Pape Diouf, dernière cible du casting VIP des écologistes

À la une
le 20 Juin 2013
14

Faute d'avoir trouvé de concurrent sérieux à Karim Zéribi, ses opposants au sein d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) démarchent depuis quelques mois hors du parti de potentielles tête de liste pour les municipales. On a pensé successivement à Akhénaton, Marcel Rufo, Eric Cantona ou encore Robert Guédiguian pour symboliser cette "ouverture vers la société civile".

Des noms lancés, avec peu de réussite – voire de consistance – pour l'instant. Interrogé par Marsactu dans son antre de La Cosca, AKH semblait même ignorer avoir été "approché"

Même punition avec le pédopsychiatre Rufo, qui a refusé aux dires du Canard enchaîné. Mercredi, l'hebdomadaire s'est toutefois fait l'écho d'une piste autrement plus sérieuse : Pape Diouf.

Rencontre avec le n°1 d'EELV

L'ancien président de l'OM a rencontré la semaine dernière Pascal Durand, secrétaire national d'EELV. "Deux heures plus tard, le leader écolo était sous le charme du vieux sage du ballon rond. Lequel n'est pas insensible à l'offre de service et réfléchit depuis", résume le palmipède. Contacté, le n°1 du parti s'est refusé à tout commentaire : "Je n'ai pas envie de faire vivre un conflit", a tout juste lâché le successeur de Cécile Duflot. C'est que le sujet est sensible dans un contexte de division autour de la candidature Zéribi : alors que le secrétaire régional, Denis Grandjean, a déjà tranché en défaveur d'une assemblée générale en juin réclamée par ses partisans, une intervention du national passerait mal.

En mai, l'assemblée générale avait opté à 98% "pour une autonomie ouverte et citoyenne". "Nous ouvrirons nos listes à la société civile. Cette ouverture s’adresse à tous ceux qui accepteront de nous accompagner et de nous aider", poursuit la motion. Mais la lecture diffère sur la nature et le degré de cette ouverture, qui plus est lorsqu'il s'agit de la tête de liste. Pour Karim Zéribi, qui aspire à la conduire, "s'ouvrir ça ne veut pas dire brader ses couleurs".

Locomotive

D'autres, à commencer par Sébastien Barles et la tendance Gabians du parti, cherchent une locomotive comme celle qu'a constitué Zebda pour les Motivés à Toulouse pour "créer une dynamique" dans un calendrier contraint. En face, on estime que la "dynamique" viendra surtout d'un départ plus précoce, dès juin. Sur Twitter, la secrétaire générale du comité de ville Christine Juste ironisait hier :

On ne peut pas exclure une volonté de "Tout sauf Zéribi", comme le formulait l'intéressé, mais la stratégie n'est pas nouvelle au sein d'EELV. C'est même l'une des caractéristiques du mouvement ébauché pour les européennes de 2009 – avec des personnalités comme Eva Joly – et confirmé aux régionales de 2010 avec localement Laurence Vichnievsky (tête de liste en Provence-Alpes-Côte d'Azur) et Aïcha Sif (dans les Bouches-du-Rhône).

Diouf avec Hollande en 2012

Dans cette optique, si Diouf paraît la seule piste réellement sérieuse parmi celles évoquées à ce jour, c'est aussi parce qu'il est davantage engagé en politique. En 2012, il a soutenu la campagne de François Hollande et a participé à des réunions publiques de Patrick Mennucci. Le député et maire du 1/7 est "un vieil ami", a-t-il confié à La Provence, ajoutant avoir également "de très bonnes relations avec Michel Vauzelle".

"Il n'est pas socialiste, comme certains le pensent", nuance Sébastien Barles, qui l'a rencontré plusieurs fois notamment en compagnie de Durand. "Il est tenté par un rassemblement au-delà du PS qui aurait davantage une coloration de mouvement citoyen, avec de la diversité… et un peu d'écologie aussi." La politique migratoire figure parmi les piliers de son engagement, en particulier en réaction à celle de Nicolas Sarkozy.

L'émission Viens dîner dans ma cité, diffusée lundi sur France 4 et enregistré au début du mois au Corbu, en présence de Manuel Valls, a été l'occasion de vérifier que l'ancien journaliste de La Marseillaise pouvait dérouler un discours sur la ville, en particulier ses fractures territoriales et sociales. Il a même semblé bridé par le format de l'émission, une discussion autour d'une tablée de nombreux convives, avide de développer. De là à monter à la tribune d'un meeting, surtout en tant que tête d'affiche, il y a encore un grand pas.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. José 2013 José 2013

    EELV qui ne verrait pas d’un mauvais oeil une liste où l’on parlerait “un peu” (sic) d’écologie ! On croit marcher sur la tête…

    Signaler
  2. beurk beurk

    Ils ont pas encore compris que les années bling-bling c’est fini, les écolos? C’est ça faire de la politique autrement? Défendre un projet, des idées? Respecter les électeurs? L’omniprésent Barles ressemble bien plus à un bobo post-soixante-huitard, mâtiné d’opportuniste, qu’à un écolo sincère. C’est pas demain la veille que Marseille aura un maire écolo.Dommage.

    Signaler
  3. MP MP

    Zéribi est un candidat EELV pour une liste EELV ( quelle banalité ! ) sérieux ( chiant !) et qui fait 21,5 % aux législatives ( non, mais pour qui il se prend ?) , il risque de réussir ( insupportable !)
    la névrose de l’échec ça se soigne……

    Signaler
  4. Pascalou Pascalou

    pitoyable ce parti !!!

    faire de la politique à coup de casting !

    C’est bien pour ceux qui sont là depuis un moment… allez Zeribi rentre au bercail. il y a de la place au PS avec toutes les mises en examen et condamnations pénales en cours ou à venir !

    Signaler
  5. alain persia alain persia

    Si j’étais P.DURAND et C.DUFLOT je demanderais à MICHELE RIVASI députée européenne de venir mener la liste EEV avec S.BARLES et P.SEMIREVA .
    EEV obtiendrait un score élevé dans plusieurs secteurs et deviendrait un partenaire incontournable pour le PS.
    L’hypothèse ZERIBI peu probable serait un désastre et pour EEV et pour une liste de gauche rassemblée au second tour.

    Signaler
  6. poalagratter13 poalagratter13

    et un peu d’écologie aussi.” Tout est dit sur leur corpus politique !
    Après cet article je tourne définitivement le dos à l’écologie politique !

    Signaler
  7. cani cani

    N’importe quoi pour essayer d’éxister !!!
    Vive EELV !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Signaler
  8. cani cani

    Peut être que B TAPIE serait lui aussi une bonne recrue, pensez y

    Signaler
  9. Hervé Hervé

    “… et un peu d’écologie aussi.”
    C’est surement une boutade nous dira Sébastien, du second degré.
    Car décidément EELV fait bien rire!
    Heureusement qu’au National comme sur le terrain local tout le monde ne fait pas preuve de la même légèreté.

    Signaler
  10. Hervé Hervé

    “… et un peu d’écologie aussi.” C’est surement une boutade ou du second degré dira Sébastien
    Car décidément il sait bien faire rire.
    Heureusement qu’au niveau local, comme au National, tout le monde ne fait pas preuve de la même légèreté à EELV.

    Signaler
  11. Hervé Hervé

    “… et un peu d’écologie aussi.” C’est surement une boutade ou du second degré dira Sébastien
    Car décidément il sait bien faire rire.
    Heureusement qu’au niveau local, comme au National, tout le monde ne fait pas preuve de la même légèreté à EELV.

    Signaler
  12. marco13 marco13

    Sous réserve que Pape Diouf passe du 4×4 Range rover au vélo …. ?

    Signaler
  13. jml13 jml13

    Avec Avi Assouly au PS et Pape Diof à EELV, manque plus que Mandanda au FN…

    Signaler
  14. Anonyme Anonyme

    Vas-y Pape Diouf ! Et n’écoute pas les jaloux et les oiseaux de mauvaise augure ! Marseille t’attends, fais-lui ce que tu as fait à l’OM, ca lui fera du bien!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire