Dans la Nerthe, Lafarge offre 90 hectares de colline contre un échangeur autoroutier

Actualité
Clémentine Vaysse
23 Sep 2016 1

Ce jeudi, Lafarge a signé un protocole d'accord avec le conservatoire du littoral. Le texte prévoit la cession de 90 hectares dans le massif de la Nerthe. En échange, une bretelle d'accès depuis l'autoroute pour que les camions accèdent directement aux carrières sera réalisée. Les riverains ont découvert au dernier moment que cette clause était inscrite noir sur blanc dans la convention.

« Joli mariage à trois ». Tout sourire, Samia Ghali pose sur ce qui ressemble presque à une photo de famille, derrière le préfet, la directrice déléguée du conservatoire du littoral et le directeur foncier de Lafarge. En arrière-plan également, le député Henri Jibrayel ainsi que la représentante du comité d’intérêt de quartier. En lieu et place du registre de mariage, c’est un protocole d’accord qui est signé par l’industriel et l’établissement public dont la mission est d’acquérir des terrains en vue de leur protection environnementale. Le tout se fait sous le regard bienveillant du préfet Bouillon. Dans le cas d’espèce, le gestionnaire de carrières à la Nerthe cède 90 hectares sur le site – pour environ 270 000 euros – afin qu’ils soient rendus à la nature et à ses usagers.

Chacun se félicite de cet accord, aboutissement de plusieurs années de négociations afin de voir ces terrains, qui comptent notamment la ferme Cossimond, rendus au public. Pour que l’union soit possible, le préfet a dû en revanche amener une dot : un échangeur autoroutier pour desservir l’exploitation. Lafarge en rêve depuis longtemps. C’est désormais noir sur blanc. Et c’est même une clause suspensive. La réussite du mariage est donc conditionnée à ce morceau de goudron.

Condition suspensive

« L’ensemble des dispositions de cet accord sont subordonnées à la réalisation d’un demi-échangeur sur l’autoroute A55 au niveau du pont dit des chasseurs, précise bien le document. Le caractère définitif des décisions administratives autorisant le dit projet purgé de tout recours contentieux constituera la condition suspensive à rédiger dans la promesse synallagmatique de vente à intervenir entre les parties ». En somme, résume le préfet « la prise de propriété sera effective dès que les procédures pour cet équipement auront été menées à bien ». Si Lafarge paie les aménagements qui ne desserviront que son site, une enquête publique devra intervenir avant que le préfet ne donne le feu vert. Le tracé, quant à lui, est arrêté.

A lire également sur le sujet  : Goudron contre nature, dans la Nerthe, le cimentier Lafarge négocie ferme

« L’échangeur c’est un plus »

« C’est du gagnant-gagnant plutôt que du donnant-donnant, défend le préfet. Lafarge a besoin de l’échangeur. L’un fait levier sur l’autre, c’est pour cela que l’on signe un protocole ». François Maubert, directeur foncier de Lafarge, s’en réjouit : « Cela arrange tout le monde. L’échangeur, c’est un plus. Cela ne remettait pas en cause la pérennité du site mais il y a longtemps qu’on y travaille. Nos clients en rêvent car aujourd’hui les camions sont obligés de faire un détour de plus de 15 kilomètres ».

Présente sur la photo, la présidente du comité d’intérêt de quartier Marie-Blanche Apercé, est heureuse de voir les 90 hectares restitués. Sur le moment. Car elle a découvert cette condition suspensive à l’issue de la signature. « Nous n’avons pas eu le texte du protocole d’accord, déplore-t-elle. Nous subissons cette clause. Cela donne l’impression d’avoir été manipulés. On savait que Lafarge voulait cette condition mais pas que ce serait dans le document. Ce n’est pas correct de conditionner la cession. C’est une manière de mettre la pression sur la population en vue de l’enquête publique : Si vous nous laissez faire l’échangeur, nous vous rendrons les terrains ». 

Si elle n’apprécie pas la méthode, la représentante des riverains, à l’image de ses voisins, avoue être partagée sur la question de l’échangeur. Elle est notamment sensible à l’argumentation de Lafarge sur la réduction des nuisances liées aux camions. La mairie de secteur s’est dite favorable, pour sa part, à la construction de cet aménagement, à condition qu’il reste à usage privé. « Dans l’idéal, nous aimerions le mettre en service dans moins de cinq ans », avance sans sembler trop y croire, François Maubert. Voilà qui pourrait laisser aux collectivités le temps de s’intéresser à la ferme Cossimond, que les riverains rêvent rénovée et ouverte au public. Les lézards ocellés ont encore un peu de temps à attendre avant de se dorer au soleil sans craindre les motos cross et les 4×4 des chasseurs.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire