sont nombreux, des écoles proches…”, écrivait-il avant de demander “l’arrêt des travaux en cours“.

La municipalité rappelle que les grandes lignes du projet étaient connues et que les douches de la rue Crillon sont une solution provisoire en l’attente de la livraison d’un équipement pérenne. Le projet de création d’un pôle d’hygiène et de santé qui devrait ouvrir après travaux au 71 avenue Foch a été présenté en conseil municipal en octobre dernier. Puis a fait l’objet d’une délibération lors du conseil d’arrondissement du 3e secteur, le 10 décembre. “Elle a été adoptée à l’unanimité, donc par Bruno Gilles également. Il est bien conscient, lui aussi, que nous sommes dans une ville où il n’y a aucune douche municipale, dans un contexte sanitaire particulièrement délicat et avec une population sans-abri nombreuse“, observe Audrey Garino, adjointe au maire en charge des affaires sociales qui renvoie sans ménagement son opposant “à sa posture policitienne et électoraliste“.

Dispositif transitoire

Depuis le mois d’avril dernier, période de pandémie oblige, le gymnase Ruffi (3e) reçoit les personnes qui le souhaitent cinq jours par semaine. Sur place : douches, toilettes, vestiaires et distributions de kits d’hygiène permettent de lutter contre la précarité sanitaire. “Nous souhaitons rendre ce gymnase à sa destination première, l’activité sportive, car Marseille n’est pas très riche en gymnases non plus !“, reprend Audrey Garino. D’où le choix de transférer “de manière transitoire jusqu’à l’ouverture du centre de Foch ce dispositif à la rue Crillon“, explique-t-elle.

D’ici au mois d’avril ou mai, l’accueil y sera effectif et les quelque 50 à 70 personnes escomptées quotidiennement, accueillies. De rapides travaux doivent aussi être menés auparavant dans ce hangar mais “ne constituent évidemment pas une rénovation des lieux, indique encore l’élue qui évoque “la réalisation d’une construction modulaire avec des conteneurs, pour une enveloppe de quelques milliers d’euros“.

“On nous parle de migrants”

Reste la grogne d’une partie des riverains. Chantal Barski, présidente du comité d’intérêt de quartier (CIQ) Baille-Conception s’agace : “Ce qui ne nous plaît pas c’est que cela se fasse en catimini. En parler aux voisins c’est la moindre des choses.” Sans détour, l’habitante dit aussi craindre “que cela attire une population spéciale dans le quartier”. Comme souvent, ce genre de projet à destination des plus précaires se heurte à l’hostilité à peine voilée des résidents. “Là, on nous parle de SDF, mais aussi de migrants, embraye Chantal Barski. Je ne suis pas sectaire, mais pour ceux qui vivent là, au quotidien, ça peut être compliqué.” En 2019, le projet d’installer une salle de shoot dans cette même rue avait suscité une levée de boucliers semblable, et le projet n’a jamais vu le jour.

Pour apaiser ces appréhensions, la municipalité prend pour exemple les initiatives similaires, qui ont fait leurs preuves, à Ruffi et au gymnase Vallier, durant le premier confinement. “Il n’y a jamais eu de problème. Et puis les équipes du Samu social chargées de l’accueil savent faire”, tempère Audrey Garino. Si le contexte sanitaire ne permet pas l’organisation de réunion publique, l’adjointe aux affaires sociales se dit, en revanche, “prête à rencontrer élus, interlocuteurs et représentants du CIQ qui le souhaitent pour lever ces inquiétudes.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Haçaira Haçaira

    Un ajout à la paupérisation de ce quartier qui n’est absolument pas entretenu, immeubles vétustes, rues d’une saleté repoussante, poubelles renversées, trottoirs défoncés. Par ailleurs plus près de la Conception que de la Timone.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Fallait en parler avant à Bruno GIlles , il a été aux manettes pendant des lustres

      Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Je ne vois pas dans ce quartier que je fréquente tous les jours ce que vous décrivez.
      Ce n’est pas un quartier bourgeois, certes.
      Et on est bien à Marseille pour l’état du bâti et des trottoirs, ou des poubelles.
      Mais ce n’est pas un quartier complètement pourri comme vous l’écrivez. Allez voir dans le 3e arrdt..

      Signaler
  2. julijo julijo

    NIMBY : « Not In My BackYard »
    oh oui la situation des sdf trouble tout le monde… comme c’est triste !! les pauvres, il faudrait faire quelquechose…..
    mais avant tout : “pas dans mon jardin”
    c’est édifiant cette posture qui s’apparente largement au “ya ka, faut kon”
    c’est consternant de voir les anciens nullissimes de gaudin s’insurger….

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Comment ! Le secteur catho de Marseille aurait-il perdu le sens du partage ? Décidément être ou paraitre that is the question.

      Signaler
  3. ALAIN B ALAIN B

    C’est vrai Monsieur Brno GILLES que le gymnase de l’école RUFFI n’est pas près des écoles, et puis ce n’est que le 3ème où l’on peut entasser les plus pauvres
    Cette Mairie exagère c’était mieux sous GAUDIN avec les immeubles très bien entretenus et les pauvres avec les pauvres

    Signaler
  4. Pascal L Pascal L

    Il serait temps d’appeler un chat un chat et de renommer les CIQ en CAG : club des amis de Gaudin.

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    C’est sûr , comme madame Cordier a qui Gaudin a refilé la Légion d’Honneur , on se demande a quel titre d’ailleurs , sinon de celui de cireuse de pompes.

    Signaler
  6. Piou Piou

    Les commentaires des opposants cités (Gilles, Pustorino, Barski) sont abjects. Je n’aimerais pas les avoir comme voisins…

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Exact.
      Où est le problème, voir des sdf rue Crillon ? Mais il y en a tout le long du bd baille, devant le grand casino près du métro Timone…. et depuis des années. Les enfants croisent deja tous.les jours des sdf. Les “seniors” du quatier aussi. Et alors ? Sdf = insécurité cest ça ? Ou simplement on ne veut pas voir la degradation, la misère ? Il faudrait qu’ils disparaissent ? Dont acte : votons pour des politiques de résorption de la pauvreté et de la précarité.
      Il faut des centres qui s’occupent des pauvres sur tous les plans, hygiène, santé, alimentation, démarches administratives… la municipalité précédente a courageusement déserté le terrain laissant cela aux associations..

      Signaler
  7. Regard Regard

    Et la démocratie participative? Encore un mensonge du Printemps Marseillais? Pourquoi ne pas prévenir la population?
    Ce qui est bien expliqué est toujours mieux accepté !

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Les outils existent pour savoir ce qu’il se passe dans nos mairies , cela s’appelle des délibérations, après si il faut venir vous border tous les soirs ……..
      Allez , je vous charie un peu.

      Signaler
    • 236 236

      La démocratie participative en cas d’urgence…., même la Loi reconnaît l’ état de nécessité

      Signaler
  8. Electeur du 8e Electeur du 8e

    En mars 2014, les représentants de Gaudin, alors candidat à un Nième mandat de maire, avaient signé la charte pour l’accès à l’eau des précaires proposée par la Fondation Abbé-Pierre. Comme tant d’autres promesses, cette signature s’est enfoncée dans les sables mouvants d’une sieste postprandiale de six ans.

    A l’époque, la droite locale jurait, la main sur le coeur, que “l’accès à l’eau n’est pas une question de droite ou de gauche, c’est une question de dignité”. On voit, avec les réactions de Bruno Gilles et de Marine Pustorino, ce qui reste de ces bons sentiments : rien. Le mépris pour les pauvres, c’est bien une marque de fabrique gaudiniste.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cher 8e , je viens de lire votre commetaire et je viens d’effacer le mien concernant Bruno Gilles car trop violent à son égard . Quand on imagine le montant de ses retraites d’élus et que l’on se permet de refuser de l’eau à de pauvres bougres, ces duettistes du 4/5e sont proprement ignobles .

      Signaler
  9. BernardMounier BernardMounier

    Le Printemps Marseillais, à juste titre, pare au plus pressé et met en place un équipement temporaire. Il s’agit d’un pas important pour mettre en œuvre le droit à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène hydrique reconnu par l’ONU et dont la réalisation constitue l’objectif 6 des “objectifs du développement durable”. L’installation de douches publiques dans notre ville a été scandaleusement ignorée, et souvent combattue, depuis tellement d’années par les municipalités précédentes, la feu communauté urbaine et la Métropole. L’association Eau bien commun PACA défend depuis longtemps leur mise en place et leur usage gratuit dans chaque arrondissement, au moins. Car il ne faut pas se tromper. Des douches publiques gratuites seront utilisées par beaucoup de Marseillais, y compris des “séniors” qui ont du mal à payer leur facture d’énergie et qui subissent souvent une réduction de puissance. Aussi la nouvelle municipalité gagnerait-elle à expliquer clairement les enjeux, et sa stratégie pour développer en ce sens les services publics municipaux d’hygiène, afin de mener avec succès les concertations toujours nécessaires.

    Signaler
  10. Haçaira Haçaira

    En réponse à MarsKaa : attention si vous marchez le nez en l’air en regardant le bleu du ciel et le vol des goélands vous risquez de patauger dans des crottes de chiens !

    Signaler
  11. Pierre Pierre

    Comme si au cours des dernières années, Bruno Gilles et ses amis inform

    Signaler
  12. Pierre Pierre

    Comme si au cours des dernières années, Bruno Gilles et ses amis informaient au préalable l’opposition de l’époque, de toutes les actions menées.
    L’opposition d’aujourd’hui se grandirait de ne pas aboyer bêtement comme l’opposition de l’époque, le faisait systématiquement…surtout pour une mesure qui sur le papier a tout son sens.
    Pauvres politiciens !

    Signaler
  13. picto13 picto13

    N’oublions pas le tollé de ces CIQ lorsque l’AP-HM a construit l’hôpital psychiatrique bd Baille ! Si on les avait écoutés, les services croupiraient toujours dans d’immondes préfabriqués à la Timone….

    Signaler
  14. LOU GABIAN LOU GABIAN

    comme on dit : salaud de pauvres

    Signaler
  15. Brallaisse Brallaisse

    Etonnant le Bruno GILLES qui fait la gueule en voyant ce que cela fait d’être traité aujourd’hui comme il a traité les gens pendants des années.
    D’autre part , lui demander son avis ? Il a pris une rouste , et il faudrait encore le consulter. Concernant les CIQ , pour les calmer les alimenter en chocolats et caramel mous , plus une petite sortie de temps en temps et hop in the pocket.

    Signaler
  16. saveria555 saveria555

    “je ne suis pas sectaire…” le terme exact c’est “raciste”.

    Signaler
  17. Patou. Patou.

    Enfin un coup d’arrêt à la célèbre citation qui était la référence de l’ancienne majorité : « L’immobilisme est en marche, et rien ne pourra l’arrêter »
    Merci le Printemps

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire