Mais à quoi joue Jacques Saadé ?

À la une
le 10 Août 2010
1

Jacques Saadé aurait-il roulé dans la farine la semaine dernière, le Tribunal de Commerce de Marseille ? Comme par hasard, alors qu’il devait absolument prouver aux juges du Tribunal que la CMA CGM pouvait faire face à des échéances compliquées, avec une dette de plus de 4 milliards d’euros, et quelques porte-containers, à 150 millions de dollars la bête en attente de paiement, il avait sorti au dernier moment,de sa casquette d’armateur, un Baron Belge, le financier Albert Frère.
C’était il y a quelques jours, et avec la même conviction que quand Dassier nous expliquait que Niang était intransferable, les dirigeants de la CMA avaient certifié au Tribunal de Commerce et aux représentants des salariés, lors d’un Comité d’entreprise que cette fois c’était la bonne, que le deal était quasiment bouclé et que Albert Frère, via sa société CNP alllait apporter 300 millions de dollars, et qu’en conséquence, l’Etat français allait suivre via son fonds d’investissement le FSI avec 200 millions de dollars. La crise étant passée, les arbres allaient pouvoir de nouveau monter jusqu’au ciel, et tout le monde pouvait partir en vacances tranquillement. Dormez bien braves gens.
Et puis patatras, le toujours très bien informé  site d’infos financières Wansquare nous apprenait en fin de semaine dernière que Albert Frère aurait rompu les négociations. Malgré le démenti d’un porte-parole de l’armateur marseillais à l’agence de presse Reuters  » le groupe Cma Cgm continue actuellement des discussions avec plusieurs investisseurs dans la perspective d’arriver rapidement à un accord », La rumeur continuait à courir tout le week-end sur le quai d’Arenc.. Et hier matin, une « source proche du dossier » comme on dit toujours dans ces cas là confirmait le malaise hier matin à l’AFP  » Albert Frère et la Cma Cgm ont eu des discussions sur un certain nombre de principes portant notamment sur les droits minoritaires lorsqu’il a fallut les marquer sur le papier, la partie Cma s’est rétractée ».  Pourtant tout le monde sait  que si Albert Frère est généralement minoritaire dans les grands groupes dans lesquelles il investit, comme chez Total où Gdf Suez, il n’agit pas comme un « sleeping partner » et il aime  avoir un droit de regard sur la stratégie et la gouvernance de l’entreprise et déteste surtout plus que tout être « collé », c’est à dire ne pas pouvoir revendre sa participation quand il le souhaite.  » petit minoritaire, petit con, gros minoritaire, gros con… », serait  sa maxime favorite. Comme nous l’avions écrit précédemment, Saadé était prévenu.
Comme avec les Qataris et les différents investisseurs potentiels qui sont venus proposer d’investir dans la Cma, Jacques Saadé voulait bien de leurs centaines de millions de dollars mais en aucun n’avoir trop de compte à leur rendre sur le management de la Cma. Forcément, ça fait réfléchir.  Si Saadé reste un grand armateur, personne n’acceptera aujourd’hui de lui laisser seul le carnet de chèque.
En plus, un autre grain de sable est venu perturber les négociations en cours entre la Cma, Albert Frère et le FSI. Ce grain de sable s’appelle Jean-Marie Kuhn et c’est la bête noire de Frère. Ce petit actionnaire de la CNP, la société cotée en bourse d’Albert Frère et où est logée une partie de ses participations, poursuit le financier devant les tribunaux belges et d’outre quiévrain. Il l’accuse d’un mic mac financier autour de la revente de Quick, et de l’entrée au capital de Gdf Suez, avec la complicité du Gouvernement français. Pour l’instant la France a rejeté ses différentes plaintes, et Libération a été attaqué pour diffamation pour en avoir parlé.  On reste donc prudent sur ce volet de l’affaire.
Néanmoins, Jean-Marie Kuhn a écrit une belle lettre à Augustin de Romanet, PDG de  la Caisse des Dépôts et Consignation, l’actionnaire du Fonds Stratégique d’Investissements avec l’Etat français, en s’étonnant que l’actuel Directeur Général du FSI, le marseillais Gilles Michel, puisse négocier avec Albert Frère alors qu’il va rejoindre dans quelques semaines la société Imerys, un leader mondial dans les métaux,elle même filiale du Baron « par quel miracle, Gilles Michel va t-il devenir la patron d’Imerys ? » écrit dans sa lettre le meilleur ami d’Albert  » un incontestable et gravissime conflit d’intérêt avec la triple casquette de Gilles Michel, à savoir, Directeur Général du FSI,  patron d’Imérys sous peu et arrangeur de l’association Albert Frère/FSI dans la Cma Cgm ». Pan.
A l’époque un porte-parole du FSI, nous avait démenti tout conflit d’intérêt, nous indiquant que d’une part Gilles Michel était très encadré et très surveillé dans sa fonction de Directeur Général et que d’autre part l’annonce de son départ chez Albert Frère était publique et antérieure au deal Cma Cgm. Mais dans le contexte « Eric Woerth et son amie Liliane », la tension a continué à monter d’un cran autour de cette nouvelle affaire. Car depuis, le site internet de Marianne et le Post.fr, ce sont aperçu que Gilles Michel irait rejoindre du beau monde dans cette filalle du Baron Belge : son Directeur Général Adjoint sera Jérôme Pécresse, le mari de Valérie, la Ministre de la Recherche et des Universités, qui avait elle aussi reçu un petit chèque de Liliane Bettencourt pour l’aider dans sa brillante campagne des régionales à Paris,  » elle va perdre mais il faut l’aider quand même » aurait dit à l’époque l’impayable de Maistre à la milliardaire de l’Oréal, selon les écoutes diffusées par Médiapart, Et puis justement puisqu’on parle d’eux, Gilles Michel aura également comme administrateur chez Imérys, un certain Eric de Sérigny, un conseiller d’Eric Woerth.Comme le monde est petit, surtout celui-là.
Rien d’illégal bien entendu dans tout ça, mais compte-tenu de l’ambiance actuelle, et comme Albert Frère faisait également partie des invités de Sarkozy lors de la fameuse soirée du Fouquets, tout ça commence à faire un peu mauvais genre. Du coup, la Caisse des Dépôts s’est fendue hier d’un beau communiqué à Reuters, dénonçant à son tour tout risque de conflit d’intérêt  » aucune de ces allégations n’a le début d’un fondement » ajoutant  » il n’existe aucune relation privilégiée entre Albert Frère et le FSI , pas plus qu’il n’existe de pacte d’actionnaire entre eux ». Néanmoins cette sortie médiatique de ces généralement flegmatiques banquiers, et qui plus est, en pleine torpeur estivale en dit long sur l’ état d’énervement du pouvoir sur ces dossiers où le mélange des genres entre le service de l’Etat et le milieu des affaires choquent de plus en plus les français. Et sur cette affaire, Sarkozy redoute plus que tout un nouvel emballement médiatique qui prenne le relais de Woerth Bettencourt.
Et tout ça c’est pas bon du tout pour le dossier Cma Cgm. Et une question se pose. Que ce passera t-il si un créancier en
conflit avec l’armateur marseillais, et il y en a beaucoup, décidait de saisir de nouveau le Tribunal de Commerce de Marseille ?
Une mise en cessation de paiement du 3ème armateur mondial en plein coeur de l’été, ça ferait sans doute plus de bruit que si la tour s’effondrait. Et en attendant le prochain épisode, les requins pointes noires continuent à tourner, bien au frais, dans le grand aquarium du hall du quai d’Arenc.

Un lien « Albert Frère pourrait renoncer à investir dans Cma Cgm » sur zonebourse.com

Un lien « exclusif : Albert Frère FSI, conflit d’intérêt ? » sur trends.be

Un lien « Cma Cgm Frère, pas de conflit d’intérêt » sur le Figaro.fr

Un lien « Conflits d’intérêts au gouvernement, la liste s’agrandit » sur lepost.fr

Un lien « la cgm flotte dans l’erreur » sur Marianne2

Un lien « Après avoir dit non aux Qataris et à Louis-Dreyfus, Saadé va t-il dire oui à un Baron Belge ? » sur Marsactu.fr

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire