Malgré le projet de pipeline à Fos, la révolution de l’hydrogène vert attendra

Décryptage
le 11 Jan 2023
5

Emmanuel Macron a annoncé la création d'une connexion entre Barcelone et Fos-sur-Mer pour acheminer de l'hydrogène vert à partir de 2030. Un projet qui aura encore besoin de temps et de volonté de la part des décideurs politiques et économiques.

Vue aérienne Cavaou. Photo : Altivue

Vue aérienne Cavaou. Photo : Altivue

Hydrogène par ci, hydrogène par là… Il est impossible de passer à côté de ce que la France et l’Europe désignent depuis plusieurs mois comme l’énergie du futur. Forcément, les projets de petites ou grandes ampleurs fleurissent. L’un des plus importants est celui de pipeline entre l’Espagne et la France officialisé en décembre et dont […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pascal L Pascal L

    “deux millions de tonnes d’hydrogène par an c’est un dixième de l’objectif européen de production et d’importation pour 2030. C’est énorme !”, présente Simon Pujau, chargé de relations institutionnelles au sein de l’association de lobbying France Hydrogène. ”

    Ah oui ! Car pour produire ces 2 millions de tonnes (le dihydrogène, il n’y en a pas à l’état naturel) il faut à peu près 100 TWh d’électricité pour l’électrolyse soit presque le quart de la production annuelle des centrales nucléaires françaises.
    Donc tant qu’il n’y aura pas un parc d’énergies propres capable de produire ces 100 TWh “en surplus” de ce qui sera utilisé directement, c’est une vue de l’esprit.
    Mais les lobbyistes font leur boulot et les chasseurs de primes sont à l’affut.

    Signaler
  2. kukulkan kukulkan

    projet du 20ème siècle…

    Signaler
  3. cornegidouille cornegidouille

    Quand on parle d’hydrogène vert, on a l’impression d’une nouvelle source d’énergie. Mais il ne s’agit que d’un moyen de transporter l’énergie produite autrement, un complément de l’électricité. Et sauf utilisation très spécifique c’est plus cher : par exemple pour un camion fonctionnant ainsi il faut franchir 7 étapes quand 4 suffisent s’il fonctionne directement à l’électricité(https://patricefaliph.wordpress.com/2021/09/16/poids-lourds-electrification-des-tir/ ).
    De plus l’hydrogène diffusant très facilement (très petite molécule), il y a un risque important de fuite et d’explosion tout au long de la filière, beaucoup plus qu’avec le gaz naturel.
    Il vaudrait mieux consacrer son temps et son argent à autre chose.

    Signaler
    • Olivier Devaud Olivier Devaud

      Totalement en phase avec vous !
      En complément, le rendement de la production d’hydrogène à partir d’électricité (électrolyse) est de 70%.
      En comptant le rendement des moteurs à hydrogène qui est lui aussi assez mauvais, le rendement de bout en bout pour les voitures à hydrogène est estimé par l’ADEME à 22-23% contre 70-80% pour des véhicules électriques.
      Les impacts écologique de l’occupation des sols par les fermes photovoltaïques et la construction du gazoduc ne sont pas négligeables.
      Bref, il vaut mieux électrifier le transport et l’industrie et éviter d’écouter les lobbyistes de l’hydrogène qui sont souvent des pétroliers cherchant à se reconvertir au moindre effort.

      Signaler
  4. Marc13016 Marc13016

    Étonnant qu’on songe à transporter de l’Hydrogène sur de telles distances. J’aurais pensé que la première chose à faire, c’était de le produire …
    J’imagine que si les espagnols produisent de l’hydrogène, ils voudront d’abord le consommer eux même ? ils ont une industrie à faire tourner, eux aussi.
    Ma foi, il y a quelque chose qui m’échappe, dans l’idée d’un gazoduc à hydrogène. Dans 50 ans, quand on en produira partout (et du “vert”), peut être. Mais pour le moment je vois pas l’intérêt de dépenser 2,5 milliards pour le transporter sur des kilomètres. Implanter les centres de production près des industries, ça prend plus de sens. Comme dit Pascal L, les lobbys ont bien vendu l’idée. Mais qui donc l’a achetée ?!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire