Maryse Joissains, de la promotion turbo de son chauffeur à l’inéligibilité

Actualité
le 5 Nov 2021
9

Jeudi, la cour de cassation a mis fin à la carrière politique de l'ancienne maire d'Aix-en-Provence en confirmant sa peine d'inéligibilité. Celle qui est encore la présidente du conseil de territoire du pays d'Aix dénonce "une forfaiture".

Maryse Joissains dans son bureau le 19 juin 2019 (Photo Emilio Guzman)

Maryse Joissains dans son bureau le 19 juin 2019 (Photo Emilio Guzman)

La maladie l’avait déjà contrainte à quitter le poste de maire d’Aix-en-Provence au profit de sa fille Sophie, la voilà bientôt privée définitivement de tous ses mandats. Dans quelques jours, un courrier du préfet devrait signifier à Maryse Joissains sa démission d’office de son poste de conseillère municipale d’Aix et, par ricochet, de sa présidence du territoire du pays d’Aix, un des six que compte la métropole. Le représentant de l’État tirera ainsi la conséquence de l’arrêt de la Cour de cassation rendu ce jeudi 4 novembre. La plus haute juridiction pénale a rejeté les ultimes arguments de l’ancienne maire LR d’Aix pour empêcher l’exécution de la peine d’inéligibilité de trois ans décidée par la cour d’appel de Montpellier en décembre 2020 et des huit mois de prison avec sursis qui l’accompagnent.

C’est ainsi la fin d’un long feuilleton judiciaire qui part de la promotion turbo d’Omar Achouri, chauffeur, vigie et ami de la maire d’Aix hors de tout cadre légal. Révélée par Marsactu en 2013, cette ascension express vers un poste de cadre municipal avait été annulée par la justice administrative. La justice pénale en avait ensuite fait son miel voyant dans la proximité entre l’édile et le fonctionnaire le motif, contraire à l’intérêt général, de favoriser la carrière de celui-ci.

Maryse Joissains croit au complot

Une instruction à large spectre avait ensuite été menée, mais un seul nouveau fait avait finalement été reproché à Maryse Joissains. Il s’agissait de l’embauche à la communauté du pays d’Aix d’une collaboratrice dédiée à la cause animale, en dehors de toute compétence de l’intercommunalité. Dans ces deux reproches, Maryse Joissains a toujours vu deux injustices, plaidant “la promotion sociale” d’un côté, “l’amour des animaux” de l’autre. C’est ce qu’elle a souhaité rappeler dans un communiqué ce jeudi. “Dans ces deux affaires, aucun enrichissement personnel, aucun emploi fictif, aucun recel et aucun préjudice pour les deux collectivités concernées”, appuie-t-elle. Ses avocats avaient plaidé devant les tribunaux une dérive des affaires de probité, pointant “une justice hors-sol” sans convaincre les magistrats montpelliérains, en première instance comme en appel.

Mais cette déclaration écrite va beaucoup plus loin et pointe une forme de complot que l’élue semble bien en peine de démontrer. Elle dénonce “une véritable forfaiture” et une décision “qui ne fait pas honneur aux 95 % de magistrats honnêtes de ce pays”. En ancienne habituée des prétoires, elle ajoute : “Avocat dans l’affaire du sang contaminé, avocat des victimes d’amiante, défenseur du Val de l’Arc et du Val de Durance en empêchant la LGV de détruire les territoires agricoles et la beauté de la Sainte-Victoire, je me bats depuis 10 ans, contre l’installation d’une métropole totalement inadaptée et profondément mortifère pour les finances et l’avenir de notre Provence. Je ne me suis pas fait que des amis…”

Désormais, c’est vers la cour européenne des droits de l’Homme que pourrait se tourner Maryse Joissains qui promet de demander réparation pour ses graves ennuis de santé qu’elle impute à la procédure judiciaire. Un ultime baroud pour celle qui a dirigé Aix pendant vingt ans et qui aura tenu jusque dans sa chute son image de combattante jusqu’au-boutiste. Dans son communiqué, elle n’a même pas évoqué l’idée d’une démission immédiate sans attendre la procédure administrative.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Dark Vador Dark Vador

    En osant qualifier sa condamnation de forfaiture, elle ajoute le déshonneur et le ridicule à ses turpitudes avérées. La voilà repartie à la Cour Européenne, évidemment elle aura obtenue de la municipalité la prise en charge de ses frais judiciaires. Les contribuables Aixois seront de nouveau mis à contribution, ils ne doivent pas être trop malheureux puisqu’ils l’ont réélu continuellement tout en connaissant l’opprobre dont elle était vétue…

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Donc elle accusé ouvertement tous les magistrats qui ont instruit et condamné sa délicate personne d’être malhonnêtes. Mais le délit d’outrage c’est juste pour ceux qui résistent aux abus policiers, non ?
      À part ça en français son commentaire signifie ” ben alors, si on peut même plus pistonner quand on est aux manettes… !”

      Signaler
  2. vékiya vékiya

    les politiques ont toujours les mêmes pitoyables défenses

    Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Les hommes et femmes politiques ne sont jamais responsables de leurs dérives : les vrais responsables en sont toujours ceux qui les dévoilent et les juges, toujours trop ou pas assez rouges, qui les sanctionnent. C’est une façon comme une autre de prendre les électeurs pour des cons.

    Quand les partis nettoieront-ils les écuries d’Augias et écarteront-ils les délinquants de leurs rangs, au lieu de verser des larmes de crocodile durant les soirées électorales en contemplant les résultats des délinquants d’extrême-droite ?

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Pourquoi dissociez vous les leaders politiques de leurs partis ?.

      Signaler
  4. ZooMental ZooMental

    « Quelle indignité ! » Le père Joissains : condamné, la mère Joissains : condamnée, n’oublions pas que ces délinquants ont été élus et réélus par les électeurs moutons Aixois, c’est bien ça le pire!

    Signaler
  5. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Et oui! Le français-ou n’importe quel peuple, aime la canaille.
    Si le français n’y arrive pas à ”tourner” la loi, leurs élus y arrivent et c’est pourquoi les français-ou n’importe quel peuple, les aiment et re-votent pour ces élus. Dans une autre direction nous dirons qu’il s’agit d’une identification ou d’une procuration…C’est ce qu’on fait quant on ”aime” le gentil au cinoche…
    Élémentaire, mon cher Watson…!

    Signaler
    • Patafanari Patafanari

      Ou comment se la jouer « affranchi » par procuration,sans les risques. Big up à Tapie, Mitterrand, Chirac (pour les morts).

      Signaler
  6. Manipulite Manipulite

    3 jours pour maudire ses juges, pourquoi pas ? mais au-delà Joissains II et ses sbires frôlent dangereusement l’outrage à magistrats. Ces potentats habitués à régner sans obstacle sur une cour d’obligés et une clientèle découvrent le réel à la porte de la prison et du déshonneur.
    Étonnante la réaction de l’opposante Petel (LREM) dans la Provence « …on perd quelqu’un de qualité… » ah bon ? Connivence ? Secrète admiration ? On reste perplexe

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire