Martine Vassal offre un tour en bus pour dessiner un tram dans les quartiers Nord

Reportage
le 7 Oct 2022
28

La métropole organisait jeudi une visite du futur tracé du tramway qui doit rejoindre La Castellane, puis Saint-Antoine, à partir de la station Gèze. Si tout le monde s'accorde désormais sur la priorité faite aux quartiers Nord, les divergences persistent sur le parcours.

Martine Vassal entourée de plusieurs élus durant le trajet en mini-bus vers La Castellane. (Photo : BG)

Martine Vassal entourée de plusieurs élus durant le trajet en mini-bus vers La Castellane. (Photo : BG)

Le nord ! le nord ! Le nord ! Il y a quelques jours, la métropole se fendait d’un communiqué célébrant à grand renfort de points d’exclamation “le cap au nord” pris par l’institution avec la validation du projet transport du plan Marseille en grand. Après la concorde célébrée en préfecture, Martine Vassal (DVD) donnait […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. bud_ice13010 bud_ice13010

    Cela fait plusieurs articles que je lis sur ce sujet et qu’il est rapporté le comportement de Mme Ghali faisant montre d’une certaine théâtralité pagnolesque: guider le chauffeur de bus alors qu’elle ne gère pas la maîtrise d’ouvrage, dénigrer le travail fait par l’équipe, dont fait partie ce pauvre technicien, qui a dû demander des mois ou des années avec une certaine pression… Sur le fond, cela se discute, mais, il faut y mettre les formes surtout pour une élue qui a fréquenté une haute institution républicaine.
    Enfin pour ce qui concerne la ressourcerie / marché des biffîns la remarque « c’est un truc de parisiens » ce qui sous entend qu’il faut que cela soit à la marseillaise: peut être vaut il mieux réfléchir à ce qui convient le mieux aux Marseillais-es et surtout que cela fonctionne sans engatses, sans magouilles, sans clientélisme et de manière pérenne tout en respectant une volonté écologique…

    Signaler
    • leb leb

      Oui, moi aussi l’allusion au “truc de parisiens” m’a fait tiquer. Le fait de réguler et sécuriser le marché des biffins en réservant un espace et des moments pour cette activité est en réalité une idée intelligente avant d’être juste un “truc de parisiens”. Ce n’est pas en construisant une ressourcerie à la place qu’on va régler le problème de la pauvreté, le marché se déplacera juste un peu plus loin, pas besoin d’être un grand visionnaire pour deviner ça, mais visiblement à l’échelle de certains élus locaux, les bonnes idées doivent rester extraterritoriales.

      Signaler
  2. pierre-yves pierre-yves

    Super article qui décrit si bien ce genre ce visite de terrain avec des élus et des techniciens.
    On rêve d’une visite identique avec les mêmes élus, tous en vélo pour constater les chantiers en cours concernant le plan vélo de la métropole.

    Signaler
    • Nicodemon Nicodemon

      Oui bon article qui montre la complexité des dialogues nécessaires à ces projets.

      Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Et à vélo, on attendrait de pied ferme Madame Vassal sur le thème de “C’est simple, des malfaçons, pour moi, il n’y en a pas” : il faudrait d’ailleurs lui faire faire la visite après 18 heures quand la lumière ambiante ne permet plus d’apercevoir les trous, les monticules qu’on rajoute à chaque fois qu’une canalisation a été rebouchée, les chaussées gondolées parce qu’apparemment ici personne ne se soucie du soubassement sur lequel on balance du goudron à la hâte. Je suis prêt à guider la visite sur mes trajets cyclistes habituels.

      Signaler
  3. patrick R patrick R

    Samia Ghali symbole de l’élue politique marseillais c’est à dire du vent. Elle ne connait rien au transport urbains et surtout pas aux contraintes qu’imposent la construction d’un tramway (qu’elle ne prendra jamais sauf le jour de l’inauguration) mais elle sait mieux que les autres.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      D’une façon plus générale, je suis très content de cette visite de terrain, qui a permis à cette belle brochette d’élus d’emprunter un bus de la RTM. Ce qui est dommage, c’est qu’il s’agissait d’un bus spécial, affrété pour l’occasion.

      Encore un effort : il faudrait que les mêmes fassent l’expérience d’en emprunter un sur une ligne régulière aux heures de pointe du matin, quand on ne peut plus monter dedans. Peut-être l’offre de service de la RTM, fossilisée depuis 40 ans, évoluerait-elle plus vite.

      Signaler
    • vékiya vékiya

      on ne se moque pas de la madone des quartiers nord qui se baigne dans sa piscine (régularisée ?) des quartiers sud.

      Signaler
  4. Alaim Alaim

    La carte ne peut-être agrandie, tout comme les photos d’ailleurs, pourriez-vous y remédier ? Merci

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Journée exceptionnelle, les jambons marseillais dans les quartiers nord. Vassal et Pila en bus de la RTM , sans payer le ticket, faut bien faire couleur locale. Passons sur le déguisement ridicule de Vassal avec son casque, il est vrai que “Martine ” était non pas à la plage mais au chantier.
    Semaine prochaine elle visite OK Corral, nous aurons droit à “Martine ” en Calamité James.
    Concernant Ghali,la cagolerie marseillaise dans tout son grotesque.
    J’ai quand même un regret, je ne sais si Preciozi et Milon étaient présentent dans ce promène couillon, si ne n’est pas le cas ,elles manquent vraiment à cette brochette,au même titre que les Joissains mère et fille ( elles sont métropolitains,aussi).
    Ce type de non évènement,résumé bien le pourquoi de l’état de notre ville.
    A hurler.

    Signaler
    • polipola polipola

      “sans payer le ticket, faut bien faire couleur locale”
      sérieusement ?

      Signaler
  6. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    Entre la petite reine Vassal et la vicomtesse Pila découvrant la pauvreté (digne du « il fait chaud » de Balladur prenant pour la première fois de sa vie le métro parisien), le technicien qui est fier d’un tram qui double le métro, Ghali qui s’improvise en guide-interprète et la grande aristocratie de l’Etat personnifiée par le préfet, c’est digne d’un scénario de comédie à la française.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Des ” bouffes parisiennes” et encore.

      Signaler
  7. Regard Neutre Regard Neutre

    Le niveau arriéré de l’offre des transports en commun de la 2ème ville de France résulte de son abandon volontaire de l’Etat en promulguant les lois de décentralisation en 1982…En cédant la planification territoriale et de facto la gestion de ses enjeux économiques, aux quatre collectivités, on peut comprendre — au travers le déplacement de reconnaissance d’un tracé urbain —le désespoir de la population devant l’impéritie de certain˜s élu

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      C’est un peu trop facile de tout mettre sur le dos de l’Etat. Depuis 1982, la plupart des grandes agglomérations françaises ont réussi à développer fortement leur réseau de transport en commun, à y créer des lignes de tramway, voire de métro, à réaménager la voirie pour faire plus de place aux bus et aux vélos, etc.

      L’état d’abandon de la deuxième ville de France, dont l’aspect famélique des transports publics n’est qu’une des manifestations, est d’abord dû à ses propres élu·e·s, qui depuis des décennies considèrent que les transports en commun et le vélo, c’est pour les pauvres, et que les pauvres peuvent attendre. Une mentalité moyenâgeuse encore bien présente dans la droite locale.

      Signaler
    • julijo julijo

      oui, bien d’accord, l’état à des responsabilités, mais les décisions prises pour la ville de l’ancienne nullicipalité concernant les transports en commun, sont incontestablement déplorables.
      ca a un coté guignolesque cette visite de quartier, surtout que notre confiance générale envers ces voyageurs intempestifs est quasi nulle.
      on espère simplement que cette “visite chez les pauvres” aura quelques répercussions positives.

      Signaler
    • Syol Syol

      Tout à fait d’accord pour dire que la situation catastrophique de Marseille ne dépend QUE des élus locaux et métropolitains (et de ceux qui les ont élus). Sinon comment auraient fait les autres villes ?
      Regardons le match Lyon/Marseille :
      Métro 4 lignes à Lyon (32 km), 2 à Marseille (23 km). Et pourtant Marseille avait mis sa première ligne en service avant Lyon !
      Mais pire encore, le tram :
      8 lignes à Lyon (réseau de 84 km), contre 3 à Marseille (13 km). Et le parc de matériel : 113 rames à Lyon, 32 à Marseille.

      Signaler
  8. Regard Neutre Regard Neutre

    @Electeur du 8e
    Avec la disparition des emplois industriels captés en partie par le complexe de Fos,les quartiers nord méritaient une offre de desserte prioritaire en TC pour répondre aux besoins des emplois de la sphère présentielle. Seul l’Etat pouvait imposer ce type de décision.Aujourdhui rayonne l’économie souterraine…Mais je partage votre analyse.

    Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Polipola, 25 % des utilisateurs fraudeurs à Marseille. C’est la triste réalité. Cela fait partie des charmes de cette ville et de ses incivilités. A ce niveau,c’est un mode de vie,comme le non respect des stops feux de signalisation, stationnement, merdes de chiens sur le trottoir ,saleté et autres joyeusetés.

    Signaler
  10. Marc13016 Marc13016

    Malgré le côté mise en scène, je trouve que cette initiative de prise de contact avec la réalité est plutôt bienvenue pour “la brochette” d’élus. Rien ne vaut un tour sur le terrain, s’ils peuvent amplifier la démarche en le faisant “pour de la vraie”, dans un vrai bus, à un vrai horaire, et avec de vrais passagers, ils en retireront une somme d’informations profitable à leur jugement.
    J’ai noté un propos extrêmement intéressant : “La métropole et la Ville défendent l’idée de mettre à profit les lignes de chemin de fer existantes pour accélérer les projets de transports collectifs”.
    Bravo ! Reste plus qu’à s’intéresser également aux lignes du Port, qui dorment tranquilou en littoral, empruntées par un train tous les 2 jours.
    Des tramway, des Métros, certes. Mais aussi un réseau TER sur les lignes de chemin de fer déjà posées dans Marseille. Et que la SNCF ou le Port ne viennent pas dire qu’elles sont “à eux” : elles sont là pour le bien public.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Cela fait des années que l’idée de mieux utiliser les voies ferrées intra-muros existe, et ne s’est jamais concrétisée. Apparemment, SNCF Réseau préfère être propriétaire de rails qui ne servent pas qu’y faire circuler des trains. On retrouve cette curiosité aussi dans le cas du barreau ferroviaire Aix – Rognac.

      Pourtant, ces rails qui traversent Marseille pourraient être intégrés au réseau de tramway moyennant l’utilisation de trams-trains qui, comme leur nom l’indique, peuvent circuler indifféremment sur des rails urbains et sur le réseau ferré national.

      Signaler
    • Syol Syol

      Visiblement vous n’avez pas suivi le projet LNPCA et sa déclinaison pour la zone de Marseille avec un RER métropolitain.
      Je vous invite à aller voir le dossier de consultation.
      https://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/page/les-operations-proposees-la-concertation
      Maintenant n’oublions pas que les trains régionaux qui circulent aujourd’hui, et circuleront demain dépendent uniquement de la région PACA : la SNCF (et Transdev qui a gagné l’appel d’offre sur Marseille-Nice) se contente de faire circuler le nombre de trains demandés par la région, Autorité Organisatrice des Transports. La décentralisation a donné de grands pouvoirs aux régions, mais si elles ne les emploient pas bien c’est de leur faute (et de la faute des électeurs qui ont choisi les élus).

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Rien de commun entre un RER métropolitain et une desserte urbaine de type tramway. Or quand on parle de mieux utiliser les rails existant intra-muros, c’est de la seconde dont on parle. Et par conséquent d’un service organisé par la métropole, et non par la Région.

      Reste qu’il y aurait un peu plus de coordination entre l’une et l’autre, notamment pour mieux connecter l’offre TER à l’offre urbaine, ce ne serait pas du luxe. La loi d’orientation des mobilités prévoit l’établissement d’un “contrat” entre autorités organisatrices dans ce but.

      Signaler
  11. vékiya vékiya

    on supprime la passerelle à geze pour faire un méga échangeur et pas un arbre ne serait prévu. le prochain été il fera 50° sur le rond point.

    Signaler
  12. Bernard LAMIZET Bernard LAMIZET

    Benoît, ton article est absolument génial. Merci pour ton humour qui enrichit la réflexion critique que tu proposes sur le plan défendu par M. Vassal

    Signaler
  13. Marie Simon Marie Simon

    ce qu’on en retient c’est que ce n’est pas pour demain la veille. Je ne comprends toujours pas pourquoi on n’a pas commencé par la partie des quartiers Nord juqu’au métro Guèze d’un coté et Luminy et Saint Menet jusqu’au métro Dromel de l’autre avant de relier Dromel à Guèze. Il me semble que ça aurait arranger beaucoup plus de monde et réduit les flots de voitures des périphéries vers le centre et donc les embouteillages quotidiens et usants partout dans Marseille.

    Signaler
  14. Brallaisse Brallaisse

    Merci à Syol et 8 e pour ces liens de documentation. Tout est là, sauf nos zélés zélus .

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire