Nigérians de Marseille : les femmes, premières victimes de la traite et du proxénétisme

Enquête
par Coralie Bonnefoy & Benoît Gilles
le 31 Mai 2022
1

Elles rêvent d'un job dans un salon de coiffure et quittent le Nigeria pour l'Europe. De nombreuses jeunes Nigérianes se retrouvent enrôlées contre leur gré dans des réseaux d’exploitation sexuelle. Très actifs en Italie, comme à Marseille.

Selon les données officielles, 80% des femmes nigérianes arrivant en Europe seraient potentiellement victimes de proxénétisme. (Photo d'illustration : AFP photo/Jean-Philippe Ksiazek)

Selon les données officielles, 80% des femmes nigérianes arrivant en Europe seraient potentiellement victimes de proxénétisme. (Photo d'illustration : AFP photo/Jean-Philippe Ksiazek)

Joy plonge les mains dans le riz, le rince longuement. Puis le jette dans une marmite où bouillonne une épaisse sauce tomate. Chaque jeudi midi, à La Dar, petit centre social autogéré niché tout en haut de la rue d’Aubagne, des femmes issues de la communauté nigériane de Marseille préparent et vendent des plats. L’argent, […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Coralie Bonnefoy
Benoît Gilles
Journaliste

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pascal L Pascal L

    Près de 3 jours après la publication, aucun commentaire à ce versant de l’article sur les Nigérians.
    Étonnant !
    Silence gêné ?
    Moi ça m’a fait beaucoup réfléchir : l’esclavage existe toujours.

    Il y a ces gars qui s’exposent sur le boulevard Gèze pour vendre leur bras et ces filles qui s’exposent pour vendre leur sexe à divers endroits de Marseille (et ailleurs). Et en creusant on trouverait d’autres abus.

    Mais tout cela existe aussi car il y a des acheteurs-consommateurs-profiteurs. C’est sûrement eux, les plus coupables et responsables. Mais ils sont à l’abri.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire