MP 2018 : un nom de code pour une mini capitale de la culture

À la une
Élodie Crézé
27 mai 2016 3

Y aura-t-il une suite à MP2013 ? Un certain nombre d'acteurs culturels et économiques planchent actuellement sur un MP2018, qu'ils rêvent comme d'"une grande saison culturelle et populaire du territoire" sur le thème de... l'amour.

Soirée de clôture de MP 2013. Crédit : Esther Griffe

On prend (presque) les mêmes et on recommence. Un groupe informel d’acteurs culturels et économiques s’est réuni pour imaginer une suite à Marseille-Provence 2013 et la rêve en 2018, « cinq ans après la capitale de la culture et deux ans avant Manifesta en 2020, la grande biennale itinérante d’Art contemporain » indique une note de sept pages malicieusement déposée dans la boite aux lettres de Marsactu. Le thème retenu, proposé par le directeur du festival d’art lyrique d’Aix Bernard Foccroulle serait « Quel amour! ». « Un titre moins bisounours qu’il n’y paraît, à la fois exclamatif et interrogatif, ouvrant la voie à l’altérité, aux paradoxes et aux rencontres », précise la note.

Sur les cendres encore chaudes de l’année capitale de la culture en 2013, un projet de suite s’était dessiné en pointillés, sous le nom de « Perle » (« Pour ne pas en rester là »). Cet acronyme abritait un think thank culturel lancé à l’initiative de la chambre de commerce et d’industrie, avec des acteurs du monde culturel et économique. L’idée d’une suite à MP2013 faisait alors consensus, mais aucun corps ne lui a été donné depuis par les élus du territoire.

« L’ADN de 2013 »

Le projet MP 2018 s’appuie largement sur les conclusions de Perle en intégrant notamment ses cinq valeurs, tel que l’explique Laurent Carenzo, conseiller du président de la CCI Marseille Provence et membre co-fondateur de Mécènes du Sud : « Les ingrédients indispensables sont l’occupation de l’espace public, la manifestation populaire – l’ADN de 2013 – un périmètre territorial départemental, une exigence culturelle de haut niveau et un rayonnement national voire international ». Une ambition haute chiffrée entre 5 à 6 millions d’euros, « moitié financement public, moitié financement privé et intégrant le solde positif de MP 2013 » détaille la note.

Rien de comparable bien sûr avec les quelques 91 millions de MP 2013, dont la préparation avait demandé cinq ans. Ni même avec les 20 millions dédiés à la culture en 2016 au conseil départemental. Mais pour Laurent Carenzo, la prétention n’est pas de refaire une année capitale de la culture. « Tout le monde demande une suite à MP 2013, la population, le monde économique et touristique. Mais on en peut pas comparer ce projet à MP 2013, étendu sur une année entière, avec ces millions d’euros… » nuance-t-il. C’est aussi l’avis de Jean-François Chougnet, ancien directeur général de MP 2013 et président du Mucem : « Nous sommes à l’échelle de Lille 3000 par rapport à Lille 2004 avec une durée de temps plus réduite ».

La manifestation, qui pourrait avoir lieu de février à juillet 2018 est surtout portée par des acteurs culturels institutionnels tels que Jean-François Chougnet, la directrice du théâtre de la Criée Macha Makeieff, Bernard Foccroulle, directeur du Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence, Alain Arnaudet, directeur de la Friche de la Belle de Mai et d’autres encore, avec le soutien d’acteurs économiques comme Mécènes du sud ou encore le Club Top 20. « Pour la première fois sur le territoire, tous les cadors de la culture sont réunis. Ils ont une attitude collective, avec le souci d’intégrer tout le monde au projet » estime Laurent Carenzo. « Mais nous n’avons pas une vision élitiste, l’idée n’est pas laisser les autres acteurs culturels sur le bord de la route ». La précaution est de taille, si l’on se souvient que l’aspect justement « trop institutionnel » de MP 2013 était l’une des critiques récurrentes de la part des petites structures. Cette fois encore, ce sont d’abord les acteurs culturels les plus importants qui conduisent le projet.

« Pas de chef à plumes »

Pour autant, la gouvernance reposerait sur une organisation originale, un comité horizontal, avec « non pas un super chef à plumes mais plutôt un comité artistique » assure le conseiller à la CCI, avec la possibilité de désigner selon les événements, un responsable artistique dédié. La note indique également que « des signatures prestigieuses pourront être sollicitées pour parrainer MP 2018 et/ou tel élément de la programmation ».

Reste que le projet en est encore à ses balbutiements. Sabine Bernasconi, déléguée à la culture et vice-présidente du conseil départemental, bien que présente dans la liste des acteurs de MP 2018, se montre réservée : « La volonté de relancer la dynamique est là, avec l’expérience et l’expertise des acteurs culturels les plus institutionnels, mais il reste un point d’interrogation sur tout le reste, ne serait-ce que pour la date ! ». Jean-François Chougnet insiste lui-aussi sur l’aspect esquisse de la note. « Elle est destinée à être critiquée, à faire réagir. Pour l’instant nous l’avons diffusée à quelques opérateurs culturels. Ce sera peut-être jugé trop ambitieux, mais de toute façon, ça ne sera jamais perdu. » Il espère toutefois le projet de taille à intéresser les collectivités territoriales. Un souhait aux allures de défi, dans un contexte de coupes budgétaires dans le secteur associatif et culturel.

La note glissée dans notre boîte aux lettres :

3
commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. kukulkan kukulkan

    ps : partagez le courrier reçu!! 🙂

    Signaler
    • Élodie Crézé Élodie Crézé

      C’est chose faite !
      Bien cordialement

      Signaler
  2. picdelamirandole picdelamirandole

    Voilà enfin une bonne initiative pour redonner envie de construire pour cette Metropole !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire