"L'Huveaune est un de nos points noirs"

À la une
Pierre Boucaud
4 Juil 2013 3

Martin Guespereau est venu à Marseille cette semaine tirer la sonnette d'alarme. Même si "la qualité chimique des eaux s'améliore", notamment car "les grands complexes industrialo-portuaires ont réduit sur des années leur pollution" a tenté de rassurer le patron de l'Agence de l'eau des bassins Rhône Méditerranée Corse, la situation semble toujours préoccupante dans la rade de Marseille, comme le montre la situation actuelle de la plage des Catalans. Si rien n'est fait rapidement l'Europe fera fermer les plages marseillaises en 2015, et pourra également infliger une forte amende à la Ville :

Pour la première fois, en octobre dernier, la cour de justice européenne a condamné une ville pour ses débordements, et c'était Londres, et qui n'a pas de plage déclassée comme Marseille.

nous a expliqué Martin Guespereau. On connaît pourtant ici depuis longtemps la situation, en cas d'orage la station d'épuration ferme, et les eaux, du coup non traitées, filent directement à la mer. Selon le directeur de l'agence, il existe pourtant des solutions, comme la création de bassin de rétention, où plus simplement la possibilité de vider préventivement les bassins actuels de la station d'épuration en cas d'orage annoncé.

Des solutions que l'Agence de l'eau est prête à financer pour la première année jusqu'à 50 % puis 30 % les années suivantes. Les candidats au gigantesque marché de l'eau lancé par MPM, pourraient également proposer des investissements pour diminuer ces reversements, la communauté urbaine leur ayant demandé dans l'appel d'offre, de plancher aussi sur ce sujet. Autre source de pollution pointée du doigt par Martin Guespereau, les usages en mer des plaisanciers : 

 avec une ancre on peut effacer 100 ans de production de posidonie

Mais les professionnels, notamment avec les chalutages trop près des côtes, peuvent aussi avoir leur part de responsabilité "on est là sur des questions de police mais aussi de connaissance", précise le directeur de l'agence. C'est d'ailleurs une des missions du Parc national des Calanques.

Pour les eaux douces, la situation n'est pas non plus formidable, avec de récentes interdictions de pêche et de consommation de poissons comme les anguilles dans l'Etang de Berre et le Rhône à cause de la présence de produits chimiques. C'est le cas notamment le PCB qui sont présents depuis des années dans nos rivières, ne se dégradent pas et continuent pendant des années leur pollution.

 L'Huveaune est un de nos gros points noirs, on y trouve plus d'une centaine de polluants. 

constate le patron de l'Agence de l'eau, même si, là aussi, des efforts ont été faits, par exemple avec les agriculteurs qui ont diminué les rejets de pesticides autre source importante de pollution de nos rivières. Dernière action, la destruction d'un certain nombre d'aménagements artificiels des fleuves côtiers méditerranéens, comme les digues, qui en en changeant le cours peuvent faire disparaître une partie de la faune et de la flore, mais aussi provoquer de terribles inondations, comme la région en a connues ces dernières années. C'est pas gagné. Notamment avec un budget en baisse.  

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire