Ours géant installé sur le J4 : un gros colis arrivé en plein confinement

Actualité
le 31 Mar 2020
40

Une œuvre monumentale représentant un ourson rouge a été installée sur l'esplanade du J4, en pleine période de confinement. La Ville de Marseille et l'artiste expliquent que l'installation, prévue de longue date, aurait dû avoir lieu précédemment et n'a pas pu être repoussée.

L'Ours Jayet installé sur l'esplanade du J4 (Image LC)

L'Ours Jayet installé sur l'esplanade du J4 (Image LC)

Vendredi dernier, l’image a commencé à circuler sur les réseaux sociaux marseillais. Quel était donc ce nounours géant rouge de plusieurs mètres de haut que l’on installait sur l’esplanade du J4 alors que tout Marseille et toute la France étaient assignés à rester chez eux pour cause de pandémie ? « Surréaliste », commentent les uns quand d’autres se demandant s’il s’agissait bien d’une « activité essentielle dans cette période ».

Qui pouvait bien être à l’origine d’une telle installation monumentale et joviale, à l’heure où le simple fait de se promener est soumis à autorisation ? Sur Twitter et Instagram, plusieurs internautes remontent les fils : il s’agit là d’une œuvre de Jayet, artiste plasticien tendance pop art, qui a fait des oursons sa signature. Des plantigrades qui ont la particularité d’avoir deux visages, tel un Janus antique, l’un souriant « tourné vers l’avenir », l’autre varie selon les séries.

« L’implantation d’un ours géant, créé par l’artiste plasticien Jayet, sur l’esplanade du J4 pour un an, a été initiée voici plusieurs mois et autorisée par la ville de Marseille, à cette même époque. Ce projet d’origine privée a donc suivi son cours », a fini par répondre samedi la Ville de Marseille, invectivée sur les réseaux.

Pour l’installation de ce projet privé, une « entreprise mandatée par le producteur » a procédé, « dans le plus strict respect des règles de sécurité et des consignes sanitaires actuellement en vigueur », assure la Ville. Un membre du cabinet du maire était d’ailleurs sur place lors de l’installation. Le service presse assure en revanche qu’il n’était pas nécessaire de délivrer une dérogation pour l’installation ou le stationnement malgré les contraintes actuelles et la prise d’un arrêté en ce sens. D’autres sources glissent, en off que l’arrivée inattendue du livreur aurait mis les services de la Ville devant le fait accompli.

Contacté par Marsactu, l’artiste, Jacky Jayet, explique que l’installation aurait dû avoir lieu quelques semaines plus tôt. « L’installation a pris un mois de retard à cause de la fermeture des frontières à travers l’Europe. Et une fois qu’il était là, c’était impossible de le laisser dans le camion en attendant. On l’a donc monté à trois, dont moi, avec des masques et en respectant les gestes barrières », précise-t-il.

Une installation en écho à Manifesta

Il explique par ailleurs que si sa création est installée à Marseille, c’est en écho à la biennale d’art contemporain Manifesta, initialement prévue pour démarrer en juin, mais pour l’heure reportée, sans date annoncée. Une occasion de mettre en avant son travail, à quelques pas du Mucem qui plus est. « Je ne fais pas partie de Manifesta, mais je profite de l’occasion ». L’ours marseillais est le premier d’une série de douze qui doivent être « disséminés à travers le monde ». Jacky Jayet avait pris contact avec la Ville de Marseille il y a près d’un an, et a reçu son aval pour installer cette œuvre sur l’esplanade.

Les Ours Jayet ont la particularité d’avoir deux visages (Image LC)

Dans les couloirs de l’Hôtel de Ville, on confirme que le projet a retenu l’attention et trouvé l’approbation du cabinet du maire ainsi que de la direction de l’attractivité. « La mairie a simplement ouvert le plot pour qu’on puisse passer », ajoute Jacky Jayet, indiquant prendre tous les frais à sa charge, y compris pour l’occupation de l’espace public, qui pourrait durer jusqu’à un an.

L’artiste, qui a eu vent des critiques sur l’opportunité d’installer son œuvre en cette période particulière, regrette « des interrogations politiques qui n’ont rien à voir avec l’art lui-même ». « Mais vu la situation actuelle, je vais détourner cette œuvre et lui donner une vraie raison d’être : je vais associer à l’ours l’idée d’hibernation, et le dédier à la cause des soignants ». Une plaque sera ajoutée à l’œuvre invitant à faire des dons via une cagnotte venant en aide au personnel médical. Il faudra tout de même attendre que les Marseillais puissent à nouveau se promener pour pouvoir découvrir l’ourson.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    Est ce bien une nouvelle essentielle en cette période ? 🙂

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      L’article demande justement : « cet ours était-il nécessaire en cette période ? »

      Signaler
    • pierre-yves pierre-yves

      Rassurez nous Titi du 1-3, vous n’appelez pas à la censure des articles de presse dans ces temps troublés ?

      Signaler
  2. pierre-yves pierre-yves

    Je confirme que de mon pont de vue, maintenir l’installation de cette « œuvre d’art » en plein confinement est une faute politique de la ville de Marseille.
    J’ai en souvenir les propos de Christine Breton, conservateur honoraire du patrimoine et docteur en histoire, quand elle travaillait à l’office de la Culture de la ville de Marseille me prévenir de la délicatesse à avoir avant d’installer une œuvre d’art dans l’espace public.
    Il y a aujourd’hui dans les services culturelles de la ville de Marseille toutes les compétences pour accompagner l’art dans l’espace public.. C’est encore une fois une forme de mépris de les négliger et de privilégier un art bling bling qui ne dit rien au nom de l’attractivité. En plein confinement, poursuivre cette politique traduit un aveuglement idéologique.

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Je me suis quand même posé la question si cette équipe municipale était abrutie de naissance ou si cela était voulu ? . Avec cela , maintenant je suis fixé, il sont abrutis de naissance.

    Signaler
  4. Happy Happy

    Entre la grande roue, la tentation d’un casino et maintenant un nounours géant couleur bonbon, on dirait que le J4 reste pour les élus marseillais ce terrain vague à occuper par une fête foraine. Une grande esplanade ouverte sur le large, c’est peut-être trop sobre à leur goût ?

    Signaler
    • Forza Forza

      Effectivement, je me suis fait la réflexion plusieurs fois. Cette esplanade est devenue un champ de foire : en fait de « rendre la ville aux Marseillais » on y trouve toujours une ou plusieurs sources de pollution visuelle et sonore : tentes, haut-parleurs, kakémonos de toutes sortes… tiens d’ailleurs là il manque une pub Haribo :p

      Signaler
  5. Jean Peuplus Jean Peuplus

    je suggère un titre à cette œuvre: « pauvres de nous »

    Signaler
    • MarjaJ MarjaJ

      Je trouve que « Coronours » serait bien adapté comme titre à ce monument (…) dont étrange immensité surprenante évoque l’évolution aussi surprenante de la pandémie.

      Signaler
  6. mariecaillou mariecaillou

    putain que c’est moche! et ça a couté combien, ce truc …?

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Bonjour, comme expliqué dans l’article, c’est aux frais de l’artiste.

      Signaler
  7. Hélène G. Hélène G.

    Il y avait donc quelqu’un dans »les couloirs de l’Hôtel de ville » pour donner cette autorisation ?.
    La mairie a totalement disparu depuis le début du confinement à part une intervention décousue de Gaudin. Les Marseillais se débrouillent, ou pas, avec le soutien des assos et des voisins, et maintenant, de la préfecture….

    Signaler
  8. mada mada

    Et hop, encore une cagnotte mais rien sur l’ISF, la fraude fiscale. Il aurait mieux fait d’empailler Gaudin, ça aurait fait un bel épouvantail.
    Quand j’entends les mots strictes respects, je me méfie, en général ça cache quelque chose, en tout cas cet ours aurait pu hiberner encore longtemps.

    Signaler
    • Le Voyageur Le Voyageur

       » Il aurait mieux fait d’empailler Gaudin, ça aurait fait un bel épouvantail. »
      J’avoue, j’ai bien ri 😂😂😂

      Signaler
  9. Calamity J Calamity J

    Après les vaches dans le centre ville, les animaux en cage à longchamp, l’ours au J4. Quand est-ce qu’on arrête avec le zoo Marseille?

    Signaler
  10. Luc Joulé Luc Joulé

    c’est une honte !!
    mais qu’a-t-on fait pour mériter cela ??!!
    et pour « sauver la face », l’artiste essaie de se racheter en se servant des personnels soignants. Une violence de plus envers eux !
    un tel geste et de tels propos (ceux de la mairie et ceux de l’artiste) sont une véritable provocation et d’une indignité sans nom !!
    dommage que la météo ne soit pas aux orages d’été. cette obscénité ne mérite qu’une chose : prendre la foudre !

    Signaler
  11. Olivier.h Olivier.h

    Au secours où vont nos sous???

    Signaler
  12. patrick patrick

    je trouve que c’est une bonne idée car il ne sera pas tagué avant un bon mois

    Signaler
  13. pm2l pm2l

    Avec un peu de chance, il sera retiré avant la fin du confinement, ce qui permettra d’éviter de contempler cet immondice planté devant l’entrée du port … Décidément, cette municipalité nous aura tout fait jusqu’à la dernière limite … Du balai …

    Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Jusqu’au-delà de la dernière limite, puisqu’elle joue les prolongations….
      Si j’ai bien compris, il s’agit d’une amodiation (gratuite?) du domaine public à des fins publicitaires pour « l’artiste » qui profite de la tenue de la biennale d’art contemporain pour faire apparaître sa signature dans tous les reportages qui seront faits à la fois sur Manifesta et sur la ville de Marseille (dont le Mucem est un fleuron célébrissime). Où est l’art là-dedans? je pense que j’aurais préféré les tulipes lutéciennes.

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      @Richard Mouren
      Comme le dit l article, l artiste couvre les frais y compris d occupation de l espace public. C’est donc infiniment moins cher que le bouquet de M Kunz « offert » aux parisiens. C est toujours ça de pris.

      Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      L’article ne dit pas si l’artiste paye des frais d’occupation du domaine public. Ce n’est pas parce que c’est gratuit que ça doit être exposé. L’érection de cette « œuvre d’art » est le dernier méfait quasiment posthume de la politique culturelle de cette municipalité.

      Signaler
  14. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Ce qui serait rigolo, et donnerait un peu de sens à cette opération, ce serait de lui mettre un masque sur la truffe (des deux côtés ;-))

    Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Excellent! D’autant plus que l »artiste » l’a dédié a posteriori à la cause des soignants…..

      Signaler
  15. pierre-yves pierre-yves

    Aucun politique local n’a réagit. Il est vrai que c’est casse gueule car il y a des problèmes sanitaires mille fois plus urgent à régler.
    On peut noter toutefois un soutien à l’artiste Jayet par Hervé Manchon qui relaie l’article de Marsactu en extrayant ceci
    « L’artiste, qui a eu vent des critiques sur l’opportunité d’installer son œuvre en cette période particulière, regrette « des interrogations politiques qui n’ont rien à voir avec l’art lui-même »… »

    Signaler
  16. Regard Neutre Regard Neutre

    Devant le risque, supposé,d’effondrement, le maire de Marseille — à titre de mesures conservatoires — met en place un ours géant, rose bonbon, aux bras musclés, pour soutenir le porte-à-faux de la Villa Méditerranée. Le confinement induit des effets inattendus sur les décisions édilitaires …

    Signaler
  17. Jacques BOYER Jacques BOYER

    …Après les bonbons Haribo distribués par Valérie BOYER dans les bureaux de vote, les ours sur l’esplanade du Mucem!!! ( Quel est le message adressé aux Marseillais?
    (Jouez les enfants, nous on s’occupe de tout?)

    Signaler
  18. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Dans quel pays cet ours a-t-il été fabriqué ?

    Signaler
  19. Jacques BOYER Jacques BOYER

    …On attend bien sagement les Fraises Tagada?…

    Signaler
  20. Luc Joulé Luc Joulé

    allons nous continuer d’accepter l’inacceptable ?
    allons nous subir encore longtemps autant d’obscénité et d’indignité ?
    il faut demander à ce que cet outrage soit sans délai démonté et renvoyé à son destinataire. à ses frais bien entendu.

    Signaler
  21. pas glop pas glop

    Je ne peux pas m’empêcher de faire le lien avec la dégustation de chocolat qui soi disant n’avait pas pu être reportée dans une mairie de secteur alors que les premiers cadavres étaient découvert rue d’Aubagne. Là aussi pas possible de faire autrement…

    Signaler
  22. Maltsec Maltsec

    Le concept de l’artiste semble tourner autour de son nombril avec sa signature plus grosse que son talent. Les services de la ville ont une culture haribo, c’est sucré, d’un goût indéfinissable, au final un arrière goût qui ne vous lâche pas de la journée.
    ce n’est pas une œuvre, c’est un symptôme pour une ville gravement abrutie et sous sédatifs.

    Signaler
  23. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Bonne nuit, les petits !

    Signaler
  24. dominique CLARAZ dominique CLARAZ

    Je me demande où et avec quoi cet ours a été fabriqué ?
    La meilleure idée aurait été de faire don de l’argent dépensé pour le voyage du nounours et pour son installation aux caisses de soutien des soignants et de nous épargner ce « magnifique Janus », preuve de la créativité de l’artiste !

    Signaler
  25. céline Ghisleri céline Ghisleri

    Bonjour

    C »‘est quoi la direction de l’attractivité ?
    Ce n’est pas un projet culture – ni même art contemporain
    Manifesta va être ravie d’y être associer !!! et cela n’a rien a voir avec Jeff Koons
    Je ne pense pas nom plus qu’on puisse dire que Mr Jayet soit un artiste plasticien l’autoproclamation ne fonctionne pas en matière d’art contemporain ! Quant à la mairie quand je sais quelle galère c’est de montrer de l’art dans l’espace urbain la facilité de la chose dans ce cas me laisse sans voie !!! céline

    Signaler
  26. kalev kalev

    Moi il me plait cet ours et a partir du moment ou il ne nous a rien couté

    Signaler
    • pierre-yves pierre-yves

      Avec ce type de raisonnement, il est fort probable que l’espace public soit très encombré 🙂

      Signaler
    • kalev kalev

      Oui c’est vrai encombré de toutes ces statues d’un siècle dernier; de monument aux morts qu’on a jamais connu voir de monument aux rapatrié
      s dont on se fout totalement c’est vrai l’espace publique est trop encombré faisont comme sur le vieux port une place vide sans banc avec un gros truc en inox pour faire de l’ombre

      Signaler
  27. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    « L’installation a pris un mois de retard à cause de la fermeture des frontières à travers l’Europe. » D’où venait cet ours ? Était il arrivé à pied par la Chine ?

    Signaler
  28. Ysabel Bels Ysabel Bels

    Après les vaches multicolores, voici l’ours janus biface. A quand les toutous taillés en buis de Jeff Koons ? Plus difficile à trouver car il n’y a pas tant de buissons à tailler à Marseille. Déjà le bouquet de tulipes était difficile à placer …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire