L’État fait un gros chèque pour l’AP-HM et Yvon Berland s’en félicite

Actualité
le 30 Jan 2020
4

Le budget du plan de modernisation de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille vient d'être ficelé. L'État y participe à hauteur de 168 millions d'euros, et non 337, comme a pu laisser l'entendre un communiqué d'Yvon Berland envoyé avant toute officialisation. Ce chiffre correspond au montant global de l'investissement également financé par les collectivités locales.

La Timone, vaisseau amiral de l'AP-HM. Photo : Esther Griffe.

La Timone, vaisseau amiral de l'AP-HM. Photo : Esther Griffe.

337 millions. Le nombre est en gras. L’expéditeur du mail en photo sur l’en-tête. Yvon Berland, le candidat LREM à la mairie de Marseille a décidé d’annoncer ce mercredi en avant première le montant du plan de modernisation de l’Assistance-publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM). « Très attaché à l’AP-HM en tant que médecin hospitalier, c’est avec une grande joie que j’ai appris hier, par la ministre des solidarités et de la santé, le financement conséquent de 337 millions d’euros pour réhabiliter et étendre nos hôpitaux marseillais », écrit l’ex-président de l’université et doyen de la faculté de médecine.

Une annonce attendue depuis pas moins de deux ans, date à laquelle d’âpres négociations ont été lancées pour tenter de palier la dette des hôpitaux de Marseille qui dépasse le milliard. Une annonce qui n’est pas tout à fait correcte, ou en tout cas, pas tout à fait précise. Le ministère lui-même n’a pas mis longtemps à la rectifier via un communiqué envoyé quelques heures après de celui de Berland.

Le plan de modernisation de l’AP-HM, géré par le Copermo, le comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers, est censé être financé par l’État, mais aussi par les collectivités territoriales. La participation de l’État, indique le ministère, s’élève non pas à 337 millions, comme a pu le laisser entendre le communiqué d’Yvon Berland, mais à 167 millions d’euros. 337 millions étant le budget total. Une ambiguïté, ou manque de clarté, qui a trompé jusque dans les couloirs de l’AP-HM. « Nous pensions que l’État allait tout financer, admet Jean-Michel Carayol, secrétaire général adjoint de FO à l’AP-HM. Quoi qu’il en soit, pour nous, c’est très surprenant que l’annonce vienne d’un candidat et non de notre direction. »

« Problème de communication »

Pour le syndicaliste, cette annonce est une très bonne nouvelle, mais persiste « un problème de communication ». « Depuis un an et demi les conditions de travail se dégradent et le personnel ne sait pas à quelle sauce il va être mangé. Tant mieux s’il y a les financements, mais les gens ont besoin d’être rassurés et là, ça ajoute au flou. Nous avons autre chose à faire que de la politique politicienne ». « Pour les hôpitaux de Marseille, merci à Agnès Buzyn et bravo à Yvon Berland ! La Région y prendra toute sa part », a même salué le président du conseil régional Renaud Muselier (LR).

Il ajoute même que son rôle a été « incontestablement (…) décisif » sans préciser à quel titre le néphrologue s’est illustré, si ce n’est dans sa proximité avec le gouvernement. Des félicitations ou auto-félicitations qui n’ont pas plu à tout le monde. Le professeur Frédéric Collard, chef du service de chirurgie cardiaque de la Timone et soutien de Martine Vassal a ainsi écrit un communiqué : « En réservant cette annonce au candidat d’En marche aux élections municipales de Marseille, le gouvernement a fait le choix surprenant de mépriser l’engagement et le travail réalisé par les acteurs locaux ».*

Du côté de la direction de l’AP-HM, le silence règne pour le moment. Des réunions ont eu lieu toute l’après-midi, fait-on savoir au service communication ce mercredi. La veille, une réunion du Copermo a permis de fixer les montants des financements de ce plan. « Mais tant que nous n’avons pas de déclaration officielle, on n’allait pas communiquer », glisse-t-on encore au service presse.

« Ce soutien permettra la rénovation du site de La Timone avec notamment la création d’une nouvelle maternité et d’un bâtiment réservé aux services d’urgence. Par ailleurs, l’Hôpital Nord bénéficiera également d’une importante restructuration et d’une extension du service de réanimation », s’est félicité Jean-Claude Gaudin, dans la soirée, par voie de communiqué. Ajoutons à cette liste la démolition de l’hôpital pour enfants de la Timone, qui sera reconstruit.

S’il est prévu que l’État mette la main à la poche à hauteur de 168 millions – soit 50 % du budget, un engagement fort « signe d’une crédibilité retrouvée », appuie le service presse de l’AP-HM, les collectivités territoriales se sont aussi engagées. Le département participera ainsi avec 57 millions d’euros, la région 31, la Ville 25 et la métropole 17. « Le financement des collectivités représente 40 % du budget. L’AP-HM devra tirer le reste [soit 10 %], avec par exemple des ventes de foncier, comme à Salvator », précise Patrick Padovani, adjoint municipal à la santé qui refuse par ailleurs de parler de suppression de postes. « Il s’agit d’amélioration de bâti, il n’est pas question de fonctionnement ».

Quant à l’annonce de la nouvelle par un candidat aux municipales, Patrick Padovani, qui soutient lui Bruno Gilles (dissident LR), ne voit pas le problème. « C’est un professeur, ancien président d’université, expert de par son métier, je ne trouve ça ni opportun ni scandaleux. Placé où il est, il a joué de ses relations mais il est autant acteur du Copermo que Muselier, Vassal, Gilles ou Gaudin ».

L’AP-HM promet elle une conférence de presse dans les jours qui viennent afin de communiquer plus en détails sur ce financement. « Nous allons pouvoir envisager l’avenir de manière plus optimiste », nous indique-t-on. « Élu maire de Marseille, je travaillerai main dans la main avec le gouvernement », termine quant à lui Yvon Berland, qui ne manque pas non plus d’optimisme.

*Réaction ajoutée le 30/01/20 à 11h50

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Input Output Input Output

    Et hop, une pub à 100 millions pour la campagne de Berland ! Suis-je le seul à remarquer le parfait timing de la supercherie ? Et l’#AMUgate, aucun journal journal n’aura le courage d’en parler ?

    Signaler
  2. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    La ministre qui informe Berland et Berland, la marionnette de la Macronie et de La Régression en Marche qui se fait le porte parole de cette décision font preuve d’une attitude bien peu républicaine, l’une en attendant la période électorale des municipales pour prendre sa décision et l’autre en parasitant le circuit officiel d’annonce de cette décision.

    La république de Macron et de Berland, c’est la république des copains et des copines. En effet, l’AP-HM a bien un Directeur général, Président du directoire pour annoncer ce genre de décision. «Ces établissements « sont dotés d’un conseil de surveillance et dirigés par un directeur assisté d’un directoire » (https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche1-5.pdf ).

    N’en doutons pas Berland aura sans doutes des annonces à faire prochainement sur des aides de l’Etat concernant le logement, les transports en commun, les écoles, la police nationale, que sais-je encore; des annonces qui n’engagent que celles et ceux qui les entendent ou les lisent.

    Signaler
  3. patrick patrick

    c’est mort à paris pour la république en miettes alors on mise sur marseille, mais berland arrive a se planter dans le montant alloué. la ripouxblique en miettes et les chiffres…

    Signaler
  4. GlenRunciter GlenRunciter

    Berland ne s’est pas « planté » et a volontairement annoncé le chiffre global en oubliant judicieusement de dire que seul la moitié était financé par l’Etat.
    Ce genre de communication destinée à tirer la couverture à soi et bénéficier politiquement d’un effet d’annonce est très classique en politique, ils le font tous, pas seulement Berland. En meme temps comme il n’est pas un « personnage » politique du sérail marseillais, c’est de bonne guerre qu’il essaie de tirer profit de cette bonne nouvelle…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire