Off : "Le public a suivi, les artistes aussi"

À la une
le 23 Déc 2013
2

Que restera-t-il du Off ? Après s'être posé la question pour Marseille Provence 2013, le Off se plie également à l'exercice. C'est la petite dernière arrivée à l'organisation, Aurélie Surjus, qui est venue faire un peu d'introspection. Si elle n'était pas là lorsque l'idée émerge, elle voit le Off comme une vraie réussite : "un bilan humain positif, un bilan financier équilibré. Le public a suivi, les artistes aussi". Avec à la base un événement prévu par mois, "le challenge était de n'annuler aucun événement. Au final, on en a même rajouté". Des soirées au J1 à celles de Yes we camp, pour beaucoup, le Off a été très festif. "On a beaucoup réfléchi, au fur et à mesure de la programmation, à ne pas devenir une agence d'événementiel", explique Aurélie Surjus. Ainsi, à ses yeux, la Trocadance, soirée de clôture du Off le 14 décembre, résume bien l'état d'esprit : "un événement culturel agrémenté d'une soirée festive". En plus d'une exposition où les visiteurs font des propositions loufoques aux artistes pour acquérir leur oeuvre, une soirée était prévue aux Docks des Suds. 

Au fil de l'année, le Off s'est progressivement rapproché de MP 2013, au point de perdre – dans un sens – son aspect alternatif. "La collaboration s'est faite très vite avec Marseille Provence 2013, raconte Aurélie Surjus, et plutôt que d'être dans une attitude militante revendicatrice, on s'est rendu compte – avec le public et les artistes, qu'on avait beaucoup plus à y gagner en termes d'impact à travailler en complémentarité". 

"On s'est structuré et non institutionnalisé, la nuance est importante. On est soutenu par les collectivités mais on tient à garder notre marge de manoeuvre. On gère dans le franc-parler. On essaie de ne pas se travestir". Si l'organisation officielle de la capitale européenne de la culture se cherche encore une structure juridique et financière pour les années à venir, le Off semble lui reparti pour un tour avec un premier axe intitulé "Plein la bouche". "L'idée est de faire une programmation sur deux ans, poursuit-elle, avec une vraie fausse campagne électorale en 2014".  Pour le reste, l'appel à projets est encore ouvert. 

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. José 2013 José 2013

    La présumée “impertinence” du OFF vis-à-vis de MP 2013 et de l’année Capitale s’est réduite à peau de chagrin; si tant est qu’elle ait jamais existé… ? Confirmation débusquée dans cette interview : les opérateurs privés du OFF ont bel et bien eu “un droit de regard” sur le contenu des propositions et le OFF est bel et bien “gourmand”… A bon entendeur ? Questions : parmi les diverses sommes d’argent ayant transité par l’association porteuse du OFF, combien a été versé aux artistes et structures culturelles ? Pour résumer : qui a touché combien ? Si cette question concerne of course MP 2013, elle vaut peut-être aussi pour le OFF, non ? Et en tant que structure dite “alternative”, il serait opportun que des éléments de réponse (et non des éléments de langage…) soient publiquement apportés sur ce point majeur ? Une façon concrète et positive de se démarquer aussi de la non-transparence établie avec flagrance au sein de MP 2013 ? Autre question : lors de la soirée d’inauguration du bd National du 11 janvier 2013, un droit d’entrée était exigé sous la forme d’une “adhésion” (sic). A quoi ont donc adhéré les personnes ayant versé ce droit d’entrée ? A l’association du OFF semble-t-il ? Mais alors dans ce cas avec quels droits et devoirs pour les adhérent(e)s, conformément à la législation applicable au milieu associatif ? Sauf erreur, le public présent à cette soirée inaugurale du OFF a certes “adhéré” pour pouvoir y entrer, mais n’a jamais été bénéficiaire d’une quelconque information en tant qu’adhérent(e)s… Là encore, quels éléments de réponse concrets apportés par l’équipe de Marseille 2013 OFF ? Laquelle est déjà propulsée, on l’a bien compris, sur l’éventuelle future Biennale Marseille 2015 en attendant celle de Marseille 6013 ?

    Signaler
  2. Stéphane 2013OFF Stéphane 2013OFF

    Bonnes questions José 2013, qui auraient pu être posées par le journaliste de Marsactu en fait-)

    Voici donc les chiffres du OFF
    450 000 euros de budget (numéraire et de service)
    soit 0.6% du budget de MP2013, ce qui permet de relativiser les envies de comparaison

    65% venant du privé (BPPC, AVISO Events, Pernod, Scotto, et une ribambelle d’autres partenaires privés)

    35% du public
    70 000 euros CRPACA sur 2012 et 2013
    90 0000 euros CG13 sur 2012 et 2013
    la ville de Marseille a refusé de nous soutenir

    Et pour poubelle moderne (budget de 40 000 euros) :
    7500 euros ADEME
    4000 euros MPM
    4000 euros DRAFF

    12 événements cadres (banquet de Platon, Kino Fada, Klaxon, FIFIC, Les actes en silence, Phocéa Rocks, PHO, YESWECAMP, capitale Merguez, Invisible Design, Poubelle géante, Trocadance) + portrait de famille + 2 soirées au J1 les 13 juin et 15 nov

    En tout, plus de 150 manifestations

    130 000 personnes touchées

    300 artistes ont participé au OFF et nous avons tenu à les rémunérer quand cela a été possible

    800 bénévoles ont participé à l’un ou l’autre des événements (dont 500 à YESWECAMP)

    30 000 gastons mis en circulation

    900 articles de presse (presse écrite, télé, site web) ont couvert les différents événements du OFF (depuis Marsactu… à la tribune de Genève, en passant par Le monde, Télérama, Libé, Sunday Time, Arte jusqu’à La dépêche de Tahiti-)

    80% du budget dans la production des événements

    20% dans le fonctionnement (essentiellement supports de com web et print, logistique de régie, de transport, de stockage, billetterie, goodies qui ont quasiment tous été offerts aux bénévoles-)

    Au 31 décembre 2013, les comptes de l’association qui porte le OFF sont à l’équilibre, grâce à une gestion très rigoureuse durant toute l’année (pas de salariés, pas de bureau, pas d’ordi, pas de smartphone, pas de frais de déplacement ni de représentation, tout les prestataires payés sous factures sous 8 jours)

    Par ex, la scéno de la Trocadance n’a rien coûté (ou presque) car nous avons réutilisé les palettes de YESWECAMP, la poubelle moderne, le bar du 1er J1, les supports de l’expo du second J1, les extincteurs du banquet de Platon, etc…

    MP2013 n’a jamais financé le OFF. Elle a apporté un soutien à l’association de YESWECAMP à hauteur de 24 000 euros. La contribution du OFF pour ce projet s’élève à 50 000 euros (44 000 euros en numéraire, 6000 euros en dons et service (gastons, extincteurs, sacs poubelles, recherche de financement, communication. YESWECAMP a par ailleurs trouvé d’autres financements privés et publics.

    Les 6 “permanents du OFF” sont des actifs qui ont un job à côté du OFF et qui assument les fonctions transversales de façon bénévole. Il en est de même pour les porteurs de projet.

    Donc, personne ne s’est “gavé”, sauf de travail de soir, de nuit de week-end, avec la famille, avec les amis tout le temps pendant 3 ans.

    Le OFF n’a jamais été imaginé pour faire de l’argent ni pour combattre MP2013 (c’est ce que nous affirmons dès 2010). Le OFF a été construit comme une alternative à une programmation officielle pour créer une zone où des projets créatifs, innovants et participatifs puissent s’épanouir. Certains s’en sont saisi, d’autres pas. En tout cas, les portes du OFF ont toujours été ouvertes. Pour preuve, nous avons même proposé à l’Alter OFF de l’aider pour monter un projet, bien que LOUIS ait toujours tapé sur le OFF… Cela ne s’est pas fait pour des raisons indépendantes des 2 structures. Notre idée de base, c’est d’aider tous ceux qui se bougent.
    Enfin, pour le banquet de Platon, le droit d’entrée de 1 euro sous forme d’adhésion était nécessaire pour des raisons administratives. Pour que l’événement puisse exister, les pouvoirs publics et les pompiers nous ont “conseillé” d’en faire une soirée privée associative. Donc, comme dans de nombreuses soirées à Marseille, le droit d’entrée symbolique sous forme d’adhésion avait cet objectif. Nous aurions du être mieux organiser, mais nous avons été vraiment débordé par le public. Cela nous a servi de point de départ pour améliorer sans cesse l’organisation durant l’année.

    cordialement et rendez-vous pour la suite sur Marseille3013.com

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire