Malgré le scandale national, des peines clémentes pour les cinq carnavaliers interpelés

Actualité
le 25 Mar 2021
13

Arrêtés lors de la dispersion du carnaval de la Plaine, ils étaient cinq à comparaître mercredi pour des dégradations et des jets de projectiles sur les policiers.

Le tribunal écoute l'un des prévenus accusés d'avoir incendié une poubelle. Dessin : Ben8.

Le tribunal écoute l'un des prévenus accusés d'avoir incendié une poubelle. Dessin : Ben8.

Il y a une licorne, un homme en fuseau chatoyant, un diable en habit noir qui parle italien avec l’accent napolitain, un Petassou de l’Aveyron et un quidam marseillais en blouson camouflage. Dimanche 21 mars au soir, plus ou moins éméchés, ils étaient dans les rues de Marseille à l’occasion du 21e carnaval de la Plaine et des quartiers environnants.

Un scandale national plus tard, ils sont cinq à répondre de diverses dégradations, jets de caillou ou de bouteille devant la chambre correctionnelle de Marseille. Le ministre de l’Intérieur lui-même, Gérald Darmanin a annoncé ce lundi la comparution des carnavaliers cueillis dans le cadre des différentes opérations de dispersion entreprises par la police en fin de soirée. Une enquête est en cours pour connaître les organisateurs de cette manifestation qui n’était, comme chaque année, pas déclarée.

Ce contexte politique et sanitaire nourrit les interventions de la procureure, Gaëlle Ortiz qui fustige le comportement “irresponsable” des prévenus. “Vous avez envie de venir faire la fête ici à Marseille et on risque d’avoir un cluster. Vous y avez pensé au contexte sanitaire ?”, s’insurge-t-elle en questionnant des prévenus dont un seul vit à Marseille.

“Ils viennent nous imposer leur liberté”

L’avocat de la métropole, partie civile pour des poubelles incendiées et des dégradations commises dans la ville pour un montant global de plus de 155 000 euros, Pierre Bruno, n’hésite pas à noircir le trait. “C’est un carnaval, mais c’est éminemment politique. Il y a tout de même sur un char, la photo de l’ancienne maire et son premier adjoint et du maire actuel et de sa première adjointe, souligne-t-il. Je regrette d’ailleurs que la communauté urbaine soit seule à se porter partie civile dans cette procédure. Nous sommes face à des personnes qui viennent nous imposer leur liberté. Celle de tout casser, brûler“.

Marco M. est Napolitain. Il est assisté d’une traductrice même s’il vient souvent à Marseille. (Dessin : Ben8.)

La présidente Paule Colombani mène l’instruction à la barre sans se laisser influencer par le contexte, revenant précisément aux faits, aux aspects saillants des personnalités. Les premières peines qu’elle prononce sont à l’aune de ce souci d’équilibre. Ainsi quand la procureure demande trois mois de prison ferme et trois ans “d’interdiction de paraître à Marseille” à l’encontre de Marco M., jeune Napolitain, résident régulier à Marseille, le tribunal prononce la relaxe. Il nie avoir jeté “deux cailloux” qui, aux dires du policier qui l’a interpelé, n’ont pas atteint les CRS visés. Son avocat, le bâtonnier Fabrice Giletta, appuie sa plaidoirie sur la jurisprudence de la cour de cassation : les CRS n’ont pas été atteints, le “choc émotif” subi n’est pas caractérisé et l’accusation ne s’appuie que sur un seul témoignage “dans un contexte de grande confusion”.

Danse autour de poubelles en feu

Même chose pour les deux prévenus suivants, attrapés à la nuit tombante en train de danser autour de feux de poubelles qu’ils ont eux-mêmes allumées. Etienne et Victor ne se connaissent pas et sont passablement ivres pour leur premier carnaval marseillais. La procureure n’hésite pas : le premier au casier vierge qui reconnaît les faits et s’en désole, une fois dégrisé, voit requérir six mois de prison avec sursis à son encontre et l’interdiction devenir à Marseille pendant trois ans. Quant à son compère d’occasion, déjà condamné pour des faits de dégradations et rébellion commis dans le cadre d’une ZAD vendéenne, il risque trois mois de prison ferme et la révocation de son sursis probatoire.

Victor S. est arrivé de Creuse en stop deux jours avant. (Dessin : Ben8.)

Là encore, le tribunal est moins sévère et divise par deux la prison avec sursis pour le premier, descendu de Briançon pour son premier carnaval et 90 heures de travaux d’intérêt général pour le second venu en stop de son petit village de la Creuse. Le grand gaillard d’origine haïtienne a interdiction de porter une arme, lui qui a été pris avec deux couteaux qu’il utilise “dans un contexte culinaire pour l’un, et pour tailler des cuillères en bois pour l’autre”. Il se reconnaît un passé militant, mais tente d’en gommer les aspects les plus prononcés. On l’a tout de même interpelé avec un ACAB (Un slogan anti police signifiant “all cops are bastards – “tous les flics sont des bâtards”, ndlr) rouge peint sur le front.

Petassou et violences policières

Léo M est le seul habitué du carnaval. Il portait un costume occitan. Il vient d’Aveyron. (Dessin : Ben8)

“Ces gens bafouent toutes les règles pendant des heures et des heures”, fustige ainsi Sandrine Rausano, avocate d’un policier, victime de rébellion qui demande 1000 euros pour un coup de pied reçu lors de l’interpellation de Léo, 32 ans, surpris en train de jeter une bouteille vers des policiers en tenue qui évacuent la place Jean-Jaurès. Le jeune homme, habitué du carnaval, est habillé en Petassou, un personnage traditionnel à l’habit rapiécé.

Il nie fermement les faits. “Je quittais la place, aveuglé par les lacrymos quand un policier s’est jeté sur moi”, dit-il à la barre. “Je n’étais pas le seul habillé en Petassou, on était nombreux en costume. Et je ne comprends pas comment le policier a pu m’identifier à ma barbe rousse. Je portais un masque et une casquette”. Il dénonce également des violences policières et des insultes homophobes à son encontre.

“Première nuit en détention”

La procureure met en doute ses dires, souligne les incohérences entre ce qu’il a dit en première audition et ce qu’il précise à la barre. Elle demande trois mois de prison ferme et le maintien en détention. “Léo M. est venu célébrer une tradition comme il le fait depuis dix ans, plaide Charlotte Bonnaire. Il vient de passer la première nuit de sa vie en détention”. L’avocate demande la relaxe avec confiance, puisque le tribunal l’a prononcée une demi-heure avant pour Marco M. Elle sera suivie par le tribunal pour ces faits de violence “sur personne dépositaire de l’autorité publique”. En revanche, le tribunal retient la rébellion et le refus -“éthique” selon lui – de donner empreinte, photo et ADN. Tout ceci lui vaut, six mois de prison avec sursis “qui seront pour vous une épée de Damoclès, pendant cinq ans”, prévient la présidente.

Gaëlle Ortiz a prononcé des réquisitions plutôt sévères. (Dessin : Ben8)

Reste Laurent B, le seul Marseillais prévenu. À 52 ans, il était sur la Canebière “avec un ami”, pris par le carnaval qui se termine devant le palais de la Bourse. En audition, il a dit être venu y participer. À la barre, il ne sait plus trop, évoque le contexte sanitaire. Il reconnaît tout de même avoir lancé une bouteille en direction de policiers, après la charge de ces derniers. “C’est un geste irresponsable. J’ai été pris par l’émeute, la tourmente. J’avais cette bouteille à la main, je l’ai jetée”, explique-t-il, l’air penaud. Les policiers l’ont vu jeter plusieurs bouteilles. L’une d’elle est tombée sur le bras de l’un d’eux, sans le blesser.

Son casier est chargé : conduite en état d’ivresse, violences sur son père en 2017 et 2018. Il a été un temps technicien chez Airbus helicopter avant de dégringoler. La procureure Gaëlle Ortiz demande six mois de prison. Sans certitude sur les possibilités d’aménagement, elle y ajoute le maintien en détention. Les derniers mots du prévenu seront pour dire combien la prison serait une catastrophe : “Je n’ai plus de travail, je suis bientôt en fin de droit”, décrit-il. Il est le seul qui reconnaît les violences. La juge prononce six mois de prison avec sursis, assortis d’une obligation de soins pour son problème alcoolique. Sa sortie, soulagé, vient clore ce premier épisode judiciaire du carnaval de la Plaine.

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. petitvelo petitvelo

    Échantillon très surprenant pour une manifestation prétendument marseillo-Marseillaise

    Signaler
  2. kukulkan kukulkan

    très déçu par le traitement du carnaval par Marsactu, qui s’aligne sur la doxa nationale et n’a apporté d’autres points de vue. Vos lecteurs méritent mieux !

    Signaler
    • Paul_ Paul_

      +1

      Quelques chiffres sur les risques de contamination en plein air ?

      Signaler
  3. TINO TINO

    en cette période, n’y a t il pas autres scandales? En lisant vos articles de ce jour, j’en vois pas mal. Entre ceux qui pourrissent notre environnement, ceux qui confondent argent public et argent privé…

    Signaler
  4. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Pas de commentaires pour les peines prononcées par le Tribunal, quoique cela restera entre moi et moi…!

    Signaler
  5. Jacques89 Jacques89

    « …on risque d’avoir un cluster.» Manquait plus que les juges pour jouer les épidémiologistes.
    « …dont un seul vit à Marseille ». Pour le moment mon département résiste. Mais si, comme Pécresse le demande (pour contrer l’effet Bertrand) les vacances sont avancées, la déferlante parisienne va se produire. Est-ce une raison pour rejeter les gens qui ne vivent pas là ? On ferme la porte, on les regarde respirer et tout le monde est contant. Le bonheur, ça se partage !

    Signaler
  6. zebulon13 zebulon13

    Si on ne peut que condamner violences et dégradations (encore faut-il que ce soit les bonnes personnes qui soient arrêtées), il faut cesser l’hypocrisie sur le Covid. A quelques centaines de mètres de la Canebière il y avait des dizaines de personnes sans masques en train de manger assis sur les bords du ports et des dizaines de promeneurs en grande majorité sans masque. Continuant ma promenade, je n’ose faire référence au monde au palais du Pharo, sur la plage des Catalans et sur la Corniche !!!!

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et bien continuons allègrement.
      Allons y , les vaccins ne sont pas là pour x raisons, cela ne justifie pas le n’importe quoi en réaction.

      Signaler
  7. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Oui, je suis d’accord avec Zebulon13. Cette montée en épingle sur le carnaval c’est surtout une intox de la droite Vassal qui communique en ce moment sur le thème sécuritaire et qui veut 1°) assimiler la majorité municipale aux organisateurs anarchistes du carnaval, 2°) montrer que cette majorité est laxiste et mal organisée.
    Le non respect des gestes barrières par les carnavaliers est certain mais tout endroit où on pouvait se balader au soleil était aussi dense, à Marseille comme ailleurs, et dans ces endroits tout le monde à enlevé son masque à un moment ou à un autre pour manger une glace ou boire un coca.
    Finalement dans le carnaval les gens devaient être plutôt plus masqués (en licorne !) que sur la Corniche ou au Pharo…

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cher Félix, Vassal a beaucoup de défauts, elle est la mauvaise foi incarnée et fait preuve du même cynisme que son père protecteur. Sur ce coup elle n’est pas pire ou meilleure que les autres, cher Félix ‘e raisonnez pas par l’absurde,ce n’est pas parce que Vassal hurle que le comportement de ce soit disant carnaval est justifié ou justifiables.Ils ont agis en imbéciles

      Signaler
  8. jasmin jasmin

    Ce qui est affligeant, c’est de toujours répandre cette image pourrie d’une horde de ploucs impatients, inconscients et en coma éthylique à Marseille avec sa population au comportement guignolesque, sans le moindre souci du bien collectif, de la santé des autres. On est à deux doigts d’en finir avec cette pandémie, avec les Marins Pompiers qui ont mis le paquet dans les vaccinodromes pour aider les gens à retrouver la liberté, et en voilà qui veulent faire à tout prix un carnaval “non organisé” là maintenant et endommager pour 500 000€ de frais à la charge de la municipalité. Pfff.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Vaccinés ou pas vous n’avez qu’à communiquer vos coordonnées,ils iront gentiment uriner devant votre porte, laisser les canettes et si il y a un abri bus s’en faire un. On peut faire un carnaval sans laisser un tas de merde derrière soi.Mais visiblement pour certains liberté et crassitude, comme dirait Ségolène sont synonymes.C’est une conception de la liberté.

      Signaler
  9. corsaire vert corsaire vert

    Si la police et la justice condamnaient tous les” sans masque” à Marseille , métro, tram et magasins , il faudrait des renforts ,armée et légion y compris !!
    Alors quand ils tiennent quelques imprudents au hasard , de préférence non Marseillais , on s’acharne pour l’exemple faisant semblant de maitriser le problème .
    C’est une bouffonnerie , le carnaval des autorités .
    Commençons à faire respecter au quotidien les élémentaires gestes barrières pour toute la population et Marseille ne sera plus la ville où tout est permis ….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire