L’OM négocie un rabais sur le loyer du Vélodrome avec la Ville de Marseille

Info Marsactu
le 7 Jan 2022
8

Le club tente d'obtenir une remise sur les 5 millions d'euros annuels à verser à la municipalité, pour éponger ses pertes de billetteries liées aux restrictions sanitaires. Très critique sur la gestion passée de ce dossier, Benoît Payan a cependant accepté d'ouvrir les négociations après un recours en justice.

Le Vélodrome demeure propriété de la Ville de Marseille. (Photo : Esther Griffe)

Le Vélodrome demeure propriété de la Ville de Marseille. (Photo : Esther Griffe)

Le championnat arrêté en mars 2020 à dix journées de la fin, puis des stades vides pendant toute la saison 2020/2021… Pour les supporters, l’adaptation de la Ligue 1 de football à la crise sanitaire est un mauvais souvenir, ravivé récemment par le retour de la jauge à 5000 spectateurs. Pour l’Olympique de Marseille, c’est encore un sujet de contentieux financier. En plus d’une saison de gradins vides, le club a en effet perdu une trentaine de millions d’euros de recettes de billetterie. En parallèle, il n’a pas pu développer les activités annexes (concerts, séminaires…) qu’il assure depuis 2019 à la place d’Arema, titulaire du partenariat public-privé du stade Vélodrome.

Sans surprise, et comme l’avait laissé entendre en octobre 2020 son président de l’époque Jacques-Henri Eyraud, l’OM s’est donc tourné vers la Ville pour obtenir un rabais sur le loyer du stade. En temps normal, il verse un montant annuel de 5,1 millions pour son utilisation, hors part variable liée aux recettes. Dans un premier temps, devant le refus de la Ville de transiger, l’OM a déposé un recours devant le tribunal administratif. Mais, de sources concordantes, cette procédure est aujourd’hui suspendue par une médiation.

“Fais attention Frank”

Du côté du club, on se refuse au moindre commentaire pendant les négociations. La Ville n’est pas plus diserte, se disant seulement “favorable à la médiation pour trouver une issue”. Sollicitée, la maire-adjointe Samia Ghali, en charge notamment des “grands équipements”, n’est pas revenue vers nous. Cet accord pour ouvrir des discussions n’est en lui-même pas anodin, tant le sujet du loyer du Vélodrome a été investi politiquement par la majorité municipale.

Lorsqu’il siégeait dans l’opposition, Benoît Payan en avait fait un de ses sujets de prédilection, comme un symbole des largesses financières de la gestion Gaudin. “Fais attention Frank, ce ne sont pas les Marseillais qui ont à payer le stade, lançait-il en 2016 à l’attention du propriétaire Frank McCourt. Tu vas payer le loyer que tu dois payer, c’est-à-dire les huit millions et pas les quatre payés jusqu’à présent.” Même après sa révision à 5 millions d’euros, ce loyer était toujours jugé trop bas par les socialistes marseillais. Laurent Lhardit, aujourd’hui adjoint à l’économie de Benoît Payan, avait même attaqué le contrat de bail au tribunal administratif.

Les Girondins de Bordeaux ont déjà obtenu 1,5 million

Il semblerait donc que l’OM ait des arguments à faire valoir. Sur ce même sujet, et avec un loyer presque identique, les Girondins de Bordeaux ont réussi à obtenir une ristourne d’1,46 million d’euros de la part de la métropole de Bordeaux. Celle-ci était justifiée par les seuls matches annulés de la saison 2019/2020, où le stade n’a pas été mis à disposition. Pour l’heure, les Girondins ont échoué à obtenir une remise sur 2020/2021, malgré les tribunes vides.

Selon nos informations, c’est pourtant de ce côté que l’OM insiste auprès de la Ville, en mettant en avant le coût important que représente l’accueil d’une rencontre, une centaine de milliers d’euros par match. Pour la période d’arrêt total du championnat, la convention signée en 2017 est en effet plutôt favorable à la Ville : les pénalités que l’OM peut exiger en cas d’indisponibilité du stade excluent les cas de “force majeure, évènement exceptionnel, évolution de la réglementation ou décision administrative (notamment suspension) rendant impossible la mise à disposition pour la rencontre programmée”.

Pour l’heure, le silence entretenu par Benoît Payan et sa majorité sur sa position rend difficile la lecture du jeu. Mais il semble évident que la Ville ne cèdera pas sur la période Covid sans obtenir des avancées sur une autre négociation en cours, celle du loyer du stade pour les prochaines saisons.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Pas de soucis pour l’OM pour lâcher 20 millions pour un joueur, pas de soucis pour salarier des compétiteurs entre 3 et 5 millions par an dont certains cirent le banc , pas de soucis pour ce club pour utiliser un équipement magnifique payé avec nos impôts et loué à un prix dérisoire.Alors monsieur Payan soit l’OM paye un juste loyer, soit il l’achète ce Stade Vélodrome, son prix 500 millions selon la cour des comptes.
    Au passage, si vous baissez le loyer de l’OM,pensez à baisser nos impôts, pas toujours les mêmes et puis vu la qualité des services offerts par la Ville, cela mériterait effectivement une remise.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Ça s’appelle la privatisation des profits et la mutualisation des pertes, et c’est une pratique constante dans le capitalisme à la française. Pourquoi se gêner ?

      J’espère que la mairie ne lâchera rien : il y a des priorités plus urgentes à financer dans cette ville que ce club de foot.

      Signaler
    • Nicolas Georges Nicolas Georges

      Je me permet une petite incise (pour une fois que ça parle football sur Marsactu et, étant en vacances, je redeviens un lecteur parmi les lecteurs ;).

      Les sommes dépensées sur les transferts et salaires des joueurs sont des investissements sur actifs, voués à être rentabilisés à moyen terme : principalement par une revente,
      par des retombées merchandising comme les ventes de maillots ou, plus hypothétiquement concernant notre cher club, par des victoires en compétition (on ne parle même plus d’augmentation des droits TV…). Bien sûr, ça, c’est sur le papier (ça échoue souvent, les exemples ne manquent pas) mais je pense qu’il fallait le rappeler pour expliciter une situation qui parait absurde, vue de loin.

      McCourt n’a pas les fonds et n’a aucune envie de racheter le stade, pour ce qu’on en sait. L’accord d’exploitation de décembre 2018 le satisfait pleinement (gestion quotidienne des lieux, mise en place de séminaires et évènements menant à une augmentation nette et progressive des recettes).

      En attendant un hypothétique nouvel investisseur aux poches très bien remplies (un mirage, à l’heure où on parle), remettant le club à un niveau de performance élevé et de résultats économiques fructueux, Marseille et ses contribuables sont coincés avec ce PPP mortifère et ce loyer tragiquement bas.

      Signaler
  2. Richard Mouren Richard Mouren

    Quel serait le pourcentage d’un cadeau municipal de 1 million€ par rapport à la masse salariale de cette société anonyme? Le dernier chiffre que j’ai trouvé (2019) étant de 127,210 M€, il serait de 0,8%. D’un côté une baisse de 0,8% de pouvoir d’achat de salaires (que je pense confortables dans l’ensemble) et de l’autre un million de moins pour les services publics municipaux qui servent à tous. Ou même, si on reste dans le sport pour la réfection ou même simplement l’entretien des équipements sportifs municipaux en piteux état (je pense spécialement aux piscines).

    Signaler
  3. BRASILIA8 BRASILIA8

    le montant du loyer devrait être égal à celui du remboursement du PPP

    Signaler
  4. kukulkan kukulkan

    le manque à gagner sur les années précédentes au contrat avantageux sur l’OM et la position de la Ville devrait inciter la direction de l’OM a être moins vindicatifs. Ils ont eu un manque a gagner de quelques dizaines de millions à cause du covid ? Mais depuis 2016 il y a eu un manque à gagner de plus de 200M d’€ pour la Ville (4/5M – 8M demandés)

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    D’ailleurs je me pose la question de savoir si pénalement nos élus ne seraient pas responsables à la vue de cette situation . Car louer à vil prix un équipement de ce type me pose question. Il existe quand même un principe en Droit qui indique que les cessions à titre gratuit ou à un prix inférieur à la valeur du bien par une collectivité sont par principe interdites (interdiction des libéralités consenties par les personnes publiques) . Je vais écrire au maire pour voir si il ne me louerait pas le parc Borély pour 1000 euros par mois , d’autant plus qu’avec le fait de se faire faucher des trucs décoratifs cela devrait baisser le loyer.
    Que de cadeaux faits par Gaudin , mais le pire étant quand même le Fort de Corbières ( toutes choses égales par ailleurs) , Le prestige de l’uniforme de footballeur sans doute .

    Signaler
  6. jasmin jasmin

    Benoit Payan ne devrait pas céder. C’est toujours plus facile de critiquer les prédécesseurs et de faire marche arrière une fois en poste, mais là, c’est trop énorme. Qu’est ce qu’on risque? Que l’OM aille jouer ailleurs?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire