OM : fini les places aouf du conseil général

À la une
le 5 Avr 2013
11

C'est un secret de Polichinelle : il y a quelques largesses avec les places pour les matchs de l'OM achetées par les collectivités pour être mises à disposition d'élus ou de fonctionnaires. Sur le papier, le but était noble : permettre à tous l'accès au stade. Dans les faits, elles servent surtout à faire plaisir à telle ou telle tête de réseau. "Oui, on pourrait dire que c'est du clientélisme", consent Henri Jibrayel, le conseiller général délégué aux sports.

L'élu est d'autant plus à l'aise pour en parler que le conseil général vient de mettre fin à cette pratique. La raison officielle est budgétaire. L'enveloppe du sport ayant été réduite de 10% cette année, il a bien fallu couper quelque part pour compenser les 1,9 millions d'euros en moins. "Je n'allais quand même pas faire des restrictions sur les petites structures", argumente le délégué aux sports au conseil général, Henri Jibrayel. C'est aussi une manière, assumée, de faire un peu le ménage au CG à une période où il fait bon montrer patte blanche face à un système un brin opaque.

Traçabilité aléatoire

Tel César dans une arène, les élus et représentants des collectivités ont un fauteuil réservé dans la tribune présidentielle au Vélodrome. "Cela fait partie du protocole", explique t-on du côté de l'OM. Mais en sus de ces places précieuses, les élus ont également des places par la Ville ou le conseil général qu'ils donnent ensuite aux associations de leur choix.

Au conseil général et ce jusqu'à la fin de la saison, environ 300 places sont achetées à chaque match, ce qui représente – avec l'achat d'espaces publicitaires – 750 000 euros versés à l'OM chaque saison. Henri Jibrayel en reçoit sept à huit par match. "À chaque fois, on doit indiquer à quelle association elles sont destinées", décrit le député PS qui pondère :

Auparavant, on donnait des places à M. Dupont qui les revendait après. Ça a jeté l'anathème. Le problème de transparence, c'était avant.

Il y aurait donc des listes, transmises ensuite au service protocole. Dans les couloirs dudit service, on dit transmettre ensuite les listes plus haut, "on ne sait où", quelque part au 9e étage du conseil général où se trouve la présidence. Point de vue traçabilité, ça équivaut à peu près au cheval qui devient boeuf en passant la frontière.

Ce qui a attiré l'attention à l'hôtel du département, c'est que la justice commence à s'intéresser au sujet. Exemple à Lyon où une association de contribuables  –  Canol – a attaqué en justice le conseil général du Rhône à plusieurs reprises concernant des faits similaires. Ils avaient obtenu gain de cause il y a quelques années alors que le CG 69 achetait 2 800 abonnements à l'Olympique lyonnais, sans fournir de listes des associations bénéficiaires. En appel, le Conseil d'État a considéré en octobre dernier que le département du Rhône n'était pas en tort car des listes bien précises des associations bénéficiaires avaient été établies depuis les premiers recours. Une traçabilité minime que l'on n'était pas sûr de pouvoir assurer au bateau bleu : adieu les places aouf.

400 places toujours distribuées par la Ville

Mais que les gratteurs se rassurent, s'il a déjà été aboli à la région, le système perdure à la Ville de Marseille. Chaque année, la mairie vote un partenariat avec l'OM d'un montant annuel de 762 240 euros correspondant à l'achat d'espaces publicitaires mais aussi de places : 398 dont une loge de 18 places. Dans une délibération du conseil municipal d'avril 2011, il est ainsi écrit :

(La Ville) a par ailleurs souhaité acquérir des places afin d’en faire bénéficier au maximum les associations sportives et leur répartition s’effectuera prioritairement auprès des structures qui mettent notamment en oeuvre des actions d’éducation, d’intégration, de cohésion sociale ou visant à la prévention de la violence dans les enceintes sportives.

Jusque là, tout va bien. Sauf qu'en réalité, il n'est pas évident de savoir quel est le schéma d'attribution de ces places. Chaque groupe politique a un certain nombre de places en fonction de ses effectifs, en principe une par élu. Le groupe Faire gagner Marseille – l'opposition socialiste – dispose ainsi de trente-quatre places, tandis que le groupe EELV en a deux. Pour la majorité municipale, c'est le cabinet du maire qui gère les choses. Et les associations dans tout cela ? Mieux vaut pour elles solliciter les édiles. "Je tiens un petit carnet pour savoir à qui je donne les places, explique l'adjoint aux sports Richard Miron (UMP), qui en a six par match. Pour le match OM-Bordeaux de ce soir, j'en ai donné à deux CIQ et à un petit maire de la région qui ne m'avait jamais rien demandé", ajoute-il, écartant l'idée d'une procédure formelle, "bien trop compliquée" à ses yeux : "S'il y avait une procédure, il y aurait une liste d'attente de cinq ans."

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. PeeWee PeeWee

    tout le monde le savait en “off”!!
    Merci à MARSACTU de le dénoncer.

    Signaler
  2. jexprime jexprime

    Le CG se rachete une virginité à moindre cout ! Quid de sa loge? Quid des places de l’Open 13 ?
    Marsactu va creuser?

    Signaler
  3. Céhère Céhère

    C’est de là que viennent les places revendues par des jeunes devant le stade avant les matchs (de même pour les matchs de rugby internationaux par exemple) ? Ou c’est encore autre chose ?

    Signaler
  4. Ricou 24. Ricou 24.

    Et c est un journaliste qui ose parler du “aouf”,non mais allo la terre,……allo je rêve!
    Combien de journalistes profitent de spectacles aouf et autres “grattes”?
    Sans vouloir faire un procès d intention,il n y a pas plus gratteur qu un journaliste.
    J ai croisé au stade velodrome un substitut procureur dans les loges,j ai croisé des tas de mondains y traîner les soirs des belles affiches pour se montrer,j ai croisé un très haut cadre d Mpm chez EDF quelques temps avant l attribution du marché de valorisation énergétique sur le site de l ancienne décharge communautaire d Entressen,j y ai croisé des tas de fonctionnaires “piques assiettes” invités par mes concurrents.
    Là ,ce n est pas du clientélisme,du délit d initier,de la corruption ,de la manipulation,de l abus de bien social,……..c est un moment convivial,c est la bonne société qui s embrasse et qui s empiffre.
    J ai entendu une phrase qui m a plu: ce qui veulent des opérations mains propres non pas de mains( je rajouterais …..d habitude).

    Ricou 24.

    Signaler
  5. Pascalou Pascalou

    En matière de Clientélisme Jibrayel il s’y connait ce sacré lascars… aussi bon que Sylvie L’impératrice de la subvention et Menucci …

    Pendant que nous travaillons, ils distribuent notre argent pour garder leur petit pouvoir de voyou …

    Vive le PS !!!

    Signaler
  6. CASTRONOVO CASTRONOVO

    Dès novembre 2008, j’avais évoqué sur mon blog le sujet sur les places gratuites de l’OM.
    On semble maintenant chercher à faire disparaître ce système mais ça avance … à la vitesse de l’escargot. J’observe cependant que le motif de la suppression de ces cadeaux n’est pas la volonté d’éradiquer le clientélisme et le trafic qui va avec. On nous parle de contrainte budgétaire.
    Quid aussi de l’Open 13 et autres invitations à des spectacles de toutes sortes ? On ferme les yeux là-dessus ?
    Et si on parlait des places “gratuites” de l’OM ?
    http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/11/27/11530108.html
    Places “gratuites” de l’OM, aussi sur Libé Marseille
    http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/12/01/11588884.html
    Les places gratuites de l’OM au 19/20 de France 3
    http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/01/11/12045095.html
    Foot et politique : des coups de pied qui se perdent
    http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/12/18/16187415.html

    Signaler
  7. Saint Just Saint Just

    Cette histoire de places gratos pour les amis des coquins, n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des privilèges et passe-droits divers octroyés à ces élus du “peuple” pour se constituer une clientèle afin d’assurer leur réélection a vie, sur le dos des cons de contribuables qui n’ont droit à rien si ce n’est payer toute cette gabegie.Comme beaucoup de Français je crois que le temps de renverser la table est arrivé.

    Signaler
  8. savon de Marseille savon de Marseille

    Le dispositifs type “invitations” ou “billets gratuits” à un spectacle, un moyen de transport, une manifestation Sportive ou Culturelle est à revoir, c’est certain … mais il faut le faire avec pondération car cette ” Chasse aux Sorcières ” peut déstabiliser tout l’édifice des financements ,des partenariats, des sponsors, et peut donc fragiliser toutes les institutions confondues à terme, peut remettre en question les plus prestigieuses manifestations Internationales ou Nationales (Jeux Olympiques ?, Opéras ?, matchs ? …) au plus petit spectacle de Village.

    Il faut dépassionner le sujet , c’est très complexe.
    C’est un clientélisme mis en place à l’échelle mondiale. Nos histoires Marseillaises ne sont que des anecdotes.

    Signaler
  9. Anonyme Anonyme

    Le conseil general fait des economies en prévision de la prise en charge des frais de jusice de guerini ?

    Signaler
  10. SIlvano SIlvano

    L’OM n’a vraimùent plus la côte Marseille en ce moment…. il paraît m^me que la vente de maillots du PSG explose dans les boutiques marseillaises…. c’est plus ce que c’était l’OEME !!!

    Signaler
  11. Casanovette Casanovette

    Lol ! … Ou l’on découvre que le Bureau de Gilardenghi … concomitant de celui de Gaudin, était en faite le repère d’une association sportive ??? Incrédibeul ! A ces taxis, ils m’épatent ! Assis toute la journée mais en fait en plein sport … heu … cérébral ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire