Manifs marseillaises : la foire aux chiffres continue

À la une
le 25 Juin 2010
0

Entre 14 500 et 120 000. Alors que gouvernement comme syndicats font des mobilisations successives dans la rue autant de tests pour l’acceptation ou l’opposition à la réforme des retraites, le comptage des points varie du simple au décuple… Où est l’arbitre ? Quel est le score ? Difficile à dire. Les titres des journaux fournissent bien une indication : « Du monde au balcon et dans la rue » pour La Provence, « Enorme riposte » pour la Marseillaise, « Les Marseillais mobilisés en masse » dans 20 minutes, « Il y avait du monde », selon Marseille Plus, qui cite un manifestant.

Faut-il pour autant s’en contenter ? Le 27 mai, le même flou régnait : 12 000 ou 80 000 selon que l’on se base sur la police ou les organisateurs. Les Inrocks, qui décortiquaient les méthodes de cette « science pas très exacte » après la manif’ du 1er mai, notaient que « la palme de l’hyperbole revient souvent à la ville de Marseille« . Comme en mars 2009 ou certains avaient vu passer 32 000 personnes quand d’autres en comptaient 320 000. Bref : La Ciotat d’un côté, Nice de l’autre ! SurEco89, un syndicaliste avoue même que « les chiffres sont tout aussi excessifs d’un côté que de l’autre. Et il ne peut pas y avoir un tel écart entre les ratios de Marseille et de Paris. » Les autres villes se contentent en général d’écarts du simple au double, voire au triple. Une bonne moyenne et c’est réglé, puisque l’enjeu est plus symbolique.

La vidéo pour aider l’arbitre ?

Mais on a trouvé pire que Marseille : les anti-PACS ! En 1998, le Sénateur UMP de Côte d’Or Louis de Brossia avait déjà adressé cette question écrite au Sénat : après avoir vu « la manifestation organisée sur le plan national à Paris, samedi 7 novembre 1998, pour soutenir la famille et contre le pacte civil de solidarité (PACS), il aimerait que lui soit expliqué comment une distorsion peut exister entre 7 200 manifestants recensés par la police, (quelle précision !), et 130 000 annoncés par les organisateurs… »

Et la tendance marseillaise gagne parfois le niveau national : « en 2006, les manifestations contre le CPE se soldent par des écarts faramineux : 84 000 manifestants selon la police, 700 000 pour les syndicats! A cette occasion, histoire de clarifier les choses, Nicolas Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur, ndlr) demande un rapport sur les méthodes de comptage utilisées qu’il juge « complètement dépassées, datant des années 1960« . On ne sait pas ce qu’il en est advenu, mais rien n’a changé« , rappellent les Inrocks. Apparemment, une cellule mixte de comptage regroupant police, organisateurs et journalistes avait été évoquée, ainsi que l’utilisation de la vidéo. Mais comme pour le football, la technologie met plus de temps à arriver que la surenchère des chiffres…

Un lien Infographie : les deux méthodes de comptage, sur leMonde.fr

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire