Les internes en psychiatrie, en grève, attaquent l’AP-HM au tribunal administratif

Actualité
le 26 Jan 2018
2

Les internes en psychiatrie de l'AP-HM attaquent la direction des hôpitaux devant le tribunal administratif. Ils contestent l'organisation du travail prévue dans une nouvelle unité qui ouvre ce lundi au sein de l'hôpital Edouard-Toulouse pour accueillir des patients incarcérés.

L
L'hôpital Nord. (image AP-HM)

L'hôpital Nord. (image AP-HM)

“C’est aberrant qu’ils aient pu penser pouvoir nous obliger à accepter ces conditions. Nous sommes considérés comme des objets, des meubles”, se désespère Justin Breysse, président du syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM). Un nouveau regain de tensions s’est fait jour entre les internes en médecine et l’assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM). En grève ce jeudi, et avant une nouvelle mobilisation lundi 29 janvier, ils ont entamé une procédure en référé devant le tribunal administratif à l’encontre de l’AP-HM.

Trente-quatre internes en psychiatrie ont en effet déposé un recours contre une décision de leur employeur au sujet de l’organisation du temps de travail dans la future unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de l’hôpital Edouard-Toulouse. Cette unité doit ouvrir ses portes le 29, où doivent être accueillies des personnes incarcérées nécessitant des soins psychiatriques. Dans ce nouveau lieu, les grévistes redoutent “l’obligation faite aux internes, étudiants en 3e cycle des études médicales, d’assurer sans la présence d’un médecin senior la permanence des soins”.

“L’idée c’est qu’il y ait en journée des médecins seniors avec un interne, et la nuit, un interne comme seul représentant médical, c’est vraiment l’inverse de ce qu’il faudrait faire”dénonce le président du syndicat d’internes, pour qui la justification d’une telle décision ne peut qu’être “économique”.

“Conforme à la réglementation”

Par voie de communiqué, l’AP-HM confirme le principe d’une “garde d’interne encadrée par une astreinte de senior”, c’est à dire avec un médecin joignable, mais non présent sur place. Une solution qualifiée par l’AP-HM de “conforme à la réglementation en vigueur concernant l’encadrement des internes. Ce type d’organisation est d’ailleurs en place dans d’autres UHSA en France.”

Les internes ont le droit à tout moment d’avoir recours à un médecin senior. Selon le texte de l’AP-HM, on pourrait y avoir recours mais seulement par téléphone ce qui ne revient vraiment pas au même, répond Justin Breysse. Et en cas d’urgence nous devrons composer le 15 comme n’importe qui. (…) Les patients sous surveillance pénitentiaire méritent au moins le même traitement que dans les autres services, où il y a toujours un médecin senior.”

Le recours devant le tribunal administratif repose ainsi sur trois arguments du syndicat : le fait que l’interne doit pouvoir être en présence d’un médecin sénior, le fait qu’un interne ne peut se voir imposer son lieu de stage et que, d’après le syndicat, “le service n’est pas habilité pour recevoir des stagiaires”.

Le syndicat précise qu’il a exprimé son “refus catégorique” d’un tel fonctionnement tout au long des discussions avec la direction. De son côté l’AP-HM assure que “plusieurs options sont actuellement à l’étude (…) pour trouver une organisation qui permette une prise en charge sécurisée à la fois pour les patients et  pour les internes”. Si un accord n’est pas trouvé entre les deux parties, c’est le tribunal qui tranchera donc. Et les gardes de nuit attendront.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Zumbi Zumbi

    J’ai entendu le Professeur Grimaldi ce matin à France-Inter, je lis peu après cet article de Marsactu… va-t-il falloir créer un #balancetonAPH ou #balancetonARS pour faire éclater ce scandale géant de la bureaucratisation du soin par de médiocres comptables qui se croient gestionnaires, avec l’objectif d’avoir un système sur le modèle des États-Unis, où les dépenses de santé sont les plus énormes du monde pour un résultat sanitaire médiocre, avec des hôpitaux publics en burn-out permanent et des millardaires de la médecine privée ?

    Signaler
  2. carole joseph carole joseph

    C’est de pire en pire….Ils vont leur mettre des services civiques, c’est à la mode en ce moment….c’est pas possible ces bureaucrates “gestionnaires” du service publique!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire